5° anniversaire de l’ouverture de la maison François d’Assise.

ce mercredi 13 juin nous avons célébré le 5° anniversaire de l’ouverture de l’EPHAD François d’Assise. Ce fut une grande joie pour tous les résidents : messe d’action de grâce (quelle aubaine le jour de la sainte Antoine de Padoue), repas de fête, après midi accordéon, un temps aussi pour se souvenir de soeur Bernadette et de toute son oeuvre dans la maison et dans la communauté des soeurs Franciscaines de Lons!

voici 2 photos et l’homélie donnée pour l’occasion!

IMG_20180613_114741IMG_20180613_114757

« J’ai cinq ans ! » C’est souvent avec l’aplomb d’un adulte sûr de lui que les enfants de cet âge vous disent qu’ils sont grands désormais ; c’est à dire qu’ils ont appris à faire et peuvent maintenant faire des choses tout seul. Et bien aujourd’hui, nous fêtons les 5 ans de cette maison, la maison François d’Assise. Et tel l’enfant dont je parlais juste avant, ici aussi il a fallu passer par bien des apprentissages, des ajustements pour vivre plus paisiblement aujourd’hui, pour être une EPADH où il fait bon vivre. Cela prend du temps de s’approprier de nouveaux lieux, de découvrir la géographie du bâtiment, de parcourir les couloirs de faire la connaissance du personnel, des autres résidents, de la vie communautaire, etc.

Au cinquième anniversaire de mariage, on fête les noces de bois symbole à la fois de solidité, dans le sens où la maison a fait ses preuves, et de chaleur, d’intimité. C’est ainsi qu’il a fallu du bois solide pour construire cette maison et du bois chaleureux pour le mobiliers et les boiseries.

Mais le bois pour nous chrétiens nous rappelle aussi le métier du Seigneur Jésus qui était charpentier comme Joseph son père et également celui de sa croix sur laquelle il offrit sa vie. Ainsi, la particularité de cette maison, réside évidemment dans le fait que c’est d’abord sur le Christ qu’est bâtie solidement cette maison. En ce sens cette chapelle où nous nous tenons aujourd’hui place le Seigneur Jésus au cœur de l’établissement.

Par l’Eucharistie célébrée chaque jour ici, faisant mémoire du sacrifice de la croix, par la présence de la communauté des sœurs Franciscaines et par la prière particulière des religieuses, moniales et prêtres en séjour ici on peut dire, comme Paul aux Ephésiens, qu’ici « se construit le corps du Christ ».

Alors être grand, comme on l’est à cinq ans, c’est se souvenir que c’est là, dans le silence de la prière, le cœur à cœur avec le Seigneur Jésus et dans la célébration des sacrements, que prend sens cette grande aventure de la foi qu’est cette maison. La source de tout agir est là, car c’est du cœur de Dieu que jaillit l’amour dont nous avons besoin pour vivre ensemble comme des frères et sœurs.

En effet, ce plein d’amour que nous recevons ici doit se transformer en actes de charité concrets. Il nous faut agir pour construire le corps du Christ. C’est ce que dit st Antoine de Padoue, que nous fêtons aujourd’hui, dans une homélie qui nous est proposée à l’office des lectures : « La parole est vivante lorsque ce sont les actions qui parlent. Je vous en prie, que les paroles se taisent, et que les actions parlent ».

Tout ce que nous recevons ici de Dieu, toutes les paroles et les consolations, l’amour et la joie, doivent se transformer en actions, en agir pour les autres pensionnaires, pour ceux qui viennent nous visiter, pour le personnel qui est à notre service. Car le but de notre vie chrétienne, c’est de vivre dans la vérité de l’amour ;  pour grandir dans le Christ afin de nous élever en tout jusqu’à Lui.

Alors, pour tenir jusqu’au bout notre mission chrétienne, demandons au Seigneur, lors de notre communion à son Corps, les forces et la joie d’agir concrètement pour faire de notre maison une « louange à notre Dieu ». Amen

homélie du dimanche 10 juin

Lecture du livre de la Genèse

Lorsqu’Adam eut mangé du fruit de l’arbre,   le Seigneur Dieu l’appela et lui dit : « Où es-tu donc ? »   Il répondit : « J’ai entendu ta voix dans le jardin, j’ai pris peur parce que je suis nu, et je me suis caché. »   Le Seigneur reprit : « Qui donc t’a dit que tu étais nu ? Aurais-tu mangé de l’arbre dont je t’avais interdit de manger ? »   L’homme répondit : « La femme que tu m’as donnée, c’est elle qui m’a donné du fruit de l’arbre, et j’en ai mangé. »   Le Seigneur Dieu dit à la femme : « Qu’as-tu fait là ? » La femme répondit : « Le serpent m’a trompée, et j’ai mangé. »   Alors le Seigneur Dieu dit au serpent : « Parce que tu as fait cela, tu seras maudit parmi tous les animaux et toutes les bêtes des champs. Tu ramperas sur le ventre et tu mangeras de la poussière tous les jours de ta vie.   Je mettrai une hostilité entre toi et la femme, entre ta descendance et sa descendance : celle-ci te meurtrira la tête, et toi, tu lui meurtriras le talon. »

Je voudrais ce matin vous partager un souvenir d’enfance. 5° enfant d’une famille de 6, la vie à la maison était souvent très animée et je me souviens un jour de colère avoir traité l’une de mes sœurs de plusieurs noms d’oiseaux dont certainement j’ignorais jusqu’au sens réel (je ne vous les cite pas, votre imagination et la mienne puisant aux mêmes sources !) Aussitôt le terrible méfait commis, je me suis enfui et caché au fond du jardin, derrière le pourrissoir y passant un long moment. Et je me souviens alors que ma mère, se mettant à me chercher (pour régler la situation et exiger de ma part réparation) se mit à crier «où es-tu donc ? », exactement la même question que celle que Dieu prononça cherchant Adam après leur méfait dans la 1° lecture.

« Où es-tu donc ? » doit être perçu comme le désir fondamental de Dieu à la fois de nous retrouver malgré nos errements, de nous ouvrir l’opportunité de reconnaître nos fautes et enfin de laisser la miséricorde restaurer en nous l’image de Dieu abîmée par nos péchés. Donc 3 points dans mon homélie.

1/ Dieu part à notre recherche. Le désir de Dieu, qui présida à la création du monde, était un jour de faire alliance avec toute sa création et d’une manière spéciale avec la seule créature que Dieu a voulu pour elle-même à son image et à sa ressemblance, à savoir l’homme et la femme. Pourtant de nombreux obstacles vont entraver ce projet divin, et principalement la jalousie de Lucifer, l’ange déchu, devenu Satan car refusant que Dieu ‘se souille’ en choisissant un jour de se faire homme pour faire alliance avec l’humanité. Dès lors Satan fera tout pour ruiner l’homme voulant le perdre en le détournant de Dieu, en jetant en lui la suspicion quant aux intentions de Dieu à son égard. Cependant, Dieu, sans jamais se lasser, va partir à la recherche de l’homme et sa question dès les commencements est « où es-tu donc ? ». Il faut entendre cette question avant tout comme une interrogation quant à l’état de la foi de l’homme. Dieu demande à l’homme : ‘Où en es-tu de ta foi, de ton lien à moi, de ta confiance en moi ?’. Et désormais, à cause de la défiance infusée par Satan à l’encontre de Dieu dans le cœur des hommes, Celui-ci n’aura de cesse de préparer sa venue parmi les eux annonçant qu’il viendra un jour restaurer la relation abîmée par le péché et la désobéissance.  Dès lors Dieu constituera un peuple, enverra des prophètes, choisira Marie pour venir en personne, dans la personne de son Fils Eternel, Jésus le Christ, parler aux hommes, révéler qui Il est, redire son projet d’alliance et la célébrer pour toujours en restaurant la nature de l’homme, la délivrant du péché des origines.

2/ regarder sa vie en face et l’assumer devant Dieu. Dieu qui a fait tout ce chemin, venant en notre chair pour se mettre à notre niveau, pour nous parler ‘en face’ de son projet pour nous ne croise pas toujours un regard attentif ni des oreilles prêtes à entendre.  L’homme à du mal à reconnaître le pétrin dans lequel il s’est fourré, et ce depuis les origines. Dans la 1° lecture il commence par rejeter la faute sur Eve, puis Eve sur le serpent (cela est juste dans le déroulement des faits) mais l’homme et la femme doivent aussi assumer ce désir qui a pris feu en eux d’être comme Dieu, de voir en Dieu un rival, celui dont on veut se passer pour prendre sa place. Accepter de croiser le regard de Jésus, c’est avant tout regarder en nous l’œuvre du mal, car la lumière dont le regard de Jésus éclaire notre vie, y révèle les parts d’ombre, notre acquiescement au mal, la part de nous soumise à l’emprise, à l’influence de Satan.

3/ l’expérience de la miséricorde. Ayant discerné en nous l’œuvre du mal, il nous faut nous soumettre à l’œuvre du bien, à la libération qu’opère en nous l’Esprit-Saint qui y restaure l’image de Dieu. En effet, L’Esprit Saint est celui qui nous fait miséricorde, comme nous le disons, les prêtres, lorsque nous donnons l’absolution. « …il a envoyé l’Esprit Saint pour le pardon des péchés… »C’est en réalisant cette puissance et ce dynamisme de vie de l’Esprit Saint en nous que nous goutons de plus en plus à l’infinie miséricorde du Père. Et c’est aussi à contrario le drame que dénonce Jésus pour la personne qui ne sait plus discerner l’Esprit Saint sauveur de l’esprit du mal….sa méprise la condamne à ne plus pouvoir être sauvé. Comme l’explique très bien le père Michel Souchon, Jésuite :  Ce qui est impardonnable, c’est de « parler contre l’Esprit », de dire qu’il n’est pas puissance de vie et de résurrection, mais qu’il est l’esprit du mal, que ses appels sont insensés, vont contre la vie et le bonheur, bref que l’Esprit « veut ma mort ». Dire que la source d’eau vive est empoisonnée, c’est se condamner à mourir de soif. Si l’Esprit est nié comme puissance de vie, la source du pardon est coupée : nul n’est pardonné contre son gré. »

Alors ce matin, dans l’Eucharistie, Dieu vient à nouveau à notre rencontre, il vient même jusque dans nos mains. Recevez le Corps du Seigneur comme la lumière qui vient éclairer votre vie et la purifier de ses errements et de ses péchés. Recevez-le car c’est par lui que Dieu vous fait miséricorde. Souvenez-vous les paroles de feu du curé d’Ars, « vous n’en êtes pas dignes, mais vous en avez besoin. »  Amen

ANNONCES du 10 au 17 juin 2018

ANNONCES du 10 au 17 juin 2018

 

Lundi 11 juin

  • Pas de Messe chez les Sœurs de l’Alliance à 12h,
  • Rencontre du pôle liturgie des EAP du doyenné de Lons, à la cure à 20h,
  • Préparation de la liturgie du 17 juin, à 20h, rue du Puits Salé.

 Mardi 12 juin

  • Relecture du Vivons Ensemble d’été, à la cure à 9h30,
  • Messe à la chapelle du collège-lycée Ste Ma’ à 12h45,
  • MCR : 14h15, 3 rue des Tanneurs,
  • Célébration de l’Onction des malades à la Maison François d’Assise à 17h,
  • Messe à la chapelle de Lorette à 18h.

 Mercredi 13 juin

  • Réunion du Conseil économique du Doyenné, espace St Désiré, à 20h.

Jeudi 14 juin

  • Rencontre du Service Evangélique des Malades, à la cure à 14h30.

Samedi 16 juin

  • Rassemblement diocésain des équipes funérailles de 14h30 à 16h30 à la Collégiale de Poligny,
  • Baptême de Louise et Camille GOVINDAMA, à St Désiré à 11h.

Dimanche 17 juin – 11eme  dimanche du Temps ordinaire

  • Messe anticipée samedi :
    • 18h30 : Revigny
  • Dimanche :
    • 9h : St Désiré
    • 10h30 : Cordeliers (Baptême de Charline Nicolas)
    • 10h30 : Verges

 

RASSEMBLEMENT du doyenné de Lons à Bornay

de 8h45 à 17h30 : Pèlerinage de ST Pierre -François Néron

– 8h45 : marche au départ de Macornay – 1h avec un léger dénivelé; chaussures de  marche ou de sport.
– 10h30 ; rassemblement à l’église de Bornay (que vous ayez marché ou non) pour aller à la messe en plein air…..,
-11h : messe présidée par Mgr Jordy au monument ST P.F.Néron en plein air,
-12h30 : apéritif – boissons offertes, merci d’apporter des biscuits ou cakes pour garnir le buffet,
– 13h : pique-nique partagé : apporté 1 plat ou 1 dessert à mettre en commun,
– 14h30 : jeux pour enfants tous âges  en lien avec la vie de P.F.Néron,
– 17h :  prière fin de journée.

*****************

Nous vous invitons pour une soirée

de rencontre et d’information sur les équipes notre dame

le vendredi 22.06.2018 chez les sœurs de l’alliance,  2, rue des Tanneurs  à 20 heures

***********************

INTENTIONS DE MESSES du 10 au 17 juin 2018

 

Samedi 9/06/2018 18h30 : Montmorot Familles DALOZ-CHAUVIN,

Odile SASSARD et sa petite fille Laetitia,

Jean THEVENOD,

René BOISSON,

Famille PUGET-PIRAT,

Familles BAUDET-GUIPET,

Père Marcel BRIDE,

Jacqueline COLLE,

Colette GRAND (anniversaire),

Familles GUIGNOT-VENNE et Denise VENNE,

Léon PROST.

 

Dimanche 10/06/2018

 

10ème  dimanche du Temps Ordinaire

 

9h : St Luc

 

10h30 : Cordeliers

 

10h30 : Verges

 

Lundi 11/06/2018

St Barnabé

18h30 : Cordeliers
Mardi 12/06/2018

St Guy

8h30 : Cordeliers

18h : Conliège

Mercredi 13/06/2018

St Antoine de Padoue

18h30 : Cordeliers
Jeudi 14/06/2018

St Elisée

8h30 : Cordeliers

 

Vendredi 15/06/2018

Ste Germaine

9h : St Luc

18h30 :  Cordeliers

Huguette PALENI.
Samedi  16/06/2018

St Jean-François Régis

8h30 :  Cordeliers
Samedi  16/06/2018 18h30 : Revigny
Dimanche  17/06/2018

 

11ème  dimanche du Temps Ordinaire

 

9h : St Désiré

 

10h30 : Cordeliers

 

10h30 : Verges

 

Alberte et Georges DENIS et leur petite fille Julia,

Georges BLANC,

Défunts des familles MILLET-OLIVIER,

Père Marcel BRIDE,

Louis et Madeleine LAGRANGE et défunts de leurs familles,

Raymond TISSOT et sa famille,

Georges et Marcelle CATTENOZ,

Daniel PERNIN,

Léon PROST,

Familles LOCATELLI-DADAUX-CHAMOIS et Jean (intention particulière),

Familles GUIGNOT-VENNE et Denise VENNE,

Famille BON-LAMY.

***************************************
P
rojection du film :
« Saint Paul, apôtre du Christ« 

Vendredi 29 juin à 20h
Lons-le-Saunier – ciné Megarama

Des places à tarif réduit bientôt en vente à la cure de Lons.

**************

homélie de la première communion

Lecture du livre de l’Exode

Moïse … prit le livre de l’Alliance et en fit la lecture au peuple. Celui-ci répondit : « Tout ce que le Seigneur a dit, nous le mettrons en pratique, nous y obéirons. » 

Psaume 115 (116b)

Je t’offrirai le sacrifice d’action de grâce, j’invoquerai le nom du Seigneur. Je tiendrai mes promesses au Seigneur, oui, devant tout son peuple.

Lecture de la lettre aux Hébreux

Frères, le Christ est venu, grand prêtre des biens à venir. … il est le médiateur d’une alliance nouvelle, d’un testament nouveau.

Évangile de J-Christ selon saint Marc

….Pendant le repas, Jésus, ayant pris du pain et prononcé la bénédiction, le rompit, le leur donna, et dit : « Prenez, ceci est mon corps. » Puis, ayant pris une coupe et ayant rendu grâce, il la leur donna, et ils en burent tous. Et il leur dit : « Ceci est mon sang, le sang de l’Alliance, versé pour la multitude. …

Dès la création du monde et de l’homme à son image et à sa ressemblance, Dieu a un seul objectif : faire alliance avec  chacun des hommes et des femmes que cette terre portera. Aujourd’hui c’est avec chacun de nous et plus particulièrement avec vous, Dorothée et les 14 enfants qui vous y êtes préparés, que Dieu va faire alliance comme il l’a toujours souhaité.

Aussi pour réaliser ce projet d’alliance, que le péché a retardé pendant des siècles, Dieu va intervenir dans l’histoire de l’humanité, à travers des personnes qu’il va choisir, jusqu’à pouvoir lui-même réaliser cette alliance qu’il désirait tant. Voilà ce qui nous est raconté de manière un peu difficile ce matin dans les textes de la liturgie. Aussi en reprenant ces textes un à un nous allons pouvoir revivre ensemble les différentes étapes de cette histoire de l’alliance, jusqu’à aujourd’hui, ici aux Cordeliers. Remontons un peu le temps…

1° étape : pour préparer sa venue sur terre, Dieu choisit Abraham qu’il appelle à constituer un peuple dans lequel un jour lui-même Dieu, viendra naître. Ce peuple C’est celui des hébreux que Moïse mènera à travers le désert jusqu’en Terre promise. C’est là que se déroule notre première lecture du livre de l’Exode. Pendant son long séjour dans le désert (près de 40 ans), Dieu prépare ce peuple pour l’alliance. Aussi lui donne-t-il par l’entremise de Moïse, une loi, c’est-à-dire des règles pour gérer la vie communautaire et les relations avec Dieu. Faire alliance c’est alors s’engager envers Dieu à respecter ces règles. C’est cela qui nous est décrit dans la 1° lecture : « Moïse prit le livre de l’Alliance et en fit la lecture au peuple. Le peuple  répondit : « Tout ce que le Seigneur a dit, nous le mettrons en pratique, nous y obéirons. ». Dieu et le peuple juif sont engagés dans l’alliance, une première étape est franchie !

2° étape : rappelons-nous que le projet de Dieu c’est de venir lui-même faire alliance avec les hommes. Aussi quand le temps fut venu, Dieu choisit une jeune femme, une vierge, Marie, pour porter son propre Fils.  Jésus, c’est Dieu lui-même qui vient nous parler, qui vient nous révéler la nouvelle étape dans l’histoire de l’alliance que Dieu son Père veut sceller avec l’humanité. Jusqu’à présent, l’alliance passait par le respect de règles de vie, les 10 commandements ; maintenant Jésus va aller plus loin. Il va apprendre à ses disciples que Dieu veut faire alliance, en ne faisant plus qu’un avec les humains. Et pour cela il va utiliser un moyen extraordinairement simple : avec du pain et du vin qu’il va transformer en son Corps et son Sang, Jésus va nourrir tous les hommes qui le veulent de sa vie même. C’est cela qui nous est décrit dans l’évangile : « Pendant le repas, Jésus, ayant pris du pain et prononcé la bénédiction, le rompit, le leur donna, et dit : « Prenez, ceci est mon corps. » Puis, ayant pris une coupe et ayant rendu grâce, il la leur donna, …et il leur dit : « Ceci est mon sang, le sang de l’Alliance, versé pour la multitude »

3° étape : les disciples, une fois Jésus retourné vers son Père pour nous préparer une place au ciel, vont aller dans le monde entier annoncer la bonne nouvelle et expliquer que Jésus est venu initier une nouvelle manière de faire alliance, qu’il est, comme c’est écrit dans la 2° lecture : « le médiateur d’une alliance nouvelle, …, grand prêtre des biens à venir ». C’est-à-dire que ceux qui recevront la vie de Jésus, son Corps en nourriture, se transformeront petit à petit, communion après communion, en fils et fille de Dieu, en héritier de l’alliance. Ils laissent la vie de Dieu se semer en eux, prendre toute la place pour les préparer à vivre pour l’éternité auprès de Lui, avec Lui, en Lui !

4° étape : Dorothée et vous mes chers jeunes frères et sœurs dans la foi, l’heure est venue pour vous de commencer l’ultime étape de votre alliance avec Dieu. Au jour de votre baptême, Dieu vous a rendu capable de faire alliance avec lui, vous avez appris, par la catéchèse, à le connaître et avez fait grandir en vous le désir de réaliser l’alliance avec lui en recevant en vous sa vie divine, son Corps en nourriture. Votre première communion en appelle d’autres, comme le rappelle les paroles du psaume : j’offrirai au Seigneur le sacrifice d’action de grâce, j’invoquerai son nom. Je tiendrai mes promesses au Seigneur, oui, devant tout son peuple. Votre 1° communion est un engagement, une promesse que vous faites au Seigneur Jésus, devant notre assemblée, de faire alliance avec lui en recevant le plus régulièrement possible, son Corps en nourriture. Chaque dimanche avec vos parents, vos frères et sœurs, vous êtes désormais invités par le Seigneur Jésus à rejoindre la grande famille des chrétiens, pour partager le repas où nous faisons le plein de la vie de Dieu. Nous comptons sur vous, car c’est tous réunis que, partageant le Corps du Christ, nous formons, le bon pain de Dieu pour nourrir ce monde affamé d’amour et de sens à donner à la vie. Alors oserez-vous vous joindre à nous pour qu’ensemble nous vivions l’alliance avec Dieu et la grande aventure de la foi ? Amen

Première Communion aux Cordeliers

Ce dimanche 03 juin, 14 enfants et 1 adulte ont fait leur première communion. après un beau temps de préparation à Châtel (voir notre article du 09 mai) les enfants, habillés de vêtements de fête pour l’occasion se sont approchés pour la première fois du prêtre pour recevoir la sainte communion.

retour en image sur cette belle célébration, emprunte de joie et de recueillement. Merci aux catéchistes, aux musiciens, au chantre et à tous ceux et celles qui ont fait de cette messe un temps de grâce!

chaque enfant entré en procession avec les prêtres est allé déposer sur l’autel une bougie à l’appel de son nom. Puis vint le temps de la liturgie de la Parole.

les enfants ont ensuite fait la procession des offrandes : miche de pain et raisins, patène avant grande hostie, coupes, calice, etc qu’ils ont apportés jusqu’à l’autel.

puis ce fut le temps de la première communion, dans le secret des cœurs, sans photos pour privilégier la rencontre avec le Seigneur Jésus réellement présent dans l’Eucharistie.

p8p9

la photo de groupe en chantant laisse transparaître toute la joie de nos nouveaux communiants!

p13

 

 

Messe « à la Vierge » de Perrigny

Une fois par an les paroissiens de Perrigny « migrent » pour célébrer la messe près la Vierge en haut du village. le temps maussade obligea à se rapatrier à la « vielle église » celle qui est près du cimetière pour y célébrer l’Eucharistie.

un beau moment de foi et de joie,  qui a permis à certains de redécouvrir la première église du village.

voici quelques photos…

homélie pour les jeunes le samedi 02 juin

Évangile de Jésus-Christ selon saint Marc

Le premier jour de la fête des pains sans levain, où l’on immolait l’agneau pascal, les disciples de Jésus lui disent : « Où veux-tu que nous allions faire les préparatifs pour que tu manges la Pâque ? » Il envoie deux de ses disciples en leur disant : « Allez à la ville ; un homme portant une cruche d’eau viendra à votre rencontre. Suivez-le, et là où il entrera, dites au propriétaire : “Le Maître te fait dire : Où est la salle où je pourrai manger la Pâque avec mes disciples ?” Il vous indiquera, à l’étage, une grande pièce aménagée et prête pour un repas. Faites-y pour nous les préparatifs. » Les disciples partirent, allèrent à la ville ; ils trouvèrent tout comme Jésus leur avait dit, et ils préparèrent la Pâque. Pendant le repas, Jésus, ayant pris du pain et prononcé la bénédiction, le rompit, le leur donna, et dit : « Prenez, ceci est mon corps. » Puis, ayant pris une coupe et ayant rendu grâce, il la leur donna, et ils en burent tous. Et il leur dit : « Ceci est mon sang, le sang de l’Alliance, versé pour la multitude. Amen, je vous le dis : je ne boirai plus du fruit de la vigne, jusqu’au jour où je le boirai, nouveau, dans le royaume de Dieu. » Après avoir chanté les psaumes, ils partirent pour le mont des Oliviers.

Je ne sais pas vous, mais moi je suis souvent déçus par les paroles tièdes et très policées que j’entends à la télé, lors de débats ou lors de discussion que je partage. Tous les discours sont aujourd’hui formatés et on fait minutieusement attention à ce que l’on va dire, à quel mot employer de peur de blesser, de discriminer, d’être catalogué, de perdre l’amitié ou l’estime des autres. Au moins, il en est un ce soir qui ne dit pas les choses pour plaire ou pour arrondir les angles ! C’est Jésus. Ecoutez plutôt : « Prenez, ceci est mon corps. » Puis, ayant pris une coupe et ayant rendu grâce, il la leur donna, et ils en burent tous. Et il leur dit : « Ceci est mon sang, le sang de l’Alliance, versé pour la multitude. » Pas moyen de détourner ses propos ou des les édulcorer comme on sait si bien le faire. Ce qui devrait toujours nous gêner, nous mettre mal à l’aise, c’est la radicalité de ces paroles ! Jésus donne sa vie en nourriture, son Corps à manger et son sang à boire dans le pain et le vin qu’il offre à ses disciples lors de son dernier repas.

Si ce soir l’Eglise nous invite à fêter le sacrement du Corps et du Sang du Seigneur, c’est pour nous offrir l’opportunité de réfléchir sur la foi, les attitudes de cœurs et les gestes que nous posons quand nous venons communier au Corps du Christ. Donc 3 points dans mon homélie.

1/ d’abord parler de la foi eucharistique. Jésus dit Ceci est mon Corps, mon Sang. Il ne dit pas c’est comme, ou, sa ressemble. Il dit CECI EST : c’est-à-dire que l’Esprit Saint que les prêtres invoquent au moment de consécration, opère un transfert de la substance : en apparence cela reste du pain et du vin (odeur, gout, forme, couleur) mais en profondeur, réellement, substantiellement, c’est le Corps et le Sang du Seigneur Jésus-Christ : c’est la vie divine prête à se donner. L’hostie demeure alors comme le voile qui permet à nos yeux de contempler Dieu sans mourir, c’est une grâce du Seigneur pour nous maintenir en vie devant Lui. Jésus est vraiment et totalement présent devant nous, sur l’autel, dans nos mains ouvertes lorsque nous nous présentons à la communion.

2/ Donc si Il est là vraiment attachons nos cœurs à sa présence. Chaque samedi de st Dé, quand je descends avec l’ostensoir pour le temps d’adoration ; quand je vous rejoins et que je vous vois humblement vous mettre à genoux avec moi devant le Seigneur Jésus réellement présent dans l’Eucharistie, je suis bouleversé intérieurement. Ce fut aussi le cas, plus fort encore, quand à Lourdes, lors de la messe à la grotte le jeudi soir, sortant de la sacristie j’ai vu tous nos jeunes agenouillés devant le st Sacrement. Alors je suis aussi tombé à genoux, j’ai rendu grâce à Dieu pour votre lucidité spirituelle : je percevais que vous saviez que Jésus était là, là pour vous, comme il va l’être tout à l’heure, à la communion et à l’adoration. La bonne attitude du cœur est alors celle d’une grande pauvreté et d’une grande faim : nous sommes des mendiants affamés d’amour vrai, désirant et attendant de Dieu d’être nourris, rassasiés de sa vie, de son Amour. Dieu ne peut se donner qu’à ceux qui ont faim et soif de Lui, qui ont le grand désir de vivre de sa vie de laisser Dieu vivre en eux. Je donne la parole à St Augustin « ce n’est pas seulement la chair d’un homme, c’est la chair d’un Dieu, chair qui a la puissance de rendre l’homme tout divin, en l’enivrant de sa divinité ». Alors laissons nous enivré par la présence de Dieu, laissons sa vie circuler dans nos veines, irriguer de sa divinité et de son immortalité chacune de nos cellules, chacune des parcelles de notre âme.

3/ Il faut donc aussi préparer nos corps à communier. Quand vous prenez votre place dans la procession de communion, gardez-vous de discuter, de  vous distraire, préparez plutôt votre corps à devenir le tabernacle de la grâce, le temple du Christ. Établissez en vous la paix, redites mentalement à Dieu votre joie de recevoir sa vie, d’être irrigués de son amour et, devant le Seigneur, prenez un temps pour vous incliner ou vous agenouiller avant de communier. Puis tendez avec respect vos mains qui formeront alors un trône pour votre Dieu, ou ouvrez légèrement la bouche et recevez le plus grand cadeau que Dieu puisse vous faire, sa vie même pour faire de vous des vivants, ses enfants, ses héritiers pour l’éternité.

Frères et sœurs qui allez venir communier tout à l’heure, par l’acte de foi que vous poserez, par l’attitude de cœur que vous adopterez, par les gestes que vous ferez, vous proclamerez que Jésus est là, Dieu véritable offert pour vous diviniser ! Vous serez alors le pain de Dieu dans ce monde, dans notre beau Jura. Je vous invite comme le bon pain à croustiller de charité, de paix et de joie. Amen

 

02 juin : dernier samedi de st Dé….avant les vacances!

Samedi 2 juin,  comme chaque premier samedi de chaque mois, le samedi de St Dé a eu lieu : Messe, barbecue, et soirée pop louange furent au programme.

Ce fût un beau moment moment entre jeunes et animateurs pour clôturer la saison 2017/2018.

 

Le prochain événement est le concert de Be Witness à la rentrée;

Vous pouvez réserver vos places dès maintenant ici : https://www.billetweb.fr/concert-de-louange OU bien contacter la cure de votre doyenné pour vos procurer des places.

Nous attendons plus de 300 jeunes à cet événement diocésain pour commencer l’année pastorale.

Le prochain samedi de St Dé aura lieu quant à lui,  en novembre 2018.

Cédric, responsable de la Pasto Jeunes.

 

ANNONCES du 3 au 10 juin 2018

ANNONCES du 3 au 10 juin 2018

Baptême pour Alexandre GRIVEL aux Cordeliers et d’Alban ETIGNARD à Verges

Lundi 4 juin

  • Préparation de la liturgie du 10 juin, à 20h, rue du Puits Salé,
  • Messe à l’oratoire des Sœurs de l’Alliance à 12h.

Mardi 5 juin

  • Messe à la chapelle de Lorette à 18h.

Samedi 9 juin

  • Baptême de Maxence RIVIERE à l’église St Désiré à 16h30.

Dimanche 10 juin – 10ème dimanche du temps ordinaire

  • Messe anticipée samedi :
    • 18h30 : Montmorot
  • Dimanche :
    • 9h00 : St Luc (animée par la communauté de Wallis avec la chorale walisienne de Beaufort – Cousance)
    • 10h30 : Cordeliers et Verges

*************

Dimanche 17 Juin 2018

à Bornay  de 8h45 à 17h30

Pèlerinage de Saint Pierre – François Néron 

**************


Le 21 juin, messe à « PALEXPO » à Genève avec le pape François

Encore quelques places pour le car. (départ prévu à 9h30 – 15 €)

*****************

INTENTIONS DE MESSES du 3 au 10 juin 2018

Samedi 2/06/2018 18h : St Désiré Julia DENIS, Alberte et Georges DENIS ses grands-parents et Paulette POLY sa grand-mère,

Louis et Madeleine LAGRANGE,

Familles ABRAS et BERNARD et BARTHELET,

Pour les jeunes en difficultés,

Pour les âmes du purgatoire,

Père Marcel BRIDE,

Léon PROST,

Marie-Françoise LECHINE,

Gabrielle et Georges CARRON,

Marie BÔLE et famille,

Gérard et Noël PUTOD,

Fernand PELLETIER et sa famille,

Gérard BELLEVRET et Jean-Louis BELLEVRET,

Eugène et Berthe SAIVE,

Défunts des familles JALLEY-BOURGEOIS.

 

Dimanche   3/06/2018

 

Fête du Saint Sacrement

 

 

 

 

10h : Perrigny

 

10h30 : Cordeliers

1ère Communion

 

10h30 : Verges

Lundi 4/06/2018

Ste Clotilde

12h :  Srs de l’Alliance

18h30 : Cordeliers

 
Mardi 5/06/2018

St Boniface

8h30 : Cordeliers

18h : Conliège

Cécile SAINTOT née PERRON,

Sœur Yvette OREAL

Mercredi 6/06/2018

 St Claude

18h30 : Cordeliers  
Jeudi 7/06/2018

St Gilbert

8h30 : Cordeliers

 

 
Vendredi 8/06/2018

 Le Sacré Cœur de Jésus

9h : St Luc

18h30 :  Cordeliers

Famille PROST-LHOMME,

Xavier DULONG (anniversaire).

Samedi  9/06/2018

Cœur immaculé de  Marie

8h30 :  Cordeliers En réparation au Cœur immaculé de Marie.
Samedi  9/06/2018 18h30 : Montmorot  
Dimanche 10/06/2018

 

10ème dimanche du Temps Ordinaire

 

 

 

9h : St Luc

 

10h30 : Cordeliers

 

10h30 : Verges

 

Familles DALOZ-CHAUVIN,

Odile SASSARD et sa petite fille Laetitia,

Jean THEVENOD,

René BOISSON,

Famille PUGET-PIRAT,

Familles BAUDET-GUIPET,

Père Marcel BRIDE,

Jacqueline COLLE,

Colette GRAND (anniversaire),

Familles GUIGNOT-VENNE et Denise VENNE, Léon PROST.