homélie 4° dimanche de l’Avent

Lecture du deuxième livre de Samuel

Le roi David habitait enfin dans sa maison.  Le Seigneur lui avait accordé la tranquillité  en le délivrant de tous les ennemis qui l’entouraient.  Le roi dit alors au prophète Nathan :  « Regarde ! J’habite dans une maison de cèdre,  et l’arche de Dieu habite sous un abri de toile ! » 

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

En ce temps-là, l’ange Gabriel fut envoyé par Dieu dans une ville de Galilée, appelée Nazareth, à une jeune fille vierge, accordée en mariage à un homme de la maison de David, appelé Joseph ; et le nom de la jeune fille était Marie. L’ange entra chez elle et dit : « Sois sans crainte, Marie, car tu as trouvé grâce auprès de Dieu. Voici que tu vas concevoir et enfanter un fils ; tu lui donneras le nom de Jésus. Il sera grand, il sera appelé Fils du Très-Haut ; le Seigneur Dieu lui donnera le trône de David son père ; il régnera pour toujours sur la maison de Jacob, et son règne n’aura pas de fin. »

Après la semaine de 4 jours et demi pour les écoliers, la semaine de 5 jours pour les travailleurs, voici la semaine d’un jour pour les croyants. En effet, cette année, comme à peu près tous les 7 ans, la 4° semaine de l’Avent se réduit à son minimum possible : commencée hier soir elle s’achève cet après-midi. Déjà qu’on trouve que le temps de l’Avent passe vite habituellement, alors cette année que dire : à peine entrer dans l’Avent nous sommes déjà prêt à mettre dès ce soir les pieds sous la table pour festoyer !

Cette brièveté exige donc que nous soyons bien attentifs à célébrer ce 4° dimanche de l’Avent qui sera toute la semaine à lui seul ! De quoi nous entretiennent les textes de ce 4° dimanche de l’Avent ? De l’habitation de Dieu dans notre monde…. où Dieu va-t-il crécher ? Voyons ce que disent les textes :

Dans la 1ière lecture, David roi d’Israël, fait un constat : J’habite dans une maison de cèdre, et l’arche de Dieu habite sous un abri de toile. C’est que jusqu’à présent, David, avec l’Arche d’Alliance à ses côté, remporta de nombreuses guerres et put rétablir l’unité de son royaume et le doter de sa capitale : Jérusalem. Dans le temps de paix qu’il goûte désormais, il se la coule douce dans son palais de cèdre flambant neuf ! Et voilà que lui saute aux yeux une anomalie : l’Arche de Dieu n’a pas de lieu fixe, bâti en dur. Si le projet de David de construire une habitation pour Dieu est très louable, elle est aussi dangereuse. Car, construire un Temple pour Dieu c’est être tenté de mettre la main sur Lui en lui assignant un lieu précis et définitif. C’est pourquoi, Dieu remet David à sa place en lui donnant une double leçon. Il lui rappelle d’abord  qu’Il est Dieu, le Créateur de l’univers, le Seigneur des Seigneurs et que par conséquent aucun bâtiment ne pourrait Le contenir. Et ensuite il lui rappelle que le plus mal logé des deux n’est pas celui qu’on croit, …. Car si Dieu est éternel, David ne devra la pérennité de sa famille qu’à la promesse de Dieu de fonder sa dynastie pour l’éternité. Ainsi le Seigneur par la bouche de Nathan lui rappelle : Je te susciterai dans ta descendance un successeur,  qui naîtra de toi,  et je rendrai stable sa royauté. Moi, je serai pour lui un père ;  et lui sera pour moi un fils. 

Pourtant, malgré cette leçon, nous savons que c’est à Salomon le fils de David, que Dieu accordera la grâce de bâtir un Temple dans lequel Il daignera trôner et consumer les offrandes présentées par les grands prêtres.

Et, il en sera toujours ainsi au cours des siècles : les hommes construiront pour la gloire de Dieu des demeures, plus splendides les unes que les autres.

Mais l’Evangile de l’annonciation nous donne une autre vision de la maison de Dieu parmi les hommes. En effet, du temps de David, les tables de la Loi étaient enfermées dans l’arche d’alliance sur laquelle trônaient les Chérubins qui servaient de siège à la gloire de Dieu quand elle apparaissait. Désormais l’arche nouvelle est le corps de chair de Marie qui porte en elle la loi Nouvelle, le plein amour de Dieu pour les hommes : son Fils Jésus.

David voulait construire à Dieu un temple de pierres pour y déposer l’Arche de l’Alliance. Désormais, par son Incarnation, c’est le Corps de Chair de Jésus qui devient le nouveau Temple de la présence de Dieu parmi les hommes. Et pour que son règne au milieu de nous dure toujours, il a choisit de donner son corps en nourriture à tous les croyants, afin que se bâtisse au cours des âges le Temple nouveau fait de pierres vivantes : vous, son peuple, son Eglise.

Ce soir et demain, en célébrant le mystère de la naissance du Fils de Dieu parmi les hommes, nous affirmerons que Dieu devient présent par son corps d’homme au milieu de son peuple. En venant communier à l’Autel et recevant son Corps, nous acceptons de devenir son Corps, c’est à dire sa présence réelle au milieu des hommes de ce temps. Le nouveau Temple de Dieu, c’est le peuple de Dieu lui-même. Or ce peuple, pour une part, c’est nous aujourd’hui, la communauté chrétienne du doyenné de Lons. Puisse donc notre vie être le signe visible de cette présence réelle de Dieu au milieu de nous. Que notre eucharistie, ce matin, nous fonde davantage dans cette certitude que notre communauté doit être, en quelque sorte, une Bethléem pour le Jura. Amen