homélie fête du Saint Sacrement du Corps et du Sang du Seigneur, premières communions de la paroisse st Désiré.

Livre du Deutéronome

Moïse disait au peuple d’Israël : « … N’oublie pas le Seigneur ton Dieu qui t’a fait sortir du pays d’Égypte, de la maison d’esclavage. C’est lui qui t’a fait traverser ce désert, …C’est lui qui, pour toi, a fait jaillir l’eau de la roche la plus dure. C’est lui qui, dans le désert, t’a donné la manne. »

Évangile de J-C selon saint Jean

Ma chair est la vraie nourriture, et mon sang est la vraie boisson. Celui qui mange ma chair et boit mon sang demeure en moi, et moi, je demeure en lui. De même que le Père, qui est vivant, m’a envoyé, et que moi je vis par le Père, de même celui qui me mange, lui aussi vivra par moi. Tel est le pain qui est descendu du ciel : il n’est pas comme celui que les pères ont mangé. Eux, ils sont morts ; celui qui mange ce pain vivra éternellement. »

1° lettre de st Paul aux Corinthiens

Puisqu’il y a un seul pain, la multitude que nous sommes est un seul corps, car nous avons tous part à un seul pain.

C’est vraiment une grande chance de pouvoir célébrer sa première communion (et son baptême) le jour de la fête du Corps et du Sang du Seigneur Jésus. Car les textes de la liturgie d’aujourd’hui nous aident à bien comprendre le projet d’amour de Dieu pour nous : les merveilles qu’il a faites pour le peuple Juif il y a 3000 ans et dont nous parle la 1° lecture, il les a réalisées encore plus belles et plus parfaites il y a 2000 ans par son Fils Jésus et il continue de les réaliser aujourd’hui, par son Eglise, pour tous les hommes de tous les temps. Donc ce matin encore 3 parties dans mon homélie !

1/ les merveilles que Dieu a faites pour le peuple Juif il y a 3000 ans. Certes on ne peut pas les citer toutes, mais si je reprends la première lecture, celle de livre du Deutéronome, je lis : N’oublie pas le Seigneur ton Dieu qui t’a fait sortir du pays d’Égypte, de la maison d’esclavage. C’est lui qui, dans le désert, pour toi, a fait jaillir l’eau de la roche et t’a donné la manne à manger. Dieu a le désir ardent de libérer le peuple juif qu’il a choisi de l’esclavage pour le mener vers un pays de liberté. Et pour l’aider à marcher à travers le désert vers ce pays Dieu lui procure la nourriture et l’eau nécessaire : la manne chaque jour et l’eau jaillissant de la roche. Ces grandes merveilles sont comme une annonce de dons de Dieu plus grands encore : Dieu donnera un jour aux hommes croyants la nourriture qui les fera passer de l’esclavage de la mort et du péché à la liberté et à la vie éternelle. Une nourriture qui les fera passer de ce monde au Royaume de Dieu.

2/ les merveilles que Dieu a faites pour nous en Jésus son Fils. Ce que Dieu a annoncé dans le désert, il le réalise en Jésus son Fils. En effet, la manne annonce le don de l’Eucharistie et l’eau annonce le don du Baptême. Par le Baptême qui nous intègre à la communauté des chrétiens et par l’Eucharistie qui est le Corps du Christ, Dieu donne sa propre vie en nourriture aux croyants pour semer en eux la vie éternelle. Dieu donne aux hommes la vraie nourriture et la vraie boisson en envoyant son Fils Jésus parmi les hommes. C’est Jésus qui le dit dans l’évangile que nous venons d’entendre : Moi, je suis le pain vivant, qui est descendu du ciel : …Celui qui mange ma chair et boit mon sang a la vie éternelle ; et moi, je le ressusciterai au dernier jour. En effet, ma chair est la vraie nourriture, et mon sang est la vraie boisson.

3/ les merveilles que Dieu réalise à travers nous aujourd’hui. Etre chrétien ne signifie pas seulement recevoir en nourriture la vie de Dieu, mais plus encore devenir « le pain de Dieu pour les autres. » Ainsi dans 1° lettre de Paul aux Corinthiens nous avons entendu : Puisqu’il y a un seul pain, la multitude que nous sommes est un seul corps, car nous avons tous part à un seul pain. Ainsi, nous comprenons que, si Jésus donne sa vie à chacun de nous par la communion à son Corps, alors tous les croyants qui le reçoivent, forment un seul corps, deviennent ensemble le Corps du Christ, le pain de Dieu…

Je m’explique : Que faut-il pour faire du bon pain ? On prend de la farine, on la mélange avec de l’eau, on y ajoute de la levure et du sel, on laisse reposer puis on met dans le four à bonne température pour la cuisson….et bien pour faire le bon pain de Dieu c’est la même chose ! On prends des hommes, des femmes et des enfants on les mouille bien avec l’eau du baptême, on y ajoute la levure de la Parole de Dieu et le sel du catéchisme, on laisse reposer quelques années, puis on met dans le four qui est l’église, notre église des Cordeliers ce matin, et on demande au feu de l’Esprit Saint, le feu de Dieu, de le cuire pour qu’il soit un excellent pain de Dieu pour le monde.

Ainsi, de même que le pain des hommes, frais et croustillant, ornera votre table de fête pour nourrir vos invités tout à l’heure, de même le pain de Dieu que vous allez devenir apportera sur les tables du monde le salut, la joie, l’amour, l’amitié, la consolation, le soutien, la paix, la bienveillance à tous ceux qui en auront besoin. Ensemble pour la première fois avec vous, chers jeunes amis, nous allons devenir, par notre communion au Corps du Christ, le pain de Dieu pour tous ceux qui dans le doyenné de Lons l’ignorent ou le méprisent et qui en ont pourtant besoin.

Voilà mes jeunes frères et sœurs qui communiez pour la première fois, vous leurs parents et familles, vous les paroissiens de notre doyenné ce qu’est la belle mission des catholiques dans le monde : recevoir le Corps du Christ pour devenir le Corps du Christ dans notre société. Cette communion est tout sauf privée ! Elle est, pour celui qui comprend bien, un grand « oui » d’amour à Dieu qui veut passer par nous pour donner son salut et sa paix à tous. Alors n’oubliez durant ce jour, comme chaque dimanche désormais, de croustiller de joie, de paix et d’amour, qu’on dise de vous, à cause de vos bonnes œuvres : celui-ci, celle-ci : c’est du bon pain, le pain de Dieu ! Amen