L’Apparition de Xavier Giannoli….. une paroissienne nous partage ses impressions

Beaucoup de têtes connues ce dimanche après-midi à la sortie du film L’apparition, de Xavier Giannoli. Beaucoup d’interrogations aussi, tant il est vrai que le film n’est pas toujours facile à comprendre. Il raconte l’histoire de deux  jeunes filles à l’enfance tumultueuse, qui partagent une chambre dans un foyer. L’une d’elles est témoin d’une apparition de la Vierge, qui lui délivre un message d’amour envers les plus pauvres. Ce message, la jeune fille va le vivre en construisant un couple, en ayant un bébé et en partant travailler dans un camp de réfugiés en Jordanie. Car elle ne veut pas être une voyante aux mains de l’Eglise. Pour que le message soit quand même connu de tous, c’est son amie Anna qui va endosser le personnage de la voyante et qui entrera comme novice dans un couvent de religieuses.

Deux prêtres protègent la jeune fille et organisent le mouvement de piété. Et de partout, les croyants affluent. Vaste supercherie ? Pas tout à fait, puisque l’apparition a bien eu lieu. Pas tout à fait non plus, car le rôle va habiter Anna jusqu’au bout. C’est ce que découvre peu à peu un journaliste, interprété par Vincent Lindon, pressenti par Rome pour faire la clarté sur cette affaire en compagnie d’une psychologue et de deux prêtres dont un farouche anti-apparition . J’ai apprécié la sincérité dont chacun était habité et le fait que l’Eglise reste prudente dans ces nombreux cas d’apparition.

 Toujours est-il que notre photographe sera bouleversé par cette histoire.  L’icône martyrisée de Marie, que son ami récemment décédé avait pris en photo en Irak, se retrouve comme par enchantement chez la première jeune fille, apportée par son mari qui y fut militaire : un signe pour authentifier le choix de cette jeune fille par Marie ? La mort violente de la mère de la jeune fille a-t-elle quelque chose à voir avec cette icône elle aussi assassinée? Et le visage de Anna, qu’ont flagellé des ronces lors de son ultime ascension vers le lieu de l’apparition, n’est-il pas là pour nous rappeler un autre visage, lui aussi déchiré par les épines un certain vendredi saint ? Oui, beaucoup de questions auxquelles chacun répondra selon sa foi.

Pascale PRAT-ROBBE