réception et bénédiction des vitraux de la vieille église de Perrigny

Perrigny a deux églises, toutes deux dédiées à Saint Jean-Baptiste. L’une est nouvelle et au coeur du village, l’autre est ancienne et dans le haut du village à côté du cimetière. C’est dans cette dernière que tous les vitraux ont été refait par Philippe Tatre grâce à la générosité de tous (Etat, Commune, DRAC, Paroisse, etc.) De nombreux habitants sont venus ainsi que des personnalités : madame Maugain, maire de Perrigny, madame Brulebois députée, madame Vermeillet , sénatrice et Mgr Garin évêque de Saint-Claude.

RETOUR SUR L’EVENEMENT

après le discours de madame le maire,

le père Arnaud a donné le sens des vitraux (texte ci-dessus)

« Les vitraux sont pour un édifice religieux les ouvertures par lesquelles la lumière du jour et la vie du monde peuvent pénétrer à l’intérieur. Inversement, les vitraux font des brèches dans les murs épais de nos églises, et par eux sortent au dehors les prières et les chants de supplication et de louange repris en chœur par des croyants rassemblés. Par sa conception, le vitrail délivre déjà un message à qui s’arrête devant lui pour le contempler. En effet, un vitrail fait d’éléments divers associés et solidarisés est une invitation faite aux croyants à faire communauté, à s’appuyer les uns sur les autres pour vivre leur mission de témoins du Christ ? Membres distincts, ils deviennent le Christ quand ils vivent unis tout en étant différents, à l’image de ces éléments que le vitrailliste assemble pour créer son œuvre de lumière et de couleurs »(père Lucien Marguet 01 sept 2014) . Car celles-ci ont bien sûr un sens :

Le bleu rappelle l’eau, celle du baptême de Jean le Baptiste et celle qui coula du côté ouvert du Christ, Le rouge rappelle le sang des martyrs tel celui de saint Sébastien de même le jaune ou le vert, selon leur place et leur intensité, offrent des enseignements distincts et pourtant convergents. Ainsi je vous propose de nous arrêter spécialement sur trois des œuvres de Mr Tatre :

les vitraux du Chœur peuvent avoir une double signification :

  1. à gauche on y voit l’onde de la parole de Dieu le Christ se faisant chair et descendant sur terre, puis à droite une fois qu’il a purifié l’humanité et lié le ciel et la terre, il s’en retourne, l’onde alors monte vers le ciel, emmenant avec lui notre humanité purifiée.
  2. ces deux vitraux du chœurs peuvent aussi signifier le cheminement du baptisé :  descendu dans les eaux du baptême pour être purifié et sanctifié (vitrail de gauche) par la vie du Christ (symbolisée par la lumière blanche en bas des vitraux), il fait le choix de suivre Jésus durant tout sa vie terrestre. Et au jour de sa mort il est emporté vers la gloire de Dieu (vitrail de droite)

le vitrail de la chapelle de saint Sébastien

par les formes en flèches et la couleur rouge rappelle le martyr de saint Sébastien condamné par l’empereur Dioclétien à mourir percé de flèches.

Cependant c’est toujours la lumière le traversant qui permet de saisir tout le message d’un vitrail, toute sa beauté, tout son appel à voir le monde autrement. C’est une belle métaphore pour nous parler de notre vie intérieure, qui illuminée par le Christ qui est la vraie Lumière, devient reflet de la beauté et de la bonté de la création voulues par Dieu.

Espérons que chacun de ceux qui visiteront cette église et contempleront ces vitraux, en ressortira avec un regard un peu changé sur le monde et les hommes, un regard plus pétri de bonté et de joie capable de déceler dans tous les visages qu’il croisera l’éclat de la lumière divine.

puis Mgr Garin a béni ceux-ci

s’en est suivi un verre de l’amitié offert à la salle des fêtes par la mairie

puis la messe dans la vieille église

rencontre des animateurs de l’annonce de la foi de la paroisse Saint-Désiré

le mercredi 23 juin en soirée, les catéchistes, les animateurs de 6° et 5°, les aumoniers de 4° et 3° ainsi que l’équipe de préparation à la confirmation se sont retrouvés pour faire le bilan d’une année bien mouvementée.

tous étaient heureux de se revoir et d’ouvrir des perspectives plus réjouissantes pour la rentrée.

chacun peut déjà ouvrir son agenda et y noter les premières dates :

  • inscription catéchèse tous niveaux

mercredi 8 septembre 13h30 -19h à St Luc et  samedi 11 septembre  13h30 -19h St Luc

  • messe de rentrée pour tous dimanche 26 septembre aux Cordeliers
  • 1ere communion dimanche 19 juin 2022 aux Cordeliers ( retraite de préparation le samedi 28 mai) célébration du premier pardon le samedi 18 juin 10h-12h et répétition le même jour de 13h30 à 15h00

Un groupe de prière des mères voit le jour dans notre doyenné!

PRIERE DES MERES   

Gardez-moi un coeur d’enfant | Paroisse du Sacre Coeur de ...

« PRIER D’UN SEUL CŒUR POUR NOS ENFANTS »

Ce rendez-vous est proposé une fois par semaine aux mamans désireuses de confier leurs enfants, petits-enfants et tous les enfants de la terre entre les mains du Seigneur.

S’unir pour prier d’une seule voix et d’un seul cœur vers le Père,

Rendre grâce à Dieu pour la confiance qu’il nous fait en déposant ses enfants entre nos mains et pour le don de la maternité,

S’abandonner à la toute-puissance de Dieu, qui seul peut tout changer,

Prier avec Marie, Mère entre toutes, bienheureuse et miséricordieuse,

D’une durée d’environ une heure, la prière de mères s’appuie sur un petit livret de prières et est ponctuée, de chants de louange, d’une lecture d’un texte de l’Evangile et de temps de silence. Elle se termine en déposant dans un petit panier placé auprès de Jésus, des petits ronds de papier où sont inscrits les noms des enfants.

Pour venir prier avec nous contacter :

Aude Dufay                                     Christine Cognard

06.71.92.34.89                              06.20.30.57.00

Premier rendez-vous pour se rencontrer et présenter la prière des Mères

 Lundi 7 juin 2021 à 9 H  à la Chapelle des Cordeliers à Lons le Saunier

6 jeunes et trois adultes de notre doyenné ont été confirmé ce 25 avril.

ce fut une très belle et priante célébration que celle des Confirmations ce dimanche 25 avril aux Cordeliers. 6 jeunes : Anaé, Anaïs, Hélène, Keyran, Laura et Nathan ainsi que trois adultes : Dorothée, Isabelle et Julie ont reçu des mains de monseigneur Garin le sacrement de la Confirmation. La veille ils avaient pu rencontrer l’évêque qui est longuement revenu sur le contenu des lettres qu’ils lui avaient adressées.

Retour en image sur un temps fort en émotion où chacun a reçu l’Esprit Saint le don de Dieu pour pouvoir, comme tout chrétien accompli, marcher sur trois pates : le Baptême, l’Eucharistie et la Confirmation.

tout était prêts pour que la fête fut belle : musiciens, animateurs de chant, servants d’autel, mobilier liturgique, fleurs, etc.

comme chaque dimanche la procession s’élance du fond de l’église alors que l’on chantait « jubilez criez de joie! ». Dans la procession se trouvaient en plus des servants et des prêtes, les confirmands et leurs animateurs, l’une portant d’ailleurs le Saint-Chrême pour l’occasion.

Chacun est à sa place, puis et appelé par son prénom et monte au choeur en répondant « me voici ».

c’est le temps de la demande de pardon et de la liturgie de la Parole…. animée par les confirmands et leurs animateurs Mgr Garin est parti de la première lecture pour parler de la confirmation, on y a lu « Pierre tout rempli de l’Esprit Saint…. ».

C’est le temps de célébrer la Confirmation, d’abord en invoquant l’Esprit Saint, le priant de descendre sur les confirmands…

chacun vient près de l’évêque, présenté par son parrain et sa marraine afin de recevoir l’onction avec le Saint Chrême. Pendant ce geste les confirmés entendaient chanter les paroles « sois marqué de l’Esprit Saint le don de Dieu, sois marque de l’Esprit-Saint l’Esprit de Feu…. »

Anaé

Anaïs

Hélène

Keyran

Laura

Nathan

Dorothée

Isabelle

Julie

puis ce fut, après la prière universelle, le temps de la célébration de l’Eucharistie qui a commencé par la procession des offrandes par certains des nouveaux confirmés ils étaient accompagnés par un air de musique joué par les autres confirmés

ont suivi la consécration et la communion

au terme de la messe Mgr Garin a distribué le Youcat (le catéchisme de l’église catholique à destination des jeunes) à chacun des confirmé qui a reçu des animateur l’écharpe rouge symbole de l’Esprit Saint qu’ils ont désormais revêtu.

tous se sont ensuite retrouvés sur les marches du Chœur pour la photo souvenir…. avec et sans masque!

et c’est dans la joie que nous nous sommes quittés, envoyés partager la foi au monde sur la chanson « oh happy day » interprétée par Laura et Anaé tout juste confirmées.

merci à tous ceux et celles qui ont permis de vivre cette si belle célébration.

Des nouvelles des Coteaux de Seille

Les enfants de la catéchèse des paroisses saint Martine des Vignes et des Coteaux de Seilles se sont retrouvés le samedi 10 avril à l’église de Voiteur pour parler de Pâques…. Ils ont parlé de ce qui est arrivé après la mort de Jésus ; surtout le matin de la résurrection et le soir en partageant autour du récit des pèlerins d’Emmaus ! L’échange avec le père William fut riche et instructif.

Le dimanche 11 mars des musiciens de l’Harmonie musicale de Voiteur étaient présents dans le chœur de l’église et dans l’assemblée car une messe était dite en mémoire des défunts de l’harmonie et particulièrement pour Rene Lorang, ancien chef de chœur, Pierre Spandior organiste et gilles Roy soliste. Pour leur rendre hommage trois morceaux ont été joué par Alexandra, Pascal, François et Michel durant l’office présidé par le père Daubigney.

retour sur la halte spirituelle paroissiale

par Geneviève Boyer

Samedi saint 2021. A l’espace St Dé, à l’invitation du doyenné de  vivre l’expérience d’un temps spirituel pour mieux se préparer à accueillir la nouveauté de la Résurrection, un groupe s’est réuni le matin (15 personnes), et un autre groupe l’après-midi (12 personnes). Cette halte a été vécue dans une ambiance recueillie et fraternelle avec une alternance de contemplation de l’icône de la descente aux enfers, d’écoute de la Parole, de quelques chants et partages sobres et d’une descente lente, progressive et bienfaisante dans le silence de la prière.

Merci aux sœurs de l’Alliance, et plus particulièrement à sr Marie-Patrick pour leur accueil chaleureux.

l’animation – prédication de Geneviève Boyer a été fort appréciée par les participants, comme le reflète les témoignages ci-dessous.

Des échos de quelques participants à la halte spirituelle du samedi Saint

Invités à une halte spirituelle de trois heures, on se dit que cela va sembler long… Mais non… C’est tout le contraire !

Au travers de chants accompagnés à la guitare, de contemplation d’une icône, de partage dans l’écoute, de silence et de prière, on descend dans les profondeurs de son âme où Dieu nous parle. Il m’a parlé, en tout cas. Merci ! (AR)

Cet après-midi de samedi Saint passé à réfléchir en silence sur notre relation intime avec Jésus a été une façon de prier différente et enrichissante. La réflexion et la méditation sur l’icône représentant la descente aux enfers m’ont fait découvrir ce grand bouleversement  et cette libération attendus depuis toujours. C’est une bonne expérience et une bonne préparation pour fêter le Christ  Ressuscité ! (YN)

Halte spirituelle. Temps de silence. Temps de prière. Moi qui ne m’arrête jamais… Je me suis emparée du temps que le doyenné et Geneviève nous offraient. Temps de Silence, cela ne me semblait pas accessible… et cela a été facile. Je ne sais pas prier, j’ai juste essayé de trouver Sa Présence essentielle. Merci pour Cet ESSENTIEL. (HGL)

Cette matinée du samedi saint a été pour moi forte, pleine de joie. Ce fut un beau moment de partage, un magnifique temps de prière. Jésus, qui est au centre de l’icône, nous rassemble. Il représente beaucoup pour moi. Je sais que si un jour je ne suis pas bien, Jésus sera avec moi, devant moi. Je lui tendrai ma main et il me relèvera. (EK)

Ce samedi saint, belle halte spirituelle qui m’a permis de découvrir de nouveaux signes de la présence du Seigneur, par la gestuelle, l’iconographie, les temps de louange… Puis la méditation par les passages de textes bibliques proposés, les temps de silence, dans un climat de confiance, permettent de vivre ce que le Seigneur a vécu et de tendre la main vers Jésus pour me relever. (MC)

Je ne pensais pas que l’on pouvait tirer autant de choses d’une icône !

Le silence, la prière intériorisée, les chants courts et méditatifs, les passages bibliques proposés m’ont vraiment aidée à être profondément en présence du Seigneur. Ce temps a été pour moi un apprentissage de la méditation car ce n’est pas toujours évident d’aller aussi loin quand on médite seule. (NB)

L’icône a nourri notre méditation et nous a révélé l’Amour de Jésus, bien vivant ! Il nous invite à nous laisser prendre par la main pour nous sortir de nos enfers. Bonne préparation à Pâques pour mieux accueillir Jésus et nous laisser renouveler dans notre vie de tous les jours. (MTP)

Avec l’icône, nous découvrons Jésus ressuscité avec les yeux du cœur. Les passages bibliques m’ont aidée à prier. (AM)

Merci, Seigneur, de nous avoir permis d’expérimenter et de « goûter » à Ta Présence, présence possible, libérante et fortifiante. Cette icône, connue, mais tellement riche, est maintenant encadrée et exposée en bonne place chez moi. Des Paroles qui m’ont rejoint ? « Moi, je marcherai devant toi » Is 45,2, « Ne crains pas » Is 43, 1,  « Je suis » Ex 3, 14 (MB)

La halte spirituelle du samedi Saint m’a permis de discerner un désir profond que j’ai pu mettre au jour en l’exprimant dans  ma prière à Jésus.(MFL)

Cette halte spirituelle m’a assurée que, grâce à Jésus qui nous tient et nous soutient, nous ressuscitons un peu plus. Nous avons la clé ! (CF)

Je n’avais jamais prié aussi longtemps dans le silence ! En ces moments difficiles, cette halte spirituelle m’a donné plus de force de vivre ma foi et beaucoup d’espérance en comptant sur le Seigneur ressuscité qui est toujours là pour venir nous aider. (GC)

Cette halte spirituelle  m’a plongée dans une réalité : Oui le Christ est ressuscité !  Mais c’est chacun de nous que Dieu ressuscite aussi, qu’il  appelle. II attend de nous de prendre conscience de son attente, et finalement de  participer allègrement à cette résurrection! A la lecture d’une icône sur la résurrection, accompagnée de  chant, lecture de la Parole, le silence se fait et nous emmène dans notre intérieur : Il nous interpelle par l’écoute de cette icône, l’écoute de soi, des autres, de l’Esprit présent au milieu de nous ; nous entrons dans la prière… Laissons tout , Allons vers Lui, c’est Lui qui nous enverra vers ceux qui ont besoin de nous. (MBR)

ET SI A VOTRE TOUR VOUS ESSAYIEZ la lecture d’icône?

ANASTASIS

Cette icône a été écrite en 2018 par un diacre belge iconographe, Jacques Bihin. Elle s’inspire de l’école byzantine du 16ième siècle. Le tableau s’intitule « Anastasis », nom grec qui signifie l’action de relever, donc, Résurrection. Ce tableau est aussi appelé « La descente aux enfers ».  Le samedi saint, Jésus, lui qui est dans un tombeau scellé, descend au séjour des morts pour libérer ceux qui y étaient enchaînés. Il va éveiller à la vie ceux qui étaient endormis dans la mort.

Cf Credo : « Je crois en Jésus -Christ…  qui est mort et a été enseveli, est descendu aux enfers ; le troisième jour est ressuscité des morts… »

Enfers (au pluriel – Hadès dans la mythologie grecque – Shéol en hébreu) est le séjour des morts qui attendent la résurrection, alors que « enfer » (au singulier) signifie lieu de séparation de Dieu par refus de son amour, de sa miséricorde.

Au centre de l’icône, Jésus (les lettres IC XC, à gauche de Jésus, sont les initiales de Jésus Christ). Dans la croix rouge de l’auréole que porte Jésus, les lettres OWN, qui signifient le nom de Dieu, ce nom révélé à Moïse au buisson ardent : « JE SUIS celui qui est». Jésus est dans une mandorle bleue, en forme d’amande, qui symbolise la gloire, la divinité de Jésus qui est, ici, hors du temps et de l’espace.

Jésus se tient sur les portes des enfers qui ont été brisées.

Sur la gauche de l’icône, Adam sortant du tombeau. Au-dessus d’Adam, deux rois d’Israël, David et son fils Salomon, dont les psaumes ont annoncé la résurrection. En haut, deux prophètes : Daniel, qui est sorti vivant de la fosse aux lions et a écrit le cantique des trois enfants que nous chantons à Pâques, et Jean le Baptiste, prophète qui fait le lien entre l’Ancien et le Nouveau Testament, le précurseur qui désigne l’Agneau de Dieu.

Sur la droite de l’icône, Eve. Au-dessus d’Eve, le prophète  Moïse, celui qui conduisit le peuple de Dieu à travers le désert pour fuir l’esclavage et aller vers la terre promise. Il tient les tables de la loi. Au-dessus de Moïse, le fils cadet d’Adam et Eve, Abel, le berger, qui fut tué par son frère jaloux, Caïn. En haut, deux saintes femmes, Sarah, femme d’Abraham, le père des croyants, le père d’une multitude de nations, et Ruth, une ancêtre du roi David, une étrangère qui fut intégrée dans le peuple juif et fut toute tendresse.

•             Invitation à la contemplation de l’icône, à la prière

Me préparer intérieurement à ce temps de prière.

Regarder d’abord les couleurs, formes, lignes, courbes, les objets, les personnages, leurs places et leurs volumes les uns par rapport aux autres… Simplement regarder, les grands ensemble comme les plus petits détails.

Puis repérer ce qui, parmi ce que j’ai observé, retient plus particulièrement mon attention.

Rechercher les complémentarités, oppositions, attitudes, mouvements, dynamiques…

Prendre le temps de me laisser regarder par cette icône. Qu’est-ce qui me rejoint en ce temps pascal ?

Une parole ou une scène biblique monte-t-elle spontanément en moi ?

Qu’est ce que cette icône me dit de Dieu, de Jésus ? Qu’est-ce que cela m’apprend de la relation de Jésus aux hommes et aux femmes ? Et de ma relation personnelle à Jésus et aux autres dans le quotidien de ma vie ?

Qu’est-ce qui monte en moi comme prière (louange, action de grâce, demande, intercession) ? J’en parle avec Jésus, comme un ami parle avec son ami. Terminer par un Notre Père.

un samedi studieux pour les futurs mariés

le samedi 27 mars à la chapelle saint-Luc à Lons, les couples qui se marieront cette année ou l’an prochain, selon les contraintes sanitaires, se sont retrouvés pour une demi-journée de travail autour du livret de préparation au mariage. Covid oblige, ne pouvant les recevoir tous en même temps et sur une journée, le CPM (centre de préparation au mariage) a décidé d’envoyer à chaque couple le livret pour qu’il puisse le potasser à la maison. ET ce furent 17 couples qui, soit le matin, soit l’après-midi, ont pu échanger sur les 4 piliers du mariage que sont la Liberté, l’Indissolubilité, La Fidélité et la Fécondité avec des couples animateurs. Ils ont aussi pris de temps de découvrir ce qu’était le sacrement de mariage et la mission que le Seigneur Dieu attribue à ceux qui s’unissent devant Lui et font alliance dans la foi avec Lui.

une belle journée, riche en échanges et témoignages! Merci aux trois couples animateurs du CPM : Patoue et JAcky; Emilie et Remy; Florence et Damien.

d’abord on se présente (chaque conjoint présente son (sa) futur(e) : les animateurs donnent l’exemple!

relecture et échange autour du livret

le samedi c’est la foi dans tous ses états!

Ce samedi 27 mars fut une journée sacrement occupée pour les plus jeunes de nos paroissiens. Dès le début de matinée ce sont les collégiens qui découvraient la Semaine Sainte et son déroulement à l’église st Désiré. En fin de matinée ils ont rejoint, les plus jeunes, qui célèbreront leur première communion le 13 juin prochain, pour une célébration pénitentielle. En effet en ce temps de carême, et en cette journée du pardon, ils étaient invités avec leurs parents à faire un peu d’introspection, à relire la place qu’ils laissent dans leur vie au mal et au péché. Grâce aux pères William et Jean ceux qui le désiraient ont reçu le sacrement de la réconciliation. La joie d’être pardonné a permis à de nombreux jeunes de comprendre de quel amour ils étaient aimés par Dieu et pour les plus jeunes à vivre leur premier pardon, étape importante en vue de leur Première Communion.

les plus petits étaient également de la fête pour un grand temps d’éveil à la foi à l’église saint Désiré.

retraite des confirmands au Carmel de Saint-Maur

le 25 avril prochain, 8 jeunes et 3 adultes recevront le sacrement de la confirmation des mains de Mgr Garin. Pour achever leur préparation ils se sont retrouvés avec leurs animateurs au carmel de Saint-Maur pour une journée de louange, de prière avec les Carmélites, d’échange et de méditation autour du thème de la souffrance et du pardon (le matin) qui s’est achevé par une célébration du sacrement de la réconciliation . L’après-Midi, pendant que les jeunes rédigeaient leur lettre à Monseigneur Garin pour se présenter et dire pourquoi ils demandent le sacrement de la Confirmation, les adultes faisaient une Marche méditative jusqu’à la Vierge de Saint-Maur. En fin de journée les deux groupes se sont retrouvés pour préparer la liturgie de la messe de leur confirmation.

une belle journée ensoleillée appréciée par tous!

à l’arrivée : un réveil en louange!

travail en groupe autour du thème de la souffrance et du pardon : les jeunes en partageant sur le chapitre 3 de la Genèse et les adultes autour du témoignage de Tim Guénard.

après un enseignement du père William sur le sacrement de la réconciliation, tous ceux qui le désiraient ont pu se confesser

Après l’office de prière avec les soeurs, vînt le temps du repas et du repos avant un après-midi encore bien chargé!

Balade méditative pour les adultes, rédaction des lettres à l’évêque pour les jeunes :

la seconde partie de l’après-midi fut consacrée à une présentation du sacrement de la Confirmation et au déroulement de la célébration par le père Arnaud

enfin, répartis en groupes adultes et jeunes ont préparé la liturgie de ce grand jour de fête à venir pour eux.

une belle journée, que chacun soit remercié pour sa participation active!

Nos confirmands à Poligny

ce dimanche 14 mars, le groupe des confirmands qui recevront le sacrement le 17 octobre prochain, s’est retrouvé à la maison du diocèse à Poligny pour la journée. Le thème de la journée était celui de la souffrance, du péché, du pardon et du salut. Il fallait bien une journée entière pour aborder des sujets aussi sérieux. Après une matinée centrée du les récits de l’aveugle né et du péché originel, les jeunes sont partis (pour la plupart) à la découverte des soeurs Clarisses.

après une visite de la chapelle organisée au pied levé par une soeur, nous sommes revenus à la maison diocésaine pour le repas. Pas beaucoup de temps pour se reposer.

Après avoir ensemble réfléchi sous forme de brain storming à tous les mots que nous associions à la souffrance…

…. nous avons poursuivi nos échanges avec le témoignage de Maïti Girtanner, résistante pendant la seconde guerre mondiale et qui pardonna à son bourreau nazi qui l’avait torturée dans les camps. Un grand moment d’émotion et de profond respect face à l’obstination de cette femme à ne pas entrer dans la spirale de la haine et de la rancune.

Nous avons terminé cette journée en célébrant Celui qui est la miséricorde et la vie dans l’Eucharistie. tout heureux d’entendre les textes de la liturgie de ce dimanche qui faisaient si bien écho à nos questionnement de la journée.

Merci à Anne et Philippe les animateurs pour leur disponibilité, aux jeunes pour la qualité de leur écoute et de leur participation, aux soeurs du Saint-Esprit pour leur accueil!