première messe via internet!

par le père Arnaud Brelot

ce dimanche, pour la première fois, via internet, nous avons pu vivre ensemble la messe retransmise depuis le presbytère de Lons. Cela fut possible grâce à l’investissement de plusieurs personnes que je veux remercier : pour ce qui est de la technique : Daniel Cognard et François-Xavier Thoorens et pour l’animation : Jean et Isabelle Fairy.

(lors des essais les veilles de la première messe)

je veux aussi remercier ceux et celles qui se sont fait les relais de cette initiative qui a permis un pic d’une soixantaine de connexion. Merci à tous de diffuser largement cette information pour la prochaine messe, dimanche 15 novembre à 10h30.

beaucoup d’entre vous et je les en remercie ont fait parvenir des commentaires et des conseils. Nous les prenons en compte autant que possible. Les deux coupures qui ont eu lieu ne dépendaient pas de nous mais du réseau internet; de même nous allons tâcher de résoudre le problème lié à l’autofocus qui donne l’impression d’une image toujours en train de s’ajuster. Nous allons essayer d’améliorer les déplacements pour éviter les bruits inutiles et les passages devant la caméra. De même nous veillerons à faire attention à nos gestes et attitudes pour une plus grande harmonie et présentation générale.

des paroissiens suggèrent que chaque dimanche la messe soit animée par l’une des cinq communautés paroissiale. Je consulte les EAP pour voir si cela est réalisable.

A dimanche prochain, plus nombreux encore à être unis dans la prière.

P. Arnaud +

les prières auprès de Marie le 15 août soir

les paroissiens du doyenné étaient invités à se retrouver chacun dans un lieu marial de sa paroisse pour prier avec Marie. Prier pour la France, prier pour la Vie, à l’heure où les nouvelles lois de bioéthiques sont discutées au Parlement.

Voici le message de Mgr d’Ornellas, Archevêque de Rennes, Responsable du groupe de travail bioéthique de la CEF.

« Notre planète si malmenée nous impose d’urgence un virage écologique. L’usage excessif de techniques sur l’être humain ne nous obligera-t-il pas de prendre un virage, celui de l’écologie humaine ? « Tout est lié » dans le respect du vivant, qu’il appartienne à la nature ou qu’il soit humain. Ne ratons pas le sens de l’histoire ! Nous aussi, citoyens croyant en Dieu ou non, nous pouvons continuer à nourrir nos réflexions à partir des valeurs éthiques de dignité, de solidarité et de fraternité. Il s’agit de réfléchir sur la bioéthique en pensant qu’il est question d’une loi civile chargée du « bien commun » pour tous et non de situations particulières. Nous connaissons tous l’une ou l’autre de ces situations. Elles sont dues à des accidents de la vie ou à des décisions individuelles. Même si elles sont parfois difficiles, elles ne sont pas  exemptes d’amour, nul n’en doute. L’Église catholique continuera à les accompagner avec respect et sollicitude. ».

Ainsi les paroissiens des Coteaux de Seille se sont donnés rendez-vous à la grotte de Frontenay où est vénérée Marie sous le titre de Notre Dame de Lourdes, ceux de Saint Martin des Vignes à la chapelle de Lavigny où l’on vénère Marie, notre Dame de La Salette, ceux de Saint Pierre François Néron à Courbouzon où l’on prie Notre Dame de Grandchamp et ceux de Saint-Désiré à la chapelle de Conliège auprès de Notre Dame de Lorette.

Nous avons fait monter vers le Seigneur une prière unanime, élaborée en doyenné.

et il n’est pas trop tard pour unir votre prière à la nôtre avec les mots de Jean Vannier

« « Ô Marie, donne-nous des cœurs attentifs, humbles et doux pour accueillir avec tendresse et compassion tous les pauvres que tu envoies vers nous. Donne-nous des cœurs pleins de miséricorde pour les aimer, les servir, éteindre toute discorde et voir en nos frères souffrants et brisés la présence de Jésus vivant. Seigneur, bénis-nous de la main de tes pauvres. Seigneur, souris-nous dans le regard de tes pauvres. Seigneur, reçois-nous un jour dans l’heureuse compagnie de tes pauvres. Amen ! »

 

un beau signe

au terme de notre prière à Courbouzon, alors que l’on s’apprêtait à partir des paroissiens ont attiré notre attention et tourné nos regards au dessus de la statue de Marie pour contempler, alors que le ciel était à peine nuageux, un arc en ciel….. au dessus d’Elle. Merci Marie de nous rappeler par ce signe l’Alliance éternelle de Dieu avec nous.

rétrospective en images…

à Frontenay :

frontenay 2Frontenay 3frontenay 4frontenay

 

à Lavigny :

lavigny 3lavigny 2Lavigny 1

 

à Courbouzon :

courbouzon ND Grand-Champscourbouzon 5courbouzon 1courbouzoncouebouzon 6

une messe d’action de grâce à ND de Lorette

ce mardi 04 août, une quarantaine de paroissiens se sont retrouvés à la chapelle Notre Dame de Lorette de Conliège pour une messe d’action de grâce pour la restauration de la croix de mission. Il s’agissait de remercier Dieu pour les donateurs, la mairie et les artisans.

DSCN7294DSCN729120200804_102619DSCN7293.1

En effet, de nombreuses personnes ont fusionné leur énergie pour rassembler les fonds nécessaire à la restauration de la croix de mission à l’entrée du village.

DSCN7290.1

ce fut une belle liturgie sobre et bien chantée. Merci à ceux et celles qui l’ont préparée et animée ainsi qu’aux personnes qui ont préparé le verre de l’amitié qui a suivi.

20200804_11403920200804_11403120200804_114025

 

le 3 août on fête la Saint Etienne!

La tradition a été respectée cette année encore et, malgré le temps pluvieux, une bonne vingtaine de paroissiens se sont retrouvés à la chapelle st Etienne de Coldre pour célébrer l’Eucharistie. La chapelle n’étant pas électrifiée tous les paroissiens sont montés dans le chœur pour bénéficier de la clarté des vitraux et pouvoir ainsi chanter à l’unisson la gloire du Seigneur.

Merci à ceux et celles qui ont préparé et animé cette célébration et le verre de l’amitié servi après.

encore un beau moment fraternel et convivial en paroisse.

DSCN7287DSCN7286DSCN7282

 

 

 

retour sur les Rogations aux Roches

par Joëlle Fabry, paroissienne des Roches

19 mai 2020: Procession de Rogations vers la Vierge Notre Dame du Guet à Mirebel

Du mot latin « rogatio » : supplication, prière. L’origine des Rogations remonte au Ve siècle : en un temps tragique d’invasion barbares, de tremblement de terre, d’épidémies, de famine, saint Mamert, évêque de Vienne, institua un jeûne et des processions chantées pendant les trois journées qui précèdent l’Ascension.

Le péril passé, la coutume persista et se répandit dans d’autres diocèses ; on demandait principalement, en ces suppli­cations solennelles, la bénédiction divine sur les travaux des champs, en vue des récoltes à venir, pour éviter la famine, au temps où la France était en grande partie rurale. Certaines personnes se souviennent des petites croix toutes simples déposées par leurs parents dans les champs en signe de bénédiction. Superstitions ou foi en Dieu qui répond aux hommes qui L’appellent à l’aide, cette coutume a disparu à la fin des années 50 parce que le monde a changé, que les agriculteurs se sont tournés vers les pesticides immédiatement efficaces…

Alors que nous découvrons avec le Pape François dans son encyclique « Laudato Si’ » l’urgence de prendre soin de la terre qui nous a été confiée, la paroisse des Roches a organisé, deux jours avant l’Ascension, une petite procession de « Rogations » jusqu’à ND du Guet, au-dessus de l’église de Mirebel : marche de quelques centaines de mètres pour atteindre le point le plus haut du doyenné (environ 700m). Accompagné de quelques paroissiennes et paroissiens, le Père William a béni cette terre de Franche Comté, ses habitants, leurs champs et leurs troupeaux qui les nourrissent et remercié le Créateur de cette nature si belle. Par cette « ascension » nous nous sommes souvenus de l’envoi du Christ qui nous a confié notre monde avant de rejoindre son Père.

Neuvaine à L’Esprit Saint par l’intercession de Notre Dame de Lorette

par le père Christian Panouillot 

Les origines de la neuvaine dite « A Notre Dame de Lorette »

La maison de la Vierge

photo 2« Selon un ancienne histoire, qui a ensuite été confirmée par les recherches historiques et archéologiques, la Santa Chiesa est la maison de Nazareth où la Vierge naquit, vécut et reçut l’Annonciation miraculeuse. La maison se compose d’une chambre maçonnée avec trois parois en pierre qui clôturent la grotte creusée dans la roche.

La grotte est actuellement vénérée à Nazareth, dans la Basilique de l’Annonciation, tandis que les trois parois en pierre, d’après l’histoire, furent transportées en 1291 (quand les chevaliers croisés furent expulsé de Palestine), d’abord en Illyrie et ensuite à Loreto (1294).
De plus, il existent des documents et des fouilles archéologiques qui confirmeraient l’hypothèse selon laquelle les parois de la Santa Casa ont été transportées jusqu’à Loreto sur un bateau, pour la volonté de la noble famille des Angeli, qui régnait sur l’Épire.

photo 1

Effectivement, un document remontant à 1294 découvert récemment, attesterait que Niceforo Angeli, despote d’ Épire, en donnant sa fille Ithamar en mariage à Philippe de Tarente, fils du roi de Naples Charles II d’Anjou, lui offrit une série de dons parmi lesquels « les saintes pierres extraites de la Maison de Notre Dame la Vierge Mère de Dieu ».  (sources : http://www.italia.it/fr/idees-de-voyage/foi-et-spiritualite/le-sanctuaire-de-loreto.html)

Le Pape François y est venu signer l’exhortation apostolique à la suite du synode pour les jeunes le 25 mars 2019.
« Effectivement, relève le Pape, la Maison de Marie est aussi la maison de la famille, et dans la situation délicate du monde d’aujourd’hui, la famille fondée sur le mariage entre un homme et une femme revêt une importance et une mission essentielles, a lancé François, avant de recommander: «Ne tombez pas dans cette culture du gaspillage proposée par les multiples colonisations idéologiques qui nous attaquent aujourd’hui». » Pape François.

 

Notre Dame de Lorette à Conliege :

photo 4

En 1650 le miracle de la Vierge de la Roche : la tradition rapporte qu’un berger rencontra une image de la Vierge dans une fissure de rocher, non loin de l’Ermitage et qu’il la porta à l’église de Conliège. Le lendemain, ne la voyant plus sur l’autel, il la retourna chercher derrière son rocher et la rapporta sur l’autel. Nouvelle disparition et la troisième fois, la madone au lieu de prendre le chemin de son ancien asile, se fixa dans les rameaux d’un gros arbre, à l’extrémité de la rue haute. Ce miracle ne tarda pas à faire du bruit. Une confrérie s’organisa immédiatement et érigera une petite chapelle en l’honneur de notre Dame de Lorette à la place qu’occupait l’arbre favorisé. De nombreux miracles eurent lieu et l’on venait de loin vénérer la Vierge.

Après Mont-Roland le sanctuaire de Conliège est le plus ancien de notre contrée. Au début du 17°s les pèlerins y venaient en masse. La consécration d’une chapelle plus grande eut lieu le 21avril 1667

La neuvaine à Notre Dame de Lorette

photo 3

La neuvaine commence le jeudi de l’Ascension durant 9 jours. Durant ces jours nous savons que la Vierge entourée par les apôtres étaient réunis dans le Cénacle dans l’attente du Saint Esprit. Marie est présente à la Naissance de l’Église au jour de la Pentecôte. Avec les Apôtres, elle est missionnaire.

La maison de pierre, devient une pierre vivante, spirituelle, le Corps mystique du Christ dont il est la pierre angulaire comme cela nous a été rappelé à la Messe d’un dimanche du temps pascal.

Nous confions à Notre Dame de Lorette, les familles : que nos familles soit le lieu où Jésus grandit dans le coeur de chacun. Prions aussi pour que la paix règne dans nos familles. Que les familles puisent leurs forces en Dieu et par le secours de Marie.

Nous confions aussi les vocations à Marie. Que chacun réponde à sa vocation particulière, avec le secours de l’Esprit Saint pour que l’Église se renouvelle pour l’annonce de l’Evangile.

Ce confinement ne permet pas de faire la Neuvaine à Conliège dans la chapelle qui lui est dédiée. Que ce soit pour tout le doyenné une occasion de découvrir ce sanctuaire si attachant.

Vraiment, je vous invite à ce que votre maison devienne une maison où Jésus est présent, dans l’attention envers les enfants, le respect des parents. Dans les tâches domestiques. Reconsidérer l’amour qui unifie la famille, et prendre garde à ce qui pourrait la diviser. Retrouver le sens de la vie cachée de Jésus pendant 30 ans avec Joseph et Marie. Une vie sans prédication, sans miracle et pourtant tout aussi salutaire. Cela pour nous apprendre à voir sa présence dans les tâches quotidienne, la simplicité d’une vie humble, la prière en famille, l’hospitalité de la famille envers ceux qui ont soif de charité.

La Neuvaine :

téléchargeable ou à imprimer en cliquant sur le lien ci-dessous

format Word

neuvaine à ND de Lorette

format PDF

neuvaine à ND de Lorette

Des feuilles seront également disposées à l’entrée de l’église des cordeliers dès jeudi matin.

 

une semaine « Laudato Si »

par Sabine Leroy délégué pastoral de la paroisse des Roches.

 

A l’occasion du 5ème anniversaire de la parution de cette encyclique du pape François, de nombreuses propositions pour la semaine du 16 au 24 mai. Vous les trouverez sur le site : https://laudatosiweek.org/fr/home-fr/

Pour notre paroisse (et tout notre doyenné), nous retenons l’invitation à une vague mondiale de prière le dimanche 24 mai à midi : Retrouvons -nous sur les  parvis de nos églises ( à 10 personnes maxi sinon on fait plusieurs groupes) et prenons le temps de remercier Dieu pour le don qu’il nous fait de la Création. Pour nous guider, vous trouverez une feuille  à imprimer  ci dessous.

Vague de prière Laudato Si

Il y a également le feuillet de prière pour un temps plus long de prière et réflexion.

Temps de réflexion et de prière Laudato SI 2020

Sur le site de la semaine Laudato Si 2020, il y a un lien pour lire l’encyclique, et un autre pour l’écouter ( en podcast ). Cela peut être plus aisé pour certains.

Bonne journée à vous. Sabine

Voici les trois premiers chapitres :

Encyclique Laudato si’ | Chapitre 1 (« Loué sois-tu »)


Encyclique Laudato si’ | Chapitre 2 (« Loué sois-tu »)

Encyclique Laudato si’ | Chapitre 3 (« Loué sois-tu »)

 

Vous pouvez aussi chanter « Laudato si » :

 

 

 

 

 

 

 

Une invitation pour le 01 mai!

Chères amis et paroissiens du doyenné de Lons

 

Le confinement qui nous est imposé permet que chaque jour, pendant une heure, nous puissions sortir afin de faire du sport ou nous dégourdir les jambes. Le 01 mai des laïcs engagés, soutenus par les prêtres du doyenné vous proposent aussi d’en profiter pour aérer votre âme.

Pour cela vous pourriez transformer votre sortie du jour en une « marche des hommes » et « une marche des femmes ».

pourquoi une marche pour les hommes et une pour les femmes? 

Dieu créa l’homme et la femme différents et complémentaires, avec une psychologie propre aux hommes et aux femmes et une foi qui s’exprime et s’interroge de manières différentes…. Cette marche essaie de prendre en compte cette différence. Ces propositions ont été rédigées par des  hommes et des femmes, époux et épouses, pères et mères d’enfants, de grands ado et de jeunes adultes. 

Pour vous aider à vivre ce temps, vous trouverez ci dessous ces propositions à destination des messieurs et des dames. Vous  pouvez les imprimer pour faire cette marche en cliquant sur le lien ci-dessous.

marche des femmes 01 mai 20

marche des hommes 01 mai 20

Pour vivre cette marche en « doyenné » et  nous retrouver unis spirituellement, nous vous proposons, dans la mesure du possible, de ‘marcher et prier » entre 11h00 et midi….

Mais l’essentiel étant de prier et méditer, faites-le à l’heure qui vous convient.

 

Je propose à ceux qui vivent en couple de partager, à leur retour de la marche, ce que ce temps leur aura permis de découvrir et de vivre.

 

Je vous assure de ma proximité et de ma prière pour chacun de vous et avec vous je marcherai le 01 mai !

 

Je vous enverrai dans les jours qui viennent un autre courrier électronique à diffuser largement qui donnera quelques indications pastorales concernant les célébrations reportées et pour organiser en Eglise le déconfinement et la reprise des activités pastorales.

 

Vous souhaitant par avance un 01 mai, marchant et priant !

 

Pour les Laïcs engagés et les prêtres,

 

P. Arnaud +

En la fête de saint Joseph

Méditation du père William GOYARD

Pintakasi: Wonder Worker even in Slumber - The devotion to ...Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

    Jacob engendra Joseph, l’époux de Marie, de laquelle fut engendré Jésus, que l’on appelle Christ. Or, voici comment fut engendré Jésus Christ : Marie, sa mère, avait été accordée en mariage à Joseph ; avant qu’ils aient habité ensemble, elle fut enceinte
par l’action de l’Esprit Saint. Joseph, son époux, qui était un homme juste, et ne voulait pas la dénoncer publiquement, décida de la renvoyer en secret. Comme il avait formé ce projet, voici que l’ange du Seigneur lui apparut en songe et lui dit : « Joseph, fils de David,
ne crains pas de prendre chez toi Marie, ton épouse, puisque l’enfant qui est engendré en elle vient de l’Esprit Saint ; elle enfantera un fils, et tu lui donneras le nom de Jésus
(c’est-à-dire : Le-Seigneur-sauve), car c’est lui qui sauvera son peuple de ses péchés. »     Quand Joseph se réveilla, il fit ce que l’ange du Seigneur lui avait prescrit.

Jour de fête et de joie…

Oui, ce 19 mars est pour toute l’Eglise un jour de fête et de joie car elle célèbre celui qui fût donné pour père terrestre au Christ. Cette solennité de la fête de Saint Joseph aurait dû être célébrée par la communauté rassemblée mais par la force des choses, elle le sera dans le secret du cœur de chacun ou en famille. Nous sommes cependant tous en communion les uns avec les autres et notamment avec la communauté des Petites Sœurs des Pauvres qui fête aujourd’hui son Grand Protecteur.

Malgré les évènements, cette fête doit nous apporter une joie profonde, car celui que nous célébrons a été un père pour le Christ et par conséquent il est aussi un père pour nous. Et nous savons que nous pouvons tous compter sur sa protection paternelle.

Ce qui caractérise Joseph, comme nous l’affirme l’évangile de Saint Matthieu, c’est qu’il était un homme juste. Cette mention renvoie à l’ancien testament, à tous les justes de l’ancienne Alliance, les patriarches et les prophètes, ceux qui étaient des hommes de Dieu. Joseph était un homme juste ; juste au sens biblique, c’est-à-dire un croyant cohérent avec sa foi, un homme disposé par sa sainteté à faire la volonté de Dieu, quel qu’elle soit, un homme juste parce que totalement « ajusté » au vouloir de Dieu. Lorsqu’il apprend que Marie, qui lui était promise en mariage, est enceinte, Joseph est déconcerté, désorienté. Il pressent la bonne foi de Marie mais ne peut pas accepter l’inacceptable. Homme de Dieu, soumis à la Loi du Seigneur dans ce qu’elle a de plus profonde et de plus noble ; Homme de miséricorde, il se décide pour la solution la plus discrète, la plus respectueuse de Marie, la plus proche possible de celle que Dieu lui-même prendrait.

Et Joseph dans son questionnement attend une lumière, un signe de Dieu pour le guider dans sa décision. Il est tout tourné vers le ciel et reste totalement disponible à la volonté du Très-Haut. Et c’est dans son cœur préparé et disponible, que la manifestation discrète de Dieu (dans un songe) a une résonnance non équivoque : Aussitôt Joseph infléchit sa route : il ne craindra plus d’accueillir chez lui Marie, son épouse ; et il va avoir un rôle irremplaçable dans l’avènement du Messie. Grâce à lui, en effet, l’enfant à naître sera légalement rattaché à la lignée de David. Grâce à lui, en Jésus de Nazareth on pourra reconnaître le Christ de Dieu, tel qu’il était annoncé par les prophètes.

Joseph, le Juste, était à l’écoute du Seigneur, il désirait d’un grand désir faire la volonté de Dieu, il voulait suivre sa Loi. La grande force de Joseph est d’avoir su accueillir l’initiative de Dieu, qui s’est manifesté à lui de manière délicate, comme Dieu se manifeste souvent. Il a accueilli la volonté de Dieu en mettant de coté toutes ses considérations personnelles, ses craintes, ses questionnements et ses projets.

Nous aussi nous pouvons être désorientés par les évènements, soucieux, craintifs, inquiets. Joseph nous montre que ce qui compte c’est de mettre toute sa confiance en Dieu et ne rechercher qu’à faire sa volonté. Et cette attitude, qui est celle du juste, n’est jamais stérile car elle permet à Dieu, à travers nous, de réaliser son projet d’amour qui nous dépasse. Alors, nous aussi, essayons de rendre notre cœur prêt et disponible à la manifestation de Dieu comme a su le faire Joseph.

Bonne fête à tous, pleine de paix et de joie profonde.

 

et no’oubliez pas de vous unir « spirituellement » à la communion lors de la messe que vos prêtres célèbres à 11h15 en disant votre acte de communion spirituelle :

Mon Jésus, je crois que vous êtes ici présent dans le Saint-Sacrement. Je vous aime par-dessus tout chose et je désire ardemment vous recevoir dans mon âme. Puisque je ne puis, à cette heure, vous recevoir sacramentellement, venez au moins spirituellement dans mon cœur. Comme si vous y étiez déjà présent, je vous adore et tout entier je m’unis à vous. Ne permettez pas que je me sépare jamais de vous. Jésus, mon bien, mon doux amour, enflammez mon cœur d’amour, afin qu’il brûle toujours d’amour pour vous.

Chérubins, Séraphins qui, adorez Jésus au Saint-Sacrement, nuit et jour, priez pour nous et donnez-nous la sainte bénédiction de Jésus et de Marie.

Au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit. Amen.

 

en ces temps de jeûne eucharistique contraint, redécouvrons la communion spirituelle ou de désir.

PAR LE PÈRE CHRISTIAN PANOUILLOT 

le texte ci-dessous est téléchargeable en cliquant ci :

LA COMMUNION SPIRITUELLE OU DE DESIR

 

Mes chers amis paroissiens

La privation de la Messe dominicale et quotidienne, nous fait soudainement ressentir le manque de l’Eucharistie.

Pour les catholiques, la messe dominicale est l’assemblée sainte qui loue son Seigneur, en ce jour qui lui est consacré. Tout le peuple de baptisés offre à la Trinité Sainte, le Père, le Fils et le Saint les offrandes unies au sacrifice du Christ glorieux.

La Messe est une rencontre avec le Seigneur, et nous recevons en nourriture sa Parole de Vie et son Corps très saint pour entrer dans une communion plus vivante avec Lui. Ainsi notre participation à la Messe est l’actualisation du Sacrifice du Christ, la participation à sa Résurrection et à son Ascension. C’est pourquoi Il nous envoie porter chaque dimanche sa présence à ceux avec lesquels il nous est donné de vivre.

Non, la Messe n’est ni une option parmi d’autres, ni un repas entre chrétiens convaincus, elle est une communion d’amour avec le Seigneur Jésus dans sa Parole, et l’offrande de lui-même à son Père. C’est Lui, le Père qui nous rend frères et sœurs.

Lors de la communion sacramentelle, nous communions réellement à cette réalité dans la dynamisme de la vie Eternelle. Ainsi la Messe est vivante pour le chrétien qui entre dans le mystère qui est célébré. Les chants ou ce qui vient se greffer à la liturgie ne sont là que pour nous aider à entrer dans cette offrande d’amour. La danse aide le danseur et le porte parfois dans l’exécution de son mouvement. Il sait cependant que si la musique venait à s’arrêter, il lui faudrait continuer sa chorégraphie parce qu’il habite le mouvement de l’intérieur. Il en est ainsi de notre participation à l’Eucharistie.

Suivre la Messe dans son missel, ou sur les ondes c’est participer à l’Eucharistie pour la sanctification du dimanche ainsi que les jours d’obligation.

Qu’en est-il alors de la communion ?

Monseigneur Aupetit la rappelait dimanche soir lors de la messe télévisée, puisque la communion sacramentelle est pour l’instant suspendue.

« Pour saint Thomas d’Aquin (Somme théologique, III, q.80, a.1) il y a deux manières de recevoir l’Eucharistie: l’une sacramentelle par laquelle on reçoit le sacrement et ses effets (si on est en état de les recevoir: en état de grâce), et l’autre spirituelle par laquelle on reçoit l’effet du sacrement qui consiste à être spirituellement uni au Christ. Dans ce dernier cas, c’est le désir de recevoir les fruits de ce sacrement par un amour ardent, une foi vive, un esprit d’humilité (la conscience de ses fautes qui nous ont mis dans cette

nécessité) et d’Espérance, qui nous unit spirituellement au Christ présent dans la sainte Eucharistie.

C’est bien ce qui se passe dans le baptême de désir d’une personne suffisamment consciente qui donne les fruits du baptême sans recevoir le sacrement (Catéchisme de l’Eglise Catholique, n°1258). Le désir de ces sacrements – précise St Thomas d’Aquin- « vient de la foi qui opère par l’amour, et par cette foi, Dieu, dont la puissance n’est pas liée aux sacrements visibles, sanctifie l’homme intérieurement » (III, q.68, a.2). » abbé Laffargue.

Ce qui est profitable dans la communion appelée spirituelle ou de désir, c’est précisément le désir qui émane du coeur du croyant d’être uni à son Seigneur . Cette démarche porte les mêmes fruits que la communion sacramentelle, car nous nous laissons habiter par le Seigneur tout entier.

On y ajoutera ce que disent sur la communion spirituelle le Pape saint Pie X dans son Catéchisme (III, ch.5 §2), le Vénérable Pape Pie XII dans l’encyclique sur la liturgie Mediator Dei (2ème partie, III) et le Pape saint Jean-Paul II dans son encyclique sur l’Eucharistie (n°34).

Sainte Thérèse d’Avila la recommande dans Le chemin de la Perfection (ch.37): « Vous imprimerez ainsi en vous un amour profond pour notre Seigneur » et saint Jean-Marie Vianney, le curé d’Ars: « Si nous sommes privés de la communion sacramentelle, remplaçons-la, au moins autant qu’il se peut, par la communion spirituelle. C’est celle que nous pouvons faire à chaque instant; car nous devons toujours être dans un désir brûlant de recevoir la Bon Dieu. La communion spirituelle fait à l’âme comme un coup de soufflet au feu qui commence à s’éteindre, mais où il y a encore beaucoup de braise: on souffle et le brasier se rallume.  » (sermons)

L’Imitation de Jésus-Christ (L. IV, ch.10, n°6) affirme aussi que « Tout fidèle peut aussi communier en esprit tous les jours, à toute heure, avec beaucoup de fruit. Il se nourrit invisiblement de Jésus-Christ celui qui médite avec piété les mystères de l’Incarnation et de la Passion et qu’il s’enflamme en son amour »

« Donne-nous aujourd’hui notre pain de ce jour…! » (Luc 11, 3)

Dans la communion spirituelle il me semble important de relever trois piliers qui nous aide à faire cette démarche :

croire en la présence réelle « Celui qui mange ma chair et bois mon sang a la vie éternelle   moi je demeure en lui »(Jean 6,56)

Croire que l’Eucharistie est un sacrement qui contient réellement et substantiellement le corps, le sang, l’âme et la divinité de Jésus Christ sous les apparences du pain et du vin »( catéchisme).

désirer recevoir Jésus Eucharistie

Quand je communie , je dois avoir le désir que Jésus vienne habiter mon âme comme Zaché « c’est chez toi que je veux demeurer »(Luc 19,5) et le recevoir dans les mêmes dispositions, c’est à dire avec joie.

Notre recueillement est un témoignage de notre foi en Jésus. Souvenez vous comme Jésus est touché par la foi du Centurion « je ne suis pas digne que tu entres sous mon toit mais dis seulement une parole et mon serviteur sera guéri »(Luc 7, 1-10), la femme hémorroïsse, « Ta foi t’a sauvée » (Luc 8,45) rappelez vous combien notre Seigneur est touché par la foi de certaines personnes dans l’Evangile. Sera t’il touché par la nôtre ?

Remercier, action de grâce

Comme le lépreux qui vient dire merci de la grâce qui lui a été faite,(Luc 17, 11-19) Cette action de grâce s’exprime par le recueillement, goûter ce coeur à coeur avec le Seigneur, qui nous entraine dans la communion Trinitaire. L’expression de notre recueillement est un témoignage de notre foi. Cette demande de Jésus « M’aimes-tu plus que ceux-ci ?»(Jean 21,15) vient frapper aussi à la porte de notre coeur.

Une parente me disait qu’une femme qui s’était convertie sur le tard de sa vie et qui participait à la messe du dimanche revenait de la table de communion les bras croisés et la paix sur le visage. C’était pour elle touchant de la voir communier. Communier avec foi est un témoignage pour les autres.

La communion spirituelle nous aide à recevoir la communion sacramentelle avec plus de ferveur et d’intériorité.

Dans l’Exhortation apostolique post-synodale Sacramentum caritatis du 22 février 2007, le Pape BENOÎT XVI demande de veiller à ce que l’ affirmation, que la pleine participation à l’Eucharistie se réalise quand on s’approche de l’autel pour recevoir la Communion, n’introduise pas parmi les fidèles un certain automatisme, comme si par le seul fait de se trouver dans une église durant la liturgie donnait le droit ou peut-être même le devoir de s’approcher de la Table eucharistique.

Il précise ensuite: Quand il n’est pas possible de s’approcher de la communion sacramentelle, la participation à la Messe demeure cependant nécessaire, valable, significative et fructueuse. Dans ces circonstances, il est bon de cultiver le désir de la pleine union avec le Christ, par exemple par la pratique de la communion

spirituelle, rappelée par Jean-Paul II (Enc. Ecclesia de Eucharistia, 17 avril 2003, n°34).

Ce temps d’absence de communion eucharistique soit pour chacun une prise de conscience de notre façon de communier, de la dignité que nous avons vis à vis du Corps très saint du Seigneur, de notre foi, de notre joie à le recevoir jusqu’à son retour glorieux. « Viens Seigneur Jésus » (Apocalypse 22,20) .

Père Christian

 

Vous ne pouvez pas  recevoir la Communion Sacramentelle !

Recevez cette Communion Spirituelle !  plusieurs fois par jour !

 

ACTE POUR LA COMMUNION SPIRITUELLE

Mon Jésus, je crois que vous êtes ici présent dans le Saint-Sacrement.

Je vous aime par-dessus tout chose et je désire ardemment vous recevoir dans mon âme. Puisque je ne puis, à cette heure, vous recevoir sacramentellement, venez au moins spirituellement dans mon cœur.

Comme si vous y étiez déjà présent, je vous adore et tout entier je m’unis à vous. Ne permettez pas que je me sépare jamais de vous.

Jésus, mon bien, mon doux amour, enflammez mon cœur d’amour, afin qu’il brûle toujours d’amour pour vous.

Chérubins, Séraphins qui, adorez Jésus au Saint-Sacrement, nuit et jour, priez pour nous et donnez-nous la sainte bénédiction de Jésus et de Marie.

Au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit. Amen.