homélie du 6° dimanche

Résultat de recherche d'images pour "icône jésus enseignant"

Évangile de J-C selon saint Matthieu

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Je vous le dis : Si votre justice ne surpasse pas celle des scribes et des pharisiens, vous n’entrerez pas dans le royaume des Cieux. Vous avez appris qu’il a été dit aux anciens : Tu ne commettras pas de meurtre, et si quelqu’un commet un meurtre, il devra passer en jugement. Eh bien ! moi, je vous dis : Tout homme qui se met en colère contre son frère devra passer en jugement.

 Vous avez appris qu’il a été dit : Tu ne commettras pas d’adultère.  Eh bien ! moi, je vous dis :  Tout homme qui regarde une femme avec convoitise a déjà commis l’adultère avec elle dans son cœur.

Vous avez encore appris qu’il a été dit aux anciens : Tu ne manqueras pas à tes serments, mais tu t’acquitteras de tes serments envers le Seigneur.  Eh bien ! moi, je vous dis de ne pas jurer du tout. Que votre parole soit ‘oui’, si c’est ‘oui’, ‘non’, si c’est ‘non’. Ce qui est en plus vient du Mauvais. 

Dans l’évangile que nous venons d’entendre, j’aimerai retenir trois choses qui peuvent nous aider à comprendre combien la personne et l’enseignement de Jésus étaient à son époque comme à la nôtre encore une véritable révolution… Ces trois choses sont d’abord l’attitude de Jésus « Vous avez appris qu’il a été dit …. Eh bien ! moi, je vous dis », ensuite je voudrais souligner l’implications des paroles de Jésus pour notre vie morale, enfin je souhaite m’arrêter sur la phrase : «Que votre parole soit ‘oui’, si c’est ‘oui’, ‘non’, si c’est ‘non’.»

1/ vous avez appris qu’il a été dit…. Moi je vous dis. Ceux et celles qui ont écouté cette parole de Jésus il y a 2000 ans ont du être grandement choqué ! D’ailleurs il est dit dans le texte grec, qu’ils étaient effrayés. En effet, en parlant ainsi, Jésus se permet de compléter la loi dictée par Dieu à Moïse lors de l’exode. En agissant ainsi, Jésus se place au même niveau que Dieu….et c’est cela qui effraie ses auditeurs qui comprennent que Jésus se prend pour Dieu, se fait l’égal de Dieu ! Cette attitude de Jésus révèle qui il est vraiment : Dieu venu à la rencontre des hommes. Ainsi chacun doit désormais se placer pour ou contre Jésus en tant que Fils de Dieu : est-ce que je crois qu’il a le pouvoir et le droit de changer la loi ou non, donc est-il est Dieu oui ou non ?

2/ qu’est ce qui change dans la loi après les paroles de Jésus ? A bien relire ces nouveaux enseignements de Jésus, on découvre qu’il affine beaucoup la loi de Moïse, qu’il essaie de bonifier ceux qui veulent vivre à sa suite : Je vous le dis : Si votre justice ne surpasse pas celle des scribes et des pharisiens, vous n’entrerez pas dans le royaume des Cieux. L’enjeu c’est notre conversion pour être trouvés digne d’entrer, après notre passage par la mort, dans le Royaume des cieux. Jésus nous invite donc à réfléchir à notre vision du péché car nous avons tendance hier comme aujourd’hui à classer les fautes et les péchés du plus grave au moins grave. Agir ainsi, c’est oublier qu’un péché est un péché d’une part et que d’autre part, commettre de nombreux petits péchés finit par nous éloigner de Dieu aussi sûrement qu’un péché mortel. Il s’agit donc d’éviter au maximum de faire le mal pour ne pas être happé par lui. Vous connaissez tous le proverbe « qui vole un œuf, vole un bœuf ». Ce proverbe est un bon moyen de comprendre les propos de Jésus qui nous paraissent bien durs !  Il signifie qu’il n’y a pas de petit délit, et que lorsqu’on commence par en commettre un, on risque d’en commettre de plus gros. Il s’agit donc de nous mettre en garde. En effet, nous avons en nous une capacité naturelle qui s’appelle l’habitus, elle permet à chacun de nous de faire de mieux en mieux ce que nous faisons, autant en bien qu’en mal. Ainsi, Jésus nous prévient que choisir un petit mal risque de nous conduire vers un plus grand et sur le chemin de la sainteté il nous faut rien laisser passer : des insultes, des paroles insinuées, peuvent tuer autant qu’une arme (voyez les affaires politiques…) ; regarder un homme ou une femme avec convoitise c’est ouvrir la porte à l’adultère ; jurer et ne pas tenir sa parole est aussi ouvrir la porte à une certaine médiocrité morale. Et Jésus nous a enseigné par toute sa vie et ses actions que le meilleur moyen de lutter contre le mal est toujours de faire le plus de bien possible. Ce qui nous jugera le plus sûrement, c’est l’amour « en acte et en vérité » à destination des autres !

3/ Que votre parole soit ‘oui’, si c’est ‘oui’, ‘non’, si c’est ‘non’. On comprend alors mieux cette parole exigeante de Jésus : il s’agit de clarifier nos actions et de savoir ce que l’on veut. En d’autre terme : il doit y avoir en nous une cohérence entre ce que ce nous pensons, ce que nous disons et ce que nous faisons ! Ainsi un chrétien solide dans sa foi et véritablement ami du Christ n’a pas besoin de jurer pour qu’on le croit, ses paroles et son comportement sont le témoignage que sa foi est vraie et profonde. Et c’est souvent à ce niveau là que l’on fait des reproches aux chrétiens qui peuvent bien aller à la messe alors qu’ils font ceci ou cela.

Le Seigneur Jésus nous demande d’être cohérents dans notre foi en orientant toute notre vie vers le bien. Ce n’est pas impossible, mais c’est exigeant. En laissant vivre et œuvrer en nous l’Esprit Saint reçu à notre baptême et à notre confirmation, en accueillant sans cesse la vie du Seigneur par les sacrements, Jésus nous configure à lui et Il peut agir à travers nous. Il fait de nous sa Bonne Nouvelle au milieu des hommes et des femmes de ce XXI° siècle, nous devenons Evangile vivant pour eux et donc un possible chemin de salut !Voilà notre belle mission, être un « oui » à l’amour pour que ce monde soit sauvé. Alors prêts pour l’aventure ?