homélie du 3° dimanche de Pâques

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

    Le même jour (c’est-à-dire le premier jour de la semaine), deux disciples faisaient route vers un village appelé Emmaüs, à deux heures de marche de Jérusalem, et ils parlaient entre eux de tout ce qui s’était passé. 
    Or, tandis qu’ils s’entretenaient et s’interrogeaient, Jésus lui-même s’approcha, et il marchait avec eux. Mais leurs yeux étaient empêchés de le reconnaître.  Jésus leur dit : « De quoi discutez-vous en marchant ? » Alors, ils s’arrêtèrent, tout tristes. L’un des deux, nommé Cléophas, lui répondit :
« Tu es bien le seul étranger résidant à Jérusalem qui ignore les événements de ces jours-ci. »
    Il leur dit : « Quels événements ? » Ils lui répondirent : « Ce qui est arrivé à Jésus de Nazareth,
cet homme qui était un prophète puissant par ses actes et ses paroles devant Dieu et devant tout le peuple : comment les grands prêtres et nos chefs l’ont livré, ils l’ont fait condamner à mort et ils l’ont crucifié.  Nous, nous espérions que c’était lui qui allait délivrer Israël. Mais avec tout cela, voici déjà le troisième jour qui passe depuis que c’est arrivé. À vrai dire, des femmes de notre groupe
nous ont remplis de stupeur. Quand, dès l’aurore, elles sont allées au tombeau,  elles n’ont pas trouvé son corps ; elles sont venues nous dire qu’elles avaient même eu une vision : des anges, qui disaient qu’il est vivant. Quelques-uns de nos compagnons sont allés au tombeau, et ils ont trouvé les choses comme les femmes l’avaient dit ; mais lui, ils ne l’ont pas vu. » Il leur dit alors : « Esprits sans intelligence ! Comme votre cœur est lent à croire tout ce que les prophètes ont dit ! Ne fallait-il pas que le Christ souffrît cela pour entrer dans sa gloire ? » Et, partant de Moïse et de tous les Prophètes,
il leur interpréta, dans toute l’Écriture, ce qui le concernait.
    Quand ils approchèrent du village où ils se rendaient, Jésus fit semblant d’aller plus loin. Mais ils s’efforcèrent de le retenir : « Reste avec nous, car le soir approche et déjà le jour baisse. »
Il entra donc pour rester avec eux.
    Quand il fut à table avec eux, ayant pris le pain, il prononça la bénédiction et, l’ayant rompu,
il le leur donna. Alors leurs yeux s’ouvrirent, et ils le reconnurent, mais il disparut à leurs regards.     Ils se dirent l’un à l’autre : « Notre cœur n’était-il pas brûlant en nous, tandis qu’il nous parlait sur la route et nous ouvrait les Écritures ? » À l’instant même, ils se levèrent et retournèrent à Jérusalem.
Ils y trouvèrent réunis les onze Apôtres et leurs compagnons, qui leur dirent : « Le Seigneur est réellement ressuscité : il est apparu à Simon-Pierre. » À leur tour, ils racontaient ce qui s’était passé sur la route, et comment le Seigneur s’était fait reconnaître par eux à la fraction du pain.

Sortant de Jérusalem et tournant ainsi le dos à la ville et aux évènements qui virent le jugement et la mort en croix de Jésus, deux de ses disciples rentrent à Emmaüs tristes et dépités. Ils avaient tellement cru aux paroles de Jésus, ils avaient assistés à tant de miracles et de guérisons, ils l’avaient  vu à l’œuvre contre le mal et le péché, nourrissant des milliers de personnes au jour de la multiplication des pains. Jusqu’au dernier moment ils espéraient qu’il révèlerait sa gloire. Ils désiraient tant que devant les grands de ce monde, Caïphe, Hérode et Pilate Jésus ferait éclater sa puissance et sa divinité. Quelle déception alors de le voir cloué à la croix, de le voir rendre son dernier souffle, de le voir mis au tombeau. Ils pensaient tellement à la manière des hommes qu’ils n’ont pas vu que Jésus remportait la grande victoire, non pas contre les grands de ce monde, ils passent ceux-là (d’ailleurs n’oubliez pas cette évidence là quand vous irez voter !), mais contre ce qui humilie vraiment l’homme et l’empêche d’être tout à Dieu, à savoir la mort et le péché. La victoire du Christ c’est l’homme nouveau jailli du tombeau : un homme dont le corps glorifié éclate de la vie divine, un homme libéré du péché, tout entier accédant à ce dernier stade de l’évolution qui est la vie spirituelle en Dieu.

Mais pour l’instant sur ce chemin qui mène à Emmaüs, les disciples n’en sont pas là, et Jésus les rejoint, fait route avec eux, il marche à leurs côtés. Mais tant qu’ils n’ont pas fait le deuil de leurs illusions ils ne pourront pas accueillir cette nouveauté inouïe de la vie nouvelle. Jésus toujours se propose, jamais ne s’impose… alors commence la plus extraordinaire catéchèse de tous les temps : Jésus lui-même partant de Moïse et de tous les Prophètes, leur interpréta, dans toute l’Écriture, ce qui le concernait. Les paroles de feu du Seigneur Jésus réchauffent puis embrasent leur cœur : Jésus redonne du sens à tout ce qu’ils ont vécu et leur ouvre les espaces infinis de la vie en Dieu. L’évangile raconte que les disciples se dirent l’un à l’autre : « Notre cœur n’était-il pas brûlant en nous, tandis qu’il nous parlait sur la route et nous ouvrait les Écritures ?

Oui, frères et sœurs le cœur des disciples étaient embrasés d’amour, ils sentaient que les paroles de feu de Jésus correspondaient à leur désir le plus profond. La vie renaissait enfin en eux, le désir d’éternité un temps éteint par leur peine et la traversée des épreuves était à nouveau rassasié. St Augustin l’exprimera ainsi : « Dieu nous a fait pour lui, et notre cœur est sans repos tant qu’il ne demeure en Lui ». Et vous mes frères et sœurs, mes amis baptisés dans la mort et la résurrection du Christ, est-ce là votre désir profond, votre attente, votre joie ? Vers où dirigez-vous votre vie, à qui êtes-vous prêts à remettre le gouvernail de votre vie, pour quel sommet de vie êtes-vous prêts à partir à l’aventure ?

Frères et sœurs vignerons, même si la peine provoquée par le gel de vos vignes et le découragement prennent dans vos cœurs la place de la joie de l’Evangile, même si la déception s’immisce un jour dans votre amour conjugal prenant la place de la joie de l’Evangile, même si la faiblesse et parfois la médiocrité font de nous tous les baptisés de piètres témoins de l’Evangile, laissons-nous rejoindre par Jésus, comme il a rejoint les disciples d’Emmaüs. Ecoutez ce qu’en dit le pape François : « En eux, la tristesse a pris la place de la joie de l’Évangile. Que fait Jésus ? Il ne les juge pas, il parcourt la même route qu’eux et, au lieu d’élever un mur, il ouvre une nouvelle brèche. Lentement, il transforme leur découragement, il rend brûlants leurs cœurs et ouvre leurs yeux, en annonçant la Parole et en rompant le Pain. De la même manière, le chrétien ne porte pas seul l’engagement de la mission, mais dans les fatigues et dans les incompréhensions, il fait aussi l’expérience que « Jésus marche avec lui, parle avec lui, respire avec lui, travaille avec lui. Il ressent Jésus vivant avec lui au milieu de l’activité missionnaire » (message pour les vocations 2017)

Car le mariage que vous y préparez depuis hier, le baptême de Tessa tout à l’heure, la vie de st Vernier, (mort vidé de son sang car il refusait de rendre à des bandits l’Eucharistie qu’il venait d’avaler), la vie de tous les martyrs et saints de l’Eglise, votre vie de vigneron qui fêtez votre st patron aujourd’hui, vos vies de chrétien, et au plus haut point la célébration de notre Eucharistie aujourd’hui, n’ont d’autre objet, d’autre but que de nous faire demeurer dans le cœur de Dieu. Chaque chrétien qui reçoit et vit du Corps du Christ est immergé dans le cœur de Dieu et il est saisi par l’amour de Dieu, il est parer pour la plus grande aventure de tous les temps : préparer sa divinisation pour partager la vie de Dieu.

Alors dépassez vos peurs, vos craintes, vos tristesses, vos découragements, vos jugements, vos doutes et vos déceptions et jetez-vous en Dieu ! Laissez-le faire sa demeure en vous, que sa vie reçue dans la fraction du pain qui le rend présent, vous donne la vraie paix, le repos de l’âme et la force de vivre en chrétien. Amen

Fête de la divine miséricorde à Lons…

La paroisse Saint-Désiré de Lons-leSaunier a invité les diocésains à une Fête de la Miséricorde, le 23 avril, 2ème dimanche de Pâques. après une très belle et priante célébration eucharistique le matin aux Cordeliers dans une église comble.

Mgr Jordy a, en début d’après-midi, entretenu les 70 personnes présentes de l’exhortation « Misericordia et misera » que le pape François nous a donné en clôture de l’Année de la Miséricorde. Il a articulé son propos selon 3 axes : cette lettre apostolique est le point d’arrivée d’une démarche spirituelle et de la manière dont l’Esprit a conduit l’Eglise depuis plus de 60 ans ; le texte de la femme adultère (Jn 8, 1-11) présenté par le Pape dans sa lettre est un texte majeur pour comprendre la Miséricorde, il en est même l’icône ; enfin, cette lettre est la feuille de route pour la mission de l’Eglise dans les années à venir tant elle nous donne des points de conversion et d’avancée spirituelle.

durant la journée des personnes ont vu vivre le sacrement de la réconciliation, réciter le chapelet de la Miséricorde ou demander la prière des frères.

 

ensuite, Véronique Lévy, juive laïque convertie au catholicisme a donné le témoignage de sa conversion devant plus d’une centaine de personnes. Difficile d’en faire le résumé. Alors quelques idées forces : Celui qui nous rend notre visage, c’est le Seigneur ; Marie, par son immaculée conception est totalement libre d’accueillir en plénitude la miséricorde du Seigneur et d’être éternellement liée à Lui ; l’humilité est la capacité à s’émerveiller du choix du Seigneur sur nous.

 

la journée s’est achevée par le chant des vêpres.

20170423_170224

ANNONCES du 30 avril au 7 mai 2017

ANNONCES du 30 avril au 7 mai 2017

Aujourd’hui baptême de Tessa HECHT aux Cordeliers

Lundi 1er mai    Fête de St Joseph, travailleur

  • Messe chez les Sœurs de l’Alliance,
  • Préparation de la messe du 7 mai, à la cure à 20h.

 Mercredi 3 mai

  • Messe à Conliège à 10h30,
  • Rencontre de la commission solidarité pour faire le point sur les événements passés et envisager l’avenir, à la cure à 17h00,
  • En ce mois de mai, chapelet aux cordeliers à 17h45 suivi de la messe à 18h30,
  • Réunion des équipes liturgiques de St Luc, à 20h00.

 Jeudi 4 mai

  • Messe à St Luc à 18h30.
  • Temps de prières à l’oratoire des Sœurs de l’alliance rue des Tanneurs, à 20h30.

 Vendredi 5 mai

  • Messe à St Luc à 9h00,
  • Rencontre fraternelle pour organiser plus précisément Festi’Joie (le festival de théâtre religieux burlesque des 1er et 2 juillet 2017 à Poligny).  RDV à la Maison du diocèse de Poligny, à 18h30,  Toutes les bonnes volontés seront accueillies avec Joie. N’hésitez pas à faire passer cette invitation aux personnes de votre entourage.

Samedi 6 mai

  • Temps Fort des 6ème à Ste Marie, du 9h à 12h,
  • Eveil à la Foi, à St Luc à 10h00,
  • Messe à la Maison d’Arrêt,
  • Adoration du St Sacrement, chapelle des Cordeliers, de 16h à 17h,
  • Confessions aux Cordeliers à 17h00.

Dimanche  : 7 mai  –  4ème dimanche de Pâques

Journée mondiale de prière pour les vocations.

A cette occasion temps de prière chez les Petites Sœurs des Pauvres à 15h30 auquel vous êtes largement conviés.

********

Sortie en famille au sanctuaire d’Ars

Samedi 13 mai  2017

Trajets en car – inscriptions au secrétariat

Après le 4 mai, nous ne pourrons pas vous assurer une place dans le car.

Pour tous renseignement : https://www.doyennedelons.com

*************

INTENTIONS DE MESSES du 30 avril au 7 mai 2017

Dimanche 30/04/2017

 

3ème Dimanche

de Pâques

 

 

10h 30 : Cordeliers

 

10h 30  : Crançot

 

Pour les fiancés qui se préparent au mariage,

Rosette ROTA, Intentions particulières,

Marcel et Monique BONNET (en action de grâce pour 60 ans

de mariage), Marie-Thérèse et André PICARD et vivants et défunts de leur famille,

Paulette MARTIN et famille,

Pour les anciennes du central téléphonique,

René BOISSON,

Anna et Romain,

René MILLET et sa famille,

Louis et Gisèle VANNIER (anniversaire),

Bernard POULET et sa famille,

Familles MARTELET,

Jacques MONOT (suite obsèques).

Lundi  1er/05/2017

St Joseph, travailleur

18h 30 : Cordeliers  

 

Mardi  02/05/2017

St Boris

8h 30 : Cordeliers  

 

Mercredi 03/05/2017

St Philippe et St Jacques

10h 30 : Conliège

18h 30 : Cordeliers   

 

 

Jeudi 04/05/2017

St Sylvain

8h 30 : Cordeliers

18h 30 : St Luc

 
Vendredi 05/05/2017 

Ste Judith

9h 00 : St Luc

18h 30 : Cordeliers 

 
Samedi 06/05/2017

Ste Prudence

8h 30 : Cordeliers  
Samedi 06/05/2017 18h 00 : St Désiré  En réparation au cœur immaculé de Marie
 Dimanche 7/05/2017

4ème Dimanche

de Pâques

 

 

   9h 00 : Perrigny

 10h 30 :Cordeliers

 10h 30  : Crançot

 

 

Georges GREBOT (suite obsèques),

Madeleine et Louis LAGRANGE,

Julia DENIS-Georges DENIS son grand-père, Alberte DENIS et Paulette POLY ses grand-mères,

Paulette MARTIN et famille, René BOISSON,

Emile et Denise GUY, Familles DALOZ-PETETIN,

Jean-Marie LAGALICE et sa famille,

Bernard POULET et sa famille,

Famille Bernard COULON,

Famille LANCON-DELAVENNA,

Solange GILBERT, Renée DUVAL,

Geneviève ROBERT et défunts de la famille BOURGEOIS-BRENOT,

Marcel BERNARD et famille,

Marguerite POTARD et défunts de la famille,

Eugène et Berthe SAIVE.

ANNONCES du 23 au 30 avril 2017

ANNONCES du 23 au 30 avril 2017

Aujourd’hui fête de la Divine Miséricorde, le Programme de la journée est sur les feuilles de chants. Toutes les activités se déroulent à l’église des Cordeliers points forts :

  • 13h30/ 14h45 – Conférence Mgr Vincent Jordy
  • 15h30 /16h30 – Dialogue avec Véronique Levy

   *********

Du lundi au vendredi pèlerinage diocésain à Lourdes

 *********

Lundi 24 avril

  • Pas de messe chez les Sœurs de l’Alliance,
  • Préparation de la messe du 30 avril, à la cure à 20h,
  • Préparation au Baptême, à la cure à 20h.

Vendredi 28 avril

  • Temps de prière avec l’AED : Aide à l’Eglise en Détresse, à 17h 45 à la chapelle

des Cordeliers suivi de l’eucharistie à 18h 30.

Samedi 29 et Dimanche 30 avril : Préparation au mariage, salle des Tanneurs.

Dimanche  30 avril –  Fête de la Saint Vernier

3ème dimanche de Pâques mais 5ème dimanche du mois ! Donc une messe unique

pour nos deux paroisses des Roches et Saint Désiré à 10h 30 aux Cordeliers.

*********

Sortie en famille au sanctuaire d’Ars

samedi 13 mai  2017

 Trajets en car – inscriptions au secrétariat

Après le 4 mai, nous ne pourrons pas vous assurer une place dans le car.

Pour tous renseignement : https:/

*******************

INTENTIONS de MESSE du 23 au 30 AVRIL 2017

Samedi 22/04/2017

St Alexandre

18h 30 : Revigny  

Famille BLAND et Adrienne BOIS,

René BOISSON, 

Pour Anna et Romain et leurs familles,

Pierre DURAND (suite obsèques),

Stéphane TISO,

Bernard POULET et sa famille,

Christiane MICHEL (suite obsèques),

Défunts famille JALLEY,

Défunts famille BOURGEOIS,

Louis et Jean BOURGEOIS, défunts des familles BOURGEOIS-BRENOT,

Défunts famille BAUD-OLIVIER.

Dimanche

 

23/04/2017

 

DIMANCHE DE LA DIVINE MISERICORDE

 

 

10h 30 :  Cordeliers

 

10h 30 : Crançot

 

Lundi  24/04/2017

St Fidèle

18h 30 : Cordeliers  

 

Mardi  25/04/2017

St Marc

8h 30 : Cordeliers  

 

Mercredi 26/04/2017

Ste Alida

10h 30 : Conliège

18h 30 : Cordeliers   

 

 

Jeudi 27/04/2017

Ste Zita

8h 30 : Cordeliers

18h 30 : St Luc

 
Vendredi 28/04/2017 

Ste Valérie, St Pierre Chanel

9h 00 : St Luc

18h 30 : Cordeliers 

Marcel GHELMA et sa famille
Samedi 29/04/2017

Ste Catherine de Sienne

8h 30 : Cordeliers  

 

 

30/04/2017

3ème Dimanche

de Pâques

 

 

10h 30 :  Cordeliers

 

 

Pour les fiancés qui se préparent au mariage,

Rosette ROTA, Intentions particulières,

Marcel et Monique BONNET (en action de grâce pour 60 ans de mariage), Paulette MARTIN et famille,

Pour les anciennes du central téléphonique,

René BOISSON,

Anna et Romain,

René MILLET et sa famille,

Louis et Gisèle VANNIER (anniversaire),

Bernard POULET et sa famille,

Familles MARTELET,

Jacques MONOT (suite obsèques).

Lire la suite

MESSES du 7 mai au 30 juillet 2017

 

Dates
Messe anticipée du Dimanche (samedi  soir)
                               Dimanche
07/05/2017 18h00    St Désiré 9h00 Perrigny 10h30 Cordeliers 10h30 Briod
14/05/2017 18h30 Revigny 9h00         St Luc 10h30 Cordeliers 10h30 Verges
21/05/2017 18h30 Montmorot 9h00         St Désiré 10h30 Cordeliers 10h30 Mirebel
25/05/2017 ASCENSION 10h30 Cordeliers 10h30   Vevy
28/05/2017 18h30    St Luc 9h00 Conliège 10h30 Cordeliers 10h30  Briod
PENTECOTE 04/06/2017 18h00   St Désiré 9h00 Montmo-rot 10h30 Cordeliers 10h30 Crançot
11/06/2017 18h30 Perrigny 9h00         St Luc 10h30 Cordeliers 10h30 Mirebel
18/06/2017 18h30 Revigny 9h00         St Désiré 10h30 Cordeliers 10h30   Vevy
25/06/2017 18h30     St Luc 9h00 Conliège 10h30 Cordeliers 10h30 Verges
02/07/2017 18h30    St Désiré 9h00 Perrigny 10h30 Cordeliers 10h30  Briod
09/07/2017 18h30 Revigny 9h00         St Luc 10h30 Cordeliers 10h30 Mirebel
16/07/2017 18h30 Montmorot 9h00         St Désiré 10h30 Cordeliers 10h30   Vevy
23/07/2017 18h30    St Luc 9h00 Conliège 10h30 Cordeliers 10h30 Mirebel
30/07/2017 Messe en doyenné : 10h30  aux Cordeliers 

 MARIAGE

  • de Laurent BELLUCO et Nathalie GRIGI le 8/04/2017

BAPTEMES

  • de Léon STASIAK,
  • Edouard BELOT,
  • Hugo DAUTELOUP,
  • Cybèle THIBAULT

OBSEQUES  depuis le 15 février 2017

Paroisse Saint Désiré  :

Denis KEDAD, Fabio BONI, Myriam MARECHAL, Marie-Rose BUTY, Claude BOUZIDA,

Jean-Marie LAGALICE, Christian CROLET, Yvette BOULEFKHAD, Gabrielle JANET,

Germaine CHAMBIER, Gilbert LONCHAMPT, Yvette PATEY, Anne CHARNAL,

Renée GROS, Jean RONGIER, Georgette LOUREAU, Yvette PETITJEAN,

Jean-Michel PERRAUD, Colette GUYON, Jeannine GAUGIER, Christine PARIS,

Roger HUMBEY, Modeste TROUILLOT, Maryvonne GASNE, Pierre DURAND,

Annick MEYER, Marie-Louise JACQUET, Christiane MICHEL, Roger LABET,

Jacques MONOT, Georges GREBOT, Simone LEPINARD

Paroisse les Roches :

Gérard GAILLY de Mirebel

homélie du jour de Pâques

Ces derniers jours ont été rudes pour les amis de Jésus : leur maître et Seigneur est mort. Celui en qui ils avaient mis leur espérance, celui qui avait rempli leur cœur du feu de Dieu git au fond d’un tombeau depuis 2 jours déjà. Celui qu’ils ont vu avec autorité guérir les malades, chasser les démons, pardonner les péchés, réaliser de grands miracles est mort. Ils n’ont même pas eu le courage de se tenir au pied de la croix pour le soutenir dans son agonie. Il est mort et mis au tombeau, comme ils ont mis en berne leur joie, leur espérance, leur envie de vivre. Ils sont au plus bas, anéantis par leur souffrance. Et c’est là, quand les ténèbres semblent l’emporter, quand la mort croit être victorieuse que jaillit un évènement qui fait renaître la flamme de l’espérance, le souffle de la vie dans les cœurs et les âmes prisonniers des regrets et de la culpabilité.

Cet évènement n’est rien de sensationnel pour l’instant, juste un petit brin de femme, Marie-Madeleine qui s’en revient du cimetière en courant, elle court donc trouver Simon-Pierre et l’autre disciple, celui que Jésus aimait, et elle leur dit : « On a enlevé le Seigneur de son tombeau, et nous ne savons pas où on l’a déposé. »

Qu’est-ce qui se passe dans la tête des disciples ? que comprennent-ils des mots de cette femme ? Quel crédit accorder aux paroles d’une femme qui se prostituait ? Et en même temps une force qu’ils ne peuvent contenir les envahit et les sort de leur tristesse et de leur torpeur. Une puissance, celle de l’espérance peut-être, les remet sur pieds et voilà nous dit l’Evangile que Pierre partit avec l’autre disciple pour se rendre au tombeau. Ils couraient tous les deux ensemble. Du fond de leur tristesse, du fond de leur misère et de leurs doutes une force les relève, les met en marche et les aide à courir ensemble, dans le même sens, vers le même but, le Tombeau de leur ami Jésus.

Cette force nouvelle les conduit vers un lieu de mort, c’est étrange non ? Et si cela signifiait que tout recommence là où ils ont cru de tout était fini ? Et si le tombeau n’était plus désormais l’abîme des années perdues mais plutôt la porte vers la vie éternelle, le portail qu’il faut franchir pour vivre réellement une vie d’homme pleine et entière ! Alors nos disciples courent vers le tombeau de leur Maître, vers le tombeau de leur Dieu car ils sentent que c’est de là que tout recommence. C’est de la mort que jaillit la vie, c’est du tombeau que jaillira l’homme nouveau, le Christ ressuscité….

Et nous où allons-nous ? Vers quoi courons-nous durant nos années de vie ? Quelle espérance nous nourrit, quel bonheur attendons-nous ? En ce jour de grande fête, comme les disciples sachons revenir à la source, là où tout commence à nouveau, là où tout revient à la vie, là où nous ressuscitons, libres et vainqueurs de nos peurs, de nos péchés, de nos faiblesses et de toutes ces morts qui nous empêchent de vivre vraiment. Dans sa souffrance, dans son agonie, dans sa mort sur la croix  Jésus a pris tous nos péchés, toutes nos faiblesses, toutes nos peurs avec lui, sur lui! Il a fait mourir sur la croix tout ce qui nous empêche de vivre vraiment. Plus encore, grâce à sa mort, nos faiblesses, nos peurs et nos péchés sont aussi mis au tombeau avec lui.

C’est donc au cœur de l’amour qui a pris sur lui notre mal et qui a tout donné de lui-même que notre vie peut repartir, que notre vie peut reprendre sens. Parce qu’il a tout donné par amour pour nous, jusqu’à sa propre vie, nous pouvons tout recevoir de lui. Dans les heures d’angoisse au jardin des oliviers, en s’abandonnant à la volonté de Dieu son Père, il nous a appris à faire une absolue confiance à Dieu dans la traversée de nos épreuves. En offrant et en remettant toute sa vie, jusqu’à son dernier souffle, entre les mains de son Père, il nous indique la source et le but de notre vie : les mains et le cœur de Dieu. En pardonnant jusqu’à l’extrême ses bourreaux, il nous apprend que toute vie en société exige l’amour plus fort que la haine, le pardon plus fort que l’offense, la réconciliation plus forte que la rancune, la vie plus forte que la mort ! En jaillissant vivant pour toujours du tombeau, Il nous apprend que notre destinée est le ciel, c’est st Paul qui nous le rappelle ce matin : Frères, si vous êtes ressuscités avec le Christ, recherchez les réalités d’en haut : rechercher les réalités d’en haut cela commence par vivre aujourd’hui sur cette terre comme des ressuscités : c’est-à-dire glorifier Dieu par nos prières et nos louanges, annoncer à tous les hommes la Bonne Nouvelle de leur salut en Christ et servir tout homme et chaque homme dans le respect et la vérité.

En ce jour de Pâques chacun de nous est appelé à jaillir de son tombeau, à revêtir l’homme nouveau, le Seigneur Jésus Christ, qui s’offre à nous dans la communion à son Corps. Laissez-le Christ, votre Dieu descendre en vous, vivre en vous, faire de vous des ressuscité. Amen

homélie de la veillée pascale

par l’abbé Vincent Billard, diacre qui sera ordonné prêtre pour notre diocèse le 25 juin prochain!

La Pâques du Seigneur est notre Pâques !

Chers frères et sœurs, chaque année, c’est la même chose ! 3 jours saints, 3 « messes » un peu plus longues que d’habitude, et ce soir : le feu dehors, les nombreuses lectures…Bref tout semble se répéter inlassablement et sans suspens car la fin de l’histoire nous la connaissons : le Christ sera ressuscité. Nous sommes habitués. Mais il n’est jamais trop tard pour découvrir ou redécouvrir certains détails…par exemple le fait que, aux 2/3 de notre célébration, nous n’avons pas encore fait de signe de Croix ! A vrai dire, nous n’en n’avons pas fait depuis l’ouverture de la célébration de la Sainte Cène, jeudi soir ! Pourquoi cela ? Parce qu’en ces jours Saints où nous célébrons la passion, la mort et la résurrection de Jésus nous sommes plongés dans un seul moment liturgique…qui se développe sur un temps long. Mais pourquoi prendre tout ce temps à rappeler des évènements passés, alors que sincèrement 2 heures auraient suffit pour, se remémorer, faire « faire mémoire » de ce qui est arrivé à Jésus ?

I/ Un mémorial

Vous devinez que s’il s’agissait simplement de se rappeler un événement, même fondateur, mais passé, développer la célébration sur un temps si long n’aurait aucun sens ! Mais il y a quelque chose de bien plus grand dans ces célébrations du Triduum, dans cette célébration annuelle du Triduum : il s’agit d’un mémorial. En ces jours nous ne participons pas à une commémoration mais à un mémorial. Et la différence est de taille : alors que la commémoration nous fait évoquer ensemble un souvenir passé pour maintenir une mémoire commune, le mémorial nous plonge aujourd’hui dans ce qui s’est vécu jadis et qui s’actualise pour nous année après année en nous ouvrant sur ce qui vient. Entre commémoration et mémorial il y a un véritable basculement. D’une mémoire que nous faisons d’un évènement, nous passons à un évènement qui fait mémoire de nous en nous intégrant à lui-même. Et cela ne va pas de soi !

II/ La crise de la Mort

Cette logique du mémorial est terriblement exigeante car si l’évènement de la passion, de la mort et de la résurrection nous invite, alors il va nous falloir donner une réponse…et cela, personne ne peut le faire à notre place. Et pour cause, le passage par la mort avec le Christ implique inévitablement des moments de crise et de conversion, où justement et mystérieusement, Dieu parle à notre cœur. La lecture du passage de la Mer Rouge par le peuple hébreu est en ceci très parlante.

Le peuple est devenu nombreux en Egypte : la promesse de Dieu à Abraham s’est réalisée ! Mais voici que cette réalisation de la bénédiction de Dieu devient pour le peuple un motif de malédiction : Pharaon prend peur du grand nombre des hébreux. C’est à n’y plus rien comprendre ! Et cette logique de renversement se poursuit : à peine sorti d’Egypte, le peuple se retrouve acculé devant la Mer infranchissable : « Manquait-il de tombeaux en Egypte ? » (Ex 14, 11). Et la Mer s’ouvre, le peuple traverse, les cris se transforment en chants de louange. C’est un éternel basculement, une éternelle conversion que le peuple vit. Et il lui faut passer par la crise la plus profonde et la plus difficile pour un croyant : « Ce pourrait-il que Dieu ne soit pas fidèle et même méchant ? ».

III/ Notre Pâques

Nous sommes au cœur du mémorial et donc cette crise doit être la nôtre car il faut passer par la Mort, lourde de pourquoi et d’incompréhension, pour laisser Dieu parler au moment où tout semble nous échapper. Cette crise doit être la notre et ce n’est pas pour rien que ce texte de l’Exode est le seul que l’Eglise nous demande de toujours garder et de n’enlever sous aucun prétexte dans le récit de la Nuit de notre Salut. Une question se pose inévitablement : pourquoi ces morts Egyptiens ? Et pourquoi nous réjouir de ces morts… ? Le doute arrive et nous n’osons l’avouer : « Dieu serait-il méchant ? » C’est la crise de la Mort qu’il nous faut traverser sans y répondre trop vite. La réponse que nous donnerons ne peut être toute faite : elle est celle bien plus large de notre foi. C’est dans notre histoire personnelle avec Dieu, notre histoire sainte, que la réponse pourra être donnée.

La mémorial nous plonge « pour de vrai » dans la passion et la mort de Jésus…et si nous nous retrouvons intégrés au présent à un évènement passé, c’est pour nous ouvrir dès aujourd’hui à ce qui viendra : le Résurrection.

Frères et sœurs en cette Nuit où la Vie a vaincu la Mort, demandons la grâce de traverser le chemin de la Mer, d’en faire un chemin de la foi, que la Pâques du Seigneur soit véritablement, année après année, notre Pâques.