homélie 32° dimanche

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

    En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples cette parabole : « Le royaume des Cieux sera comparable à dix jeunes filles invitées à des noces, qui prirent leur lampe pour sortir à la rencontre de l’époux. Cinq d’entre elles étaient insouciantes, et cinq étaient prévoyantes : les insouciantes avaient pris leur lampe sans emporter d’huile, tandis que les prévoyantes avaient pris, avec leurs lampes, des flacons d’huile. Comme l’époux tardait, elles s’assoupirent toutes et s’endormirent. Au milieu de la nuit, il y eut un cri : ‘Voici l’époux ! Sortez à sa rencontre.’ Alors toutes ces jeunes filles se réveillèrent et se mirent à préparer leur lampe. Les insouciantes demandèrent aux prévoyantes : ‘Donnez-nous de votre huile, car nos lampes s’éteignent.’ Les prévoyantes leur répondirent : ‘Jamais cela ne suffira pour nous et pour vous, allez plutôt chez les marchands vous en acheter.’ Pendant qu’elles allaient en acheter, l’époux arriva. Celles qui étaient prêtes entrèrent avec lui dans la salle des noces, et la porte fut fermée. Plus tard, les autres jeunes filles arrivèrent à leur tour et dirent : ‘Seigneur, Seigneur, ouvre-nous !’ Il leur répondit : ‘Amen, je vous le dis : je ne vous connais pas.’ Veillez donc, car vous ne savez ni le jour ni l’heure. »

Tous les dimanches de novembre, à travers les différents textes de la liturgie, l’Eglise nous invite à regarder, au-delà de la vie présente, ce qui nous attend après la mort. Ainsi, ce dimanche, par la parabole des 10 vierges, L’Eglise nous invite à considérer les efforts à faire dès cette vie, pour que nous soyons trouvé dignes, l’heure venue, d’entrer dans le royaume pour célébrer nos noces d’amour éternel avec le Seigneur.

Car il va de soi, ce matin spécialement, de ne pas lire cette parabole évangélique au premier degré, mais d’élever notre compréhension jusqu’au sens qu’on appelle allégorique. En effet, ce dont il question pour Jésus n’est pas avant tout le salut de 10 vierges de corps. Mais à travers leur histoire Jésus veut nous entretenir du salut des hommes, de notre salut. Si tel est le sujet, découvrons ensembles, qui sont ces vierges dont on parle, ce qu’est l’huile qui alimente leur lampe, qui sont les marchands que les vierges folles vont rencontrer et enfin quel est donc ce jour de noce tant attendu. Donc 4 points dont dans mon homélie ce matin

1/ qui sont les vierges dont il est dit que 5 sont prévoyantes et 5 insouciantes ? Les vierges sont par définitions des personnes qui sont abstinentes, elles représentent donc les personnes qui savent se priver des biens de ce monde pour se consacrer et se préparer à la vie éternelle : on devrait voir ici l’ensemble des baptisés… Pourtant les vierges sont différentiées entre prévoyantes et insouciantes. Je laisse st Grégoire le Grand (pape au VI°s) vous l’expliquer : la sainte Église nous est représentée sous la figure de ces dix vierges, et, comme (en elle) les bons s’y trouvent mêlés aux méchants, et les réprouvés avec les élus, elle est comparée avec raison aux vierges sages et aux vierges folles (prévoyantes et insouciantes).

On peut donc en conclure que l’Eglise est celle qui regroupe en son sein des personnes qui cherchent la vie éternelle et s’y préparent avec plus ou moins de volonté… Donc, tous les membres de l’Eglise vont ensembles, lampes à la main, dans la salle des noces pour y attendre le Sauveur. Cependant, il y a là une première différentiation : certains ont des flacons d’huiles et d’autres pas !

2/ Quel est donc cette huile nécessaire à la rencontre de Dieu ?

Selon st Grégoire le grand que je citais tout à l’heure et plusieurs autres pères de l’Eglise, l’huile représente nos bonnes actions dans ce monde, notre charité active : Ceux dont la foi est droite et la vie pure sont semblables aux cinq vierges sages (prévoyantes) ; mais ceux qui font profession de la foi chrétienne, sans chercher à assurer leur salut par les bonnes œuvres, ressemblent aux cinq vierges folles (insouciantes).

3/Alors qui sont les marchands qui vendent l’huile nécessaire au salut ?

Ce sont les pauvres évidemment! Et il nous faut en tirer, avec st Jean Chrysostome la bonne conclusion : ce n’est pas dans l’autre vie que nous trouverons les pauvres, mais ici-bas ; c’est donc pendant cette vie qu’il nous faut faire provision de cette huile, pour alimenter notre lampe lorsque Jésus-Christ nous appellera. Et le prix d’achat de cette huile indispensable est élevé, comme le rappelle st Hilaire de Poitiers : Cette huile s’achète à grand prix, et ne s’acquiert que par de pénibles travaux, c’est-à-dire non-seulement par les aumônes, mais par la pratique de toutes les vertus et des conseils enseignés par les maîtres spirituels.

Jusqu’à présent nous savons donc que les vierges représentent l’Eglise, et en elle, il y a les personnes qui ont œuvré, dès cette vie, pour les pauvres et mis en pratique l’Evangile et il y a les autres qui ne l’ont pas assez fait…et tout cela est en vue du jour des noces ?

4/ Quel est-il donc ce jour des noces ? Certainement celui du jugement. En effet, dans l’évangile il est dit que toutes ces jeunes filles se réveillèrent c’est-à-dire qu’au jour du jugement, les élus et les réprouvés sont réveillés du sommeil de la mort. Et quelle est leur première action ? Les vierges se mirent à préparer leur lampe, selon ce que dit l’évangile, cela peut se traduire par : les élus et les réprouvés préparent leurs lampes, parce qu’ils font en eux-mêmes le dénombrement des œuvres qui peuvent leur permettre d’espérer le bonheur éternel.

On apprend donc que la charité doit être agissante en nos mains dès maintenant. C’est dès aujourd’hui, ici dans notre doyenné ou notre diocèse, sans attendre d’avoir plus de temps ou plus d’argent, qu’il faut aimer, aider et soutenir les plus pauvres que Dieu nous envoie et vivre en conformité à l’enseignement de l’Eglise. Car st Jérôme le rappelle : Après le jour du jugement, il n’y a plus d’occasion de pratiquer la justice et de faire de bonnes œuvres. Alors pour être sûr que la lampe de nos vies aura assez d’huile de charité pour tenir face au Seigneur au jour du jugement, Jésus nous a donné l’eucharistie, sa vie, pour que nous puissions aimer comme Lui, de son amour même. Alors venez recevoir son amour pour qu’à la sortie de cette messe, vous puissiez recevoir des pauvres, par vos bonnes œuvres, l’huile de votre Salut ! Amen