homélie du 2° dimanche de carême

Dimanche dernier nous arpentions le désert des tentations contemplant le Seigneur qui bataillait contre le diable, aujourd’hui avec lui, et avec Pierre, Jacques et Jean nous gravissons la montagne…Il nous faut bien saisir tout ce que cela signifie. En effet, tous les événements qui se passent sur une montagne dans l’Ancien Testament trouvent un écho dans la vie de Jésus relatée dans le Nouveau Testament. Ainsi, comme Dieu, au Mont Sinaï, donna les tables de la loi à Moïse, de même, Jésus, à la montagne des béatitudes, donna la loi nouvelle à ses disciples. Comme le prophète Elie montait à l’Horeb pour reconnaître Dieu dans une brise légère, de même, Jésus se réfugiait dans la montagne pour prier son Père dans le secret. De même, la prophétie d’Isaïe, qui annonce qu’«un jour viendra où le Seigneur, Dieu de l’univers, préparera un festin pour tous les peuples sur sa montagne », est réalisée par Jésus, qui sur la montagne, nourrit une foule affamée lors de la multiplication des pains. Enfin, comme Dieu, sur le mont Sinaï, se révèle à Moïse, dans le buisson ardent, de même Jésus, sur la montagne sainte de la transfiguration, révèle sa divinité à Pierre, Jacques et Jean.

En effet, juste avant la transfiguration, l’évangéliste Matthieu nous raconte que Pierre, à la question de Jésus « pour vous qui suis-je » fait, sa profession de foi : « Tu es le Christ, le Fils du Dieu Vivant ». Ainsi par sa transfiguration Jésus, dévoile aux disciples sa divinité, il confirme visuellement ce que Pierre a confessé verbalement. Il se révèle aux yeux des disciples et aux nôtres, comme le Dieu véritable, qui accomplit la loi symbolisée par la présence de Moïse et les prophètes symbolisés par la présence d’Elie.

Comme après la profession de foi de Pierre, Jésus, après sa transfiguration, annonce à nouveau sa passion. Cela montre que la transfiguration est une étape de soutien intensif de la foi des disciples pour qu’ils puissent affronter la Passion de leur Maître Jésus. En effet quand viendra l’heure de la croix sur la colline du Golgotha, les disciples, auront conservé, même enfouie dans leur cœur, l’image du Christ rayonnant de gloire sur la montagne de la transfiguration!

La révélation de la divinité de Jésus lors de la transfiguration a encore une autre mission : elle annonce aussi notre futur, notre vocation. Dans son livre, Jésus de Nazareth, le pape Benoît commentant le récit de la transfiguration écrit : « le vêtement blanc de lumière que porte Jésus lors de la Transfiguration parle aussi de notre avenir.» Car, « par le baptême, nous avons été revêtus de lumière avec Jésus et nous sommes devenus nous-mêmes lumière. » Ainsi, la Parole du Père « celui-ci est mon fils bien-aimé, en qui j’ai mis tout mon amour, écoutez-le » s’adresse à nous également, nous sommes, par notre baptême, les enfants bien-aimés du Père, en qui et par qui le Père parle et désire porter sa lumière à tous les hommes et femmes de tous les temps.

Donc, conscient de cette vocation d’être lumière pour les autres, tâchons de changer un peu nos comportements. 1/ Être transfiguré pendant ce carême c’est peut être choisir de moins faire la gueule et même de sourire. 2/ C’est aussi prendre le temps de visiter des personnes malades et regarder avec foi les visages défigurés par la maladie, la souffrance ou le péché, et d’y déceler le visage transfiguré du Christ. 3/ Être transfiguré c’est enfin redécouvrir que ce ne sont ni les maquillages, ni les soins anti-âge de la peau qui font resplendir sur nous le Christ, mais plutôt, la joie intérieure d’une foi assumée comme le rappelle st Paul « c’est lui, Dieu qui transfigurera nos pauvres corps pour les rendre semblables a son corps glorieux ... »

Et là, nous touchons à l’Eucharistie. Il nous faut faire quelques liens entre ce que nous allons célébrer maintenant et l’évangile d’aujourd’hui ! En effet, à chaque Eucharistie, l’autel devient le Tabor, la montagne de la transfiguration ! Nous recevons par notre communion au corps du Christ comme un rayon de lumière qui nous fait tenir dans la foi, pour avancer vers la lumière qui ne passera pas. Et de même que les disciples gardant en eux la chaleur de la lumière de la transfiguration redescendent de la montagne, de même chacun de nous portant en lui, par la communion, la lumière du Christ ressuscité, doit descendre dans le monde pour vivre sa foi au quotidien. La transfiguration est le gage de notre éternité, alors à la suite des apôtres et de tous les saints, marchons avec confiance et sérénité vers la Pâques qui annonce notre pâque et notre béatitude. Amen