homélie du 17 ° dimanche fête de la saint Désiré

 

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

En ce temps-là, Jésus disait à la foule ces paraboles :     « Le royaume des Cieux est comparable à un trésor caché dans un champ ;
l’homme qui l’a découvert le cache de nouveau.
Dans sa joie, il va vendre tout ce qu’il possède,
et il achète ce champ.

    Ou encore : Le royaume des Cieux est comparable à un négociant qui recherche des perles fines.  Ayant trouvé une perle de grande valeur, il va vendre tout ce qu’il possède,
et il achète la perle.
 

Le royaume des Cieux est encore comparable à un filet que l’on jette dans la mer, et qui ramène toutes sortes de poissons. Quand il est plein, on le tire sur le rivage, on s’assied, on ramasse dans des paniers ce qui est bon, et on rejette ce qui ne vaut rien. Ainsi en sera-t-il à la fin du monde : les anges sortiront pour séparer les méchants du milieu des justes  et les jetteront dans la fournaise : là, il y aura des pleurs et des grincements de dents. »

    « Avez-vous compris tout cela ? » Ils lui répondent : « Oui ».  Jésus ajouta : « C’est pourquoi tout scribe devenu disciple du royaume des Cieux est comparable à un maître de maison qui tire de son trésor du neuf et de l’ancien. »

Et de 6 ! Entre dimanche dernier et ce dimanche ce ne sont pas moins de 6 paraboles que le Seigneur Jésus nous livre pour saisir au mieux le royaume de Dieu et ses exigences : 6 facettes d’un unique mystère, 6 vérités sur le royaume de Dieu. Rappelez-vous dimanche dernier : grâce à la parabole du bon grain et de l’ivraie Jésus nous fait comprendre que le Royaume est semé au cœur du monde tel qu’il est. Par la graine de moutarde nous saisissons que si la semence du royaume est discrète, le fruit qu’il donne est très visible, enfin l’image du levain dans la pâte nous révèle que le Royaume est comme un instrument de transformation du monde entier, comme une œuvre révolutionnaire : celle de l’amour.

Aujourd’hui trois autres paraboles nous sont proposées : le trésor caché, la perle de grand prix et le filet de pêche. En ce jour de notre fête paroissiale, alors que nous accueillons aussi nos frères et sœurs des Roches, découvrons ce que ces trois nouvelles paraboles nous invitent à vivre dans notre communauté paroissiale.

La première parabole nous invite à considérer le Royaume des cieux comme un trésor. Un trésor est une chose de grande valeur qui est cachée et qu’on met beaucoup d’énergie à chercher puis à garder. Notre désir pour le trésor peut être tellement fort que nous sommes prêts à tout sacrifier pour l’obtenir ou le conserver. En tout cas, c’est ainsi qu’agit l’homme de l’évangile, dans sa joie, il va vendre tout ce qu’il possède et il achète le champ où se trouve le trésor.

Interrogeons-nous : notre communauté paroissiale est-elle pour chacun de nous le champ qui renferme le trésor de notre vie ? Notre paroisse est-elle le lieu que nous sommes prêts à investir, à défendre, à travailler pour y découvrir le Christ, seul véritable trésor?

Sommes-nous conscient que c’est ensemble, unis en une seule famille, que nous pourrons travailler à chercher et garder précieusement le Christ ? Non pas pour l’enfermer mais pour faire de notre communauté un bel écrin dans lequel le Christ resplendira. Chiche qu’à la rentrée nous ferons en sorte que notre communauté resplendisse à ce point de foi, d’espérance et de charité que tous ceux qui ignorent le Christ dans notre paroisse soient attirés à Lui à travers nos œuvres et nos paroles ?

On peut voir dans la deuxième parabole une recherche de la vraie sagesse et de la vérité sur soi et sur l’homme. Il existe plusieurs propositions, plusieurs perles. Or la sagesse chrétienne et le Royaume de Dieu sont parmi toutes les propositions la plus belle, la plus vraie, la plus merveilleuse pour l’homme car elle fait de lui un enfant de Dieu pour l’éternité comme le rappelle st Paul aux Romains : Ceux que, d’avance, il connaissait, il les a aussi destinés à être configurés à l’image de son Fils, pour que ce Fils soit le premier-né d’une multitude de frère. Ainsi choisir de vivre la foi chrétienne c’est renoncer à toutes les autres formes de religions ou de sagesse, c’est vendre tout ce qu’on possède pour acheter la perle de grande valeur. Comme nous l’enseigne le psaume : Je me règle sur chacun de tes préceptes, je hais tout chemin de mensonge. Alors sommes-nous prêts, dans notre communauté à prendre en main notre formation spirituelle et intellectuelle pour mieux saisir et comprendre notre foi… des propositions seront faites en ce sens, sachons les faire nôtres.

Dans la troisième parabole le Royaume de Dieu est comparé à un filet de pêche contenant du bon et du mauvais poisson. Vous savez que le filet symbolise l’Eglise dont la mission est de rassembler tous les hommes en vue du salut. Il peut aussi ce dimanche symboliser notre paroisse. L’Eglise n’a pas à trier les hommes, notre paroisse non plus. Ce sont les anges qui viendront séparer les méchants des justes. En effet, notre communauté, comme l’Eglise n’est pas une communion de purs et de parfaits qui doit se couper du monde pour vivre, mais elle est dans ce monde un lieu de rassemblement où chacun a le temps nécessaire à sa propre conversion. Nous qui sommes baptisés, ce n’est pas d’abord d’appartenir à l’Eglise qui nous sauve mais c’est avant tout d’y faire la volonté de Dieu et de vivre de sa loi comme nous l’enseigne le psaume : Mon partage, Seigneur, c’est d’observer tes paroles. …

Ainsi, par les paraboles du Royaume nous pouvons dessiner les contours de notre communauté paroissiale : écrin d’humanité qui révèle et propose le Christ, lieu de formation où se déploie la sagesse de Dieu, lieu d’accueil pour nourrir tous ceux qui ont faim et soif de Dieu et de sa justice. Depuis plus de 1600 ans, à la suite de st Désiré, notre paroisse y travaille, prions pour que tout cela se poursuive avec plus d’ardeur encore pendant l’année qui vient. Tirons du trésor des Ecritures et de l’enseignement de l’Eglise, des propositions toujours nouvelles pour amener les habitants de la paroisse jusqu’au brasier d’amour qui est le cœur du Christ.

Que l’Eucharistie que nous allons célébrer et partager enracine notre foi, nourrisse notre espérance et déploie notre charité pour le monde. Amen