homélie du 4° dimanche de Pâques

Évangile de Jésus Christ selon st Jean

En ce temps-là, Jésus déclara :
    « Amen, amen, je vous le dis :
celui qui entre dans l’enclos des brebis sans passer par la porte,
mais qui escalade par un autre endroit, celui-là est un voleur et un bandit. 
    Celui qui entre par la porte, c’est le pasteur, le berger des brebis. Le portier lui ouvre, et les brebis écoutent sa voix. Ses brebis à lui, il les appelle chacune par son nom, et il les fait sortir.
    Quand il a poussé dehors toutes les siennes, il marche à leur tête, et les brebis le suivent, car elles connaissent sa voix.  Jamais elles ne suivront un étranger, mais elles s’enfuiront loin de lui, car elles ne connaissent pas la voix des étrangers. »

    Jésus employa cette image pour s’adresser aux pharisiens, mais eux ne comprirent pas de quoi il leur parlait. C’est pourquoi Jésus reprit la parole : « Amen, amen, je vous le dis :
Moi, je suis la porte des brebis. Tous ceux qui sont venus avant moi sont des voleurs et des bandits ; mais les brebis ne les ont pas écoutés. Moi, je suis la porte. Si quelqu’un entre en passant par moi, il sera sauvé ; il pourra entrer ; il pourra sortir et trouver un pâturage. Le voleur ne vient que pour voler, égorger, faire périr. Moi, je suis venu pour que les brebis aient la vie, la vie en abondance. »

La richesse des textes bibliques par lesquels Dieu s’adresse à nous réside en partie dans les différents niveaux d’interprétation qu’ils permettent. Et l’Evangile de ce dimanche en est une parfaite démonstration. En effet, si nous en restons à une lecture littérale du texte, nous découvrons une simple et véridique histoire paysanne qui rappelle le lien d’autorité et de confiance entre le berger et ses brebis. Seulement nous pouvons encore monter d’un cran et comprendre ce texte comme une métaphore (ou une analogie), c’est-à-dire parler d’une réalité pour en faire découvrir une autre. Ainsi Jésus parle de la communauté des premiers croyants : la Bergerie est une image de l’Eglise, les Bergers sont les apôtres, les Brebis sont les premiers chrétiens, Jésus comme il le dit lui-même est la porte et le portier est l’Esprit Saint. Ainsi on comprend que pour entrer dans l’Eglise primitive, pour devenir chrétien, il fallait passer par la porte qui est le Christ, c’est-à-dire par le baptême qui nous revêt de sa vie et recevoir l’Esprit Saint qui permet de vivre en véritable disciple. Quant aux pasteurs qui sont les apôtres leur rôle est de prendre la tête du peuple de Dieu dont ils ont à connaître chacune des personnes.

Mais on peut encore aller plus loin et lire ce texte pour aujourd’hui. La Bergerie reste l’Eglise, les Brebis sont les chrétiens de part le monde, la porte et le portier reste le Christ et l’Esprit Saint et les pasteurs, les bergers sont les évêques et les prêtres. Alors on peut réfléchir à ce que signifie pour celui qui désire être pasteur d’entrer par la porte. Si par le baptême chaque chrétien revêt le Christ, les prêtres par le sacrement de l’ordre le revêtent d’une manière plus spéciale encore : on dit qu’ils sont configurés au Christ tête et pasteur de son Eglise. Par là on veut dire qu’ils sont saisis par le Christ et transformé dans leur être profond jusqu’à devenir, dans la pauvreté assumée de leur vie, une humanité de surcroit pour lui, par laquelle le Christ agit et se rend présent aux hommes et femmes du monde entier. C’est ainsi, que Vincent et William recevront le sacrement de l’ordre le 25 juin prochain, pour être à leur tour bergers de notre Eglise qui est à st Claude.

Utilisant les mêmes clés de lecture, découvrons quelle est la mission d’un prêtre dans l’Eglise (cela peut aussi s’appliquer à tous les baptisés à leur niveau !)

1/ les brebis écoutent sa voix. Quelle grande responsabilité que celle du prêtre dans les propos qu’il tient, quant au ton qu’il prend, quant aux mots qu’il utilise. En effet, il parle au nom du Seigneur, qui s’est fait parole de Dieu pour s’adresser à nous. Or, comme le rappelle le pape François dans son message en ce dimanche, journée mondiale de prière pour les vocations: « Il ne peut jamais y avoir de mission chrétienne sans la prière assidue et contemplative ».Ainsi, laisser le Christ parler à travers nous requière d’abord de mettre la prière, la contemplation, la lecture et la méditation de l’Ecriture au cœur de notre vie spirituelle et aussi de supplier le portier de la bergerie, qui est l’Esprit Saint, d’aider les prêtres à comprendre la Parole de Dieu et à la mettre en pratique.

2/ Ses brebis à lui, il les appelle chacune par son nom, non seulement les prêtres parlent au nom du Seigneur à tous les chrétiens, mais ils doivent aussi vivre une relation familiale avec eux. Connaître chacun par son nom exige d’être totalement disponible pour eux, d’entretenir avec eux une relation de confiance et d’attention réelle à leur vie… pour cela penser à inviter vos prêtres à votre table, à partager des moments de votre vie de famille.

3/ il fait sortir les brebis et marche à leur tête vers les pâturages. Une double tâche attend les prêtres : d’abord ils ont sans cesse à rappeler leur mission aux chrétiens : qui n’ont pas à vivre enfermés sur eux-mêmes, mais à sortir dans le monde pour vivre et proposer ouvertement leur foi, sans peur et sans prosélytisme. Rappelez-vous les paroles du Seigneur « vous êtes le sel de la terre et la lumière du monde. » Etre Chrétien c’est briller de l’amour de Dieu et donner par la foi le gout de Dieu et de son salut aux hommes et femmes de notre temps. C’est le rappel que le pape François fait dans son message : C’est notre mission : être oints par l’Esprit et aller vers nos frères, annoncer la Parole, en devenant pour eux un instrument de salut.

Ensuite les prêtres ont à devenir des passeurs. Ils guident les fidèles de l’Eglise de ce monde vers les pâturages du royaume des cieux. L’Eglise est en pèlerinage sur la terre. Les prêtres ont donc à aider les chrétiens à lever les yeux vers les réalités éternelles et à marcher avec eux vers le Royaume à venir.

Donc en cette journée mondiale de prière pour les vocations dont le thème est appelés pour appeler, souvenons-nous qu’au jour de notre baptême chacun de nous a été appelé à la vie en Dieu et trouvons à cette source l’audace d’appeler à notre tour de nombreux jeunes et moins jeunes à se donner au Christ pour son service et celui de l’Eglise. Amen