homélie du 6° dimanche de Pâques

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean

     En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Si vous m’aimez, vous garderez mes commandements. Moi, je prierai le Père, et il vous donnera un autre Défenseur qui sera pour toujours avec vous : l’Esprit de vérité, lui que le monde ne peut recevoir, car il ne le voit pas et ne le connaît pas ; vous, vous le connaissez, car il demeure auprès de vous, et il sera en vous. Je ne vous laisserai pas orphelins, je reviens vers vous. D’ici peu de temps, le monde ne me verra plus, mais vous, vous me verrez vivant, et vous vivrez aussi. En ce jour-là, vous reconnaîtrez que je suis en mon Père, que vous êtes en moi, et moi en vous. Celui qui reçoit mes commandements et les garde, c’est celui-là qui m’aime ; et celui qui m’aime sera aimé de mon Père ; moi aussi, je l’aimerai, et je me manifesterai à lui. »

Durant toute la journée d’hier à Châtel, mais surtout depuis 2 ans au moins à travers le catéchisme, certains d’entre vous préparent leur première communion. Et vous découvrez, chers enfants qui êtes nos petits frères et sœurs dans la foi, combien ce sacrement est grand, combien l’amour de Dieu pour vous est grand pour vous faire un si beau cadeau. Dieu a donné sa propre vie en son Fils Jésus qui est mort sur la croix et ressuscité pour vous faire vivre de son amour et de sa vie. Depuis le jour de votre baptême, vous marchez dans la foi avec le Seigneur Jésus à vos côtés. Jusqu’à maintenant vous avez entendu parler de l’eucharistie, vous êtes venus à la messe, vous avez vu des films ou des dessins animés qui parlaient de l’Eucharistie. Mais dans quelques jours, lors de votre Première Communion, vous allez faire l’expérience de la présence de Dieu en vous, de Dieu qui vous nourrit de sa vie. C’est Jésus qui nous le dit dans l’évangile que nous venons d’entendre : vous me verrez vivant, et vous vivrez aussi. En ce jour-là, vous reconnaîtrez que vous êtes en moi, et moi en vous.

J’aimerai vraiment que ce temps qui vous sépare de votre première communion soit pour vous et vos parents, mais aussi pour chacun de nous paroissiens du doyenné de Lons, l’occasion de se préparer réellement à ce sacrement, de découvrir ou redécouvrir qu’il est bien, selon l’enseignement du Concile Vatican II « la source et le sommet de la vie chrétienne ». Voilà ce à quoi il faut se préparer : découvrir Jésus vivant dans l’Eucharistie, Jésus qui désire venir habiter en vous,  qui veut semer sa vie éternelle en vous, pour vous préparer à vivre avec Lui, au-delà de votre mort, dans le cœur même de Dieu, pour toujours.

Pour nous aider à bien nous préparer, Jésus nous donnes deux pistes….

1/ Si vous m’aimez, vous garderez mes commandements. Faire grandir l’amour de Jésus en nous commence par vivre comme Jésus nous l’a enseigné, selon ses commandements. Et Jésus nous a laissé un double commandement…. Le connaissez-vous ? Dans l’évangile selon st Mathieu Jésus dit : « Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme et de tout ton esprit. Voilà le grand, le premier commandement. Et le second lui est semblable : Tu aimeras ton prochain comme toi-même. ». Essayons ensemble de réfléchir à ce que cela signifie d’aimer Dieu d’abord : aimer Dieu c’est accepter d’être déjà aimé par lui qui m’a créé, m’a sauvé et m’appelle à la vie éternelle. Il m’a aimé le premier et je peux m’offrir à Lui avec tout ce qui fait ma vie, faire tout ce que j’aime (travailler, jouer, lire) sous son regard de Père qui m’aime. Aimer Dieu c’est aussi Lui donner du temps dans la prière, et particulièrement à la messe car c’est là que le Seigneur me donne les forces pour aimer et aller vers l’autre. Ensuite il faut aimer l’autre : c’est chercher son bonheur, être attentif à ses besoins. C’est aussi changer en bien notre regard sur celui que nous avons du mal à accepter, pour le découvrir comme une personne digne d’intérêt, digne de respect, qui a simplement, comme nous, ses limites. C’est prendre l’initiative de l’amitié, et ainsi arriver à créer des relations entre les personnes basées sur la bienveillance. Agir ainsi c’est faire grandir le Règne de Dieu parmi les hommes, un règne sans plus jamais de violences ou d’agressions.

2/ le Père vous donnera un autre Défenseur l’Esprit de vérité qui sera en vous. Au jour de votre baptême, le prêtre en versant l’eau sur votre front a dit : je te baptise « au Nom du Père, et du Fils et du Saint Esprit ». C’est-à-dire que l’Esprit Saint a déjà sa maison en vous. Il est comme un guide intérieur, qui vous permet, si vous l’écoutez, de choisir de faire le bien et de refuser de faire le mal. On appelle cela agir en conscience, c’est-à-dire en ayant réfléchi, avec Dieu, à ce qu’on allait faire. Saint Pierre dans sa lettre que nous avons entendue nous invite à avoir une conscience droite. Car elle seule nous permet d’être de vrais témoins de Dieu. Ainsi demandez à l’Esprit Saint, chaque matin et chaque soir jusqu’à votre première communion, (et même après) de vous aider à grandir dans la foi en Jésus présent dans le pain et le vin consacrés ; demandez-lui aussi de faire de vous le pain de son amour pour les autres, et surtout pour ceux qui ne le connaissent pas et ne l’aiment pas.

Mes jeunes amis, et vous frères et sœurs leurs parents et paroissiens, laissez-vous Guider par l’Esprit Saint afin de vivre dans l’amour de Dieu et du prochain jusqu’à ce que Jésus semant en vous, le plus régulièrement possible, sa vie par la communion à son Corps, fasse de vous le pain de son amour pour en nourrir tous les hommes et les femmes de notre doyenné et pour que soit déployée en vous la vie divine qu’il vous partagera en plénitude à la fin des temps. Amen