homélie de la première communion à la paroisse des Roches

Lecture du livre de l’Exode

En ces jours-là, Moïse se leva de bon matin, et il gravit la montagne du Sinaï comme le Seigneur le lui avait ordonné. Il emportait les deux tables de pierre. Le Seigneur descendit dans la nuée et vint se placer là, auprès de Moïse. Il proclama son nom qui est : LE SEIGNEUR. Il passa devant Moïse et proclama : « LE SEIGNEUR, LE SEIGNEUR, Dieu tendre et miséricordieux, lent à la colère, plein d’amour et de vérité. » Aussitôt Moïse s’inclina jusqu’à terre et se prosterna. Il dit : « S’il est vrai, mon Seigneur, que j’ai trouvé grâce à tes yeux, daigne marcher au milieu de nous. Oui, c’est un peuple à la nuque raide ; mais tu pardonneras nos fautes et nos péchés, et tu feras de nous ton héritage. »

Ce dimanche est un grand jour pour trois raisons qui découlent l’une de l’autre :

1/ l’Eglise célèbre aujourd’hui la Trinité, c’est-à-dire le grand mystère où Dieu, grâce à Jésus qui est venu nous le révéler, se fait connaître aux hommes comme une communion d’amour permanente entre un Père, son Fils et l’Esprit Saint. Et ces Trois désirent faire entrer tous les hommes dans leur communion. Pour réaliser ce projet, Dieu doit rendre les hommes capables de recevoir cet amour comme un cadeau et d’en vivre éternellement. Pour cela Il lui faut réparer le cœur de l’homme que le péché avait détourné de Lui. Donc seul quelqu’un qui était à la fois pleinement Dieu et pleinement homme pouvait y arriver. C’est pourquoi le Fils éternel de Dieu se fit homme en Jésus, comme le rappelle l’évangile que nous venons d’entendre : Dieu a tellement aimé le monde qu’il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui obtienne la vie éternelle. En mourant comme tous les hommes et en ressuscitant car il est Dieu, Jésus a réparé le cœur des hommes, le rendant capable de recevoir et de partager la vie éternelle de Dieu. 2/ C’est pourquoi chaque dimanche est un jour de fête pour les chrétiens rassemblés dans les églises du monde entiers qui célèbrent la victoire de Jésus sur la mort et sa Résurrection dans la gloire.

Ainsi plongés dans la mort et la résurrection du Christ, les baptisés, malgré leurs faiblesses et leurs péchés, sont rendus capables de faire alliance avec Dieu, de recevoir la vie de Dieu en eux.

3/ Voilà donc pourquoi ce dimanche est une grande fête pour nos cinq demoiselles : parce que Dieu est une Trinité d’amour qui désire se communiquer à elles, parce qu’au jour de leur baptême elles ont été plongées dans la mort et la résurrection de Jésus ce qui les a rendues capable d’accueillir ce Dieu d’amour, elles peuvent, pour la première fois, communier au Corps du Christ.

Mes jeunes sœurs, c’est un immense don qui vous est fait aujourd’hui, c’est la réalisation pour chacune de vous du désir de Dieu de faire alliance avec vous. Vous l’avez entendu dans la 1° lecture, Dieu qui veut faire alliance avec vous est tendre et miséricordieux, lent à la colère, plein d’amour et de vérité. Il veut être en vérité un Père pour vous, en vous donnant sa tendresse, son pardon et son amour. Mais vous avez beaucoup plus de chance que Moïse ! En effet, on nous dit dans la 1° lecture que le Seigneur descendit dans la nuée et vint se placer là, auprès de Moïse, alors que par la Communion Dieu va venir en vous, dans votre cœur. Dieu ne veut plus donner son amour de l’extérieur, mais de l’intérieur. C’est pourquoi il a envoyé Jésus. Grâce à Jésus, Dieu ne se cache plus dans une nuée qui paraissait effrayante, mais il se laisse contempler, regarder par les hommes. Et pour que tous les hommes de tous les temps, pour que nous ce matin à Mirebel, nous puissions encore le regarder sans avoir peur, Jésus a pris du pain et du vin il y a 2000 ans pour en faire son Corps et son Sang, c’est-à-dire toute sa vie présente au milieu de nous. Désormais, grâce à l’Esprit Saint qu’il nous a promis et donné, par les mains et les paroles des prêtres, le pain et le vin deviennent le Corps et le Sang de Jésus, sa présence réelle au milieu de nous, sa vie à recevoir dans nos cœurs. En mangeant le pain devenu son Corps, Jésus vient faire alliance avec vous et vous unit à Dieu dans une communion d’amour.

Cependant les choses ne s’arrêtent pas là, En communiant ce matin, vous les filles, et chacun de nous, nous acceptons d’être le bon pain de Dieu pour les autres ; d’être le Corps du Christ donné pour que la joie et la paix de Dieu grandissent dans nos villages. Ce que st Paul rappelle aux chrétiens de Corinthe : soyez dans la joie, cherchez la perfection, encouragez-vous, soyez d’accord entre vous, vivez en paix, nous pouvons l’entendre aussi pour nous ce matin. Avons-nous souci, en tant que baptisés du plateau, d’être témoins de la joie de Dieu, de rechercher à vivre une vie plus conforme à celle de Jésus, à nous soutenir et à travailler à la paix entre tous ?

Si oui, alors vous comprenez la belle mission qui est la nôtre et qui exige que nous communiions le plus souvent possible au Corps du Christ. En effet, nourris régulièrement de la vie divine, nous pouvons nourrir régulièrement de la vie de Dieu ce monde affamé d’amour, de joie et de paix véritables. Amen