homélie de l’Ascension

Évangile de Jésus Christ selon saint Marc

En ce temps-là, Jésus ressuscité se manifesta aux onze Apôtres et leur dit : « Allez dans le monde entier. Proclamez l’Évangile à toute la création. Celui qui croira et sera baptisé sera sauvé ; celui qui refusera de croire sera condamné. Voici les signes qui accompagneront ceux qui deviendront croyants : en mon nom, ils expulseront les démons ; ils parleront en langues nouvelles ; ils prendront des serpents dans leurs mains et, s’ils boivent un poison mortel, il ne leur fera pas de mal ; ils imposeront les mains aux malades, et les malades s’en trouveront bien. »

Le Seigneur Jésus, après leur avoir parlé, fut enlevé au ciel et s’assit à la droite de Dieu. Quant à eux, ils s’en allèrent proclamer partout l’Évangile. Le Seigneur travaillait avec eux et confirmait la Parole par les signes qui l’accompagnaient.

Le Seigneur Jésus, après leur avoir parlé, fut enlevé au ciel et s’assit à la droite de Dieu. Quant à eux, ils s’en allèrent proclamer partout l’Évangile. Deux mouvements dans cette phrase de l’évangile de ce matin : un mouvement vertical : Jésus est enlevé au ciel et un mouvement horizontal : les apôtres vont proclamer partout l’Evangile. Un mouvement vertical et un second horizontal, comme le signe de la croix. Et à l’intersection : Jésus le Fils éternel de Dieu fait homme. Il est la jonction entre le Divin et l’humain, pleinement Dieu et pleinement homme il est à la fois la source de notre agir sur cette terre et la porte de notre accès à l’éternité auprès du Père.

Le premier mouvement est donc celui du retour du Seigneur Jésus vers le Père. En montant au ciel et en s’asseyant à la droite de Dieu, Jésus permet trois choses importantes : d’abord il remonte vers son Père avec notre humanité. Comme le rappelle Paul aux Ephésiens : celui qui était descendu est le même qui est monté au-dessus de tous les cieux pour remplir l’univers. Venu dans notre chair pour assumer une vie d’homme, il retourne vers le Père pleinement homme. En sa personne Il a glorifiée notre humanité, Il l’a divinisée, la rendant capable de participer à la nature divine, à la communion avec les trois personnes de la Trinité. En ce sens, Jésus nous précède, il nous ouvre le chemin, désormais, avec notre humanité restaurée et divinisée, nous pouvons espérer monter plus haut que tous les anges, plus haut que toutes les créatures visibles et invisibles : C’est notre humanité glorifiée qui est assise auprès du Père.

En remontant vers son Père, Jésus nous permet la liberté de choix. En effet, pour que le processus de notre divinisation soit choisi librement par chacun de nous, le Seigneur devait quitter notre monde visible. Rappelez-vous la ¨parole de Jésus à Thomas : « heureux ceux qui croient sans avoir vu ! ». En quittant notre monde il permet, par un acte de foi basé sur ce que nous avons entendu et appris de Lui, de nous attacher plus fortement et plus véritablement à sa personne.

Enfin, retourné auprès du Père, il peut envoyer à ses disciples ce qu’Il a promis, comme nous l’avons entendu dans la lecture des Actes des Apôtres : vous allez recevoir une force quand le Saint-Esprit viendra sur vous ; vous serez alors mes témoins à Jérusalem, dans toute la Judée et la Samarie, et jusqu’aux extrémités de la terre. Grâce à l’Esprit Saint qui nous est donné par Jésus assis auprès de son Père, nous pouvons initier le second mouvement : proclamer partout l’Evangile.

Tout acte de foi doit trouver un accomplissement dans notre vie. Il ne suffit pas que les mots de la foi animent nos lèvres, il faut aussi qu’ils fassent agir nos mains en vue du bien commun et du service des autres. Il doit y avoir une conformité de plus en plus grande entre nos actes et nos paroles. Dire « je crois en Christ » exige d’agir en chrétien, c’est-à-dire, d’agir au nom de Jésus.

C’est le Seigneur Jésus qui le dit dans l’évangile : en mon nom, ils expulseront les démons ; ils parleront en langues nouvelles ; ils prendront des serpents dans leurs mains et, s’ils boivent un poison mortel, il ne leur fera pas de mal ; ils imposeront les mains aux malades, et les malades s’en trouveront bien.

Notre action doit prendre trois directions :1/ lutter contre le mauvais en chassant sans relâche le diable et ses démons du cœur des hommes ; 2/ lutter contre les hérésies, débusquer les fausses images de Dieu, dénoncer les manipulations que peuvent en faire les hommes (le poison c’est cela !) y compris dans l’Eglise ; 3/ user de compassion auprès des malades, leur apporter les secours de la religion.

Et st Paul, exhorte les Ephésiens à se conduire d’une manière digne de leur vocation : ayant beaucoup d’humilité, de douceur et de patience, se supportant les uns les autres avec amour ; ayant soin de garder l’unité dans l’Esprit par le lien de la paix. Agir ainsi transforme notre vie en un évangile lisible et compréhensible pour nos contemporains. Notre vocation de Chrétien c’est de faire de notre vie un chemin vers le Christ pour ceux qui ne le connaissent pas encore : que notre amour, notre qualité d’écoute et de service, notre compassion, notre attachement à la vérité, soient les lumières de la foi qui attirent au Christ.

Alors offrez-vous à Dieu par Jésus pour qu’il fasse de votre vie, saisie et transformée par l’Esprit Saint une louange à sa gloire, un merveilleux témoignage des prodiges que peut faire son amour en celui qui s’y livre en toute confiance. Amen