marches d’été… un beau moment convivial et priant!

 

Nous étions plus de trente personnes devant l’église de Verges à 9 heures, pour notre balade paroissiale. Dans un premier temps, nous déposons nos voitures …nous rendons en voiture à Binans, pour une découverte expliquée de cette belle chapelle chargée d’histoire. Puis, notre balade nous emmène par des chemins ombragés et agréables vers les ruines du château de Beauregard.

Le sentier du retour nous emmène aux ruines du château de Binans et d’un belvédère proche….

Un repas champêtre nous réunit sur le site …….de Verges terrain de boules

Puis, Alain Fabry, et son épouse, Joëlle, notre responsable de l’E.A.P. de la paroisse des Roches nous accueillent chez eux, au château de Verges.

Il restait encore une petite boucle par la gare de Verges pour clore ce programme avant de retrouver le Père Jean Villet, à l’église de Verges,  pour une messe de partage ….

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Quelques renseignements historiques issu de la collection Dictionnaire Géographique, Historique des communes de Franche-Comté, département du Jura,  par A. Rousset

 Chapelle de Binans la ville ou les Granges de Binans

La chapelle fut fondée par les habitants et consacrée le 7 mars 1548 par François Simard, suffragant de l’archevêque de Besançon. Cette chapelle était desservie par un vicaire de Blye. Cet édifice, composé d’un clocher, d’une tribune, d’une nef et d’un chœur, renferme le portrait d’Alexandre Fauconnet, cardinal, peint en 1724. Ce prélat était originaire de Champagnole ou de Marigny.

Château de Beauregard

Il se composait d’un énorme donjon carré, flanqué d’une tourelle à encorbellement, d’une maison forte et de granges entourés par une enceinte de fossés creusés dans le roc vif. Cette forteresse ne fut démolie qu’en 1668, en vertu des ordres de Louis XIV. Le donjon a conservé toute sa hauteur.

 

Château de Binans

Il est bâti au sommet de la Côte de l’Heute et domine une grande partie de la vallée de l’Ain et le premier plateau des basses chaînes du Jura. Il se composait d’un énorme donjon carré entouré de murs et de fossés creusés dans le roc vif, et précédé par une porte flanquée de deux tours et par un pont-levis ; d’une place pour les retrahans, sujets de la seigneurie chargés de la défense du château. Cette cour était fermée à l’est par une porte avec pont-levis, et d’une maison forte au sud, aux angles de laquelle étaient quatre grosses tours. Une porte voutée fermée par une herse, donnait accès dans la maison forte. Cette forteresse fut démantelée en 1668 par ordre de Louis XIV.

Château de Verges.

Le château actuel, occupait un vaste emplacement et était clos par un fossé et une ceinture de murailles flanquées de plusieurs tours. Une porterie, ouverte sous une tour, donnait accès dans une première cour. On franchissait le fossé à l’aide d’un pont levis et on rencontrait alors un second portail. Le château lui-même se composait d’un grand corps-de-logis flanqué de deux grosses tours circulaires, et d’une aile en retour défendue à l’ouest par deux tours très élevées et ornées à l’est d’une tourelle suspendue en encorbellement et percée d’une petite fenêtre ogivale dans laquelle était une chapelle.

Un   incendie, survenu dans la nuit du 31 août au 1er septembre 1746 ravagea ce château et ne respecta que les murs. Les restaurations qu’il a subies ne lui ont presque rien fait perdre de sa physionomie féodale et lui ont conservé son rang parmi les plus agréables résidences du département.