PÈLERINAGE DU DIOCÈSE A SAINT CLAUDE

PÈLERINAGE DE  SAINT-CLAUDE

le 10 juin 2018 

Le matin, à 8h00,  est prévue  une marche avec temps de prière, du terrain de pétanque de la Verne (adresse GPS- 21ou 31 rue de la Verne, Villard Saint Sauveur), jusqu’à la Cathédrale, soit 7 km. Vous avez la possibilité de n’en faire qu’une partie (terrain de pétanque de La Verne, Eglise de Villard Saint Sauveur)

Au départ, il vous sera remis un livret de prières et de chants. Si besoin, des covoiturages seront à envisager avec le responsable (Pierre Fontaine- 0384422790 et le portable 0623162010 uniquement pour le jour même), ainsi que la récupération des véhicules laissées sur les différents points de départ.

Pour ceux qui ne marchent pas :

9h00 – prières des Laudes à l’église de Villard Saint-Sauveur

9h30-10H30- Adoration et confessions à la Cathédrale

 

10h45- procession des reliques de Saint Claude

11h00- Messe à la Cathédrale présidée  par Monseigneur JORDY

 

12h00– repas  tiré du sac au presbytère de la Cathédrale de Saint-Claude

14h00- conférence de notre évêque, Monseigneur Vincent JORDY

16h00- Vêpres

 

16h30- verre de l’amitié

INVITATION

Lundi 28 Mai 2018

A l’occasion du passage des reliques de Sainte Elisabeth de la Trinité

Les Carmélites vous invitent à venir découvrir et à prier cette jeune Sainte, entrée au Carmel de Dijon à 21 ans où elle meurt le 9 Novembre 1906 à l’âge de 26 ans, canonisée à Rome de 16 Octobre 2016 par le Pape François.

 

La nouvelle châsse de la Sainte va commencer son tour du monde au Carmel de Saint-Maur !

9h00 : Accueil des reliques

Présentation de Sainte Elisabeth de la Trinité et de sa châsse par le Père Antonio Sangalli, Carme.

 10h30 : Eucharistie festive

Suivie de la vénération  des reliques

 12h : Office du Milieu du jour.

 14h00 : Départ des reliques.

Célébration diocésaine de la confirmation

1450 places assises étaient prévues dans l’église des Cordeliers ainsi que dans un Barnum monté pour l’occasion sur le parvis de la médiathèque.  Peu sont restées vacantes pour un événement unique dans l’histoire de notre Eglise diocésaine. En effet pour la première fois l’ensemble des jeunes et adultes qui reçoivent habituellement le sacrement de la confirmation des mains de l’évêque dans leur doyenné, l’ont reçu tous ensemble lors d’une unique célébration des mains de l’évêque et de 6 prêtres (les deux vicaires généraux, les 2 vicaires épiscopaux et 2 chanoines du chapitre). Cette célébration  rassemblaient l’Eglise diocésaine sous les voûtes séculaires des Cordeliers.

le Vent de l’Esprit Saint soufflait fort sur les plus de 150 confirmands. Beaucoup de joie, de recueillement et d’émotion se lisaient sur le visage et dans le regard des confirmands et de leur parrain ou marraine. On a vu des jeunes « parrainer » l’un de leurs parents, des grands-parents et des parents accompagnés leur enfant ou petit-enfant. En tout cas à la sortie que des visages illuminés par la bonne joie que déploie l’Esprit Saint, dans une âme ouverte à son action.

Notre Eglise diocésaine se révélait une fois encore belle, jeune, joyeuse, prête à témoigner de la joie de croire, heureuse d’être disciple et missionnaire dans notre beau Jura!

Merci à Damien BERTRAND pour ses photos, d’autres suivront!

la célébration des préparatifs jusqu’à l’invocation de l’Esprit Saint.

IMG_4848IMG_4858IMG_4863IMG_4869IMG_4874IMG_4876IMG_4877IMG_4890IMG_4891IMG_4894IMG_4896IMG_4897IMG_4899IMG_4913IMG_4914IMG_4915

Le temps de la Chrismation….

pour les gens de tout le diocèse…

et pour les membres de notre Doyenné…

IMG_5050IMG_5049IMG_5045IMG_5041IMG_5038IMG_5027IMG_5020IMG_5015IMG_5009

La célébration finissant, tous sont partis en procession, la joie illuminait leur visage! Voyez plutôt….

homélie de la messe de Pentecôte

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Quand viendra le Défenseur, que je vous enverrai d’auprès du Père, lui, l’Esprit de vérité qui procède du Père, il rendra témoignage en ma faveur. Et vous aussi, vous allez rendre témoignage, car vous êtes avec moi depuis le commencement.

J’ai encore beaucoup de choses à vous dire, mais pour l’instant vous ne pouvez pas les porter. Quand il viendra, lui, l’Esprit de vérité, il vous conduira dans la vérité tout entière. En effet, ce qu’il dira ne viendra pas de lui-même : mais ce qu’il aura entendu, il le dira ; et ce qui va venir, il vous le fera connaître. Lui me glorifiera, car il recevra ce qui vient de moi pour vous le faire connaître. Tout ce que possède le Père est à moi ; voilà pourquoi je vous ai dit : L’Esprit reçoit ce qui vient de moi pour vous le faire connaître. »

Voilà cinquante jours nous fêtions la Pâques du Christ, c’est-à-dire la victoire de Jésus sur la mort qui transforme notre mort en passage vers la vie. Il y a dix jours nous fêtions l’Ascension du Christ, c’est-à-dire le retour de Jésus auprès de Dieu son Père. Jésus assis à la droite de Dieu avec son corps d’homme, c’est la promesse pour tout homme de participer à la vie de Dieu pour l’éternité. Mais les anges à l’Ascension n’ont pas cessé de nous le dire, il ne faut pas garder notre regard tourné vers le ciel, car c’est un acquis : les portes du ciel demeureront désormais ouvertes pour toujours! Sachant donc où nous irons en quittant ce monde, pour peu que nous accueillons et vivions de cette bonne Nouvelle, nous devons annoncer à notre tour que le Seigneur appelle tous les hommes à le rejoindre !

Voilà pourquoi, afin d’assurer et de mener à bien cette mission, le Seigneur invitait ses disciples à rester à Jérusalem pour attendre le don qu’il avait promis. Ce que nous fêtons aujourd’hui, la Pentecôte, c’est ce don-là : le don de l’Esprit Saint. L’Esprit Saint, c’est Dieu le Père qui poursuit son action au milieu des hommes, non plus pour les sauver (cela fut réalisé par le Fils) mais pour faire connaître le salut à tous les hommes de tous les temps. L’Esprit Saint est la main de Dieu agissant dans le monde. Il est, comme le signifie un de ses symboles, le « doigt de Dieu » qui transforme la vie de ceux qui acceptent d’être touchés par lui. Cela se ressent immédiatement quand nous lisons l’Ecriture : Marie en s’ouvrant à l’action de l’Esprit saint donne naissance au Sauveur ; Jésus par la puissance de l’Esprit Saint expulse les démons des possédés ; les disciples embrasés par l’Esprit Saint, parlant toutes les langues connues des hommes, deviennent des missionnaires du Salut ; les saints de tous les temps, touchés par l’Esprit Saint et le cœur et l’âme travaillés par lui vont mettre toute leur vie au service de Dieu et de son Eglise, qui en fondant des monastères, qui en fondant des hôpitaux ou des hospices, qui en fondant des écoles, des patronages, des associations d’entre-aide, de développement et toute chose en vue d’aider le prochain.

Mais avant même de nous faire agir, l’Esprit Saint, promis et donné par Jésus aujourd’hui, nous permet d’abord de nous fonder correctement en Dieu et de bien comprendre notre foi et le message que nous avons à proclamer : comme le rappelle Jésus dans l’Evangile : d’abord le Défenseur (autre nom de l’Esprit Saint) rendra témoignage en faveur de Jésus, c’est-à-dire qu’il poursuivra les mêmes œuvres que celles qu’a faites Jésus, il mettra en œuvre les moyens du Salut dans le temps et l’espace. Ensuite l’Esprit de vérité nous conduira dans la vérité tout entière. En effet, l’Esprit Saint nous aidera à comprendre la chose la plus incroyable qui soit, la vérité n’est pas un concept, une idée ou un objet manipulable, la vérité est une personne, Jésus le Christ. Et l’œuvre de l’Esprit est de nous conduire à Jésus en rendant notre intelligence capable de contempler Dieu. Il va hisser le regard de notre raison au-delà de ses capacités pour lui donner de saisir complètement le projet de Dieu sur l’homme. Car, enfin ce qui va venir, l’Esprit Saint nous le fera connaître : non seulement il nous permet d’identifier la vérité au Christ et de comprendre le projet de Dieu mais plus encore en travaillant notre corps, notre âme et notre intelligence, il nous fait découvrir en Jésus l’homme nouveau que nous sommes tous appelés à devenir. L’œuvre finale de l’Esprit Saint est de nous christifier, de nous rendre capable de la vie même de Dieu. De fait nous ne contemplerons pas la vérité, nous y participerons de l’intérieur.

La perspective de devenir Dieu par participation, devrait nous faire exulter de joie et nous ouvrir totalement à l’œuvre de l’Esprit Saint en nous. Voilà pourquoi, saint Paul dans sa lettre aux galates nous donne un baromètre de l’action de l’Esprit en nous, il nous livre 9 fruits qui sont des attitudes qui prouvent notre désir de divinisation : amour, joie, paix, patience, bonté, bienveillance, fidélité, douceur et maîtrise de soi. Certainement que vous êtes comme moi et que vous vous dites que pas mal de ces fruits vous manquent : vous êtes peut être angoissé (manque de paix), vous êtes déprimé et voyez tout en noir (manque de joie) vous ne voyez que le négatif (manque de bienveillance), vous avez des paroles, des comportements durs avec les autres (manque de douceur, de bonté et de maîtrise de soi), vous êtes a tout vouloir tout de suite, à ne pas supporter que les gens ne comprennent pas à la seconde (manque de patience), il vous arrive de lire votre horoscope de vous tourner vers des idoles (manque de fidélité), et on pourrait continuer !

Ainsi tous nous avons besoin de nous ouvrir davantage à l’action de l’Esprit Saint en nous pour qu’il y poursuive son œuvre. Alors implorons-le, supplions-le, prions-le de nous saisir, de nous transformer et de nous christifier pour notre salut et la gloire de Dieu. Amen

messe de la Pentecôte aux Cordeliers

Quel fin de semaine pour nos confirmands et toute les communautés chrétiennes de Lons! Deux grands Rendez-vous dans la même journée, l’un en doyenné le matin, l’autre en diocèse l’après-midi. Mais les deux dans la même église des Cordeliers!

Le matin c’est une église des Cordeliers pleine, comme pour toutes les grandes occasions, qui accueillait dans la joie les 17 confirmands (3 adultes et 14 jeunes) du doyenné de Lons. Ce sont eux qui ont pris en charge toute l’animation de la messe : demande de pardon, lectures, prières universelles, quête, action de grâce, etc… Un beau moment de communion de tous les catholiques autour de leurs jeunes qui allaient recevoir l’après-midi, dans la même église, le sacrement de la confirmation, qui fait d’eux des chrétiens entiers, revêtus de la force de l’Esprit pour devenir témoins du Ressuscité!

retour en image sur ce premier temps fort :

la procession démarre et les confirmands, à l’appel de leur nom, déposent devant l’autel une bougie…

 

lectures et autres services liturgiques furent assurés par nos confirmands.

IMG_4764IMG_4765IMG_4797IMG_4804

le peuple de Dieu des grandes fêtes, reçoit dans la joie le Corps de son Seigneur!

IMG_4796

Merci aux servants et aux animateurs de la confirmations : Philippe et Odile (sur la photo) ainsi que Anne et Christian .

 

 

 

homélie du 7° dimanche de Pâques

20180508_115702Évangile de J- C selon saint Jean

En ce temps-là, les yeux levés au ciel, Jésus priait ainsi : « Père saint, garde mes disciples unis dans ton nom, le nom que tu m’as donné, pour qu’ils soient un, comme nous-mêmes. Quand j’étais avec eux, je les gardais unis dans ton nom, le nom que tu m’as donné. J’ai veillé sur eux, et aucun ne s’est perdu, sauf celui qui s’en va à sa perte de sorte que l’Écriture soit accomplie. Et maintenant que je viens à toi, je parle ainsi, dans le monde, pour qu’ils aient en eux ma joie, et qu’ils en soient comblés. Moi, je leur ai donné ta parole, et le monde les a pris en haine parce qu’ils n’appartiennent pas au monde, de même que moi je n’appartiens pas au monde. Je ne prie pas pour que tu les retires du monde, mais pour que tu les gardes du Mauvais. Ils n’appartiennent pas au monde, de même que moi, je n’appartiens pas au monde.

Sanctifie-les dans la vérité : ta parole est vérité. De même que tu m’as envoyé dans le monde, moi aussi, je les ai envoyés dans le monde. Et pour eux je me sanctifie moi-même, afin qu’ils soient, eux aussi, sanctifiés dans la vérité. »

Dans l’Evangile que nous venons d’entendre, Jésus prie son Père afin que ses disciples aient en eux sa joie, et qu’ils en soient comblés. La joie, voilà donc le bien suprême à demander et à attendre de Dieu, une joie qui dépasse les épreuves et le plaisir immédiat, une joie qui nous place d’emblée dans l’éternité. Pour goûter et vivre de cette joie-là dès maintenant, le Seigneur émet trois demandes à son Père : 1°/garde mes disciples unis dans ton nom, 2°/ Je ne prie pas pour que tu les retires du monde, 3°/ Sanctifie-les dans la vérité : ta parole est vérité : 3 points dans mon homélie.

1°/garde mes disciples unis dans ton nom. Il semble donc qu’il en va de notre relation à Dieu comme de la vie de couple : la joie s’installe et augmente avec la confiance, la foi que l’on a en son conjoint. Pour qu’un couple vive dans la joie il doit s’appuyer sur la fidélité, c’est-à-dire sur l’espérance que son engagement est pour la vie. Pour qu’un chrétien soit divinement joyeux il doit développer sa fidélité au Père et au Christ dans l’espérance de vivre avec eux pour l’éternité. C’est que la fidélité permet à l’amour de s’épanouir totalement en s’ouvrant sans peur à l’autre et en désirant ne faire qu’un avec lui, sans craindre d’être emprisonner par l’autre. C’est cela que st Jean dans la 2° lecture nous fait découvrir : le véritable amour, l’amour de don (l’agapè) permet à Dieu de demeurer en nous et nous en Dieu. Notre joie est parfaite quand nous vivons notre relation à Dieu dans un parfait échange d’amour. Ce n’est pas la crainte de Dieu qui nous rend fidèle, mais l’amour que nous lui portons.

C’est pourquoi au jour de notre baptême nous recevons de Dieu : la foi, l’espérance et l’amour pour vivre unis à lui dans une parfaite fidélité.

2°/ Je ne prie pas pour que tu les retires du monde. Contrairement à ce que proclame le proverbe « pour vivre heureux, vivons cachés », la joie chrétienne naît de l’exposition au monde. Un disciple heureux est un chrétien qui témoigne de l’amour de Dieu dont il vit. Comme le rappelle st jean dans la 2° lecture : l’amour de Dieu demeure dans un cœur qui aime les autres et qui proclame que Jésus est le Fils de Dieu. Or, au jour de notre baptême, chacun de nous est devenue une demeure de l‘amour de Dieu, comme une humanité de surcroît en laquelle Jésus peut renouveler ses merveilles pour le monde : vous êtes les bras, les mains, le cœur, la bouche de Dieu pour qu’il puisse parler, aimer, servir et porter les hommes de ce temps. Notre joie se trouve donc dans le témoignage public de notre foi, à contre courant des idées de ce monde, fut-ce au risque du martyr. Vivre de la vraie joie exige de la partager avec les autres, en effet, qui, connaissant la source du bonheur, refuserait de la partager et de la faire connaitre à d’autre ?

3°/ Sanctifie-les dans la vérité : ta parole est vérité. Il ne peut y avoir de joie saine dans le relativisme ou l’à peu près. Le Christ l’affirme je suis le chemin, la vérité et la vie. Notre joie de disciple puise donc sa consistance, sa nourriture dans le Christ qui est la Vérité. A cause de cela nous ne devons pas affirmer des choses ou des idées contraires aux enseignements du Christ et de l’Eglise. Car l’Eglise est fondée par Jésus sur les apôtres dont il dit dans l’évangile de ce matin que pour eux je me sanctifie moi-même, afin qu’ils soient, eux aussi, sanctifiés dans la vérité.» Les Paroles des disciples et de leurs successeurs le pape et les évêques, sont habitées en permanence par cette offrande perpétuelle que le Christ fait de lui-même à son Père pour en garantir la véracité. Pour les questions de foi et de mœurs, quand le pape ou les évêques parlent, c’est le Christ qui parle ! Si toute opinion peut être proclamée dans le monde, toute proclamation n’est pas forcément chrétienne ! Nous devons toujours mesurer la catholicité de nos propos à l’aune du Catéchisme de l’Eglise Catholique !

Donc pour être dans la vraie joie : cherchons d’abord à mieux connaître Christ, qui est la vérité, en plongeant dans l’Ecriture et dans l’enseignement de l’Eglise. Ensuite cette quête fera grandir en nous l’amour du Père et la fidélité à son nom. Enfin, nourris du Christ qui est la vérité et fidèles au Père, nous pourrons témoigner de Dieu dans le monde. Pour que cela se réalise pleinement, Jésus a promis l’Esprit Saint qui seul peut nous faire vivre de la vraie joie. Demandons-lui avec insistance, une nouvelle Pentecôte pour les habitants de notre doyenné de Lons. Amen

Neuvaine à Notre Dame de Lorette Du jeudi 10 mai au vendredi 18 mai

Du jeudi 10 mai au vendredi 18 mai, tous ceux qui le souhaitent peuvent se rendre à la chapelle Notre Dame de Lorette au bout de la rue Haute à Conliège. Nous nous retrouvons dès 20h00 pour prier aux intentions de notre Doyenné.

IMAG0479IMAG0482

PRIERE A NOTRE DAME DE LORETTE 

Sainte Vierge Marie, nous vous vénérons sous ce titre cher à notre piété.

Chargée de la glorieuse mission de nous donner Jésus, vous nous demandez aussi nos âmes pour les livrer à son incomparables amour.

Ô notre douce Mère votre tendre charité, vos incessants bienfaits ravissent nos cœurs, nous les abandonnons à votre maternelle sollicitude.

Daignez s’il vous plait, continuer à vous montrer notre protectrice et notre douce Reine. Donnez à nos familles les biens du temps et de l’éternité.

Donnez nos âmes à Jésus et obtenez-nous de demeurer dociles à ses inspirations et fidèles à sa loi, de nous élever au dessus des vanités de ce monde, de nous diriger vers le ciel pour y goûter éternellement, dans la joie de votre présence, l’amour de votre admirable Fils. Amen