homélie du 26° dimanche

Évangile de J-C selon st Matthieu

En ce temps-là, Jésus disait aux grands prêtres et aux anciens du peuple : « Quel est votre avis ? Un homme avait deux fils. Il vint trouver le premier et lui dit : ‘Mon enfant, va travailler aujourd’hui à la vigne.’ Celui-ci répondit : ‘Je ne veux pas.’ Mais ensuite, s’étant repenti, il y alla. Puis le père alla trouver le second et lui parla de la même manière. Celui-ci répondit : ‘Oui, Seigneur !’ et il n’y alla pas. Lequel des deux a fait la volonté du père ? » Ils lui répondent : « Le premier. »

Jésus leur dit : « Amen, je vous le déclare : les publicains et les prostituées vous précèdent dans le royaume de Dieu. Car Jean le Baptiste est venu à vous sur le chemin de la justice, et vous n’avez pas cru à sa parole ; mais les publicains et les prostituées y ont cru. Tandis que vous, après avoir vu cela, vous ne vous êtes même pas repentis plus tard pour croire à sa parole. »

Les amis, le seul désir de Dieu est de nous sauver…mais cela ne se fera pas sans notre collaboration, sans que nous coopérions à ce salut. C’est cela que disent les textes de ce dimanche, pour vous les faire comprendre je vais vous raconter une histoire qui m’a été dite ou que j’ai lue, je ne sais plus …

Ainsi il était une femme particulièrement méchante, toujours à critiquer, qui ne vivait que pour elle et ne s’occupait jamais des autres. Elle ne rendait aucun service, n’aidait aucune œuvre caritative, rien de rien pour les autres. Voilà qu’elle meure et arrive devant le St Pierre pour son jugement. Désolé de voir cette âme qui n’a jamais fait de bien st Pierre l’envoie en enfer… cependant Jésus apprenant la chose n’arrive pas à se résoudre à voir cette âme perdue. Aussi il dit à st Pierre : « es tu sûr que jamais dans sa vie elle n’a fait un seul acte bon ? » aussitôt st Pierre feuillette à nouveau toute sa vie et trouve un seul petit acte bon : elle avait donné une fois un oignon à sa voisine pour faire la cuisine ! Alors Jésus dit à Pierre…. Voyons comment la sauver avec si peu….j’ai une idée : tu vas tendre un oignon à cette femme et si elle arrive à l’attraper tu la hisses avec hors de l’enfer, si l’oignon tient le coup elle sera sauvée !

Ainsi fait il et la femme attrape l’oignon et commence à être hissée hors de l’enfer et aussitôt d’autres personnes, elles aussi en enfer, s’accrochent à elle, à ses pieds pour être sauvés elles aussi. Mais voyant cela la femme se débat et dit à ceux qui s’accrochent : « laissez-moi en paix, c’est moi que Dieu veut sauver, moi seule ! » et aussitôt l’oignon cassa et la femme retomba pour toujours en enfer… »

Cette histoire illustre bien toutes les lectures que nous avons entendues ce matin. Ainsi, dans la première lecture on a entendu que: « Si le juste se détourne de sa justice, commet le mal, et meurt dans cet état, c’est à cause de son mal qu’il mourra ». Cela signifie que le péché conduit toujours à la mort car en s’éloignant de Dieu et en ne vivant plus selon ses commandements, notre vie devient vide, individualiste, uniquement tournée sur nous-mêmes, comme la femme de notre histoire.

Sachant que le péché conduit à la mort et la conversion à la vie, nous pouvons mieux comprendre l’histoire que Jésus raconte dans l’évangile : Dieu ne veut pas des paroles mais des actes concrets. Celui qui dit qu’il sert Dieu, ça doit se voir dans sa vie. Celui qui affirme qu’il a rencontré Dieu, qu’il s’est converti,  ça doit se voir à travers la vie nouvelle qu’il mène, une vie bonne tournée vers Dieu et vers l’amour des autres. Ainsi, les publicains et les prostituées qui ont entendu le message de Jean Baptiste ont changé de vie…. et nous, en écoutant le message de Jésus, changeons-nous aussi de vie ? La femme  de mon histoire  a elle aussi une occasion unique de se convertir et de penser aux autres en laissant les personnes qui s’accrochent à elle être remontées avec elle au paradis… mais son égoïsme l’empêche de poser un acte d’amour envers les autres. En les aimant elle aurait pu se sauver elle-même ! Ainsi Dieu nous donne toujours une dernière chance, mais nous ne savons pas la saisir….

Si nous savons que le péché conduit à la mort et que Jésus a toujours le désir de nous sauver, il nous faut faire une double prière à Dieu, comme le psaume le propose. D’abord, toujours implorer le pardon : Oublie les révoltes, les péchés de ma jeunesse. Ensuite demander à Dieu de nous guider : Dirige-moi par ta vérité, enseigne-moi, car tu es le Dieu qui me sauve.

Ainsi, vivant notre vie sous le regard de Dieu, nous pouvons de plus en plus prendre Jésus comme modèle et vivre dans ce monde en « personne sauvée » comme le décrit Paul dans la lettre aux Philippiens. Paul nous propose de se réconforter les uns les autres, de s’encourager avec amour, d’exercer la tendresse et de la compassion, de rechercher l’unité. Il nous exhorte également à ne jamais être intrigants ni vaniteux, à avoir assez d’humilité pour estimer les autres supérieurs à nous-mêmes, à penser aussi aux intérêts des autres (ce que la femme de mon histoire n’a pas fait !!).

Voilà un bon programme de réflexion pour se préparer au sacrement de la réconciliation que nous vivons tout à l’heure. Dieu nous aime, il nous demande aussi d’aimer. Et pour nous aider à vivre d’amour il va dès maintenant nous livrer sa vie, recevons-la avec joie et devenons serviteur avec lui, à sa suite! Amen