homélie Christ Roi

Lecture du livre du prophète Ézékiel

Ainsi parle le Seigneur Dieu : Voici que moi-même, je m’occuperai de mes brebis, et je veillerai sur elles. Comme un berger veille sur les brebis de son troupeau quand elles sont dispersées, ainsi je veillerai sur mes brebis, et j’irai les délivrer dans tous les endroits où elles ont été dispersées un jour de nuages et de sombres nuées. C’est moi qui ferai paître mon troupeau, et c’est moi qui le ferai reposer, – oracle du Seigneur Dieu. La brebis perdue, je la chercherai ; l’égarée, je la ramènerai. Celle qui est blessée, je la panserai. Celle qui est malade, je lui rendrai des forces. Celle qui est grasse et vigoureuse, je la garderai, je la ferai paître selon le droit. Et toi, mon troupeau – ainsi parle le Seigneur Dieu –, voici que je vais juger entre brebis et brebis, entre les béliers et les boucs.

Aujourd’hui c’est le dernier dimanche de l’année, pourtant personne n’en a parlé ni à la télé, ni sur les réseaux sociaux ! Je m’explique : vous avez surement remarqué que sur une année nous revivons les principales étapes de la vie de Jésus et de l’Eglise : en décembre nous nous préparons à la naissance de Jésus : c’est le temps de l’Avent (qui commencera dimanche prochain). Puis nous célébrons sa naissance à Noël et nous rappelons en avril sa mort et sa résurrection. En mai nous célébrons son ascension (retour vers le Père) et 10 jours après la pentecôte (don de l’Esprit Saint). On appelle les mois suivants (de juin à novembre) le temps ordinaire. C’est symboliquement le temps pendant lequel l’Eglise grandit et part en mission dans le monde pour annoncer la bonne nouvelle de Jésus à tous les hommes. Sa mission durera jusqu’à ce que Jésus revienne à la fin des temps dans la gloire… et c’est le dernier dimanche de novembre qu’on célèbre une grande fête qui nous dit qu’un jour Jésus reviendra pour instaurer définitivement son royaume parmi les hommes. (D’ailleurs nous prions pour cela tous les jours en disant dans le Notre Père : « que ton règne vienne »). C’est cette fête qu’on appelle du Christ Roi que nous célébrons aujourd’hui…

Mais la manière dont Jésus est Roi est bien différente de la vision que les hommes ont de la royauté. Voyons cela ensemble :

1-Le premier fait remarquable concerne le Royaume. Celui de Jésus « n’est pas de ce monde » et pourtant « il est parmi nous ». Il n’est pas de ce monde car il est le royaume des Cieux et pourtant il est parmi nous car le Fils éternel de Dieu, en se faisant homme au milieu des hommes a transféré son Royaume au milieu de nous. Jésus, en quelque sorte, c’est le Royaume de Dieu parmi nous. Jésus est la pierre angulaire sur laquelle se construit, dès ce monde, le royaume de Dieu. Alors vous en déduisez aussi que le royaume de Dieu qui est en germe sur terre, c’est l’Eglise qui est le corps du Christ.

2-La seconde caractéristique concerne les conditions d’émigration pour entrer dans ce royaume. D’abord on le reçoit en héritage, comme le rappelle l’Evangile : « Venez, les bénis de mon Père, recevez en héritage le Royaume préparé pour vous » et cet héritage est nôtre « depuis la fondation du monde». Ce sont donc des personnes très aimées de Dieu qui peuvent accéder au royaume. Ensuite pour y entrer, deux nécessités : d’abord avoir franchi la mort avec le Christ comme le rappelle Paul aux Corinthiens : « En effet, c’est en Adam que meurent tous les hommes ; c’est dans le Christ que tous revivront.». Ensuite il faudra fournir le bon  justificatif: non pas un certificat de baptême, mais celui de la charité envers le prochain. Car dans ce royaume tout acte envers le prochain touche le Roi lui-même : « ‘Vraiment, je vous le dis, chaque fois que vous l’avez fait à l’un de ces petits qui sont mes frères, c’est à moi que vous l’avez fait. »

3-La troisième caractéristique concerne son souverain qui est atypique. Au lieu de se considérer comme une élite, il se compare à un berger comme le rappelle le prophète Ezéchiel : « Comme un berger veille sur les brebis de son troupeau, ainsi je veillerai sur mes brebis. » et il va lui-même au boulot : il fait paître et reposer son troupeau, il va chercher la brebis perdue et ramène l’égarée, il soigne celle qui est blessée et revigore celle qui est faible, etc. Mais ce qui le distingue encore plus des autres souverains, c’est le trône et la couronne qu’il a choisit : une croix et une couronne d’épine.

Ainsi décrit comme le règne de Dieu au milieu de nous, l’Eglise est la semence du royaume à venir. Par Elle le royaume de Dieu est déjà là : L’Eglise, c’est-à-dire vous et moi, le peuple des baptisés, doit être une grande famille où chacun est attendu, accueilli, reconnu comme frère ou sœur. Elle n’est pas que l’annonce des biens à venir et des consolations dans le futur ; elle doit être aussi, aujourd’hui, ici dans le doyenné de Lons l’amour vécu en acte et vérité, la joie rayonnante du ressuscité, l’hôpital de compagne qui soigne les malades de ce monde comme aime à le rappeler le pape François. !

Ce matin, notre Grand Roi Jésus le Christ va nous nourrir de son propre Corps. Par le pain de ce jour qu’il nous partage à la communion il sème en nous sa vie laissons-le faire de chacun de nous des pierres vivantes avec lesquelles il édifiera son Royaume d’amour et de Paix dans notre doyenné. Amen

les membres de l’ACI se sont retrouvés à Verges le 25 novembre.

C’est dans le beau cadre du château de Verges que s’est déroulée la rencontre des équipes d’ACI (Action Catholique des milieux indépendants) ce samedi 25 novembre. La pluie n’a pas entamé le morale des membres, très heureux de se retrouver pour partager cette journée.

C’est à 10h00 qu’ensemble nous avons célébré la messe dans la bibliothèque du château, confiant au Seigneur tous les fruits de cette journée.

A 11h00 Véronique Soth  nous donnait un enseignement sur « le Royaume des cieux » : partant de l’Ecriture, passant par le Concile Vatican II (relire les très beaux passages de Lumen Gentium N° 5 et 35)), elle nous a ouverts au dialogue des différences fructueuses de point de vue entre les théologiens en confrontant l’approche sur le sujet des  cardinaux  Kasper et  Ratzinger?

Après un repas partagé vécu dans la convivialité, c’est à 14h00 que nous avons partagé  le récit de voyage en Albanie de deux jeunes chefs scouts à Lons et étudiantes à Lyon. En effet, l’ACI avait participé au financement de ce projet.

Enfin la journée s’est achevée vers 16h15, après que les 3 personnes des équipes de Lons qui ont participé au rassemblement national de l’ACI à Annecy les 1,2 et 3 novembre, ont partagé à tous leur expérience de ces 3 journées de rencontres, de conférences et de tables rondes sur le thème de « la maison commune » cher au pape François et développé par lui dans son encyclique « Laudato si ».

ANNONCES du 26 novembre au 3 décembre 2017

ANNONCES du 26 novembre au 3 décembre 2017

Ce dimanche vente des calendriers scouts

Ce dimanche 26 novembre, à 17h  à l’église de Perrigny

Concert exceptionnel (orgue et trompette) des frères BACHELEY

Entrée libre, mais un chapeau circulera, les dons seront affectés à la réfection des vitraux de la « vieille église du haut de Perrigny »

Lundi 27 novembre

  • Messe chez les Sœurs de l’Alliance,
  • Préparation de la liturgie du 3 décembre à la cure à 20h,
  • Préparation de la veillée de Noël (de 19h) à la cure à 20h 15.

Mardi 28 novembre

  • Rencontre des prêtres de la zone de Lons, à l’espace St Désiré. Nous les confions à vos prières.

Mercredi 29 novembre

  • Prière du Mouvement sacerdotal marial, aux Cordeliers à 17h 30,
  • Partage d’Évangile  à St Luc  de 18h à 19h,
  • Rencontre des animateurs du groupe des jeunes confirmands, à la cure à 20h.

Vendredi 1er décembre

  • Formation pour les visiteurs de personnes âgées, à Edilys à 14h 30,
  • Rencontre des EAP du doyenné de Lons, à l’Espace Saint Désiré, rue des Tanneurs, à 19h.

Samedi 2 décembre

  • Chaque samedi de l’avent à 15h 30 à la chapelle des Cordeliers, entretien spirituel – thème : « Des clefs pour entrer dans l’adoration eucharistique »

Le Secours Catholique propose

une vente de jouets d’occasion à prix réduit

samedi 2 et dimanche 3 décembre, de 10h à 17h

18 avenue du stade à Lons.

  • Messe à la Maison d’Arrêt,
  •  « Samedis de Saint Dé »  : 18h – 22h.

Dimanche prochain, 3 décembre : Entrée en Avent !

Temps fort en doyenné aux Cordeliers à 9h 15

avec ateliers pour les enfants et les parents,

suivis de l’eucharistie à 10h 30.

*****

vente des calendriers des servants d’autel

Messe anticipée :

  • Samedi :
    • 18h : St Désiré (avec les jeunes)

Dimanche  :

  • 9h : Montmorot
  • 10h 30 : Cordeliers
  • 10h 30 : Crançot

 ****************

INTENTIONS DE MESSES  du 26 novembre au 3 décembre 2017

Samedi 25/11/2017 18h 30 : St Luc Famille PROST-LHOMME,

Louis et Madeleine LAGRANGE et défunts de la famille,

Famille GUIPET-BAUDET,

Famille BRUN et BERTHAIL,

Intentions particulières,

Marcelle MARTELET (anniversaire),

Pour deux malades,

Défunts famille REVERCHON,

Simone BERNARD,

Pierre BROUTET et sa famille,

Michel BOURRIOT et famille,

Famille COLIN,

Madeleine BAUD et André CHANEZ,

Joseph-Robert MASSA,

Famille PROST-PICHOT,

Christian BERAUD et sa famille,

Yvette BONDE (suite obsèques),

Familles DECLERCQ-PROST,

Franck POPCZYK et défunts des familles POPCZYK-BRELOT,

Félix FAIVRE et famille,

Pierre BRUN et Emmanuel,

 Défunts des familles CLERC-BAVEREL, 

et suites à leurs obsèques :

  • Georgette BELLON,
  • Angèle LAMARD,
  • Denise BOSSERT.
Dimanche 26/11/2017

Le Christ Roi

de l’Univers

 

 

 9h  : Perrigny

10h 30 : Cordeliers

10h 30 : Mirebel

 

Lundi 27/11/2017

St Séverin

12h  : Srs de l’Alliance

18h 30 : Cordeliers

 
Mardi 28/11/2017 

St Jacques de la Marche

8h 30 : Cordeliers  
Mercredi  29/11/2017

St Saturnin

10h 30 : Conliège

18h 30 : Cordeliers

Jean POPCZYK (anniversaire).
Jeudi 30/11/2017

St André

8h 30 : Cordeliers Andrée JEANNIN (suite obsèques).
Vendredi  1er/12/2017

Ste Florence

9h : St Luc

18h 30 : Cordeliers 

 
Samedi  2/12/2017

Ste Viviane

8h 30 : Cordeliers En réparation au cœur immaculé de Marie.
Samedi  2/12/2017 18h : St Désiré Paulette MARTIN et sa famille,

Louis et Madeleine LAGRANGE,

Julia DENIS-Georges DENIS son grand-père -Alberte DENIS et Paulette POLY ses grands-mères,

Colette GRAND,

Yvette TESTON,

Intentions particulières,

Gil ROY (anniversaire),

Jean THEVENOD,

Familles BON-LAMY,

Agnès DELIANCE,

Défunts de deux familles,

Deux intentions particulières,

Odile SOULAGE (suite obsèques),

Denis et Maurice NOËL,

Serge BEY,

En action de grâces,

Pour les âmes du purgatoire,

Franck POPCZYK – Jean POPCZYK vivants et défunts de la famille,

Pour les Sœurs de l’Alliance et les amis du jeudi après-midi.

Dimanche 3/12/2017

1er Dimanche d’Avent année B

 

 

 9h : Montmorot

10h 30 : Cordeliers

10h 30 : Crançot

 

                         

Les responsables des équipes Notre Dame se sont retrouvés le dimanche 19 novembre à Lons le Saunier.

19 nov 17.2

« Dimanche 19 novembre, l’ Équipe de Secteur Jurassienne des Équipes Notre Dame, a organisé à Lons le Saunier, une rencontre pour les couples en responsabilité dans le mouvement.

C’est ainsi que les Responsable d’Équipes, les Foyers de Liaisons et les Foyers Informateurs se sont retrouvés pour une journée bien sympathique.

19 nov 17.3

La matinée a été consacrée à repréciser les missions de chaque responsable. Pour cela différentes équipes se sont retrouvées pour échanger leurs réactions face à des cas concrets.

19 nov 17.1

et après un repas très convivial,

 

l’après-midi,  le père Arnaud Brelot, Conseiller Spirituel pour l’Équipe de Secteur, a présenté  une méthode de lecteur de la Parole de Dieu, dite de « lectio divina (lecture divine) puis il a invité chacun à pratiquer cette  méthode en l’appliquant à l’évangile du dimanche.

19 nov 17.8

Cette journée s’est terminée par une Eucharistie à l’église St Désiré. »

Temps fort des 6°/5° chez les petites soeurs des pauvres.

Par Anne NICOLLE PUECH

 

Des nouvelles de l’aumônerie 6e 5e. Un temps fort est toujours  organisé en extérieur dans l’année, souvent sur le thème de l’appel,  la vocation, la communauté. L’année dernière, ils sont allés au Carmel de St Maur où ils ont pu  découvrir une communauté « fermée » qui travaille et qui prie pour le  monde.
Cette année, Monique m’a sollicitée pour les Petites Soeurs des  Pauvres et je voudrais partager avec vous la grâce de ce temps fort.

Le temps fort s’est déroulé en 3 temps le samedi 18 novembre :
-9h 10h30: présentation de la communauté des Petites Sœurs des  Pauvres, sa fondatrice Jeanne Lugan, sa vocation : aide aux personnes  âgées sans ressources dans le monde entier et la prière. Nous avons ouvert sur les différentes communautés religieuses, avec
> toujours au départ un/une fondatrice appelé à une mission. Nous avons  donné des exemples. Un vrai dialogue s’est instauré avec les sœurs  présentes dont une du Kenya, l’autre de Chine, Soeur Marie-Annick des  Soeurs de l’Alliance avec une autre forme de communauté (elle même  catéchiste 6e 5e).
Les questions ont fusé: le financement des actions, le rôle des  bénévoles, l’engagement de ces religieux/ses, la dimension  internationale, les chrétiens dans le monde. J’étais émerveillée!

-10h45 11h30: Eucharistie à la chapelle avec des résidents et des  familles. Père Jean Villet et Père Henri Vivant ont concélébré une  célébration préparée ensemble avec sœur Christiane, responsable de la  liturgie et Le Père Jean, référent des 6e 5e
-11h30 12h: présentation de l’action des jeunes auprès des 2  communautés de Lons:
diaporama de ce qui est fait (réalisé par Cédric), explications,  témoignages de 4 jeunes, échanges très animés qui se sont soldés par  le question de Baptiste « et toi? As tu envie d’aider? » et là une  multitude de doigts se sont levés!

et un chant de louange de Glorious  de cette génération.

homélie 33° dimanche

Évangile de J-C selon saint Matthieu

    En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples cette parabole : « C’est comme un homme qui partait en voyage : il appela ses serviteurs et leur confia ses biens. À l’un il remit une somme de cinq talents, à un autre deux talents, au troisième un seul talent, à chacun selon ses capacités. Puis il partit. Aussitôt,  celui qui avait reçu les cinq talents s’en alla pour les faire valoir et en gagna cinq autres. De même, celui qui avait reçu deux talents en gagna deux autres. Mais celui qui n’en avait reçu qu’un alla creuser la terre et cacha l’argent de son maître. Longtemps après, le maître de ces serviteurs revint et il leur demanda des comptes. Celui qui avait reçu cinq talents s’approcha, présenta cinq autres talents et dit : ‘Seigneur, tu m’as confié cinq talents ;  voilà, j’en ai gagné cinq autres.’ Son maître lui déclara : ‘Très bien, serviteur bon et fidèle, tu as été fidèle pour peu de choses, je t’en confierai beaucoup ; entre dans la joie de ton seigneur.’ Celui qui avait reçu deux talents s’approcha aussi et dit : ‘Seigneur, tu m’as confié deux talents ; voilà, j’en ai gagné deux autres.’ Son maître lui déclara : ‘Très bien, serviteur bon et fidèle, tu as été fidèle pour peu de choses, je t’en confierai beaucoup ; entre dans la joie de ton seigneur.’ Celui qui avait reçu un seul talent s’approcha aussi et dit : ‘Seigneur, je savais que tu es un homme dur : tu moissonnes là où tu n’as pas semé, tu ramasses là où tu n’as pas répandu le grain. J’ai eu peur, et je suis allé cacher ton talent dans la terre. Le voici. Tu as ce qui t’appartient.’ Son maître lui répliqua : ‘Serviteur mauvais et paresseux, tu savais que je moissonne là où je n’ai pas semé, que je ramasse le grain là où je ne l’ai pas répandu. Alors, il fallait placer mon argent à la banque ; et, à mon retour, je l’aurais retrouvé avec les intérêts. Enlevez-lui donc son talent et donnez-le à celui qui en a dix. À celui qui a, on donnera encore, et il sera dans l’abondance ; mais celui qui n’a rien se verra enlever même ce qu’il a. Quant à ce serviteur bon à rien, jetez-le dans les ténèbres extérieures ; là, il y aura des pleurs et des grincements de dents !’ »

Voilà un mois déjà que nous écoutons de la bouche du Seigneur, différents passages de son discours sur la venue du fils de l’homme à la fin des temps. Pas encore mort, le Seigneur Jésus projette déjà ses disciples au moment de son retour dans la gloire. Les paroles de Jésus dans l’Evangile sont faites pour rassurer les disciples et les aider à replacer l’évènement de sa passion à venir dans le grand projet de Dieu pour l’humanité : non pas détruire et anéantir le monde, mais préparer l’humanité à participer à sa vie divine pour toujours. Ces paroles adressées aux disciples le sont à nous aujourd’hui aussi : Jésus nous invite à lever les yeux vers les réalités invisibles et éternelles. En nous projetant au jour de son retour glorieux, il transforme notre mort en passage et nos tombes en porte vers la vie éternelle.

Et, dans l’évangile, Jésus nous fait une grande révélation : pour se préparer à ce jour, tout nous a déjà été donné, il faut juste le faire fructifier. En effet, on peut lire : un homme, qui partait en voyage, appela ses serviteurs et leur confia ses biens. L’homme dont il est question c’est Jésus ; le voyage qu’il entreprend c’est son retour vers le Père après sa résurrection ; les serviteurs ce sont les disciples, c’est-à-dire nous aujourd’hui ;  les biens qu’il confie ce sont le dépôt de la foi, l’annonce du salut, les sacrements, les vertus et les charismes et comme le précise l’évangile à l’un il donna une somme de cinq talents, à un autre deux talents, au troisième un seul à chacun selon ses capacités. Son retour de voyage c’est le retour du Christ à la fin des temps pour le jugement du monde.

Chacun reçoit les moyens d’accéder à la vie éternelle… le désir de Jésus, comme le suggère l’Evangile, est de faire entrer tout le monde dans la joie du Maître. Alors demandons-nous pourquoi certains n’y entrent pas et par conséquent ce qui différentie les uns des autres.

La première différence est de taille. Elle est même contraire à ce que l’on peut attendre du Seigneur : pour une fois ce n’est pas la pauvreté craintive qui ouvre les portes du paradis mais la richesse acquise par le travail volontaire.

La deuxième différence concerne notre compréhension de la mission que Dieu nous confie. En effet, on peut imaginer que les trois serviteurs de l’évangile savaient que le maître moissonne là où il n’a pas semé, qu’il ramasse le grain là où il ne l’a pas répandu. Ils connaissaient sa réputation et ses exigences. Deux agissements différents nous sont décrits : les deux premiers serviteurs utilisent leurs capacités et charismes pour semer le salut et la bonne nouvelle là où le maître n’est pas allé car ils considèrent que si le maitre n’est pas allé ici ou là pour semer, c’est qu’il compte sur eux pour le faire, pour poursuivre son travail commencé ! Les exigences du maître stimulent le travail et l’audace des serviteurs : Aussitôt, celui qui avait reçu cinq talents s’occupa de les faire valoir et en gagna cinq autres Le troisième serviteur demeure braqué sur les exigences du maître, elles le tétanisent et l’empêchent de déployer son talent. Sa peur de mal faire prend le pas sur sa mission qui est d’apporter le salut à tous les hommes qui l’ignorent encore. Car entre les 2 premiers serviteurs et le troisième il y a une différence de perception de Dieu.

La troisième différence concerne l’influence de notre vision de Dieu sur notre vie chrétienne. Les trois serviteurs craignent leur maître, mais ils n’ont pas la même crainte. Les 2 premiers serviteurs craignent Dieu, comme des fils leur père ; ils ont du respect et de la déférence pour Dieu. Ils savent que Dieu leur fait confiance pour déployer leurs dons et capacités afin de poursuivre son œuvre d’amour dans le monde. Ils trouvent leur bonheur à marcher selon les voies de Dieu et à se nourrir du travail de leurs mains.

Le 3° serviteur craint Dieu comme un esclave son maître. Sa crainte est une pure peur angoissante. Il croît que Dieu le met à l’épreuve, qu’il veut le piéger et qu’il l’attend au tournant. Il ne se risque pas, il n’a aucune audace. Il refuse de faire fructifier les dons qu’il a reçus du Seigneur. Sa vision de Dieu paralyse ses actions et lui fait enterrer ses talents et charismes.

On apprend donc que pour se faire un trésor au ciel il faut se dépenser pour Dieu sur terre. Or on ne peut se dépenser et faire croitre sa joie que par amour et non par peur. Qui donne tout reçoit davantage ! Alors qu’oserons-nous dépenser pour Dieu ici-bas qui fasse notre magot pour l’éternité au ciel ? Amen