homélie du jour de Noël

Le Verbe s'est fait chair

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean

Au commencement était le Verbe, et le Verbe était auprès de Dieu, et le Verbe était Dieu. Il était au commencement auprès de Dieu. C’est par lui que tout est venu à l’existence, et rien de ce qui s’est fait ne s’est fait sans lui. En lui était la vie, et la vie était la lumière des hommes ; la lumière brille dans les ténèbres, et les ténèbres ne l’ont pas arrêtée. …

Le Verbe était la vraie Lumière, qui éclaire tout homme en venant dans le monde. Il était dans le monde, et le monde était venu par lui à l’existence, mais le monde ne l’a pas reconnu. Il est venu chez lui, et les siens ne l’ont pas reçu. Mais à tous ceux qui l’ont reçu, il a donné de pouvoir devenir enfants de Dieu, eux qui croient en son nom. Ils ne sont pas nés du sang, ni d’une volonté charnelle, ni d’une volonté d’homme : ils sont nés de Dieu. Et le Verbe s’est fait chair, il a habité parmi nous, et nous avons vu sa gloire, la gloire qu’il tient de son Père comme Fils unique, plein de grâce et de vérité.

… Tous, nous avons eu part à sa plénitude, nous avons reçu grâce après grâce ; car la Loi fut donnée par Moïse, la grâce et la vérité sont venues par Jésus Christ. Dieu, personne ne l’a jamais vu ; le Fils unique, lui qui est Dieu, lui qui est dans le sein du Père, c’est lui qui l’a fait connaître

Un enfant est né à Bethléem il y a 2000 ans : on ne sait pas quel jour exactement : un enfant couché dans une mangeoire, l’enfant d’une vierge qu’un certain Joseph, charpentier de son état a pris comme épouse. Un enfant contemplé par de pauvres bergers ! Qui aurait pu croire que, 2000 ans après ce banal évènement, on ferait encore mémoire de cette naissance ! Qui aurait parié que la joie de cette naissance envahirait encore les cœurs parfois endurcis des hommes de toutes cultures, langues et nations ?

D’abord toute naissance est un émerveillement, comme la victoire éclatante de la vie. Devant la naissance d’un enfant, devant cette fragilité, cette petitesse, cette si grande pureté, tout homme courbe avec humilité le front et se retrouve comme intimidé quand il la reçoit dans ses bras ! C’est que dans l’enfant qui nait se trouve résumé la gloire perdue de notre état originel et l’espérance de notre éternité.

C’est pour cela que Dieu a choisi de se faire homme en assumant son humanité dès la conception dans le ventre de Marie. Ce processus d’enfantement de Dieu à la réalité humaine provoque chez nous, dans nos cœurs et nos âmes, le même émerveillement, la même contemplation de la grandeur et de la fragilité de la vie humaine! Si Dieu s’est fait homme, combien doit être belle la vie d’un homme, combien doit-elle avoir du prix à ses yeux ! Qu’est-ce que cela a apporté au ce monde que Dieu se fasse petit enfant ? Je répondrai en 4 points, par 4 effets :

1/ Le premier effet de la venue en notre chair du Fils de Dieu est immédiat est tient à son être d’enfant : chacun de nous est invité à retrouver l’enthousiasme et à ressentir une grande joie pour ce beau cadeau qu’est la vie ! Jean dans l’Evangile l’affirme : En lui était la vie, et la vie était la lumière des hommes.

2/ Le deuxième effet de l’incarnation, c’est qu’en se faisant homme, Dieu se rend visible, Dieu se donne à regarder, à contempler. C’est ce que le prophète Isaïe dit à sa façon dans le 1ière lecture : de leurs propres yeux, ils voient le Seigneur qui revient à Sion. C’est évidemment d’abord au peuple juif que Dieu révèle son visage, mais Isaïe va plus loin en affirmant que tous les lointains de la terre ont vu le salut de notre Dieu. Cette révélation de son visage est pour tous les hommes et les femmes de tous les temps, elle est pour nous ce matin ! C’est dans la deuxième lecture qu’on peut lire que cet enfant de la crèche est le rayonnement de la gloire de Dieu, expression parfaite de son être. Si Dieu, personne ne l’a jamais vu, en se faisant homme, nous dit Jean dans son prologue, le Fils unique, lui qui est Dieu, lui qui est dans le sein du Père, c’est lui qui l’a fait connaître. Voilà donc notre destinée : connaître Dieu. Et pour mener à bien ce projet,

3/le troisième effet de l’incarnation est de venir guérir notre humanité du péché qui la défigure, de nous donner les moyens d’être ajustés à Dieu pour saisir et goûter de quel amour nous sommes aimés par notre Créateur ! C’est dans le psaume que cela est le mieux affirmé : Le Seigneur a révélé sa justice aux nations ; il s’est rappelé sa fidélité, son amour, en faveur de la maison d’Israël. Pour nous rendre capable de Dieu, il fallait que Dieu restaure l’humanité blessée par le mal et le péché, et cela il ne le pouvait faire que lui seul, le parfaitement pur et innocent ! Enfin libérer et sauver du mal,

4/le quatrième effet de l’incarnation peut se révéler : il s’agit pour Dieu non seulement de nous guérir mais plus encore de nous « adopter » de faire de nous ses enfants. Saint Irénée, évêque de Lyon au II° siècle avait coutume de dire que Dieu s’est fait homme pour que l’homme devienne Dieu. C’est cela qu’affirme st Jean dans l’évangile : à tous ceux qui l’ont reçu, il a donné de pouvoir devenir enfants de Dieu, eux qui croient en son nom. C’est ce que veut Dieu pour nous, en venant à notre rencontre il nous demande l’aumône de notre foi, c’est-à-dire de le choisir comme Père pour nous donner d’être ses enfants et de pouvoir participer à sa vie divine.

Alors pour ces quatre effets de l’incarnation, pour la joie que nous procure sa venue et sa naissance au milieu de nous, sachons remercier le Seigneur, sachons crier de joie et bondir d’allégresse. Je vous y invite avec les paroles du psaume : Acclamez le Seigneur, terre entière sonnez, chantez, jouez ! Ce matin que tout notre être soit en fête et que la bonne joie de Dieu saisissent toute notre vie et fasse de nous là où nous irons dans la semaine les témoins de la grâce d’être enfants de Dieu ! Amen

homélie veillée de Noël

Lecture du livre du prophète Isaïe

Oui, un enfant nous est né, un fils nous a été donné ! Sur son épaule est le signe du pouvoir ; son nom est proclamé : « Conseiller-merveilleux, Dieu-Fort, Père-à-jamais, Prince-de-la-Paix. » Et le pouvoir s’étendra, et la paix sera sans fin pour le trône de David et pour son règne qu’il établira, qu’il affermira sur le droit et la justice dès maintenant et pour toujours. Il fera cela, l’amour jaloux du Seigneur de l’univers !

Ps 95 (96)

Joie au ciel ! Exulte la terre ! …Les arbres des forêts dansent de joie devant la face du Seigneur, car il vient, car il vient pour juger la terre.

lettre de saint Paul apôtre à Tite

Bien-aimé, la grâce de Dieu s’est manifestée pour le salut de tous les hommes. Elle nous apprend à renoncer à l’impiété et aux convoitises de ce monde, et à vivre dans le temps présent de manière raisonnable, avec justice et piété, attendant que se réalise la bienheureuse espérance : la manifestation de la gloire de notre grand Dieu et Sauveur, Jésus Christ. Car il s’est donné pour nous afin de nous racheter de toutes nos fautes, et de nous purifier pour faire de nous son peuple, un peuple ardent à faire le bien.

Jacob Jordaens | L'adoration des Bergers | Images d’Art

Évangile de JC selon saint Luc

… il y avait des bergers qui vivaient dehors et passaient la nuit dans les champs pour garder leurs troupeaux. L’ange du Seigneur se présenta devant eux, et la gloire du Seigneur les enveloppa de sa lumière. Ils furent saisis d’une grande crainte. Alors l’ange leur dit : « Ne craignez pas, car voici que je vous annonce une bonne nouvelle, qui sera une grande joie pour tout le peuple : Aujourd’hui, dans la ville de David, vous est né un Sauveur qui est le Christ, le Seigneur. Et voici le signe qui vous est donné : vous trouverez un nouveau-né emmailloté et couché dans une mangeoire. » 

La célébration de Noël que nous vivons c’est enfin un peu de temps pris pour ralentir la course effrénée des dernières semaines. En effet, depuis des jours nous courrons, plus encore que d’habitude, vers les magasins, les boutiques de cadeaux, les traiteurs, inquiets de dénicher le cadeau qui fera son effet, le plat qui marquera les palais, la décoration à la fois chic et originale! Cependant votre présence en nombre ce soir vient redire que tout cela n’est qu’une conséquence d’un évènement plus grand encore, tellement important que 2000 ans après on en fait encore mémoire. En prenant le temps de célébrer avec tous les baptisés la naissance de Jésus, vous prenez le temps de stopper votre course et de prendre souffle devant la crèche, de revenir à la source de la joie qui vous saisit chaque année. Cette joie qui est à l’origine des cadeaux que nous allons échangés et des repas de fête que nous allons partager. En effet, cette joie vient de Dieu comme le rappelle le prophète Isaïe : Tu as prodigué la joie, tu as fait grandir l’allégresse….et elle touche toute la création comme c’est écrit dans le psaume : Joie au ciel ! Exulte la terre, la campagne tout entière est en fête, les arbres des forêts dansent de joie.  Et pourquoi toute cette joie ? Ecoutons à nouveau le prophète Isaïe : Oui, un enfant nous est né, un fils nous a été donné !

Cette joie qui vient de Dieu et qui déborde jusqu’à nous c’est Jésus, le Fils de Dieu né de Marie et placé sous la protection de Joseph : joie de la promesse tenue, joie de l’attente terminée, joie du partage réalisé, joie d’accueillir le Salut. Vous l’aurez compris, ce soir 4 points dans mon homélie :

1/ Jésus, c’est la joie de la promesse tenue. Dieu depuis la création du monde n’a jamais visé un autre but que de venir à la rencontre de sa création et des humains qu’il a créés homme et femme à son image et à sa ressemblance. Son désir de faire alliance avec eux l’amènera à promettre aux hommes de venir à eux le moment venu. Cette promesse Dieu l’a réalisée il y a 2000 ans et ce soir nous en faisons mémoire. Mais aujourd’hui encore nous regardons vers le ciel car s’il est déjà venu, il a promis de revenir pour juger le monde avec justice et les peuples selon sa vérité. Ainsi toute la création se transformera en un royaume de justice et de paix.

2/ Jésus, c’est la joie de l’attente terminée, On chantait dans la version ancienne du tube catholique de Noël : « depuis plus de 4000 ans nous le promettaient les prophètes. »  Le peuple juif, opprimés par tant d’envahisseurs différents au long de son histoire espérait la délivrance, la liberté de vivre en paix dans leur pays. Il espérait en un messie, un envoyé de Dieu qui briserait le joug qui pesait sur lui, la barre qui meurtrissait son épaule et le bâton du tyran. Dieu il  y a 2000 ans a achevée cette attente il est venu lui-même, en Jésus, pour détruire définitivement le seul vrai ennemi du peuple des croyants : le péché et la mort qui en est la conséquence.

Aujourd’hui donc nous avons transformé notre attente en espérance : Comme il est venu il y a 2000 ans, nous savons qu’il reviendra dans la gloire. Et en attendant son retour st Paul nous invite dans la 2° lecture à vivre dans le temps présent de manière raisonnable, avec justice et piété.

3/ Jésus, c’est la joie du partage réalisé. Dieu lui-même en Jésus est venu jusqu’à nous, plus encore il s’est fait l’un de nous ! Quel merveilleux échange, quelle gloire nous attends : il s’est fait l’un de nous pour que nous puissions lui être semblables.

Et cela il en a fait la démonstration il y a 2000 ans. Jésus a revêtu notre condition humaine, jusqu’au bout, jusqu’à la mort sur la croix pour nous rejoindre dans toutes nos détresses et nos épreuves, pour les traverser avec nous. Jésus ne donne pas d’explication au mal de ce monde, il l’affronte et le supporte avec nous, pour nous ! En attendant son retour glorieux, soyons donc un peuple ardent à faire le bien, en travaillant de toutes nos forces à établir sur terre le règne du Christ : règne de Paix, de justice et de droit.

4/ Jésus, c’est la joie d’accueillir le Salut. C’est la bonne nouvelle que l’ange annonce aux Bergers : Aujourd’hui, dans la ville de David, vous est né un Sauveur qui est le Christ, le Seigneur. Jésus s’est fait l’un de nous pour nous rencontrer, nous soutenir dans notre combat face au mal et pour nous sauver de la mort et du péché. Il est l’homme nouveau dans la vie duquel nous avons été baptisés et que nous sommes appelés à accueillir tout au long de notre vie. Il est notre avenir… l’enfant de la crèche nous redit l’inouïe de notre vocation humaine : participer à la vie divine pour l’éternité. Beaucoup en notre temps veulent faire l’homme immortel, quand depuis 2000 ans déjà Jésus l’a fait éternel !

Aujourd’hui donc, frères et sœurs : Accueillez Jésus dans vos vies, il est la promesse de Dieu de vous faire vivre avec lui pour toujours. Amen

le doyenné de Lons prie pour la vie

ce dimanche 23 décembre à 16h00 ceux qui le désiraient étaient invités à venir à l’église des Cordeliers à 16h00 pour « prier pour la vie ». Et c’est un petit troupeau de fidèles qui s’est mis en prière devant le saint sacrement pendant une heure :

20181223_170508

d’abord par le chant, puis l’écoute de la Parole de Dieu et son commentaire,

puis dans le silence d’abord chacun à pu plonger son coeur dans celui de Jésus, réellement présent dans le  Saint Sacrement exposé sur l’autel joliment décoré pour l’occasion.

 

20181223_163332

ensuite de longues et profondes actions de grâce, intercessions et supplications sont montées de nos lèvres vers le Seigneur, maître de la vie!

 

homélie du 4° dimanche de l’Avent

Lecture du livre du prophète Michée

…Mais Dieu livrera son peuple jusqu’au jour où enfantera… celle qui doit enfanter, …. Ils habiteront en sécurité, car désormais il sera grand jusqu’aux lointains de la terre, et lui-même, il sera la paix !

Lecture de la lettre aux Hébreux

Frères, …. c’est grâce à cette volonté que nous sommes sanctifiés, par l’offrande que Jésus Christ a faite de son corps, une fois pour toutes.

Visitation de la Très Sainte Vierge Marie à Élisabeth, sa ...

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

En ces jours-là, Marie se mit en route et se rendit avec empressement vers la région montagneuse, dans une ville de Judée. Elle entra dans la maison de Zacharie et salua Élisabeth. Or, quand Élisabeth entendit la salutation de Marie, l’enfant tressaillit en elle. Alors, Élisabeth fut remplie d’Esprit Saint, et s’écria d’une voix forte : « Tu es bénie entre toutes les femmes, et le fruit de tes entrailles est béni. D’où m’est-il donné que la mère de mon Seigneur vienne jusqu’à moi ? Car, lorsque tes paroles de salutation sont parvenues à mes oreilles, l’enfant a tressailli d’allégresse en moi. Heureuse celle qui a cru à l’accomplissement des paroles qui lui furent dites de la part du Seigneur. »

En tapant dans le moteur de recherche que j’utilise, le mot « sauver »…. J’ai constaté qu’une multitude de choses sont à sauver : les palmiers de la côte d’azur (même s’il semble que c’est trop tard !), l’honneur de l’OM éliminé de l’Europa League par les Chypriote de Limassol, les abeilles en trouvant un vaccin pour les protéger de « l’apocalypse des insectes » qui vient ; le climat en favorisant les acteurs non étatiques sur les états incapables de s’entendre, l’Europe qui part à la dérive, le vivre ensemble dans nos sociétés individualistes entre bénéficiaires et perdants de la mondialisation multiculturaliste, etc…. Et le plus souvent, dans ces cas là, le salut s’exprime toujours de la même manière : on organise à très grands frais des sommets, des états généraux, des COP (la 24° je crois) pour décider qu’il faudra trouver et développer des pistes (mais toujours pour plus tard) et débloquer toujours plus de moyens financiers. Pourtant aux vues des résultats obtenus, on peut légitimement se demander ce que valent de tels saluts ? Le problème je crois est d’abord de confondre sauvetage et salut. En effet, dans tous les cas que je viens de citer il s’agit plus de sauvetage que de salut. Le sauvetage vise à garder les choses comme elles sont, alors que le salut exige la conversion, en remettant en cause véritablement le système économique libéral et notre train de vie occidental qui sont à l’origine de nos maux.

Il faut en conséquence transformer nos sauvetages en salut, c’est-à-dire, une fois encore lever les yeux vers le ciel et se mettre à l’écoute de Dieu qui nous invite à convertir notre peur en audace et à changer vraiment de vie ! Car ce qu’il est urgent de sauver maintenant ce ne sont pas des systèmes injustes de pays trop riches, mais nos cœurs, malades de ce que nous possédons et défendons, au mépris des plus faibles. N’avons-nous rien d’autre à annoncer au monde qu’un modèle de vie repue de technologies et de biens de consommation, indifférent aux autres, relativiste et ayant perdu tout sens de la dignité de toute vie ? Est-ce là le modèle sociétale parfait, quand on sait que nos pays ‘civilisés’ et sécularisés sont les plus gros consommateurs d’antidépresseurs du monde ?

Il est grand temps de se réveiller et d’attendre dans la foi le Salut que Dieu veut nous donner. Voyons ensemble ce que sera ce salut en parcourant les lectures du jour :

Dans la 1° lecture le prophète Miché annonce que celui qui doit naître de celle qui doit enfanter se dressera et il sera leur berger …car désormais il sera grand jusqu’aux lointains de la terre, et lui-même, il sera la paix ! » Notre salut est donc un homme, conçu d’une femme. Un Sauveur attendu depuis toujours. Un sauveur qui sera le Berger de toute l’humanité pour la conduire dans la paix !

Dans la lettre aux Hébreux, l’auteur nous révèle qu’il y a un unique Sauveur qui est Jésus : nous sommes sanctifiés, grâce à l’offrande que Jésus Christ a faite de son corps, une fois pour toutes. Donc le Salut n’est pas à chercher, à inventer, mais à recevoir, à accueillir comme un cadeau dans un cœur disponible et une vie sobre. Notre Salut est Jésus accueilli en nous, vivant en nous, agissant en nous. C’est ce que révèle Luc dans son Evangile : quand Élisabeth entendit la salutation de Marie, l’enfant tressaillit en elle. Alors, Élisabeth fut remplie de l’Esprit Saint. Voilà de double effet du Salut de Dieu quand il est accueilli : l’allégresse et l’Esprit Saint. Ce sont là les indices d’une vie chrétienne réelle : la joie dans la foi et la vie dans l’Esprit Saint. Nous devons être immergés dans la bonne joie de Dieu, dans l’espérance qu’au-delà des épreuves de nos vies il y a gloire des enfants de Dieu, la vie éternelle auprès du Père. Nous devons aussi dès ce monde nous laisser saisir et guider par l’Esprit Saint. Il y a des signes visibles à cela, que l’on appelle les 9 fruits de la vie dans l’Esprit : La charité, la joie, la paix, supporter l’insulte sans se venger, être serviable, bon, doux, maître de soi et avoir confiance dans les autres. Chacun de nous peut à partir de là estimer sa capacité d’accueil du Salut de Dieu et demander, comme cadeau, plus d’Esprit Saint pour une vie encore plus chrétienne.

Ainsi, vous l’aurez compris, le véritable sommet mondial pour sauver le monde aura lieu ce lundi 24 déc au soir, dans une étable, un enfant va naître, qui sera la paix pour tous ceux qui l’accueilleront. N’hésitez pas, vous êtes tous invités à vous y rendre ! Amen

L’enseignement privé fête Noël aux Cordeliers

Quelle joie pour le prêtre que je suis de voir l’église des Cordeliers pleine d’une jeunesse bruyante et joyeuse ce jeudi 20 décembre. En effet, les élèves des écoles Jeanne d’Arc et La Salle et du collège et Lycée ste Marie de Lons s’étaient donné rendez-vous pour célébrer ensemble la Nativité du Seigneur.

IMG-20181222-WA0001IMG-20181222-WA0019

ce qui m’a le plus touché dans cette célébration, c’est le recueillement et la bonne tenue de cette jeune assemblée d’au moins 500 personnes!

D’abord nous avons été accueilli par Jonathan Gardaz responsable de la pastorale de ste Ma

IMG-20181222-WA0015

puis nous avons  réfléchi avec les enfants du primaire sur ce qui fait obstacle à la venue dans notre monde de Jésus, ce qui bouche le chemin vers la crèche  et cela a été écrit sur des ronds de bois qu’aussitôt ramassés étaient jetés dans un sac poubelle. Nous avons aussi fait le compte de tout ce qui nous permet d’accéder à la crèche, les bons comportements, les attitudes fraternelles, etc…et celles-là ont été déposées dans une corbeille près de la crèche.

IMG-20181222-WA0014

ensuite le récit de la nativité nous a été relaté et commenté, rappelant qu’au coeur de notre foi il y a l’enfant Jésus qui nous révèle l’éternelle jeunesse de Dieu!!

nous avons terminé cette belle et priante célébration par une prière universelle, un Notre Père et la bénédiction,

IMG-20181222-WA0013IMG-20181222-WA0007IMG-20181222-WA0009

avant que la chorale de ste Ma nous partage un medley des chansons de Noël à travers l’Europe.

IMG-20181222-WA0004

 

ANNONCES du 23 au 30 décembre 2018

ANNONCES du 23 au 30 décembre

*************

Afin de se préparer à la fête de Noël, fête de la Nativité de notre Seigneur,

nous vous invitons à venir prier pour la Vie,

Dimanche 23 décembre de 16h à 17h aux Cordeliers

***************

Lundi 24 décembre

  • Pas de messe à 12h chez les Soeurs de l’Alliance,
  • Les quêtes des fêtes de Noël sont pour la protection sociale des prêtres.

Veillées de Noël

  •  19h :
    • Vernantois
    • Montain
    • Voiteur
    • St Luc
    • Cordeliers
  • 20h :
    • Crançot
  • 22h30 :
    •  Cordeliers où la messe commencera dès 22h par un concert d’orgue de chants de Noël.

Mardi 25 décembre

JOUR DE NOEL FÊTE DE LA NATIVITÉ DU SEIGNEUR

  • Messes à 10h30 :
    • Courbouzon
    • Lavigny
    • St Désiré 
    • Crançot

******

Messes :

  • anticipées de la Sainte Famille : Samedi 29 décembre
    • 18h30
      • St Luc
      • Macornay
  •  Dimanche 30 décembre
    • 9h : Montain
    • 10h30 : Cordeliers
    • 11h : St Lamain

Lundi 31 décembre

« Venez passer les fêtes de fin d’année avec la Paroisse.

Espace St Dé, rue des Tanneurs

 Repas partagé,  à 20h30

Messe à l’église St Désiré en action de grâce pour l’année écoulée à 23h“

**************

Prochain Samedi de saint Dé, le 5 janvier :

             « nous sommes venus l’adorer »

Les jeunes (et moins jeunes) seront invités à venir à l’église à partir de 16h30. 

3 « rois mages » les accueilleront et leur proposeront une démarche spirituelle, avec un temps d’adoration pour terminer, puis chacun « repartira par un autre chemin » jusque sur le parvis de l’église où leur sera servi un jus de pomme chaud.

A 18 heures, aura lieu la messe animée par les jeunes.

A 19 heures, aura lieu le repas partagé, puis la galette des rois offerte par la pastorale des jeunes.

A 20h30, un enseignement sera donné aux jeunes à partir de la 4ème et animateurs par le père  Armand Athias : « Jésus, c’est sérieux ? »

Les jeunes poursuivront la soirée, par la soirée  pop louange. Ils auront également l’occasion de vivre un temps d’adoration et de réconciliation.

Venez nombreux avec vos jeunes !!!  

Parlez en autour de vous.

***********************

Intentions de messes du 23 au 30 décembre 2018

Samedi  22/12/2018 18h30  : Perrigny

18h30 Pannessières

 Léon PROST et sa famille,

Jacques DELIGNOU,

Marie-Louise HOFFMAMN (anniversaire),

Marcel CRESTEY,

Ginette PHILIPPE (suite obsèques),

Familles PROST-DANGIN,

Bernard BILBAULT et sa famille,

Famille FALCONET,

André et Gérard BRELOT.

Dimanche 23/12/2018

4eme Dimanche

d’AVENT – C

9h : Domblans

9h : St Désiré

10h30 : Cordeliers

10h30 : Crançot

11h : Macornay

Lundi 24/12/2018

Temps de Noël

 

 19h : 

  • St Luc,
  • Cordeliers,
  • Vernantois,
  • Montain, 
  • Voiteur

 

20h : Crançot

22h30 : Cordeliers

André et Marie-Thérèse PICARD,

Pères CHOLLEY-PERRODIN-MEYNIER,

Thierry PHARION,

Famille MARTELET,

Jean-Claude GANDELIN,

Yvette et Paul LEFEUVRE et leur frère Armand,

Jean BARBIER,

Famille PROST-LHOMME,  

Jean et Edith PEROZ,

Odile SASSARD et Laetitia,

René BRUN et famille BRUN et BERTHAIL,

Marie-Françoise et Jacques PROST,

Simone BERNARD et famille,

François BERTHAIL,

André BAILLY et sa famille,

Louis et Eugénie LUGAND,

Henri et Jeanine MARECHAL et famille MARECHAL-THIBERT,

Cécile SAINTOT (née PERRON),

Famille MONNIER-VANNET,

Famille CATTENOZ-BEAUD,

Vivants et défunts familles NOIR-PELLETIER,

Paul et Marie PONCET – Louis et Lucienne MAGONI,

Louis et Madeleine LAGRANGE et défunts de leur famille,

Michel ROGER,

Bénédicte et Michel HUBERT et famille,

Familles CART-GRANDJEAN et Béatrice LENTZÉ,

Colonel Pierre-André PAYRE,

Jean-Noël REVERBERY,

René MILLET et sa famille,

Familles MILLET-PAILLARD-PERRET,

Michel BONNOT.

Mardi 25/12/2018

Nativité

du Seigneur

 

10h30 :

  • Courbouzon
  • Lavigny,
  • St Désiré,
  • Crançot
Yvette GUILLEMIN,

Marcelle PERRIER et famille,

André BAILLY et famille,

Jean THEVENOD;

Intentions particulières,

Défunts familles OLIVIER-MILLET,

Pierre et Marie- Claude BOLIFRAUD,

Daniel PERNIN et famille MARTIN,

Madeleine et Lucien NUBLAT,

Familles VIDELIER-BERRARD,

André LEGLISE,

Abel RONGIER et famille,

Familles des Sœurs de l’Alliance,

Familles ROMANET-BUCLEZ,

Familles DAVID-BROCARD- Michel CHATEAU et Paulette COURVILLE.

Mercredi  26/12/2018

St  Etienne

18h30 : Cordeliers Sœur Marie Léopold GERARD.
Jeudi 27/12/2018

St Jean

8h30 : Cordeliers  
Vendredi 28/12/2018

Les Saints Innocents

 

9h :  St Luc

18h30 : Cordeliers

Samedi  29/12/2018

St Thomas Becket

8h30 : Cordeliers  
Samedi  29/12/2018 18h30  : St Luc

18h30 : Macornay

Maria BASSET et Rosa ROTA,

René BRUN et famille BRUN et BERTHAIL,

François BERTHAIL,

André BAILLY et famille,

Intentions particulières.

Dimanche 30/12/2018

La Sainte Famille

de Jésus, Marie, Joseph

  

9h : Montain

10h30 : Cordeliers

11h : St Lamain

 Retrouvez toutes les annonces et les intentions de messes sur notre site internet : https://doyennedelons.com

Secrétariat : 7, rue du Puits Salé – Lons  tél : 03 84 24 04 44   saint.desire@eglisejura.com