« Une foi, dix minutes »

 

CETTE NOUVELLE CATÉGORIE vise à illustrer l’adage dans la foi « croire pour comprendre, comprendre pour croire ». Nous sommes nombreux, parmi les paroissiens à désirer approfondir notre foi pour mieux la vivre, aussi Véronique Soth, théologienne, nous offre-t-elle, un dimanche par mois à la chapelle des Cordeliers de 10h10 à 10h20, un enseignement sur un point de notre foi. Ce sont les fruits de ses enseignements, nourris par le Concile Vatican II et le Catéchisme de l’Eglise Catholique, que nous retranscrivons ici.

le premier thème qu’elle a abordé fut :

L’Eglise Peuple de Dieu, Corps du Christ, Temple de l’Esprit-Saint

Dans les années 1960, le Concile Vatican II décrit l’Eglise comme une réalité complexe, à la fois  humaine et divine. Le  Concile  emploie alors trois images pour désigner   l’Eglise   :  celles de Peuple de Dieu, de Corps du Christ,  de Temple de l’Esprit Saint.

Dans la Bible,  l’image de l’Eglise Corps du Christ  est fréquente chez  Saint Paul   : «   le Christ, Tête du Corps qui est l’Eglise   ». Le Peuple de Dieu quant à lui est celui annoncé dans l’Ancien Testament, peuple dont Israël était une figure. Quant à l’Eglise Temple de l’Esprit Saint, le Concile Vatican II rappelle que l’Esprit Saint  habite dans le cœur des fidèles comme en un temple, citant encore Saint Paul.

Le Concile  explique ce choix de traiter de l’Eglise ainsi   : «   (…) le saint Concile, réuni dans l’Esprit-Saint, désire ardemment illuminer tous les hommes de la lumière du Christ qui resplendit  sur le visage de l’Eglise. Celle-ci, pour sa part, est dans le Christ comme un sacrement ou, si l’on veut, un signe et un moyen d’opérer l’union intime avec Dieu et l’unité de tout le genre humain (…).

Ailleurs, les théologiens du Concile précisent que le   Père a  « voulu appeler tous ceux qui croient au Christ à former la sainte Église qui, annoncée en figures dès l’origine du monde, merveilleusement préparée dans l’histoire du peuple d’Israël et dans l’Ancienne Alliance, établie enfin dans ces temps qui sont les derniers, s’est manifestée grâce à l’effusion de l’Esprit Saint et, au terme des siècles, se consommera dans la gloire ».

Pour autant, le temps de l’Eglise est donc toujours un «   aujourd’hui   ». Car l’Eglise contribue à l’histoire universelle, qu’elle oriente par son action. Et, l’Église étant  véritablement habitée de la présence du Christ,  qui l’a trouvée a trouvé le Christ.

En définitive, il ne suffit pas de voir l’Eglise  seulement comme  une réalité humaine de baptisés et même de pécheurs. Les images de Peuple de Dieu, Corps du Christ, Temple de l’Esprit Saint  cherchent ainsi à nous  rendre l’Eglise, réalité divine, plus familière. Mais avant tout «   l’Eglise reste un mystère que seule la foi peut accueillir».

Sources et citations :  Catéchisme de l’Eglise catholique, § 779 et suivants.