homélie veillée de Noël 2017

Lecture du livre du prophète Isaïe

Le peuple qui marchait dans les ténèbres a vu se lever une grande lumière ; et sur les habitants du pays de l’ombre, une lumière a resplendi. …les bottes qui frappaient le sol, et les manteaux couverts de sang, les voilà tous brûlés : le feu les a dévorés.Oui, un enfant nous est né, un fils nous a été donné ! Sur son épaule est le signe du pouvoir ;son nom est proclamé : « Conseiller-merveilleux, Dieu-Fort, Père-à-jamais, Prince-de-la-Paix. » Et le pouvoir s’étendra, et la paix sera sans fin pour le trône de David et pour son règne qu’il établira, qu’il affermira sur le droit et la justice dès maintenant et pour toujours. Il fera cela, l’amour jaloux du Seigneur de l’univers !

Evangile selon saint Luc

L’ange du Seigneur se présenta devant les bergers et la gloire du Seigneur les enveloppa de sa lumière. Ils furent saisis d’une grande crainte. Alors l’ange leur dit : « Ne craignez pas, car voici que je vous annonce une bonne nouvelle, qui sera une grande joie pour tout le peuple : Aujourd’hui, dans la ville de David, vous est né un Sauveur qui est le Christ, le Seigneur. Et voici le signe qui vous est donné : vous trouverez un nouveau-né emmailloté et couché dans une mangeoire. » Et soudain, il y eut avec l’ange une troupe céleste innombrable, qui louait Dieu en disant : « Gloire à Dieu au plus haut des cieux, et paix sur la terre aux hommes, qu’Il aime. »

 

Il y eut avec l’ange une troupe céleste innombrable, qui louait Dieu en disant :  » Gloire à Dieu au plus haut des cieux, et paix sur la terre aux hommes qu’Il aime. «  Apparemment, en cette nuit de la naissance du Fils de Dieu parmi les hommes, on ne lésine pas au ciel comme sur terre pour marquer l’évènement ! Le Père déploie le grand jeu : toute la création est dans la joie : Les étoiles du ciel servent d’éclairage, l’âne et le bœuf de chauffage pour le petit et une chorale de milliers d’anges proclament la gloire de Dieu à pleine voix ! Imaginez le spectacle….car c’est en ce moment même qu’il a lieu, c’est aujourd’hui que Dieu vient naître en notre monde !

Pourtant, quelle sera la réponse des hommes à ce grand déballage des cieux ? Quelle sera la réponse des hommes à la joie sans fin de Dieu le Père qui exulte à la naissance humble de son Fils ? Quelle sera la réponse des hommes à l’enfant de la crèche qui est messager de paix pour l’humanité? Ce soir, quelle sera votre réponse chers frères et sœurs, à ce don de la paix que Dieu, dans son amour vous offre ? Quelle est notre réponse, ce soir, à la Bonne Nouvelle, alors que la lumière du salut jaillit depuis deux millénaires de la crèche de Bethléem ?

800 ans avant la naissance de Jésus le prophète Isaïe annonçait déjà cette grande joie : un enfant nous est né, un fils nous a été donné ! Comme si cette naissance attendue de tout un peuple et de toute l’humanité était la réalisation de toutes les espérances cachées. Vous tous qui êtes parents, vous savez comme la naissance d’un enfant vous fait vibrer, vous procurant joie et fierté. Et bien il en va de même pour Dieu ! Quand Dieu le Créateur de toute chose assiste à l’engendrement de son Fils Jésus, c’est toute la création qui exulte, les anges et les bergers ; c’est le monde entier qui vibre et éclate en cris de joie. Ce sont les guerres qui cessent, ce sont les jougs, les bâtons et les fouets qui sont brisés, les esclavages de toutes sortes qui sont supprimés, c’est l’allégresse et la joie qui envahissent le cœur des hommes.

Qu’offre –t-il au monde cet enfant pour que la joie et l’attente soient à son comble ? Cet enfant c’est l’Homme Nouveau. Cet enfant c’est le Salut donné aux hommes, comme  l’écrivait au II°s un chrétien au préfet romain Diognète qui le persécutait : « Dieu… a livré lui-même son propre Fils en rançon pour nous, livrant le saint pour les criminels, l’innocent pour les méchants, le juste pour les injustes, l’incorruptible pour les corrompus, l’immortel pour les mortels. … O doux échange, opération impénétrable, ô bienfaits inattendus : le crime du grand nombre est enseveli dans la justice d’un seul et la justice d’un seul justifie un grand nombre de criminels. »

 Si telle est la mission du Christ, elle est bien loin de la simple joie d’accueillir un enfant, loin de la guimauve que l’on nous sert désormais à chaque Noël ! Une question me vient alors, a-t-on encore besoin d’être sauvé ? Savons-nous humblement reconnaître nos faiblesses et nos failles, notre état de créature,  pour laisser la puissance du Créateur nous régénérer ? Est-ce une joie pour nous ce soir que la naissance de cet enfant ? La lumière qui jaillit de cet être si petit et si fragile parviendra-t-elle à éclairer nos vies, nos manières de voir et de juger les choses et les êtres, oserons-nous renoncer à l’impiété et aux convoitises de ce monde, oserons nous vivre dans le temps présent de manière raisonnable, avec justice et piété, comme nous y invite l’Apôtre Paul ? Car il s’est donné pour nous afin de …faire de nous son peuple, un peuple ardent à faire le bien.

Osons ce soir, devant l’humble crèche, nous en remettre à l’essentiel ! Devenons dans la foi et les actes ce peuple de Dieu ardent à faire le bien. L’essentiel ce soir c’est l’enfant Jésus, couché dans sa mangeoire, il s’offre à vous. L’essentiel ce soir, c’est la gratuité du don de Dieu. Dieu vous donne tout en se donnant lui-même. Alors, Prenez l’enfant Jésus dans vos bras comme vous prenez vos enfants ou vos petits-enfants pour les câliner. Prenez l’enfant Jésus dans vos bras comme vous prendrez avec excitation le cadeau de Noël qu’on vous tendra ce soir ou demain. Il s’offre à vous,  et il compte sur vous pour que vous l’offriez au monde.

Sur cet autel, chers frères et sœurs, le Christ va venir à nous, va se donner à nous en se faisant nourriture. Pain et vin pour nous donner l’essentiel : sa Vie. Voilà ce que fait l’amour jaloux du Seigneur de l’Univers pour vous en ce soir de Noël.  Par la communion à son Corps, Il veut crécher dans chacune de vos vies, il veut crécher dans chacune de vos familles, il veut habiter chacun de vos cœurs ! Accueillez-le et par une vie bonne et droite offrez-le autour de vous. Amen.