Annonces du 31 octobre au 6 novembre 2016

Les ANNONCES 

Profession solennelle de Sœur Anne-Lise de l’Esprit dans la communauté des Sœurs Clarisses à Poligny, à 15h.

Lundi 31 octobre 2016

*  Préparation de la messe du 6 novembre à la cure, à 20h

Mardi 1er novembre 2016, Fête de TOUSSAINT

QUÊTE  POUR LE CHAUFFAGE DES EGLISES.  MERCI POUR VOTRE GÉNÉROSITÉ.

Messes :

  • 9h 00 à Montmorot
  • 10h30 à Perrigny et Crançot

Temps Fort à vivre en famille aux Cordeliers à 9h découverte d’un saint et échanges, 10h 15 répétitions des chants et à 10h 30 messe.

Mercredi 2 novembre 2016

Messe en mémoire des fidèles défunts : 

  • 10h 30 à Conliège
  • 18h 30 à Crançot
  • 19h 00 les Cordeliers

Samedi 5 novembre 2016

Pour les jeunes !

« Samedis de Saint Dé  » messe à 18h à l’église, animée par les jeunes

puis repas partagé à la Lanterne avant la soirée Pop Louange, à 20h 30.

Nous déplions le tapis rouge pour célébrer le grand Roi !

Dimanche prochain 6 novembre 2016 : 31ème dimanche du Temps Ordinaire

Messes :

Samedi

  • 18h 00 à St Désiré
  • 18h 30 à Perrigny

Dimanche

  • 9h 00 à Montmorot
  • 10h 30 aux Cordeliers
  • 10h 30 à Briod

Tous les dimanches, aux Cordeliers, répétition des chants de 10h 15 à 10h 30.

****

Comme chaque année, le service des vocations propose à la vente des bougies à déposer sur les tombes de vos défunts.

Elles sont en vente au prix de 5 euros à la sortie de cette messe.

Les sommes récoltées servent à financer les différentes activités du SDV dont la mission principale est la promotion et l’accompagnement des vocations des jeunes dans l’Eglise. Par sa participation régulière aux différentes activités de la pastorale de jeunes, le service des vocations met la question de la vocation au cœur de la vie des jeunes chrétiens. De même, par la proposition et l’animation de retraite comme celle de ce week-end avec une quinzaine de jeunes à Poligny ainsi qu’avec le groupe Samuel,  dont 5 jeunes du Jura font partie, le Service des vocations aide ces jeunes à avancer dans leur discernement.                                                                                                Nous vous remercions de votre générosité et de vos prières fidèles pour que de nombreux jeunes entendent l’appel du Seigneur et y répondent dans la joie. Père Arnaud Brelot, responsable du SDV.

****

Beaucoup d’enfants souffrent dans le monde, en particulier au Moyen-Orient. La paroisse St-Désiré n’oublie pas les Orphelins de Bethléem où la guerre est toujours présente.

Comme ces années dernières, elle organise un après-midi musical en leur faveur.      Ce sera le dimanche 6 novembre 2016 à 14h, dans le hall du Carcom de Lons.     Philippe Plassard, violoniste, animera ce moment.

Soyons nombreux à venir pour partager solidarité et plaisir musical.

****

Les intentions de messe

Samedi 29/10/2016 18h 30 : St Désiré Odile SASSARD et Laetitia RAMEAUX, Famille BRUN et BERTHAIL, Défunts famille REVERCHON, René BOISSON, Familles GUIGNOT-VENNE, Familles GUIGNOT-VENNE, Famille VILLE-BELLEVRET, Denise COLLARD (suite obsèques), Raymonde MICHAUD (suite obsèques).
Dimanche 30/10/2016

31ème Dimanche

du Temps Ordinaire

9h 00 : St Luc

10h 30 : Cordeliers

10h 30 : Verges

Lundi 31/10/2016 18h 30 : Cordeliers
Mardi 1er/11/2016

TOUSSAINT

9h 00 : Montmorot

Temps Fort

aux Cordeliers

dès 9h00  –

10h 30 : messe

10h 30 : Perrigny

10h 30 : Crançot

Jean-Claude GANDELIN et défunts des familles NARBOUX-GANDELIN, Familles PY VANTARD, Maud PLANCHARD (anniversaire) et famille, Familles GAUBEY–LAGET-GUILLEMIN vivants et défunts, Dominique MONAT, Yvette GUILLEMIN, Famille PROST-LHOMME, Thierry RATEL, Famille BON-LAMY, Marie-Louise VALLET, Simone et Jacques CART, Familles BRUN et BERTHAIL, Denise COLLARD, Juliette AUBRY (anniversaire), Marie-Thérèse PICARD (anniversaire) et défunts de la famille André PICARD, Madeleine et Louis LAGRANGE, Famille VANNET-MONNIER, Défunts des familles LUGAND-SAIVE, Nicole SEPREZ et famille, René MILLET et famille, Famille GUIGNOT-VENNE, Denis PUGIN et sa famille, Benjamin DURGET, Famille DESGOUILLES-GRAPPE, Victor JOURDAIN et Luc VERNIQUET, Familles DRYNDAS et BUSUTTIL, Défunts famille Jean RIVOIRE, Christian MOUTENET et Famille MOURA-MOUTENET, Familles NICOLAS-CRENIAUD et pour les malades de la famille, Simone et Gaston DEMENGE, Marcelle ZOBOLI et son fils Claude LAHEURTE, Jean FRANCIOLI et sa famille, Georges COLLE, Pierre et Emmanuel BRUN, Famille PERRIN-PRIEUR-MAZAUDON, Abel RONGIER, Famille EUVRARD-RIVOIRE, Défunts des familles VILLET-de BREUVAND, Bernard BELLATON, Famille JOLICLERC, Colette DENIS, Abbé Jean RATTE, Léone MAZUEL, Familles BANDERIER-BAILLY-MONAT vivants et défunts, Familles CLARAC-BAYRAC-DOURGHAM-MARTINEZ et BARTHELEMY, Familles VENET-VURPILLAT, Renée PEQUIGNOT.
Mercredi 2/11/2016

En mémoire des défunts

10h 30 : Conliège

18h 30 : Crançot

10h 30 : Cordeliers

Pour les défunts de l’année (voir petites feuilles de chants) ainsi que pour Georges et Marcelle CATTENOZ et familles, Familles CHANEZ, Clotilde BOURGEOIS (anniversaire) et défunts Familles BOURGEOIS -BRENUT, Maryline TISSOT et Andrée PERNINHenri et Jeanine MARECHAL, Famille MARECHAL-THIBERT, Défunts famille REVERCHON, Défunts famille MARTELET,M.et Mme GIRARD et Noël leur fils, René BOISSON, Paul MILLAND,  Intention particulière, Noël et Gérard PUTOD, Maryline TISSOT et Andrée PERNIN, Défunts des familles BOYET-PERRIN-ROCHE.
Jeudi 3/11/2016

St Hubert

8h 30 : Cordeliers

18h 30 : St Luc

Vendredi 4/11/2016

St Charles

9h00 : St Luc

18h 30 : Cordeliers

Michel MORON et famille Jacques CHAMPOMIER.
Samedi 5/11/2016 8h 30 : Cordeliers En réparation au cœur immaculé de Marie.
Samedi 5/11/2016 18h 00 :  Samedi de St Dé

18h 30 : Perrigny

Julia DENIS Georges DENIS son grand-père et Paulette POLY sa grand-mère, René BOISSON, Famille MILLE-BONNET, Pierre BROUTET, Famille GUIGNOT-VENNE, Intentions particulières, Jean-Pierre BÔLE et famille.
Dimanche 6/11/2016

32ème Dimanche du Temps Ordinaire

9h 00 : Montmorot

10h 30 : Cordeliers

10h 30 : Briod

le caté pendant les vacances avec les journées caté…..à découvrir

JOURNEES  CATE   pendant les vacances

Les vacances de la Toussaint ont débuté pour une douzaine d’enfants par 2 journées de catéchisme….

 Jeudi : ………sur la route des églises chrétiennes de Lons  .

Nous nous sommes lancés dans un rallye des églises de Lons: partis de St Luc, nous sommes allés chercher le père Jean-Claude chez lui . Découverte :  les prêtres ne dorment pas dans les églises mais ont eux aussi une maison , la cure!

Puis nous voilà repartis  pour l’église des Cordeliers:  grâce au prêtre , nous  visitons toute la sacristie et tous les objets qui s’y cachent ou nous paraissent mystérieux .

Midi approche, les estomacs réclament , nous nous rendons Place Bichat, à l’Eglise Protestante Unie de France qui nous accueille pour notre repas pique-nique ; après un moment de détente, nous visitons le temple.

Nous voilà repartis pour l’oratoire des Soeurs de l’Alliance. En passant devant la salle paroissiale rue des Tanneurs , le groupe de rencontre du jeudi nous invite à les rejoindre pour jouer aux cartes et nous offre le goûter.

Continuant notre rallye, nous arrivons à l’Eglise Protestante Evangélique, rue Fontaine de Rome où Cyril nous accueille et nous confie une bible.

Nous avons vite fait de redescendre la rue pour visiter l’église St Désiré. Dans la crypte , nous prenons un temps de prière de fin de journée.

Il n’y a plus qu’à retourner à St Luc à pieds ! pour finir la journée par une grande partie de cache-cache et de foot…………

Dans chaque église , nous avons observé ce qui la décore et permet de la définir comme église chrétienne. Chaque fois nous avons pris un temps de louange et de prière et nous avons emporté un objet symbolique …….et tout le monde a grande envie de revenir vendredi……………

Vendredi :…………. la bible proclamée, récitée, chantée , slamée , dansée …savourée

A partir de différents textes bibliques que nous avons dans un 1er temps écoutés, partagés , nous avons ensuite pris le temps d’intérioriser chaque texte de différentes manières :

Dans le livre du Deutéronome (6,4-7), nous nous sommes excercés à proclamer la Parole;

avec le récit de l’Evangile de St Luc (17,11-19), les  10 lépreux, nous avons donné un rythme de slam;

avec le psaume 95 nous avons chanté notre prière de louange;

avec la « Magnificat », nous avons dansé et chanté en malgache;

après le récit de la traversée de la mer Rouge , nous avons récité et gestué le chant du  peuple des Hebreux rendant gloire à Dieu (Ex 15, 19-21).

Tout cela entrecoupé de temps de détente  et de jeux .

Petits et grands, nous avons beaucoup apprécié ces 2 journées, riches de rencontres et de partages.

 

homélie du 30° dimanche

Afficher l'image d'origineÉvangile de Jésus Christ selon saint Luc

En ce temps-là, à l’adresse de certains qui étaient convaincus d’être justes et qui méprisaient les autres, Jésus dit la parabole que voici : « Deux hommes montèrent au Temple pour prier. L’un était pharisien, et l’autre, publicain (c’est-à-dire un collecteur d’impôts). Le pharisien se tenait debout et priait en lui-même : ‘Mon Dieu, je te rends grâce parce que je ne suis pas comme les autres hommes – ils sont voleurs, injustes, adultères –, ou encore comme ce publicain. Je jeûne deux fois par semaine et je verse le dixième de tout ce que je gagne.’ Le publicain, lui, se tenait à distance et n’osait même pas lever les yeux vers le ciel ; mais il se frappait la poitrine, en disant : ‘Mon Dieu, montre-toi favorable au pécheur que je suis !’ Je vous le déclare : quand ce dernier redescendit dans sa maison, c’est lui qui était devenu un homme juste, plutôt que l’autre. Qui s’élève sera abaissé ; qui s’abaisse sera élevé. »

 

Comme c’est difficile de regarder sa vie en face, n’est-ce pas ? Comme c’est difficile d’accepter de braquer la lumière de la vérité sur toute notre vie. Car cette lumière, qui vient de Dieu révèle autant nos splendeurs que nos zones d’ombres, nos réussites que nos échecs. Deux attitudes sont alors possibles : soit orienter la lumière pour qu’elle n’éclaire que les succès et réussites de notre vie en ignorant le reste, soit promener la lumière sur toute notre existence, sur tous nos actes. Ces 2 attitudes provoqueront des réactions différentes : celles-là mêmes décrites dans l’évangile par Jésus : la réaction du pharisien et celle du publicain. Ces deux hommes vont au Temple, c’est-à-dire vont rencontrer Dieu et se confronter à Lui, se laisser éclairer par sa lumière. A chacun Dieu tend un miroir, celui de la sainteté, celui de l’homme tel qu’Il l’a voulu et créé. Voyons ensemble la réaction du Pharisien et du Publicain, et l’enseignement que l’on peut en tirer.

1/ La réaction du pharisien : il se place devant Dieu mais il ne regarde pas le miroir que Dieu lui tend. Son regard se porte sur l’autre homme, sur le publicain. Il ne se juge pas à l’aune de Dieu et du projet de Dieu pour lui mais à l’aune de la vie des autres. Ce pharisien est un fervent défenseur d’un proverbe connu de nous : « quand on se regarde on se désole, quand on se compare aux autres on se console ». Ce genre d’attitude est en fait un refus de voir la réalité en face, de faire la vérité sur notre vie. Le regard biaisé du pharisien le condamne à la médiocrité, il ne saura jamais mettre autre chose que ses réussites en avant, s’empêchant ainsi de parvenir à la sainteté. Le vrai péché du pharisien est double : d’abord en refusant le miroir que Dieu lui tend et en se mesurant aux autres hommes il ne regarde que lui, il est sa propre mesure, il devient sa propre idole, il s’autoproclame comme la norme universelle de sainteté auxquels les autres peuvent se mesurer ; ensuite il croit que ce qu’il est, il l’a été par lui-même. Il est incapable de recevoir sa justification de Dieu, auquel il dénie le droit de le juger : d’ailleurs dans l’évangile il dit à Dieu ce qu’il doit penser de lui ! Enfermé dans son autosuffisance ce pharisien est incapable d’une relation filiale avec Dieu, il ne peut se considérer comme un fils, il veut être le père à la place du Père.

2/ La réaction du publicain : il se place devant Dieu, mais à distance et regarde avec gêne le miroir que Dieu lui tend pour contempler son âme. Il saisit en un regard l’écart qu’il y a entre Dieu et lui, entre le projet de Dieu pour lui et ce qu’il a fait de sa vie. Ce terrible écart lui fait détourner le regard, non pas vers les autres (qui est-il pour juger les autres) mais vers le sol car il n’osait même pas lever les yeux vers le ciel. Pourtant la Sainteté à laquelle il s’est vu appelé, cette image tellement lumineuse de Dieu présent en lui et que son péché humiliait lui permet de regarder en vérité ce qui lui manque pour restaurer en lui l’image divine. Et comme un fils avec son Père, conscient qu’il ne peut pas obtenir de lui-même ce qui lui manque, il va attendre de Dieu la réparation, le comblement de ses manques, le pardon de ses péchés. Il sait la pauvreté de sa vie et il ne se complet pas dedans en regardant la médiocrité des autres. Humblement nous dit-on dans l’Evangile il se frappait la poitrine, en disant : Mon Dieu, montre-toi favorable au pécheur que je suis !‘ Ce publicain laisse Dieu agir en lui, l’ajuster à lui. Il reçoit ce qui lui manque comme un cadeau et non comme un du. D’ailleurs nous rappelle Jésus, c’est lui qui était devenu un homme juste, plutôt que l’autre.

3/ Quel enseignement tirer de cet évangile ? D’abord si on se déclare croyant, on a tout intérêt à regarder notre vie en vérité devant Dieu : non pas comme un film qu’on voudrait faire visionner au Seigneur et dans lequel tout n’est qu’excuses, explications malheureuses ou justifications  de nos péchés, de nos actes manqués et de nos paroles malheureuses mais plutôt comme une parole d’amour d’un enfant qui sait que sans son Père il ne peut rien et qui sait aussi que ce Père, à cause de son grand amour, donnera tout ce qu’Il a et ce qu’Il est pour faire advenir son enfant chéri à la plénitude de la Vie. Jésus nous invite à l’humilité non pas à l’humiliation. Il nous invite à nous jeter dans les bras du Père pour qu’il nous élève jusqu’à son cœur où il veut tendrement nous déposer. La sainteté n’est pas l’accumulation de perfections dignes du Guinness book, mais plutôt cette capacité à se relever quand on est tombé, cette capacité, comme Paul dans la 2° lecture à tout attendre de Dieu dans la confiance : Il me sauvera et me fera entrer dans son Royaume céleste.

Quant à nous ce matin, conscients de nos manques et de nos péchés, faisons le siège du cœur de Dieu par la prière, car Dieu est proche du cœur brisé et il sauve l’esprit abattu. Avec l’Espérance reçue à notre baptême confions-nous à lui  afin qu’il nous garde  un cœur de pauvre qui attend tout de son Dieu. Amen

ANNONCES du 23 octobre 2016 au 1er novembre 2016

 

 

ANNONCES 23 octobre 2016 au 1er novembre 2016

Pèlerinage National des servants d’autel à Lourdes

du Lundi 24 octobre 2016 au Jeudi 27 Octobre 2016

Lundi 24 octobre 2016

*  Préparation de la messe du 30 octobre 2016, et de la fête de Toussaint à la cure, à 20h

*  Préparation au Baptême, à la cure, à 20h

Mardi 25 octobre 2016

*  Rencontre de l’EAP à la cure à 20h 00

Mercredi 26 octobre 2016

* Rencontre du comité de rédaction de Vivons Ensemble, à la cure à 9h

* Prière du mouvement sacerdotal marial, chapelle des Cordeliers à 17h 30

* Partage d’Evangile  à St Luc à 18h

Vendredi 28 octobre 2016

*  Chemin de croix, chapelle des Cordeliers à 15h

*  Temps de prière avec l’AED : Aide à l’Eglise en Détresse, à 17h 45 à la chapelle des Cordeliers suivi de l’eucharistie à 18h 30

Samedi 29 octobre 2016

*  Messe à la Maison d’Arrêt

*  Confessions aux Cordeliers à 17h

Dimanche prochain : 30 octobre  2016 : 31ème dimanche du Temps Ordinaire

Messes :

Samedi

  • 18h 30 à St Désiré

Dimanche

  • 9h 00 à St Luc
  • 10h 30 aux Cordeliers
  • 10h 30 à Verges

Tous les dimanches, aux Cordeliers, répétition des chants de 10h 15 à 10h 30

  • Profession solennelle de Sœur Anne-Lise de l’Esprit

dans la communauté des Soeurs Clarisses à Poligny, à 15h 00

 

Mardi 1er novembre 2016 : Fête de TOUSSAINT

QUÊTE  POUR LE CHAUFFAGE DES EGLISES. MERCI POUR VOTRE GÉNÉROSITÉ.

Messes

  • 9h 00 à Montmorot  
  • 10h30 à Perrigny et Crançot

Temps Fort à vivre en famille aux Cordeliers à 9h découverte d’un saint et échanges

10h 15 : répétitions des chants

* 10h 30 : messe

 Mercredi 2 novembre 2016 :  messe en mémoire des fidèles défunts 

  • 10h 30 à Conliège
  • 18h 30 à Crançot
  • 19h 00 les Cordeliers

  ****

Comme chaque année, à la sortie de la messe du 30 octobre 2016 et des messes de la Toussaint

Vente de bougies à déposer au cimetière au profit du service diocésain des vocations

 ****

Beaucoup d’enfants souffrent dans le monde, en particulier au Moyen-Orient. La paroisse St-Désiré n’oublie pas les orphelins de Bethléem où la guerre est toujours présente. Comme ces années dernières, elle organise un après-midi musical en leur faveur.

Ce sera le dimanche 6 novembre 2016 à 14h , dans le hall du Carcom de Lons.

Philippe Plassard, violoniste,  animera  ce moment.

Soyons nombreux à venir  pour  partager solidarité et plaisir musical.

*******************

Les intentions de messes

Samedi 22/10/2016 18h 30 : Montmorot Paulette PRECOMA, Jacques DELIGNOU,

Henri MICHAUD, René  BOISSON,

Paul et Laure GUILLEMAUT,

Marcelle BERNARD et sa famille,

Christian BERAUD et sa famille,

Albert PY (anniversaire) et Madeleine son épouse,

Thérèse et Jean MARTELET,

Jacques, Simone et Joël CART,

Yvette DEMOLOMBE, Graziella  VANNIER,

Jean-Paul JOURDAIN (suites obsèques).

Dimanche 23/10/2016

 

30ème Dimanche

du Temps Ordinaire

9h 00 : Perrigny

10h 30 : Cordeliers

10h 30 : Vevy

Lundi 24/10/2016

St Enguerran

12h 00 : Oratoire des Srs de  l’Alliance

18h 30 : Cordeliers

 

 

 

Mardi  25/10/2016

St Antoine Marie Claret

 

8h 30 : Cordeliers

17h 30 : ND de Lorette à Conliège

 
Mercredi 26/10/2016

St Dimitri

12h 00 : Oratoire des Srs de l’Alliance 

18h 30 : Cordeliers

 
Jeudi 27/10/2016

Ste Emeline

8h 30 : Cordeliers

18h 30 : St Luc

 
Vendredi 28/10/2016

Sts Simon et Jude, apôtres

9h 00 : St Luc

18h 30 : Cordeliers

Madeleine BEAUD

Marcel GHELMA et sa famille

Samedi 29/10/2016

St Narcisse

8h 30 : Cordeliers  

 

 

Samedi 29/10/2016

 

 

18h 30 : St Désiré

 

Odile SASSARD et Laetitia RAMEAUX, Famille BRUN et BERTHAIL,

Défunts famille REVERCHON, René BOISSON, Familles GUIGNOT-VENNE, Famille VILLE-BELLEVRET,

Denise COLLARD (suite obsèques),

Raymonde MICHAUD (suite obsèques)

Dimanche 30/10/2016

 

31ème Dimanche

du Temps Ordinaire

9h 00 : St Luc

10h 30 : Cordeliers

10h 30 :Verges

Mardi  1er/11/2016

TOUSSAINT

 

9h 00 : Montmorot

 

Temps Fort dès 9h00 : Cordeliers

 

10h 30 : Perrigny et Crançot

Jean-Claude GANDELIN et défunts des familles NARBOUX-GANDELIN, Familles PY-VANTARD, Maud PLANCHARD (anniversaire) et famille, Familles GAUBEY -LAGET-GUILLEMIN vivants et défunts, Dominique MONAT, Yvette GUILLEMIN, Famille PROST-LHOMME, Thierry RATEL, Famille BON-LAMY, Marie-Louise VALLET, Simone et Jacques CART, Familles BRUN et BERTHAIL, Denise COLLARD, Juliette AUBRY (anniversaire), Marie-Thérèse PICARD (anniversaire) et défunts de la famille André PICARD, Madeleine et Louis LAGRANGE, Famille VANNET-MONNIER, Défunts des familles LUGAND-SAIVE, Nicole SEPREZ et famille, René MILLET et famille, Famille GUIGNOT-VENNE, Denis PUGIN et sa famille, Benjamin DURGET, Famille DESGOUILLES-GRAPPE, Victor JOURDAIN et Luc VERNIQUET, Familles DRYNDAS et BUSUTTIL, Défunts famille Jean RIVOIRE, Christian MOUTENET et famille MOURA-MOUTENET,  Familles NICOLAS-CRENIAUD et pour les malades de la famille, Simone et Gaston DEMENGE, Marcelle ZOBOLI et son fils Claude LAHEURTE

célébration du sacrement des malades

le 9 octobre dernier une quinzaine de personne ont reçu le sacrement des malades en l’église des Cordeliers des mains des pères Jean-Claude Blanc et Christian Panouillot. 

C’est l’occasion pour nous de parler de ce sacrement….voici ce qu’en dit l’Eglise Catholique sur son site  http://www.eglise.catholique.fr/ 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le sacrement des malades

Sacrement des maladesSacrements des malades, sacrements de la compassion et du réconfort de Dieu…

La visite aux malades, la communion des malades, l’onction des malades, le viatique, la recommandation des mourants sont autant de « signes particuliers proposés aux malades qui attestent d’une manière spéciale l’amour de Dieu pour lui et agissant en lui : les sacrements. » Rituel Sacrements pour les malades n°14

L’onction des malades

C´est le sacrement de la présence du Seigneur à nos côtés dans les moments d´épreuve que sont la maladie ou la vieillesse. La célébration de ce sacrement consiste en l’onction d’huile bénite sur le front et en l’imposition des mains. Consacrée par l’évêque lors de la messe chrismale annuelle, l’huile dite des malades apporte force et douceur. Elle pénètre la peau, répand sa bonne odeur, fortifie le corps. Voici les mots qui accompagnent l’onction avec l’huile sainte sur le front et dans les mains des malades :

« Par cette onction sainte, que le Seigneur en sa grande bonté
vous réconforte par la grâce de l’Esprit Saint. Ainsi, vous ayant libéré de tous péchés, qu’il vous sauve et vous relève. » Rituel Sacrements pour les malades N° 129

 

Avec l’imposition des mains, l’onction rappelle l’attention et la tendresse de Jésus Christ envers les personnes malades.

« Si l’un de vous est malade, qu’il fasse appeler les anciens de la communauté qui prieront pour lui en pratiquant une onction d’huile au nom du Seigneur. Leurs prières, inspirées par la foi, sauveront le malade, le Seigneur le relèvera, et s’il a commis des péchés, ils lui seront pardonnés. » Saint Jacques 5, 14-15

Alors que la maladie apporte souffrance, inquiétude et peut même entamer le goût de vivre, le sacrement rappelle la dignité de chacun, raffermit la confiance, donne la force de supporter son épreuve et l’assurance qu’il la vit en proximité avec le Christ. Signe de la tendresse de Dieu pour les malades, le sacrement rejaillit sur les proches qui souffrent aussi de l’éloignement provoqué par les hospitalisations, les bouleversements familiaux dus à la maladie… Il pacifie et réconcilie le malade avec lui-même, avec les autres et avec Dieu. L’onction peut être administrée lors d’une célébration dans la paroisse ou avec l’aumônerie de l’hôpital, à domicile ou lors d’un pèlerinage, comme à Lourdes.

 

homélie 29 dim

le psaume de ce dimanche chanté….

«Faire justice », voilà, selon les paroles du Seigneur Jésus, ce que Dieu désire faire sans tarder à ses élus qui le prient avec persévérance. Croire en la réalisation de la justice de Dieu, croire que l’injustice et le mal ne peuvent pas avoir le dernier mot, c’est poser un acte de foi en la vie éternelle et vivre l’espérance qu’un jour toute justice sera rendue, cela est très difficile et d’ailleurs, Jésus termine là-dessus : le Fils de l’homme, quand il viendra, trouvera-t-il la foi sur terre ? Ainsi se trouvent liées la justice et la foi dans la bouche du Seigneur.

Garder ferme la certitude que la justice triomphera, alors que sur terre elle paraît corrompue, faussée, etc., exige que nous considérions que toute chose sera correctement jugée dans la vie éternelle. Notre foi en une vie en Dieu, dans la justice et la paix véritables pour l’éternité est le signe que le Seigneur craint que nous perdions. Si nous ne croyions plus collectivement au jaillissement, à la victoire, de la justice suprême et impartiale de Dieu, affirmée sur la croix et qui sera définitivement rendue à la fin des temps, nous risquons de ne plus avoir envie de nous battre pour que cette justice soit connue de tous les hommes et servie dès ici bas ; car dans le régime de la foi, nos actes sur terre, ici et maintenant, doivent devenir les signes que la justice de Dieu est déjà à l’œuvre.

C’est le pape Benoît XVI qui l’affirme dans son encyclique Spe Salvi qui traite de l’espérance au N° 43, je cite : je suis convaincu que la question de la justice constitue l’argument le plus fort en faveur de la foi en la vie éternelle….il est impossible que l’injustice de l’histoire soit la parole ultime ; la nécessité du retour du Christ et de la vie nouvelle devient totalement convaincante.

Ainsi se battre pour la justice, c’est fortifier sa foi en Dieu.

La seconde chose que l’on peut souligner dans l’évangile de ce soir, c’est le lien que le Seigneur établit entre la justice et la prière : il nous rappelle qu’il faut demander sans se lasser que la justice s’établisse. Est-ce à dire que Dieu aime ce faire prier ? Qu’il prend plaisir à voir l’homme patauger dans sa misère ou sa détresse ? Parce que pour beaucoup, pour moi en tête ; peut être êtes-vous comme moi, j’ai l’impression que Dieu ne me fait pas justice ; qu’il ne me donne pas ce que je lui demande : ni des prêtres en quantité, ni de réduire l’indifférence au malheur des autres, la violence ou la faim et la misère dans le monde. Qu’il laisse, malgré mes suppliques, mes prières sans réponses, mes adversaires se déchaîner, etc…

En fait, le temps que prend Dieu est celui de notre ajustement à sa volonté : être justifié par Dieu c’est d’abord être ajusté à Lui : quand notre demande de justice se limite à la vengeance, le Seigneur nous apprend à pardonner. Le temps qui nous est nécessaire est celui de notre conversion : nous rendre compte que notre victoire est d’abord un don de Dieu mais qui voit sa réalisation passer par nos mains : c’est le cas de la première lecture : les soldats bataillent, mais c’est la prière persévérante de Moïse à Dieu qui donne la victoire : derrière le cocasse de la situation : Moïse aux bras soutenus par Aaron et Hour, Dieu rappelle que c’est avant tout Lui seul qui fait justice et donne satisfaction. A nous d’être tournés vers Dieu de qui tout vient mais en agissant aussi sur le terrain comme les soldats de la première lecture.

Pour être tourné vers Dieu, connaître et servir la vraie justice, Paul dans sa lettre à Timothée nous invite à méditer l’Ecriture : je cite : Toute l’Écriture est inspirée par Dieu ; elle est utile pour enseigner, dénoncer le mal, redresser, éduquer dans la justice ; grâce à elle, l’homme de Dieu sera accompli, équipé pour faire toute sorte de bien. Le vrai justicier sur terre est donc celui qui se nourrit et applique la Parole de Dieu : livrés à elle par la prière, nous devenons les instruments de la réalisation de la justice de Dieu. La justice à la fin des temps exige notre investissement maintenant, de nous mouiller au risque de déplaire aujourd’hui : je cite Paul : proclame la Parole, interviens à temps et à contretemps, dénonce le mal, fais des reproches, encourage, toujours avec patience et souci d’instruire

La justice selon Dieu n’est donc pas la réalisation de nos petites demandes individuelles mais orientation de notre désir vers la vie éternelle. Le Seigneur nous demande, pour que son projet de salut se réalise, de participer dès cette vie, à édifier le royaume qui vient. Pour cela nous devons agir selon sa justice, et oser redire, en fidélité à l’enseignement de l’Eglise, ce qui est bon ou non pour l’homme et la femme de notre temps, comme le font aujourd’hui de nombreuses personnes à Paris pour dire non à la GPA! Amen