homélie en la fête de la Trinité.

lettre de st Paul aux Romains:  Frères, tous ceux qui se laissent conduire par l’Esprit de Dieu, ceux-là sont fils de Dieu. Vous n’avez pas reçu un esprit qui fait de vous des esclaves et vous ramène à la peur ; mais vous avez reçu un Esprit qui fait de vous des fils ; et c’est en lui que nous crions « Abba ! », c’est-à-dire : Père ! C’est donc l’Esprit Saint lui-même qui atteste à notre esprit que nous sommes enfants de Dieu. Puisque nous sommes ses enfants, nous sommes aussi ses héritiers : héritiers de Dieu, héritiers avec le Christ, si du moins nous souffrons avec lui pour être avec lui dans la gloire.

Prêcher sur la Trinité, c’est la grande angoisse du prêtre que je suis. Je m’y risque qu’en même. D’abord faisons un constat simple : La Trinité est le cœur de la foi des chrétiens. En effet, en son nom nous avons été baptisés comme l’a demandé le Seigneur dans l’évangile de ce matin. Chaque jour dans nos prières, en son Nom nous faisons le signe de la croix ou nous récitons la doxologie à la fin de chaque dizaine de notre chapelet ; chaque dimanche, en récitant le Credo, nous confessons croire en un seul Dieu le Père tout puissant, en son Fils Jésus Christ, en l’Esprit Saint de même nature que le Père et le Fils.

Pour entrer dans le Mystère de la Trinité, il faut d’abord découvrir ce qu’en dit l’Eglise, son enseignement. Pour cela plongeons dans le Catéchisme de l’Eglise Catholique au N°234 il est écrit: « Le mystère de la Très Sainte Trinité est le mystère central de la foi et de la vie chrétienne. Il est le mystère de Dieu en Lui-même. … Il est l’enseignement le plus fondamental et essentiel dans la « hiérarchie des vérités de foi » ».

Un mystère chrétien ce n’est pas quelque chose de secret, de caché, et d’inaccessible. C’est plutôt quelque chose qu’on ne cesse jamais de découvrir et de mieux connaître, mais sur lequel on ne peut jamais tout savoir. Car on ne peut pas mettre la main sur Dieu ! La Trinité c’est le Mystère chrétien par lequel Dieu Lui-même se révèle à nous entre autres, par les textes de la Bible qu’Il a inspiré et plus spécialement les textes de la liturgie de ce matin.

D’abord notre Dieu est un Dieu personnel, le Père le Fils et le Saint Esprit sont trois Personnes Divines qui communiquent entre Elles dans une relation permanente et totale. On dit d’Eux qu’Ils ne sont qu’une circulation d’amour : le Père aime tellement le Fils et le Fils le Père, que l’amour qu’Ils engendrent est une troisième personne : le Saint Esprit. Mais les trois ne sont qu’un, les Trois ne sont qu’amour. Comme nous l’enseignera saint Jean : « Dieu est amour ».

Mais plus fort encore, cet Amour qui circule entre les Trois et qui dit la totalité de Dieu, déborde de leur relation, en donnant naissance à toute la création et en voulant entrer en relation avec les hommes pour faire alliance avec eux. C’est cela que nous apprend la lecture du livre du Deutéronome : Est-il un peuple qui ait entendu comme toi la voix de Dieu parlant du milieu du feu,… Est-il un dieu qui ait entrepris de se choisir une nation, de venir la prendre au milieu d’une autre, à travers des épreuves, des signes, des prodiges et des combats ? Donc ce que le Père le Fils et le Saint Esprit vivent entre Eux dans les cieux, Ils nous le font découvrir et nous invitent à y participer en s’impliquant dans notre Histoire.

Comme le dit la fin du N° 234 du CEC « Toute l’histoire du salut n’est autre que l’histoire de la voie et des moyens par lesquels le Dieu vrai et unique, Père, Fils et Saint-Esprit, se révèle, se réconcilie et s’unit les hommes qui se détournent du péché »: il commença par créer l’humanité à son image, puis il choisit de faire alliance avec le peuple juif. Enfin il se fit homme en son Fils Jésus Christ pour se révéler pleinement aux hommes comme le Dieu d’amour qui veut sauver et s’unir l’humanité tout entière. Retourné dans son séjour divin, le Christ a promis l’Esprit Saint pour que chaque homme qui le reçoit puisse avoir Dieu pour Père. C’est ce que rappelle Paul aux Romains : «nous avons reçu un Esprit qui fait de nous des fils ; et c’est en lui que nous crions « Abba ! », c’est-à-dire : Père !»  Ainsi puisque nous sommes ses enfants, nous sommes aussi ses héritiers : héritiers de Dieu, héritiers avec le Christ».

Ainsi par le baptême que Jésus nous commande de donner « au nom du Père et Du Fils et du Saint Esprit » nous sommes rendus capables d’intégrer cette circulation d’amour qui existe entre Lui, son Père et l’Esprit Saint, d’y participer, comme frères et sœurs de Jésus, c’est-à-dire comme fils et fille de Dieu qu’on peut appeler « abba », c’est-à-dire papa !

Peut-être vous dites-vous, c’est trop beau, c’est trop compliqué, ce sont des histoires de curé, etc. En cela vous rejoignez ceux qui dans l’Evangile «eurent des doutes ». Cependant il nous est dit que « Jésus s’approcha ». Maintenant encore, il va s’approcher, Celui « qui est avec nous tous les jours, jusqu’à la fin du monde », jusqu’à faire corps avec nous, au plus intime de nous…puisse notre communion rendre présente et vivante en nous cette circulation d’amour, cette vie trinitaire. Alors à notre tour et répondant au commandement du Seigneur, nous irons de par notre doyenné à la rencontre des hommes, pour en faire des disciples, leur proposer le baptême et leur faire découvrir les commandements de Dieu qui rendent plus facile et belle notre vie. Amen