homélie père Arnaud B Toussaint 2019

4ème dimanche de Pâques Année B Dimanche 26 avril ppt ...Lecture de la première lettre de saint Jean

Bien-aimés,
    voyez quel grand amour nous a donné le Père
pour que nous soyons appelés enfants de Dieu
– et nous le sommes.
Voici pourquoi le monde ne nous connaît pas :
c’est qu’il n’a pas connu Dieu.
    Bien-aimés,
dès maintenant, nous sommes enfants de Dieu, mais ce que nous serons n’a pas encore été manifesté. Nous le savons : quand cela sera manifesté, nous lui serons semblables
car nous le verrons tel qu’il est. Et quiconque met en lui une telle espérance se rend pur comme lui-même est pur.

Si demain, le 2 novembre, nous nous retrouverons à l’église pour prier pour nos défunts, c’est parce qu’aujourd’hui nous redécouvrons la vocation de toute personne : rien de moins que de vivre pour l’éternité auprès de Dieu. Ainsi nous désirons que tous les membres de nos familles, nos amis, qui ont déjà franchi la mort puissent vivre du bonheur que Dieu veut donner à tous.

La fête de la Toussaint et donc célébrée pour susciter à nouveau dans le cœur des chrétiens le désir de la vie éternelle. Mais il faut bien comprendre ce que cela signifie car pour de nombreuses personnes « continuer à vivre éternellement, sans fin, apparait plus comme une condamnation que comme un don. », comme le soulignait le pape Benoit XVI dans son encyclique sauvés en espérance  et il ajoute à la suite « Bien sûr, on voudrait renvoyer la mort le plus loin possible. Mais vivre toujours, sans fin, en définitive, cela peut être seulement ennuyeux et en fin de compte insupportable. »  Pour illustrer ce point j’aimerai vous partager cette anecdote lue dans la revue Famille Chrétienne de cette semaine (une revue à laquelle je vous invite à vous abonner !) : « un enfant dit au prêtre qui le catéchise « mon père, je ne veux pas aller au ciel » « pourquoi ne veux-tu pas aller au ciel ? » « Parce que c’est ennuyeux de flotter sur un nuage en chemise de nuit bleue, avec une palme dans la main, en chantant alléluia pendant des millions d’années ! »

Alors avec vous ce matin, en m’appuyant sur les lectures que nous avons entendus j’aimerai revenir sur ce que l’Eglise dit de la vie éternelle pour dissiper vos doutes et susciter votre désir d’éternité. Je procèderai en 3 points :

1/ la vie éternelle est une élection. Dans la première lecture tirée du livre de l’Apocalypse, nous avons entendu cette phrase : « Ne faites pas de mal à la terre, ni à la mer, ni aux arbres, avant que nous ayons marqué du sceau le front des serviteurs de notre Dieu. Il faut donc être marqué du sceau de Dieu, réservé à ceux qui auront été ses serviteurs. Ces derniers sont une foule immense …de toutes nations, tribus, peuples et langues. Et saint Jean ajoute : Ceux-là viennent de la grande épreuve ; ils ont lavé leurs robes, ils les ont blanchies par le sang de l’Agneau. Ainsi la vie éternelle est donnée par le baptême qui nous plonge dans la mort du Christ et sa résurrection. Mais saint Jean ajoute que les élus ont blanchi leur robe par le sang de l’Agneau. C’est-à-dire qu’ils ont vécu le martyr, le témoignage de la foi jusqu’à la mort. L’élection est donc pour ceux qui ont vécu réellement de leur foi et ont essayé d’en témoigner.  Il ne s’agit pas faire des choses exceptionnelles, mais seulement de vivre fidèlement à l’enseignement du Christ.

2/ainsi  la vie éternelle se prépare dès ce monde. L’auteur du psaume se posait déjà la question : Qui peut gravir la montagne du Seigneur et se tenir dans le lieu saint ? Et Jésus va donner la réponse par les béatitudes que nous avons entendues dans l’évangile : ira dans la maison de Dieu, celui qui a un cœur pur, qui sait pleurer (sur le malheur du monde), exercer la douceur envers les autres. Ira dans la maison de Dieu celui qui travaille à établir la justice dans ce monde et qui sait pardonner, comme celui qui assume sa foi au risque d’être moqué ou humilié. En un mot la vie éternelle est offerte à ceux qui imitent Jésus, dont st Pierre dans son discours chez Corneille dans les actes des apôtres disait : « là où il passait, il faisait le Bien ».

3/ l’éternité, c’est participer à la vie même de Dieu. L’une des béatitudes énoncée par Jésus affirme : Heureux les artisans de paix, car ils seront appelés fils de Dieu. Ainsi la vocation de toute vie humaine est de participer à la vie même de Dieu, non pas de l’extérieur, mais de l’intérieur, en devenant ses enfants bien-aimés. D’une certaine façon Dieu nous adopte. Si Jésus s’est fait notre frère en humanité, c’est pour que nous soyons les enfants de son Père pour l’éternité. Et ce processus d’adoption, si il a déjà commencé comme le rappelle st Jean dans sa 1° lettre : Bien-aimés, dès maintenant, nous sommes enfants de Dieu, il est encore a parachever et notre filiation divine sera définitive par notre purification par l’Esprit Saint, après notre mort. C’est pourquoi st Jean ajoute mais ce que nous serons n’a pas encore été manifesté.

Ainsi « l’éternité n’est pas une succession continue des jours du calendrier… Il s’agirait du moment de l’immersion dans l’océan de l’amour infini, dans lequel le temps, l’avant et l’après, n’existe plus » (Benoit XVI Spe Salvi). Il s’agira d’un temps spirituel où nous agirons d’abord pour ceux qui sont encore sur terre. « Je passerai mon ciel à faire du bien sur la terre » disait st Thérèse de Lisieux et ensuite nous entrerons dans la joie d’accueillir tous ceux qui nous rejoindront ! C’est garanti, au ciel on ne s’ennuiera pas !

Alors célébrons ensemble l’Eucharistie, le repas où Dieu se donne en nourriture unissant dans sa vie, nos frères et sœurs du ciel et nous qui attendons de les rejoindre. Amen