Les chrétiens se rassemblent aux messes de Noël à Lons le Saunier.

article de DSCN6215[1]

François Tonnerre

 

 

 

 

 

 

Même si l’heure a été avancé, même si plusieurs offices sont célébrés en cette soirée du 24 décembre, les messes de minuit ont été très fréquenté, on peut même dire populaire. Dimanche soir, dans l’église des Cordeliers c’était la foule, assise et debout, aussi bien à 19h00 qu’à 22h30 montrant de la part des fidèles que la symbolique de Noël ne reste pas un vain mot loin de là. Celle-ci s’est retrouvée notamment lorsque le curé-doyen Arnaud Brelot a rejoint l’incontournable crèche construite dans une travée de l’église, entouré des enfants de chœur, pour y installer l’enfant Jésus entre le bœuf et l’âne alors que les fidèles entonnaient le véritable tube religieux : « les anges dans nos campagnes » , d’autres cantiques tout aussi connu, tels « il est né le divin enfant » et « Douce nuit »  ont fait  vibrer les voûtes du 16° siècle de l’édifice. Cette joie est ressentie dans tous les cœurs rappelant aux plus anciens l’ambiance des Noëls d’antan, indiquant aux plus jeunes que cette fête possède un côté « mythique ancestral ». « Osons ce soir, devant l’humble crèche, nous en remettre à l’essentiel. Devenons dans la foi et les actes ce peuple de Dieu ardent à faire le bien… » dira le curé-doyen dans son homélie. A la question « Que vous inspire la fête de Noël » deux fidèles nous ont répondu.

DSCN6188[1]
Jacques Marandet de Lons le Saunier. 70 ans.
« En premier lieu elle rappelle la naissance du petit Jésus entraînant un regroupement dans les familles.

Durant ma jeunesse cet aspect était difficile à réaliser car les déplacements étaient peu nombreux.

Cette fête religieuse est reconnue même par ceux qui ne pratiquent pas. Elle fait partie de la vie… ».
 

 

DSCN6189[1]

Pierre-Marie Bas – 22 ans.
C’est la naissance du Christ pour la famille.

C’est aussi la nouvelle année liturgique qui débute.

Noël c’est traverser des moments agréables dans la foi et vivre cette fête dans un esprit familial… ».

ANNONCES du 31 décembre 2017 au 7 janvier 2018

ANNONCES du 31 décembre 2017 au 7 janvier 2018

Lundi 1er janvier

  • Messe aux Cordeliers à 10h 30.

Mardi 2 janvier

  • Préparation de la liturgie du 7 janvier, à la cure à 20h.

Mercredi 3 janvier

  • Réunion de préparation du goûter des rois à la cure à 17h.

Samedi 6 janvier

  • La Pasto jeune fête l’Épiphanie et invite les paroissiens à rejoindre les jeunes pour vivre avec eux, durant l’après-midi, un parcours spirituel dans l’église St Désiré. Au terme de ce parcours, le vin chaud vous est offert :
    • 16h – 18h : Parcours spirituel (écrire des intentions de prière pour cette année nouvelle, adoration ….),
    • 18h : Messe,
    • 21h : Temps de louange pour tous dans l’Église.

Dimanche 7 janvier :  L’Épiphanie

                Quête pour les missions d’Afrique

Messes :

Samedi :

  • 18h : les samedis de St Désiré (messe animée par les jeunes de la Pasto),

Dimanche :

  • 9h : Conliège
  • 10h 30 : Cordeliers (avec la Fraternité des malades)
  • 10h 30 : Crançot

********************

Le Doyenné de Lons-le-Saunier vous invite à un spectacle de la Compagnie de l’Etoile, Théâtre religieux burlesque du diocèse, pour tout public (Entrée libre) :

 » Cœurs brûlants «  d’après l’Evangile selon St-Luc 24,13-35

Samedi 13 janvier 2018 – 17h –

Salle des fêtes de Villeneuve sous Pymont

********************************

La Paroisse Saint-Désiré propose de partager un moment d’amitié.

Le 14 janvier 2018 « On tire les Rois »

Au Puits salé de 14h à 17h.

********************************

Après Noël, c’est le temps de l’Epiphanie. Le goûter des Rois, devenu traditionnel, organisé par la paroisse Saint-Désiré, aura lieu :

le dimanche 14 janvier, au Puits Salé, de 14h à 17h.

Les personnes seules, couples, familles, sont invités à partager la galette au cours d’un après-midi de détente. Il y aura des animations pour tous les âges !

Venez et dites–le autour de vous !

**********************

INTENTIONS DE MESSES du 31 décembre 2017 au 7 janvier 2018

Samedi 31/12/2017 St Sylvestre 18h 30 : Montmorot Jean THEVENOD,

Jean et Edith PEROZ,

Marcelle et Georges CATTENOZ,

Famille REVERCHON-FERRIER,

Jeannine PREGALDINY (suite obsèques),

Pour les âmes du purgatoire,

Michel CHATEAU-Paulette COURVILLE-David BROCARD

Dimanche 31/12/2017

LA SAINTE FAMILLE

10h 30 : Cordeliers
Lundi 1er/01/2018

Sainte Marie,

Mère de Dieu

 

10h 30 : Cordeliers

 

Marthe et Albert BAUD,

Victor JOURDAIN,

Défunts des familles SAURIAT-DOLE.

Mardi 2/01/2018 

St Basile

8h 30 : Cordeliers  
Mercredi 3/01/2018

Ste Geneviève

18h 30 : Cordeliers  
Jeudi 4/01/2018

 St Odilon

8h 30 : Cordeliers Renée PERNOT.
Vendredi 5/01/2018

  St Edouard

9h 00 : St Luc

18h30 :  Cordeliers

 
Samedi 6/01/2018

Ste Mélaine

8h 30 : Cordeliers En action de grâce au cœur immaculé de Marie
Samedi 6/01/2018 18h 00 :

Samedi de St Dé

Paulette MARTIN et sa famille,

Louis et Madeleine LAGRANGE,

Yvette TESTON,

Daniel MARECHARL et famille MARECHAL-SAVOYE, Serge BEY,

Jean THIEBAUX et Gérard LERCK,

Benjamin MONNIN,

René BOISSON,

Andrée DOLE,

Défunts famille GILLOT-PERRAUD,

Albert et Madeleine PY,

Marcel PRIMAS (suite obsèques),

Carmen DUCLOCHER et famille,

François BOIS et sa famille,

Julia DENIS – Alberte et Georges DENIS ses grands-parents et Paulette POLY sa grand-mère,

Famille DALOZ-CHAUVIN.

Dimanche 7/01/2018

EPIPHANIE

10h 30 : Cordeliers

                        

homélie du jour de Noël

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean

Au commencement était le Verbe, et le Verbe était auprès de Dieu, et le Verbe était Dieu. Il était au commencement auprès de Dieu. C’est par lui que tout est venu à l’existence, et rien de ce qui s’est fait ne s’est fait sans lui. En lui était la vie, et la vie était la lumière des hommes ; la lumière brille dans les ténèbres, et les ténèbres ne l’ont pas arrêtée. Il y eut un homme envoyé par Dieu ; son nom était Jean. Il est venu comme témoin, pour rendre témoignage à la Lumière, afin que tous croient par lui. Cet homme n’était pas la Lumière, mais il était là pour rendre témoignage à la Lumière. Le Verbe était la vraie Lumière, qui éclaire tout homme en venant dans le monde. Il était dans le monde, et le monde était venu par lui à l’existence, mais le monde ne l’a pas reconnu. Il est venu chez lui, et les siens ne l’ont pas reçu. Mais à tous ceux qui l’ont reçu, il a donné de pouvoir devenir enfants de Dieu, eux qui croient en son nom. Ils ne sont pas nés du sang, ni d’une volonté charnelle, ni d’une volonté d’homme : ils sont nés de Dieu. Et le Verbe s’est fait chair, il a habité parmi nous, et nous avons vu sa gloire, la gloire qu’il tient de son Père comme Fils unique, plein de grâce et de vérité. Jean le Baptiste lui rend témoignage en proclamant : « C’est de lui que j’ai dit : Celui qui vient derrière moi est passé devant moi, car avant moi il était. » Tous, nous avons eu part à sa plénitude, nous avons reçu grâce après grâce ; car la Loi fut donnée par Moïse, la grâce et la vérité sont venues par Jésus Christ. Dieu, personne ne l’a jamais vu ; le Fils unique, lui qui est Dieu, lui qui est dans le sein du Père, c’est lui qui l’a fait connaître.

Quel contraste entre la fête d’hier soir et celle de ce matin. Beaucoup sont venu hier soir se réchauffer spirituellement ou traditionnellement au feu de joie de la naissance de Jésus. La veillée de Noël, c’est comme une belle histoire, comme un conte pour nos chers petits. C’est l’histoire d’un petit enfant qui naît pauvrement et qui se trouve être le fils d’un roi, reconnu comme tel seulement par d’humbles bergers, mais on veut le tuer et il doit s’enfuir mais à la fin il reviendra comme roi et son règne sera éternel.  Cela on peut encore le laisser croire aux enfants, c’est une si belle histoire, comme celles nombreuses qu’on leur raconte par ailleurs. Mais voyez aujourd’hui, combien sont revenu, combien savent que c’est aujourd’hui que nous célébrons dans l’exultation la Nativité du Seigneur.

C’est que les textes de la liturgie de ce matin sont bien différents de ceux d’hier soir. Ils sont âpres à lire et à comprendre. Pourtant c’est la même réalité qui est donnée. Les Apôtres ont essayé de comprendre avec leur intelligence ce que l’évènement de la Nativité représentait comme espérance pour l’humanité, ce que cette naissance signifiait de la Vérité de Dieu, de ce qu’il est vraiment. Et c’est le fruit de leurs réflexions que nous entendons ce matin.

Vous savez bien que c’est là le saut que doit opérer notre foi ! Est-ce simplement une belle histoire ou alors, spirituellement et intellectuellement nous proclamons que Dieu est venu dans la chair visiter les hommes ? Est-ce simplement une histoire, ou croyons-nous qu’en prenant la condition d’homme il nous donne accès à sa condition divine ? Est-ce simplement une histoire, ou croyons-nous que cet enfant emmailloté dans une crèche est notre Sauveur, celui qui vient restaurer notre condition humaine ?

La proclamation de la divinité de Jésus fils de Marie, Fils de Dieu engendré du Père par l’Esprit Saint est un scandale : scandale pour les juifs qui le condamneront pour ce motif, scandale pour les musulmans qui voient dans cette filiation divino-humaine la déchéance de la pureté divine, scandale pour les personnes athées, qui voient dans cette divinisation de l’humain un moyen de pression de l’Eglise contre la liberté de chacun à disposer de son corps. Décidemment l’Incarnation de Dieu ne va pas de soi, pourtant elle est le trésor de notre foi. A cause de l’espérance d’éternité qu’elle suscite les martyrs ont versés leur sang, les missionnaires sont partis dans le monde entier proclamer la merveille de notre condition nouvelle, des hommes et des femmes ont choisi le célibat consacré et la vie de pauvreté, des maris et des femmes se sont promis pour toujours fidélité et ouverture à la vie dans le mariage ; des malades et des mourants offrent leur souffrance pour sauver ce monde….

C’est que cette Bonne Nouvelle de Dieu fait homme parmi les hommes bouleverse toute chose : l’Eternité rejoint le temps, la pureté prend le risque de la souillure, la sainteté s’expose au péché. L’Amour vient nous dire notre condition divine.

Désormais comme le proclame l’Apôtre Jean : le Verbe s’est fait chair, il a habité parmi nous, et nous avons vu sa gloire. Désormais Dieu est accessible, on peut le toucher, le regarder : Dieu, personne ne l’a jamais vu ; le Fils unique, lui qui est Dieu, lui qui est dans le sein du Père, c’est lui qui l’a fait connaître. Cet enfant de la crèche nous ouvre en grand les portes de la Vie divine, sa naissance dans notre chair humaine est notre renaissance dans sa nature divine, en se faisant notre frère il nous fait connaître que nous avons un Père de toute éternité : à tous ceux qui l’ont reçu, il a donné de pouvoir devenir enfants de Dieu, eux qui croient en son nom. Ils ne sont pas nés du sang, ni d’une volonté charnelle, ni d’une volonté d’homme : ils sont nés de Dieu.

L’épître aux Hébreux nous rappelle que cet enfant de la crèche, le moment venu, s’est assis à la droite de la Majesté divine dans les hauteurs des cieux. Et là où est le Fils de Dieu, là seront ses frères, là nous siègerons avec Lui, pourvu que nous empruntions avec lui les chemins de l’Evangile. Il y a de la joie à témoigner de Dieu fait homme, je laisse encore Isaïe vous le redire : Comme ils sont beaux dans le Jura, les pas du messager, celui qui annonce la paix, qui porte la bonne nouvelle, qui annonce le salut, et vient dire aux habitants du doyenné de Lons : « Il règne, ton Dieu ! « .

Notre communion au Corps du Sauveur nous institue messager de Dieu pour le Jura, alors en venant communier que la joie et la paix de Dieu nous fassent exulter de joie et Chanter au Seigneur un chant nouveau car il a fait des merveilles. Amen

 

homélie veillée de Noël 2017

Lecture du livre du prophète Isaïe

Le peuple qui marchait dans les ténèbres a vu se lever une grande lumière ; et sur les habitants du pays de l’ombre, une lumière a resplendi. …les bottes qui frappaient le sol, et les manteaux couverts de sang, les voilà tous brûlés : le feu les a dévorés.Oui, un enfant nous est né, un fils nous a été donné ! Sur son épaule est le signe du pouvoir ;son nom est proclamé : « Conseiller-merveilleux, Dieu-Fort, Père-à-jamais, Prince-de-la-Paix. » Et le pouvoir s’étendra, et la paix sera sans fin pour le trône de David et pour son règne qu’il établira, qu’il affermira sur le droit et la justice dès maintenant et pour toujours. Il fera cela, l’amour jaloux du Seigneur de l’univers !

Evangile selon saint Luc

L’ange du Seigneur se présenta devant les bergers et la gloire du Seigneur les enveloppa de sa lumière. Ils furent saisis d’une grande crainte. Alors l’ange leur dit : « Ne craignez pas, car voici que je vous annonce une bonne nouvelle, qui sera une grande joie pour tout le peuple : Aujourd’hui, dans la ville de David, vous est né un Sauveur qui est le Christ, le Seigneur. Et voici le signe qui vous est donné : vous trouverez un nouveau-né emmailloté et couché dans une mangeoire. » Et soudain, il y eut avec l’ange une troupe céleste innombrable, qui louait Dieu en disant : « Gloire à Dieu au plus haut des cieux, et paix sur la terre aux hommes, qu’Il aime. »

 

Il y eut avec l’ange une troupe céleste innombrable, qui louait Dieu en disant :  » Gloire à Dieu au plus haut des cieux, et paix sur la terre aux hommes qu’Il aime. «  Apparemment, en cette nuit de la naissance du Fils de Dieu parmi les hommes, on ne lésine pas au ciel comme sur terre pour marquer l’évènement ! Le Père déploie le grand jeu : toute la création est dans la joie : Les étoiles du ciel servent d’éclairage, l’âne et le bœuf de chauffage pour le petit et une chorale de milliers d’anges proclament la gloire de Dieu à pleine voix ! Imaginez le spectacle….car c’est en ce moment même qu’il a lieu, c’est aujourd’hui que Dieu vient naître en notre monde !

Pourtant, quelle sera la réponse des hommes à ce grand déballage des cieux ? Quelle sera la réponse des hommes à la joie sans fin de Dieu le Père qui exulte à la naissance humble de son Fils ? Quelle sera la réponse des hommes à l’enfant de la crèche qui est messager de paix pour l’humanité? Ce soir, quelle sera votre réponse chers frères et sœurs, à ce don de la paix que Dieu, dans son amour vous offre ? Quelle est notre réponse, ce soir, à la Bonne Nouvelle, alors que la lumière du salut jaillit depuis deux millénaires de la crèche de Bethléem ?

800 ans avant la naissance de Jésus le prophète Isaïe annonçait déjà cette grande joie : un enfant nous est né, un fils nous a été donné ! Comme si cette naissance attendue de tout un peuple et de toute l’humanité était la réalisation de toutes les espérances cachées. Vous tous qui êtes parents, vous savez comme la naissance d’un enfant vous fait vibrer, vous procurant joie et fierté. Et bien il en va de même pour Dieu ! Quand Dieu le Créateur de toute chose assiste à l’engendrement de son Fils Jésus, c’est toute la création qui exulte, les anges et les bergers ; c’est le monde entier qui vibre et éclate en cris de joie. Ce sont les guerres qui cessent, ce sont les jougs, les bâtons et les fouets qui sont brisés, les esclavages de toutes sortes qui sont supprimés, c’est l’allégresse et la joie qui envahissent le cœur des hommes.

Qu’offre –t-il au monde cet enfant pour que la joie et l’attente soient à son comble ? Cet enfant c’est l’Homme Nouveau. Cet enfant c’est le Salut donné aux hommes, comme  l’écrivait au II°s un chrétien au préfet romain Diognète qui le persécutait : « Dieu… a livré lui-même son propre Fils en rançon pour nous, livrant le saint pour les criminels, l’innocent pour les méchants, le juste pour les injustes, l’incorruptible pour les corrompus, l’immortel pour les mortels. … O doux échange, opération impénétrable, ô bienfaits inattendus : le crime du grand nombre est enseveli dans la justice d’un seul et la justice d’un seul justifie un grand nombre de criminels. »

 Si telle est la mission du Christ, elle est bien loin de la simple joie d’accueillir un enfant, loin de la guimauve que l’on nous sert désormais à chaque Noël ! Une question me vient alors, a-t-on encore besoin d’être sauvé ? Savons-nous humblement reconnaître nos faiblesses et nos failles, notre état de créature,  pour laisser la puissance du Créateur nous régénérer ? Est-ce une joie pour nous ce soir que la naissance de cet enfant ? La lumière qui jaillit de cet être si petit et si fragile parviendra-t-elle à éclairer nos vies, nos manières de voir et de juger les choses et les êtres, oserons-nous renoncer à l’impiété et aux convoitises de ce monde, oserons nous vivre dans le temps présent de manière raisonnable, avec justice et piété, comme nous y invite l’Apôtre Paul ? Car il s’est donné pour nous afin de …faire de nous son peuple, un peuple ardent à faire le bien.

Osons ce soir, devant l’humble crèche, nous en remettre à l’essentiel ! Devenons dans la foi et les actes ce peuple de Dieu ardent à faire le bien. L’essentiel ce soir c’est l’enfant Jésus, couché dans sa mangeoire, il s’offre à vous. L’essentiel ce soir, c’est la gratuité du don de Dieu. Dieu vous donne tout en se donnant lui-même. Alors, Prenez l’enfant Jésus dans vos bras comme vous prenez vos enfants ou vos petits-enfants pour les câliner. Prenez l’enfant Jésus dans vos bras comme vous prendrez avec excitation le cadeau de Noël qu’on vous tendra ce soir ou demain. Il s’offre à vous,  et il compte sur vous pour que vous l’offriez au monde.

Sur cet autel, chers frères et sœurs, le Christ va venir à nous, va se donner à nous en se faisant nourriture. Pain et vin pour nous donner l’essentiel : sa Vie. Voilà ce que fait l’amour jaloux du Seigneur de l’Univers pour vous en ce soir de Noël.  Par la communion à son Corps, Il veut crécher dans chacune de vos vies, il veut crécher dans chacune de vos familles, il veut habiter chacun de vos cœurs ! Accueillez-le et par une vie bonne et droite offrez-le autour de vous. Amen.

homélie 4° dimanche de l’Avent

Lecture du deuxième livre de Samuel

Le roi David habitait enfin dans sa maison.  Le Seigneur lui avait accordé la tranquillité  en le délivrant de tous les ennemis qui l’entouraient.  Le roi dit alors au prophète Nathan :  « Regarde ! J’habite dans une maison de cèdre,  et l’arche de Dieu habite sous un abri de toile ! » 

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

En ce temps-là, l’ange Gabriel fut envoyé par Dieu dans une ville de Galilée, appelée Nazareth, à une jeune fille vierge, accordée en mariage à un homme de la maison de David, appelé Joseph ; et le nom de la jeune fille était Marie. L’ange entra chez elle et dit : « Sois sans crainte, Marie, car tu as trouvé grâce auprès de Dieu. Voici que tu vas concevoir et enfanter un fils ; tu lui donneras le nom de Jésus. Il sera grand, il sera appelé Fils du Très-Haut ; le Seigneur Dieu lui donnera le trône de David son père ; il régnera pour toujours sur la maison de Jacob, et son règne n’aura pas de fin. »

Après la semaine de 4 jours et demi pour les écoliers, la semaine de 5 jours pour les travailleurs, voici la semaine d’un jour pour les croyants. En effet, cette année, comme à peu près tous les 7 ans, la 4° semaine de l’Avent se réduit à son minimum possible : commencée hier soir elle s’achève cet après-midi. Déjà qu’on trouve que le temps de l’Avent passe vite habituellement, alors cette année que dire : à peine entrer dans l’Avent nous sommes déjà prêt à mettre dès ce soir les pieds sous la table pour festoyer !

Cette brièveté exige donc que nous soyons bien attentifs à célébrer ce 4° dimanche de l’Avent qui sera toute la semaine à lui seul ! De quoi nous entretiennent les textes de ce 4° dimanche de l’Avent ? De l’habitation de Dieu dans notre monde…. où Dieu va-t-il crécher ? Voyons ce que disent les textes :

Dans la 1ière lecture, David roi d’Israël, fait un constat : J’habite dans une maison de cèdre, et l’arche de Dieu habite sous un abri de toile. C’est que jusqu’à présent, David, avec l’Arche d’Alliance à ses côté, remporta de nombreuses guerres et put rétablir l’unité de son royaume et le doter de sa capitale : Jérusalem. Dans le temps de paix qu’il goûte désormais, il se la coule douce dans son palais de cèdre flambant neuf ! Et voilà que lui saute aux yeux une anomalie : l’Arche de Dieu n’a pas de lieu fixe, bâti en dur. Si le projet de David de construire une habitation pour Dieu est très louable, elle est aussi dangereuse. Car, construire un Temple pour Dieu c’est être tenté de mettre la main sur Lui en lui assignant un lieu précis et définitif. C’est pourquoi, Dieu remet David à sa place en lui donnant une double leçon. Il lui rappelle d’abord  qu’Il est Dieu, le Créateur de l’univers, le Seigneur des Seigneurs et que par conséquent aucun bâtiment ne pourrait Le contenir. Et ensuite il lui rappelle que le plus mal logé des deux n’est pas celui qu’on croit, …. Car si Dieu est éternel, David ne devra la pérennité de sa famille qu’à la promesse de Dieu de fonder sa dynastie pour l’éternité. Ainsi le Seigneur par la bouche de Nathan lui rappelle : Je te susciterai dans ta descendance un successeur,  qui naîtra de toi,  et je rendrai stable sa royauté. Moi, je serai pour lui un père ;  et lui sera pour moi un fils. 

Pourtant, malgré cette leçon, nous savons que c’est à Salomon le fils de David, que Dieu accordera la grâce de bâtir un Temple dans lequel Il daignera trôner et consumer les offrandes présentées par les grands prêtres.

Et, il en sera toujours ainsi au cours des siècles : les hommes construiront pour la gloire de Dieu des demeures, plus splendides les unes que les autres.

Mais l’Evangile de l’annonciation nous donne une autre vision de la maison de Dieu parmi les hommes. En effet, du temps de David, les tables de la Loi étaient enfermées dans l’arche d’alliance sur laquelle trônaient les Chérubins qui servaient de siège à la gloire de Dieu quand elle apparaissait. Désormais l’arche nouvelle est le corps de chair de Marie qui porte en elle la loi Nouvelle, le plein amour de Dieu pour les hommes : son Fils Jésus.

David voulait construire à Dieu un temple de pierres pour y déposer l’Arche de l’Alliance. Désormais, par son Incarnation, c’est le Corps de Chair de Jésus qui devient le nouveau Temple de la présence de Dieu parmi les hommes. Et pour que son règne au milieu de nous dure toujours, il a choisit de donner son corps en nourriture à tous les croyants, afin que se bâtisse au cours des âges le Temple nouveau fait de pierres vivantes : vous, son peuple, son Eglise.

Ce soir et demain, en célébrant le mystère de la naissance du Fils de Dieu parmi les hommes, nous affirmerons que Dieu devient présent par son corps d’homme au milieu de son peuple. En venant communier à l’Autel et recevant son Corps, nous acceptons de devenir son Corps, c’est à dire sa présence réelle au milieu des hommes de ce temps. Le nouveau Temple de Dieu, c’est le peuple de Dieu lui-même. Or ce peuple, pour une part, c’est nous aujourd’hui, la communauté chrétienne du doyenné de Lons. Puisse donc notre vie être le signe visible de cette présence réelle de Dieu au milieu de nous. Que notre eucharistie, ce matin, nous fonde davantage dans cette certitude que notre communauté doit être, en quelque sorte, une Bethléem pour le Jura. Amen

ANNONCES du 24 au 31 décembre 2017

ANNONCES du 24 au 31 décembre 2017

 

Lundi 25 Décembre : JOUR DE NOEL – Fête de la Nativité du Seigneur

  • Messe à 10h 30 à St Désiré et 10h30 à Crançot

Mardi 26 décembre  – St Etienne

  • Messe à Conliège (40 rue Haute) à 10h30.

Mercredi 27 décembre  – St Jean l’évangéliste

  • Prière du mouvement sacerdotal à 17h 30 à la chapelle des Cordeliers suivi de l’eucharistie à 18h 30.

Jeudi 28 décembre – Sts Innocents

Vendredi 29 décembre  – St Thomas Becket

Samedi 30 décembre

Dimanche prochain 31 décembre – Fête de la Sainte Famille (année B )

  • Messe anticipée  – Samedi : 18h 30 à Montmorot
  • Dimanche  : une seule messe pour nos deux paroisses à 10h 30 aux Cordeliers.

***********

Nouvel an paroissial à l’espace St Désiré (rue des Tanneurs) à 19h00 repas partagé, Adoration et Action de grâce pour l’année écoulée. 

**********************

INTENTIONS DE MESSES du 24 au 31 décembre 2017

Dimanche 24/12/2017

4ème dimanche d’Avent

 10h 30 : Cordeliers René BOISSON.
Dimanche 24/12/2017

 VEILLÉES DE NOEL

 

19h 00 : St Luc

 

19h 00 : Cordeliers

 

20h 00 : Crançot

 

22h 30 : Cordeliers

 

 

Rosette ROTA,

Paulette MARTIN et sa famille,

Famille PROST-LHOMME,

Famille FALCONET,

Odile SASSARD et Laetitia,

Famille COULON-PERRIER,

Louis et Eugénie LUGAND,

Famille CATTENOZ-BEAUD,

Cécile SAINTOT(PERRON) et sa famille,

Famille VANNET-MONNIER,

Gérard et André BRELOT

Michel PERRIER et sa famille, 

Jeanine et Henri MARECHAL et famille MARECHAL-THIBERT,

Pierre PERRET (suite obsèques),

René MILLET et sa famille,

Familles MILLET-PAILLARD-PERRET,

Madeleine et Jacques FAIRY,

Jean-Claude GANDELIN,

Famille LANCON-MAURILIERAS,

Vivants et défunts des familles PY-VANTARD,

Familles LENZI-CART-GRANDJEAN,

Défunts des familles MILLET-OLIVIER,

Famille REVERCHON-FERRIER,

Bénédicte HUBERT et sa famille,

Familles PERRIN-PRIEUR-MAZAUDON,

Défunts familles SAURIAT-DOLE,

Marie-Thérèse et André PICARD et vivants et défunts de la famille,

Familles NOIR et PELLETIER,

Louis et Madeleine LAGRANGE et défunts de la famille.

Lundi 25/12/2017

Fête de la Nativité du Seigneur

 

10h 30 :

Saint Désiré

10h 30 : Crançot

Yvette GUILLEMIN,

Daniel PERNIN,

Famille BRUN et BERTHAIL,

Intentions particulières,

Abel RONGIER et famille,

René BOISSON,

Vivants et défunts famille Camille MONAT,

Famille VIDELIER-BERRARD,

Benjamin MONNIN, 

Jean REVERCHON et famille,

Madeleine et Lucien NUBLAT,

André LEGLISE,

Helena RELANGE,

Denis PUGIN et sa famille,

Joseph et Benoit ROZAIN et leur famille,

Familles VILLET-CLAVELIN,

Marcel ROUSSEY.

Mardi 26/12/2017 

St Etienne

8h 30 : Cordeliers

10h 30 : Conliège

 
Mercredi 27/12/2017

St Jean l’évangéliste

18h 30 : Cordeliers  
Jeudi 28/12/2017

Sts Innocents

8h 30 : Cordeliers  
Vendredi 29/12/2017

St Thomas Becket

9h 00 : St Luc

18h 30 :  Cordeliers

 
Samedi 30/12/2017

St Roger

8h 30 : Cordeliers  
Samedi  31/12/2017 18h 30 : Montmorot Jean THEVENOD,

Marcelle et Georges CATTENOZ,

Famille REVERCHON-FERRIER,

Âmes du purgatoire,

Jeannine PREGALDINY  (suite obsèques),

Michel CHATEAU -Paulette COURVILLE – David BROCARD,

Marie-Paule VINCENT (anniversaire).

Dimanche 31/12/2017

LA SAINTE FAMILLE

10h 30 : Cordeliers