homélie 3° dimanche carême C

priere universelle - Le blog de l'EAP et des paroisses du ...

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

Un jour, des gens rapportèrent à Jésus l’affaire des Galiléens que Pilate avait fait massacrer, mêlant leur sang à celui des sacrifices qu’ils offraient.     Jésus leur répondit : « Pensez-vous que ces Galiléens étaient de plus grands pécheurs que tous les autres Galiléens, pour avoir subi un tel sort ?     Eh bien, je vous dis : pas du tout ! Mais si vous ne vous convertissez pas, vous périrez tous de même.     Et ces dix-huit personnes  tuées par la chute de la tour de Siloé, pensez-vous qu’elles étaient plus coupables que tous les autres habitants de Jérusalem ?     Eh bien, je vous dis : pas du tout ! Mais si vous ne vous convertissez pas, vous périrez tous de même. »     Jésus disait encore cette parabole : « Quelqu’un avait un figuier planté dans sa vigne. Il vint chercher du fruit sur ce figuier, et n’en trouva pas.     Il dit alors à son vigneron : ‘Voilà trois ans que je viens chercher du fruit sur ce figuier, et je n’en trouve pas. Coupe-le. À quoi bon le laisser épuiser le sol ?’     Mais le vigneron lui répondit : ‘Maître, laisse-le encore cette année, le temps que je bêche autour pour y mettre du fumier.  Peut-être donnera-t-il du fruit à l’avenir. Sinon, tu le couperas.’ 

Celui qui se croit solide, qu’il fasse attention à ne pas tomber. C’est ainsi que s’achève la deuxième lecture que nous venons d’entendre, tirée de la première lettre aux Corinthiens. Cette mise en garde de st Paul vaut pour tous les domaines de notre vie. Se croire solide c’est croire que tout repose sur soi, que tout dépend de soi. C’est croire qu’on est à soi seul la pierre angulaire sur laquelle notre vie est bâtie. C’est en quelque sorte croire que l’on est tout puissant et immortel ! Se croire solide c’est mettre notre égo à l’égal de Dieu ! Et vous savez tous que c’est ainsi que la chute arriva quand Adam et Eve se prirent pour Dieu !

Les dangers qui mènent à la chute sont multiples, les textes entendus ce dimanche en soulignent 3 et nous donnent les moyens de les combattre.

1/ croire que l’on peut cacher des choses à Dieu. Je me dis souvent que si notre souci de paraître juste et vrai devant Dieu était égal à notre souci de faire bonne figure devant les autres hommes, devant notre conjoint, alors nous serions déjà rendus au Paradis! A chacun de nos actes, à chacune de nos décisions, nous nous disons : ‘que vont en penser mon conjoint, mes voisins, ma famille, mes amis, mon patron, mon curé ?’Car nous portons tellement plus d’intérêts à ce que les hommes pensent de nous plutôt qu’à ce que Dieu pourrait en penser.

Pourtant, Dieu qui se présente à Moïse dans la 1° lecture comme « je suis » c’est-à-dire celui qui donne l’existence à toute chose, est toujours au fait de toute notre vie, car Il en est le créateur. Mais si Dieu s’intéresse à notre vie ce n’est pas pour la juger, ni pour l’épier, mais pour nous permettre de l’orienter vers le bien, le beau et le vrai, c’est-à-dire de la diriger vers Lui. Au Sinaï Moïse découvre que Dieu s’intéresse aux hommes, il a souci du peuple qu’il a choisi pour faire alliance, jusqu’à dire : Je suis descendu pour le délivrer.

Un remède : prendre conscience du souci de Dieu pour chacun de nous, de sa présence à nos côtés à chaque moment de notre vie, pour vivre plus intensément selon sa loi d’amour et non selon l’opinion des gens.

2/ croire que l’on peut se sauver tout seul. Quand nous avons des ennuis ou quand nous traversons des épreuves bien souvent (et les hommes surtout !!) nous essayons de nous en sortir tout seul, sans l’aide de personne et même en faisant toujours bonne figure devant les autres (cf. cas N°1 précédent). Et ce qui vaut pour les affaires courantes vaut aussi pour notre salut éternel ! Ainsi nous pensons qu’il est juste une affaire entre Dieu et nous et que nous pourrons au ciel entamer une petite négociation « d’homme à homme » ou plutôt « d’homme à Dieu ! ».

Seulement nous vivons toute notre vie en communauté (conjugale, familiale, paroissiale, associative, en collège ou lycée, en entreprise, etc.) et nos problèmes et nos épreuves concernent et touchent plusieurs personnes et nos vies sont imbriquées les unes dans les autres, reliées et dépendantes les unes des autres.

Remède : ne jamais hésiter à appeler les autres à l’aide, à demander l’avis d’amis, à consulter des personnes compétentes pour dénouer des tensions et résoudre des crises, à célébrer le sacrement du pardon pour recevoir la force de Dieu qui pardonne et relève. Et pour ce qui concerne notre salut à tous, le remède est simple, gardons toujours en mémoire cet enseignement de Jésus «  ce que vous avez fait à l’un de ses petits qui sont mes frères c’est à moi que vous l’avez fait ! ». C’est notre amour et notre service des autres qui nous sauvent, ce sont les pauvres que nous avons aidés qui nous accueilleront en paradis.

3/ se croire incapable de progresser spirituellement. On imagine parfois qu’on a atteint un palier spirituel, que l’on a plus rien à découvrir de la foi et un certain ennui nous gagne : le Christ devient un simple produit spirituel consommable parmi d’autres, on est toujours à dire que la messe dure trop longtemps, qu’on est pas obligé d’y aller, que la prière ne sert à rien, qu’on n’a pas le temps de rendre service, de faire une visite ou d’aider les plus pauvres, alors qu’on prend toujours le temps des loisirs, du sport ou de la télé! Mais si cela désespère votre curé, Dieu reste un indéfectible optimiste, comme les paroles du psaume et texte de l’Evangile le mettent en lumière : on y apprend que le Seigneur est tendresse et pitié, lent à la colère et plein d’amour. Et que cet amour est l’engrais qu’il verse abondamment au pied du figuier parfois stérile de notre vie spirituelle. Le Seigneur demande aux prêtres de son Eglise de bien vouloir être le jardinier de son peuple. Ce matin encore je vais m’exécuter, offrant par mes mains, l’unique engrais nécessaire à notre croissance spirituelle : le Corps du Christ. Amen

les confirmands découvrent les sœurs de Béthanie.

ce dimanche 24 mars, les 13 adolescents et 3 des 4 adultes se préparant à la confirmation se sont retrouvés, avec leurs animateurs respectifs, auprès des sœurs dominicaines de  Béthanie à Montferrand le Château . Une journée pour réfléchir et dialoguer autour des thèmes délicats que sont le mal, la souffrance, le péché et le pardon.

la figure du bienheureux Jean-Joseph Lataste, béatifié en 2012, fondateur des soeurs de Béthanie et le témoignage de Maïti Girtanner nous ont aidés à aborder sereinement et en profondeur les thèmes de la journée.

retour en image…

le monastère des sœurs

une journée qui commence par un temps de présentation et de louange…

 

puis après un temps d’échange en groupe et la messe, c’est le temps du repas et d’une pause bien méritée au soleil, dans le beau parc des soeurs.

l’après-midi fut consacré à un débat autour du péché et du pardon en s’appuyant sur le témoignage fort de Maïti Girtanner, résistante torturée pendant la seconde guerre mondiale par un médecin allemand. Elle raconte comment elle a emprunter le chemin du pardon en recevant chez elle, 40 ans après , celui qui l’avait fait souffrir, lui même atteint d’un cancer et désirant obtenir le pardon de Maïti avant de mourir.

à ce témoignage poignant succéda aussi la découverte de la belle figure du père Lataste, qui proposait la vie religieuse à des femmes condamnées à la prison.

et c’est auprès du corps du bienheureux que nous sommes allé nous recueillir, déposant à ses pieds nos nombreuses intentions de prière.

Jean-Joseph Lataste en quelques images

20190324_214724

Apéritif théo-philo  : une première à Lons-Le-Saunier ce 21 mars

photo 21 mars

Ce jeudi 21 mars, de 18 h à 19 h 30, s’est déroulé un «  apéritif théo-philo  » au café du Palais, au centre-ville de Lons. Porté par le doyenné de Lons, ce projet se voulait rassembleur de personnes diverses, dans un lieu symbole de sociabilité et d’échanges, un lieu public et facile d’accès : un café.

La gérante, Stéphanie, a la première fait  un bel acte de foi en mettant à disposition une partie du bar. La foi, justement, tel était le sujet du soir. Monseigneur Vincent Jordy, invité à donner un «  argumento  » en préalable aux échanges, a évoqué le contrat de confiance qui structure normalement chaque personne, la confiance pouvant mener à la foi en Jésus.

Ensuite, des échanges cordiaux et riches entre les 30 personnes présentes en ce lieu «  hors les murs  » de l’église, il en est ressorti plus  particulièrement le souci du témoignage de la foi. Foi vécue de l’intérieur,  transmission de la foi aux jeunes, foi en milieu carcéral, foi  qui transfigure,  comment nourrir sa foi par des lectures, l’importance des écrivains chrétiens contemporains, l’ancrage de la foi par les pèlerinages à Lourdes, les soirées de Saint-Dé  : il a même été dit haut et fort que Dieu avait de l’humour.

Ce qui est certain,   c’est qu’il y a mille manières de nourrir sa foi et, depuis ce fameux soir, mille et une manières  : au café du coin. «  Là où deux ou trois sont rassemblés, je suis au milieu d’eux  »  : davantage que de l’humour, une preuve de l’existence de Dieu au café  !

 ANNONCES du 24 au 31 mars 2019

2019 … Vivons en Paix

*************

 ANNONCES du 24 au 31 mars 2019

Toutes les annonces concernant le Carême sont sur les annonces de la semaine « Carême 2019 » , merci de vous y reporter. A noter en plus :

Lundi 25 mars   

  • Pas de messe chez les Sœurs de l’Alliance à 12h,
  • Préparation de la liturgie du 31 mars à la cure à 20h.

Mardi 26 mars

  • Rencontre  » jeûne prière partage »
    • 19h15 à 19 h30 : Vêpres à l’oratoire des Sœurs de l’Alliance,
    • 19h30 à 20h : Adoration,
    • 20h : Partage d’un bol de soupe,
    • 20h30 à 21h : Partage d’Evangile

Mercredi 27 mars

20h30 aux Cordeliers

CONFERENCE DE CAREME

avec Mgr Vincent JORDY

 « Selfie ou sainteté : comment vivre l’Espérance

en des temps complexes ?

Jeudi 28 mars

  • Réunion de préparation de la retraite de Profession de foi à 20h, à la cure.

Vendredi 29 mars

  • Préparation au Baptême à la cure à 20h.

Samedi 30 mars  

  • Journée de formation pour la fraternité des personnes malades et handicapées : espace St Désiré, rue des Tanneurs.

Dimanche 31 mars : 4eme dimanche de Carême (année C)
Messes  :

Samedi  

  • 18h30  : Bréry
  • 18h30 : St Luc

Dimanche 

  • 9hPannessières    
  • 10h30  : Cordeliers   
  • 11h : Vernantois 

***************

Samedi 6 et Dimanche 7 avril 2019

de 10h à 17h

Braderie du Secours Catholique 

18, avenue du Stade  à Lons le Saunier 

**************************

Intentions de messes du 24 au 31 mars 2019

Samedi 23/03/2019 18h30 : Revigny

18h30 : Montain

Paul GUYOT et famille ;

Jean et Edith PEROZ et famille ;

Intentions particulières ;

Dominique GUYON ;

Famille ROZAIN ;

Madeleine et Albert PY et famille ;

Bernard et Daniel POULET (anniversaires) ;

Maurice TROSSAT ;

Colette DENIS ;

Léone MAZUE.

Dimanche 24/03/2019

3eme Dimanche

de Carême  – C

9h : St Désiré

9h : Macornay

10h30 : Cordeliers

10h30 : Crançot

Lundi  25/03/2019

Fête de l’Annonciation

18h30 : Cordeliers Les Sœurs de l’Alliance.
Mardi 26/03/2019

Ste Larissa

8h30 : Cordeliers

10h30 : Conliège

Simone BERNARD (anniversaire).
Mercredi 27/03/2019

St Habib

18h30 : Cordeliers
Jeudi 28/03/25019

de la Férie

8h30 : Cordeliers  
Vendredi 29/03/2019

Ste Gwladys

 

9h :  St Luc

18h30 : Cordeliers

Samedi 30/03/2019

St Amédée

8h30 : Cordeliers  
Samedi 30/03/2019 18h30 : Bréry

18h30 : St Luc

Paul GUYOT et famille ;

René BRUN, François BERTHAIL et familles BRUN-BERTHAIL ; Défunts familles CHANEZ ;

Jacques et Marie (anniversaire) TEDESCHI ;

Familles VALLET et ARQUES ;

Intentions particulières ;

Simone BERNARD ;

Georges DUFORT et sa famille ;

et suites obsèques :

  • Odette DA COSTA,
  • Gilberte HEUCKE.
Dimanche 31/03/2019

4eme Dimanche

de Carême  – C

9 h :  Pannessières

10h30 : Cordeliers

11h : Vernantois

Retrouvez toutes les annonces et les intentions de messes sur notre site internet : https://doyennedelons.com

Secrétariat : 7, rue du Puits Salé – Lons 

tél : 03 84 24 04 44   –     saint.desire@eglisejura.com

 

homélie du 2° dimanche de carême C

Making Sense of the Transfiguration | Marg MowczkoÉvangile de Jésus Christ selon saint Luc

En ce temps-là, Jésus prit avec lui Pierre, Jean et Jacques, et il gravit la montagne pour prier. Pendant qu’il priait, l’aspect de son visage devint autre, et son vêtement devint d’une blancheur éblouissante. Voici que deux hommes s’entretenaient avec lui : c’étaient Moïse et Élie, apparus dans la gloire. Ils parlaient de son départ qui allait s’accomplir à Jérusalem. Pierre et ses compagnons étaient accablés de sommeil ; mais, restant éveillés, ils virent la gloire de Jésus, et les deux hommes à ses côtés. Ces derniers s’éloignaient de lui, quand Pierre dit à Jésus : « Maître, il est bon que nous soyons ici ! Faisons trois tentes : une pour toi, une pour Moïse, et une pour Élie. » Il ne savait pas ce qu’il disait. Pierre n’avait pas fini de parler, qu’une nuée survint et les couvrit de son ombre ; ils furent saisis de frayeur lorsqu’ils y pénétrèrent. Et, de la nuée, une voix se fit entendre : « Celui-ci est mon Fils, celui que j’ai choisi : écoutez-le ! » Et pendant que la voix se faisait entendre, il n’y avait plus que Jésus, seul. Les disciples gardèrent le silence et, en ces jours-là, ils ne rapportèrent à personne rien de ce qu’ils avaient vu.

Il arrive parfois que des Chrétiens confiants, dont quelques uns parmi vous, me livre perplexes et émerveillés, émus et plein de crainte, les expériences spirituelles, voir mystiques qu’ils ont faites. Et je voudrais ce matin leur redire toute mon admiration et mon amitié tant il est vrai que dans le pays du rationalisme asséchant qu’est devenu notre beau pays de France, ces personnes sont aussitôt taxées d’illuminées voir de délirantes ou de folles. Bien dommage de les considérer ainsi car alors il faut avoir le même jugement sur Abram, sur Paul ou sur Pierre, Jacques et Jean dont le récit des expériences spirituelles nous sont faites dans les lectures de la liturgie du jour.

En effet, trop souvent, dans notre Eglise catholique, des personnes bien pensantes, j’entends par là celles qui se targuent de « réfléchir » d’être « intelligentes », ont enfermé la foi dans un concept ou des idées. Elles relativisent toutes les expériences les réduisant souvent à un pur symbolisme : la multiplication des pains devient une invitation au partage, l’eucharistie un simple repas fraternel, un exorcisme une simple guérison physique (puisque le diable n’existe pas, il n’est qu’une idée, un concept..) etc.  En détruisant systématiquement la dimension transcendante et surnaturelle des évènements, elles réduisent l’expérience de Dieu à une simple fraternisation entre les hommes.

Chez nos frères évangéliques, pentecôtistes, dans les communautés du renouveau charismatique : l’Emmanuel, le Chemin Neuf, les Béatitudes, certains font ces expériences et sont accueillis sans jugement ; partageant dans la joie le fruit de leurs visions. Savez-aussi que de nombreux musulmans, après avoir eu en songe une vison du Christ les invitant à le rejoindre, demandent le baptême.

Il nous faut nous interroger sur les fondements de notre foi ? Croyons-nous qu’Abram a mis lui-même le feu aux carcasses des animaux du sacrifice ou alors que réellement un brasier fumant et une torche enflammée passèrent entre les morceaux d’animaux. Croyons-nous que les disciples ont inventé la religion chrétienne donnant alors leur vie pour un mensonge, ou alors croyons-nous qu’ils nous relatent dans les évangiles les expériences réelles et bouleversantes qu’ils ont faites en marchant avec Jésus au milieu des hommes ? Croyons-nous ce matin que Pierre et ses compagnons bien qu’accablés de sommeil ; mais, restant éveillés, virent la gloire de Jésus ?

Croyons-nous que l’expérience de Paul et son message ne sont qu’une invention ou alors mettons-nous notre foi dans sa promesse : nous avons notre citoyenneté dans les cieux, d’où nous attendons comme sauveur le Seigneur Jésus Christ, lui qui transformera nos pauvres corps à l’image de son corps glorieux ?

En un mot, croyons-nous que depuis la création du monde, Dieu vient établir son alliance avec les hommes et se constituer un peuple pour établir son royaume  dès cette terre et pour l’éternité? Et chers amis qui vous préparez au mariage, soyez aussi dans la vérité de la foi. Choisissez de vous marier religieusement si vous croyez en l’alliance de Dieu avec l’humanité car, par votre union, vous allez en témoigner devant les hommes par la qualité de votre amour et la beauté de la famille que vous fonderez ce jour-là, elle qui deviendra une image de la vie trinitaire en Dieu.

Tous les témoins la foi des siècles passés ont fait l’expérience concrète de la rencontre avec le Christ, aujourd’hui encore de nombreuses personnes font cette rencontre et vivent de cette relation dans l’amour et la vérité.

Et c’est cette expérience que je te souhaite de faire Matt. Un jour, lors de nos préparations au baptême,  tu m’as dit un: « je crois en Jésus parce que quand je le prie ça marche ». Puisses-tu demander à Jésus, dans tes prières, de faire sa connaissance au plus intime de ton cœur.

Et vous Brice, Alexandre et Ghislain, vous nous avez livré qu’aux cœurs de vos épreuves et du danger, lors de votre traversée vers la France, vous avez fait l’expérience de la proximité de Jésus pour vous soutenir et vous protéger.

Cette expérience réelle de Dieu, chacun de nous ce matin peut la faire dans le sacrement de l’Eucharistie, où Jésus va se tenir transfiguré devant vous. Posez un acte de foi, ayant confiance dans les paroles du Père : Celui-ci est mon Fils, celui que j’ai choisi : écoutez-le.

Que Christ tourne vers vous son regard de Sauveur et que brille à vos yeux et en votre cœur son visage éblouissant d’amour et de sainteté. Amen

ce 17 mars : un dimanche exceptionnel

Quelle joie de faire l’expérience d’une Eglise vivante et jeune. Ce dimanche 17 mars, en effet, plusieurs événements joyeux ont ponctué notre célébration dominicale et je remercie Damien BERTRAND de les avoir immortalisés par ses photos.

en ce 2° dimanche du temps de carême, nous avons eu la joie de célébrer la signation de Matt et de lui remettre la Bible. Matt, accompagné de Jonathan Gardaz responsable de la pastorale au collège et de sa famille, est un jeune homme de 12 ans en 5° au collège ste Marie. Il se prépare à recevoir le baptême le 26 mai prochain. 

 

ensuite ce fut le tour de Brice, Alexandre et Ghislain, trois jeunes de 16 à 18 ans qui célébraient ce dimanche leur premier scrutin en vue du baptême qu’ils recevront lors de la veillée pascale à Lons le Saunier le 20 avril prochain.

 

la célébration eucharistique s’est alors déroulée joyeusement

IMG_0461

après la communion, ce fut au tour de 11 couples de la zone de Lons se présenter. Depuis la veille ils ont participé à la préparation au mariage, réfléchissant à ce que cela signifiait de se marier devant Dieu à l’église. Ils ont reçu la bénédiction de toute la communauté catholique de la paroisse st Désiré.

IMG_0464