méditation samedi 2° semaine de Pâques

par le père William GOYARD

 

 

Association de la Médaille Miraculeuse | diffusons-la ...Évangile de Jésus Christ selon saint Marc

En ce temps-là, Jésus ressuscité se manifesta aux onze Apôtres et leur dit :  « Allez dans le monde entier. Proclamez l’Évangile à toute la création. Celui qui croira et sera baptisé sera sauvé ; celui qui refusera de croire sera condamné. Voici les signes qui  accompagneront ceux qui deviendront croyants :en mon nom, ils expulseront les démons ; ils parleront en langues nouvelles ;  ils prendront des serpents dans leurs mains et, s’ils boivent un poison mortel, il ne leur fera pas de mal ; ils imposeront les mains aux malades, et les malades s’en trouveront bien. »  Le Seigneur Jésus, après leur avoir parlé, fut enlevé au ciel et s’assit à la droite de Dieu. Quant à eux, ils s’en allèrent proclamer partout l’Évangile. Le Seigneur travaillait avec eux et confirmait la Parole par les signes qui l’accompagnaient.

 

Oui, tu le peux !

J’aurais aimé voir la mine des disciples lorsque le Christ les a envoyé dans le monde entier pour annoncer la Bonne Nouvelle. Eux qui n’avaient jamais quitté leur contrée, ils devaient leur sembler impossible de partir au loin dans des territoires inconnus pour accomplir cette mission. Et c’est pourtant bien ce que le Christ leur a demandé. Et c’est pourtant bien ce qu’ils ont fait. Ils sont partis confiants vers des régions plus ou moins lointaines et vers des peuples inconnus. Ils sont partis confiants car ils ont été témoins de la réalisation de tout ce que le Christ avait annoncé lorsqu’il était encore avec eux sur les routes de Palestine. Ils étaient confiants également parce que le Christ leur a promis qu’assis à la droite de Dieu, il ne les quittait pas mais les assistait dans leur mission.

Ces lignes sont la finale de l’Evangile de Marc, mais elles n’ont rien d’une fin, bien au contraire, elles sont la planche d’envol de la jeune Eglise, et le dynamisme qui en émane nous enthousiasme aussi.

Mais les disciples ont dû se poser pas mal de questions sur leur capacité à accomplir leur tâche, et elle devait être pour eux aussi irréalisable que de prendre des serpents dans leur mains ou boire un poison mortel. Et pourtant, ils l’ont accomplie. Ils l’ont accomplie parce qu’ils ont fait confiance, parce qu’ils avaient la Foi.

Quelle leçon pour nous ! Quel exemple ! Bien souvent nos élans sont rapidement coupés par un tas de considérations qui nous dissuadent même d’essayer quelques choses. Nous réfléchissons, nous calculons, nous pesons et nous restons inactifs, considérants raisonnablement que toute action est vouée à l’échec. Et pourtant le Christ nous dit bien que le signe de la réalité de notre foi est de pouvoir faire des choses qui semblent raisonnablement impossibles. Et c’est justement parce que nous sommes incapables de nous-même de faire de telles œuvres, que nous devons mettre toute notre confiance en Dieu pour le laisser agir à travers nous. J’aime rappeler que tous les grands saints qui ont fait des choses formidables, des fondations, des organisations, des enseignements qui ont traversé les siècles et se sont rependus sur tous les continents, comme Saint Marc que nous fêtons aujourd’hui ; ces hommes et ces femmes n’avaient qu’une seule ambition : celle de faire la volonté de Dieu, de se laisser guider par Lui, et d’agir au nom de l’Evangile. Et c’est Dieu qui a agit à travers eux, à travers leur faiblesse, pour répandre sa Grâce sur le monde.

Alors en ce temps où nous nous posons beaucoup de questions qui demeurent sans réponses, où nous voudrions des signes de Dieu pour nous guider, où nous comptons sur son intervention pour renouveler notre monde, osons mettre toute notre confiance en Lui et osons Lui faire confiance, Lui qui travaille avec nous, en nous et par nous. Et comme pour les Apôtres, si Dieu est au centre, il en résultera des fruits qui nous dépassent.