homélie du 27° dimanche

Évangile de Jésus-Christ selon st Matthieu

En ce temps-là, Jésus disait aux grands prêtres et aux anciens du peuple : « Écoutez cette parabole : Un homme était propriétaire d’un domaine ; il planta une vigne, l’entoura d’une clôture, y creusa un pressoir et bâtit une tour de garde. Puis il loua cette vigne à des vignerons, et partit en voyage. Quand arriva le temps des fruits,  il envoya ses serviteurs auprès des vignerons pour se faire remettre le produit de sa vigne. Mais les vignerons se saisirent des serviteurs, frappèrent l’un, tuèrent l’autre, lapidèrent le troisième. De nouveau, le propriétaire envoya d’autres serviteurs plus nombreux que les premiers ; mais on les traita de la même façon. Finalement, il leur envoya son fils, en se disant : ‘Ils respecteront mon fils.’ Mais, voyant le fils, les vignerons se dirent entre eux : ‘Voici l’héritier : venez ! tuons-le, nous aurons son héritage !’ Ils se saisirent de lui, le jetèrent hors de la vigne et le tuèrent. Eh bien ! quand le maître de la vigne viendra, que fera-t-il à ces vignerons ? » On lui répond : « Ces misérables, il les fera périr misérablement. Il louera la vigne à d’autres vignerons, qui lui en remettront le produit en temps voulu. » Jésus leur dit : « N’avez-vous jamais lu dans les Écritures : La pierre qu’ont rejetée les bâtisseurs est devenue la pierre d’angle : c’est là l’œuvre du Seigneur, la merveille devant nos yeux ! Aussi, je vous le dis : Le royaume de Dieu vous sera enlevé pour être donné à une nation qui lui fera produire ses fruits. 

Comme le prophète Isaïe 800 ans avant lui, quand Jésus veut nous entretenir de choses sérieuses, il utilise la forme des images, des paraboles. C’est le cas dans l’évangile de ce matin. Jésus, nous entretient du propriétaire d’une vigne qui fait tout ce qui faut pour qu’elle donne du bon fruit et puis il la confie à des gérants pour qu’ils en prennent soin. Il part ensuite en voyage et voulant récupérer son bien, il envoie son fils qui est tué par les gérants qui veulent mettre la main sur la vigne.

Vous aurez bien compris que Jésus n’a pas l’intention de nous entretenir de la vigne, d’ailleurs, quelques uns de nos paroissiens, le feraient mieux encore, mais partant de cette histoire Jésus nous parle de son Père et de son projet.

Transportons-nous en esprit au temps de Jésus : Le propriétaire, c’est Dieu ; la vigne, c’est le Royaume de Dieu ; les gérants ce sont les chefs religieux des juifs et Jésus c’est le Fils du propriétaire que les gérants vont tuer. L’histoire se termine par le règlement du problème par le propriétaire qui fera périr misérablement ces vignerons misérables. Et Jésus à la fin de son histoire affirme que« Le royaume de Dieu vous sera enlevé pour être donné à une nation qui lui fera produire ses fruits. ».

Cette suite logique nous met aussi à notre tour en scène, car le royaume de Dieu est désormais confié à l’Eglise et aux chrétiens, donc à vous les amis…. Et les conditions dictées par Dieu au peuple juif valent pour nous aujourd’hui…. Ainsi :

Jésus confie à ses apôtres et à leurs successeurs sa vigne, c’est-à-dire le royaume de Dieu qu’il a commencé à bâtir sur terre. Ce royaume en devenir, c’est l’Eglise. Et il attend des chrétiens qu’ils se mettent au travail pour la faire grandir et lui faire donner de nombreux fruits de sainteté.

Pour parvenir à sa fin, Dieu va doter ses ouvriers de bons moyens qui nous sont donnés par le prophète Isaïe dans la première lecture et par Jésus dans l’évangile : retourner la terre et enlever les pierres, mettre une clôture, bâtir une tour au milieu de la vigne. Que signifient ces trois moyens si la vigne dont il est question dans l’évangile n’est autre que l’Eglise ?

1/ retourner la terre et enlever les pierres. Pour que la vie de Jésus, ses paroles et ses actes s’enracinent en profondeur en nous, il faut au préalable, que notre vie devienne une bonne terre. C’est-à-dire une terre retournée par l’Esprit Saint et débarrassée par le pardon sacramentel, des pierres qui l’encombraient qui sont les péchés et les idéologies, etc…

2/ mettre une clôture. Une clôture est à la fois une protection vis à vis de l’extérieur et une délimitation intérieure : en effet, plantée dans le monde, l’Eglise n’est pas du monde. Cette clôture est constituée par les poteaux que sont les dogmes et le grillage des normes morales tels les 10 commandements qui définissent pour un chrétien, ce qui est possible ou non de croire et de faire. Être chrétien exige de connaître et reconnaître ces normes théologiques et morales.

3/ bâtir une tour. Grâce à la tour, prenant de la hauteur, il est possible de voir l’ensemble de la vigne et de prévenir des dangers pour elle, surtout à proximité de la clôture. Et bien cette tour pour moi, c’est le magistère, l’enseignement de l’Eglise et ceux qui veillent du haut de cette tour pour voir arriver de loin les dangers, ce sont le pape et les évêques, qui nous stimulent dans la foi et nous indiquent les dangers possibles pour nous au contact des idées du monde.

Certes ces 3 moyens donnés par Dieu sont nécessaires pour que l’Eglise rayonne dans le monde, mais ce que les gens goûtent de l’Eglise c’est d’abord la cohérence de la vie de chacun des baptisés. Et c’est l’ensemble de nos vies qui produit un vin d’allégresse ou d’amertume, un grand cru d’amour ou une piquette de péché. Alors osons humblement nous interroger : ma vie chrétienne enivre-t-elle les autres de la joie et de la fidélité à Dieu, ou alors les soule-t-elle par ses incohérences et ses médiocrités ?

Ce qui est en jeu les amis, c’est le salut du monde que Jésus a déposé dans nos mains et qu’il va encore déposer par la communion à son corps. Sa vie donnée, si elle est reçue avec foi et amour, dans la confiance et la fidélité à l’enseignement de l’Eglise, peut transformer la piquette de nos vies en grand cru de la joie dans la foi, en grand cru du salut pour tous ! Alors soyez dans ce monde le bon vin de Dieu pour sauver les hommes en les désaltérant de la vie du Christ ! Amen

 

« Une foi, dix minutes »

 

CETTE NOUVELLE CATÉGORIE vise à illustrer l’adage dans la foi « croire pour comprendre, comprendre pour croire ». Nous sommes nombreux, parmi les paroissiens à désirer approfondir notre foi pour mieux la vivre, aussi Véronique Soth, théologienne, nous offre-t-elle, un dimanche par mois à la chapelle des Cordeliers de 10h10 à 10h20, un enseignement sur un point de notre foi. Ce sont les fruits de ses enseignements, nourris par le Concile Vatican II et le Catéchisme de l’Eglise Catholique, que nous retranscrivons ici.

le premier thème qu’elle a abordé fut :

L’Eglise Peuple de Dieu, Corps du Christ, Temple de l’Esprit-Saint

Dans les années 1960, le Concile Vatican II décrit l’Eglise comme une réalité complexe, à la fois  humaine et divine. Le  Concile  emploie alors trois images pour désigner   l’Eglise   :  celles de Peuple de Dieu, de Corps du Christ,  de Temple de l’Esprit Saint.

Dans la Bible,  l’image de l’Eglise Corps du Christ  est fréquente chez  Saint Paul   : «   le Christ, Tête du Corps qui est l’Eglise   ». Le Peuple de Dieu quant à lui est celui annoncé dans l’Ancien Testament, peuple dont Israël était une figure. Quant à l’Eglise Temple de l’Esprit Saint, le Concile Vatican II rappelle que l’Esprit Saint  habite dans le cœur des fidèles comme en un temple, citant encore Saint Paul.

Le Concile  explique ce choix de traiter de l’Eglise ainsi   : «   (…) le saint Concile, réuni dans l’Esprit-Saint, désire ardemment illuminer tous les hommes de la lumière du Christ qui resplendit  sur le visage de l’Eglise. Celle-ci, pour sa part, est dans le Christ comme un sacrement ou, si l’on veut, un signe et un moyen d’opérer l’union intime avec Dieu et l’unité de tout le genre humain (…).

Ailleurs, les théologiens du Concile précisent que le   Père a  « voulu appeler tous ceux qui croient au Christ à former la sainte Église qui, annoncée en figures dès l’origine du monde, merveilleusement préparée dans l’histoire du peuple d’Israël et dans l’Ancienne Alliance, établie enfin dans ces temps qui sont les derniers, s’est manifestée grâce à l’effusion de l’Esprit Saint et, au terme des siècles, se consommera dans la gloire ».

Pour autant, le temps de l’Eglise est donc toujours un «   aujourd’hui   ». Car l’Eglise contribue à l’histoire universelle, qu’elle oriente par son action. Et, l’Église étant  véritablement habitée de la présence du Christ,  qui l’a trouvée a trouvé le Christ.

En définitive, il ne suffit pas de voir l’Eglise  seulement comme  une réalité humaine de baptisés et même de pécheurs. Les images de Peuple de Dieu, Corps du Christ, Temple de l’Esprit Saint  cherchent ainsi à nous  rendre l’Eglise, réalité divine, plus familière. Mais avant tout «   l’Eglise reste un mystère que seule la foi peut accueillir».

Sources et citations :  Catéchisme de l’Eglise catholique, § 779 et suivants.

 

 

 

 

ANNONCES du 8 au 15 octobre 2017

ANNONCES du 8 au 15 octobre 2017

*****

Dimanche 8 octobre : second enseignement « 1 foi 10 minutes »

à la chapelle des Cordeliers de 10h10 à 10h20 thème : être fidèle laï

Lundi 9 octobre

  • Préparation de la liturgie du 15 octobre à la cure à 20h,
  • Réunion de préparation au Baptême, à la cure à 20h.

Mardi 10 octobre

  • Préparation du Temps Fort des 6/5ème, à la cure à 20h15.

Jeudi 12 octobre

24 HEURES pour La Liberté Religieuse

Le jeudi 12 octobre 2017,

l’AED organise une journée pour la liberté religieuse,

qui se veut être non seulement un signal d’alarme face au constat de la dégradation de la liberté religieuse dans le monde, mais également un signe d’espérance.

Pendant ces 24 heures, plusieurs événements se dérouleront autour de la Basilique de Montmartre à Paris afin de sensibiliser et de faire mémoire de tous ceux qui ne peuvent pas vivre leur foi librement.

En union de prière avec ceux qui ne peuvent vivre leur foi librement,

nous proposons pour ceux qui ne se rendront pas à Paris,

d’allumer une bougie à 20h dans ou devant votre église.

Une vente de luminions (au profit donc de l’AED) aura lieu :

  • le samedi 7 octobre à la sortie de la messe de 18h 00 à St Désiré

      et

  • au sortir de la messe de dimanche 8 octobre à 10h 30 aux Cordeliers le dimanche 8 octobre.

Vendredi 13 octobre

Comme chaque année, le CCFD Terre Solidaire invite à son Assemblée Diocésaine qui aura lieu le vendredi 13 octobre à 20h à Poligny

Samedi 14 octobre

  • Temps Fort des 6/5ème, de 9h à 12h, à Ste Marie,
  • Répétition de la confirmation  aux Cordeliers à 9h30,
  • Eveil à la Foi pour les enfants de 3 à 7 ans, à St Luc à 10h30,
  • Baptême de Louise FAIRY à la chapelle des Cordeliers à 11h,
  • Concert du groupe électro-pop catholique « HOPEN », à 20h30 aux Cordeliers, avec en première partie le groupe OMG de Dole.

Dimanche  15 octobre   –   28ème dimanche du Temps Ordinaire

Messe anticipée :

  • Samedi
    • 18h30 à Montmorot

   Dimanche :

  • 9h00  à St Luc  
  • 10h 30 à Verges
  • 10h30 aux Cordeliers  – CONFIRMATION  de 11 jeunes et 2 adultes

Un léger contretemps nous oblige à différer l’installation de la Vierge de Montciel

Samedi 21 et Dimanche 22 octobre

Braderie d’automne du Secours Catholique

18 avenue du Stade, à Lons – de 10h à 17h

Notre évêque tient également à vous signaler la diffusion du film

 “ DIEU N’EST PAS MORT”

en avant première le lundi 13 novembre,à 20h (au mégarama)

places à 4,50 € en vente au secrétariat

Le nouveau livret diocésain

est à disposition à la cure au prix de 2 €.

Vivre en disciples missionnaires – 3ème volet :

Il va nous aider à redécouvrir les trois sacrements de l’initiation chrétienne.

Il peut être travaillé seul ou encore mieux en groupe

Par le sacrement de la Confirmation

nous devenons pleinement chrétiens, disciples et missionnaires.

Si vous n’avez pas encore été confirmé et souhaitez l’être, rejoignez le nouveau groupe pour les adultes en vue d’une célébration diocésaine le 20 mai 2018.

Merci de contacter le Père Arnaud Brelot au plus vite.

Tél :  03 84 24 04 44  –  06 76 67 24 68

1ère rencontre mercredi 18/10 à 20h à la cure.

 *************************

 INTENTIONS DE MESSES  du 8 au 15 octobre 2017

Samedi  7/10/2017 18h 00  : St Désiré Pour des jeunes en difficultés,

Familles ABRAS-BARTHELET et BERNARD,

Paulette MARTIN et sa famille,

Odile SASSARD et Laetitia ,

Mr et Mme AUNE,

Gaétan et Sarah DAVID-JACQUEMARD-RODRIGUEZ

Familles GUIGNOT-VENNE, 

Guite (Marguerite) COURVOISIER,

Jacques BASSET (anniversaire),

Jean-Claude SIMONIN,

Maurice et Denis NOËL,

Pour Anita et ses parents.

Dimanche 8/10/2017

27ème Dimanche du T.O

9h 00 : Revigny

10h 30 : Cordeliers

10h 30 : Mirebel

Lundi  9/10/2017

St Denis

12h 00 : Srs de l’Alliance

18h 30 : Cordeliers

 
Mardi  10/10/2017 

St Ghislain

8h 30 : Cordeliers Edmond SAURIAT (anniversaire),

Sœur  Marie-Thérèse CROZES.

Mercredi  11/10/2017

St Firmin

18h 00 : N.D de    Lorette

18h 30 : Cordeliers

Pour Françoise.
Jeudi 12/10/2017

St  Wilfried

8h 30 : Cordeliers  
Vendredi 13/10/2017

St Géraud

9h 00 : St Luc

18h 30 : Cordeliers 

 
Samedi  14/10/2017

St  Juste

8h 30 : Cordeliers  
Samedi  14/10/2017

Ste Thérèse d’Avila

18h 30 : Montmorot Famille  PROST-LHOMME,

René BOISSON,

Julia DENIS (anniversaire),

Elisabeth et Pierre MILLET,

Famille BAILLY-MAITRE-MARECHAL,

Familles BRUN et BERTHAIL,

Intentions particulières,

Marie et Henri LAURENT,

Maxime et sa famille,

Famille GUIGNOT-VENNE,

Jacques BASSET  et sa maman Odile, 

Jacques DELIGNOU,

Alain TAGLIONE,

Défunts familles SAURIAT-DOLE,

Paul GUILLEMAUT et Madeleine GUILLEMAUT,

Georges et Marcelle CATTENOZ,

Familles Paul et Yvette LEFEUVRE et Jean BARBIER,

Pour les âmes du purgatoire,

Thérèse et Jean MARTELET.

Dimanche 15/10/2017

28ème Dimanche du T.O

 

9h 00 : St Luc

10h 30 : Cordeliers

10h 30 : Verges

                                   

Mardi 3 octobre : rencontre des équipes funérailles de la paroisse st Désiré.

Une réunion d’information sur les équipes funérailles de notre paroisse a eu lieu le mardi 3 octobre à l’espace St Désiré

20171003_20195120171003_201945

Nous lançons un appel aux paroissiens :

Appel

La communauté paroissiale que nous formons a besoin de personnes pour ces équipes qui assurent les obsèques et l’accueil des familles endeuillées, ainsi que le chant et la préparation des célébrations… etc.

Si vous voulez vous investir, vous êtes les bienvenus … nous avons besoin de vous ! Actuellement nos équipes sont vraiment trop restreintes.

C’est un service en équipe, ce qui facilite l’intégration progressive des nouveaux venus. Pour célébrer, les laïcs sont guidés par un schéma  rituel bien structuré.

Pourquoi des équipes funérailles ?

Pour l’Eglise « enterrer les morts » est une œuvre de miséricorde, déjà mentionnée dans la Bible.

Les obsèques sont les célébrations les plus nombreuses dans notre paroisse ( 160 à 170 par an). Les prêtres, devenant de moins en moins nombreux pour des territoires de plus en plus vastes, ont fait appel à des laïcs pour les aider : ce sont les équipes funérailles.

Qui forment ces équipes ?

Actuellement, ce sont trois prêtres et 7 laïcs : ils guident la célébration. Mais il y a aussi des chanteurs, des lecteurs, des organistes, un ou une responsable -sacristie et clés.

Que font ces équipes ?

Elles assurent l’accueil des familles en deuil et le bon déroulement de la célébration des obsèques. La secrétaire coordonne les liaisons entre les entreprises des pompes funèbres, les familles et les membres de l’équipe qui prend en charge les funérailles.

Comment fonctionnent-elles ?

Les célébrants sont deux pour recevoir la famille, préparer et célébrer les obsèques.  Ils se répartissent les tâches (déroulement de la célébration, suivant un rituel bien structuré, commentaire d’Evangile, prière universelle).  Les autres personnes aident à préparer les lieux et à ranger, et au rite de la lumière, ils chantent, lisent etc. Leur aide est précieuse.

Les obsèques, lieu de mission et d’évangélisation.

C’est l’ensemble des personnes qui contribuent à faire de la célébration des obsèques un véritable soutien aux familles en deuil, et un témoignage de foi. C’est un service en équipe, ce qui facilite l’intégration progressive des nouveaux venus. Il est vrai que c’est un service qui demande de la disponibilité. Nous avons besoin de nouveaux membres : plus on est nombreux, moins le service est lourd.

Il est important de rappeler que beaucoup de personnes se rassemblent lors des funérailles, des personnes qui n’entendent   plus ou n’ont jamais entendu la Parole de Dieu.  La mort d’un proche, d’un ami, d’une connaissance peut ouvrir une brèche en soi ,  pour le questionnement et pour l’écoute de l’Essentiel. Les obsèques deviennent alors pour un baptisé, un lieu et un temps pour annoncer la Parole de Dieu et Jésus-Sauveur.

C’est une belle mission !

POUR NOUS CONTACTER : SECRÉTARIAT 03.84.24.04.44

saint.desire@eglisejura.com

 

« Dieu n’est pas mort », un film à voir le lundi 13 Nov à 20h00 au Mégarama

Peut-être avez-vous déjà entendu parler de ce film intitulé DIEU N’EST PAS MORT ?

Le film relate l’histoire d’un professeur de philosophie, Mr Radisson, aussi brillant que farouchement athée, il demande à ses étudiants d’attester par écrit que Dieu est mort. L’un d’entre eux, Josh, chrétien convaincu, s’y refuse. Son professeur le met alors au défi de prouver le contraire à lui et à ses camarades. Un défi qui ne sera pas sans conséquences…

Sorti aux États-Unis en 2014 (God’s not dead), ce film traitant de l’existence de Dieu a rencontré un joli succès en réunissant plus de 10 millions de spectateurs en salle outre-Atlantique. 

De nombreuses questions, sont soulevées au cours de ce film, comme les preuves de l’existence de Dieu, le mal, la souffrance, les enjeux de la Foi… Il est à destination avant tout des lycéens et étudiants (mais tous peuvent venir!)

Une séance unique est organisée par le diocèse de saint Claude

le lundi 13 nov à 20h00 au mégarama de Lons le Saunier,

les places au prix de 4.5 euros, sont à retirer au presbytère,

7 rue du Puits Salé 39000 Lons Le Saunier

(vous pouvez aussi les acheter sur place au cinéma mais alors au tarif plein).

 

affiche site internet-e8d78f6d

VOICI LA BANDE ANNONCE.

 

homélie du 26° dimanche

Évangile de J-C selon st Matthieu

En ce temps-là, Jésus disait aux grands prêtres et aux anciens du peuple : « Quel est votre avis ? Un homme avait deux fils. Il vint trouver le premier et lui dit : ‘Mon enfant, va travailler aujourd’hui à la vigne.’ Celui-ci répondit : ‘Je ne veux pas.’ Mais ensuite, s’étant repenti, il y alla. Puis le père alla trouver le second et lui parla de la même manière. Celui-ci répondit : ‘Oui, Seigneur !’ et il n’y alla pas. Lequel des deux a fait la volonté du père ? » Ils lui répondent : « Le premier. »

Jésus leur dit : « Amen, je vous le déclare : les publicains et les prostituées vous précèdent dans le royaume de Dieu. Car Jean le Baptiste est venu à vous sur le chemin de la justice, et vous n’avez pas cru à sa parole ; mais les publicains et les prostituées y ont cru. Tandis que vous, après avoir vu cela, vous ne vous êtes même pas repentis plus tard pour croire à sa parole. »

Les amis, le seul désir de Dieu est de nous sauver…mais cela ne se fera pas sans notre collaboration, sans que nous coopérions à ce salut. C’est cela que disent les textes de ce dimanche, pour vous les faire comprendre je vais vous raconter une histoire qui m’a été dite ou que j’ai lue, je ne sais plus …

Ainsi il était une femme particulièrement méchante, toujours à critiquer, qui ne vivait que pour elle et ne s’occupait jamais des autres. Elle ne rendait aucun service, n’aidait aucune œuvre caritative, rien de rien pour les autres. Voilà qu’elle meure et arrive devant le St Pierre pour son jugement. Désolé de voir cette âme qui n’a jamais fait de bien st Pierre l’envoie en enfer… cependant Jésus apprenant la chose n’arrive pas à se résoudre à voir cette âme perdue. Aussi il dit à st Pierre : « es tu sûr que jamais dans sa vie elle n’a fait un seul acte bon ? » aussitôt st Pierre feuillette à nouveau toute sa vie et trouve un seul petit acte bon : elle avait donné une fois un oignon à sa voisine pour faire la cuisine ! Alors Jésus dit à Pierre…. Voyons comment la sauver avec si peu….j’ai une idée : tu vas tendre un oignon à cette femme et si elle arrive à l’attraper tu la hisses avec hors de l’enfer, si l’oignon tient le coup elle sera sauvée !

Ainsi fait il et la femme attrape l’oignon et commence à être hissée hors de l’enfer et aussitôt d’autres personnes, elles aussi en enfer, s’accrochent à elle, à ses pieds pour être sauvés elles aussi. Mais voyant cela la femme se débat et dit à ceux qui s’accrochent : « laissez-moi en paix, c’est moi que Dieu veut sauver, moi seule ! » et aussitôt l’oignon cassa et la femme retomba pour toujours en enfer… »

Cette histoire illustre bien toutes les lectures que nous avons entendues ce matin. Ainsi, dans la première lecture on a entendu que: « Si le juste se détourne de sa justice, commet le mal, et meurt dans cet état, c’est à cause de son mal qu’il mourra ». Cela signifie que le péché conduit toujours à la mort car en s’éloignant de Dieu et en ne vivant plus selon ses commandements, notre vie devient vide, individualiste, uniquement tournée sur nous-mêmes, comme la femme de notre histoire.

Sachant que le péché conduit à la mort et la conversion à la vie, nous pouvons mieux comprendre l’histoire que Jésus raconte dans l’évangile : Dieu ne veut pas des paroles mais des actes concrets. Celui qui dit qu’il sert Dieu, ça doit se voir dans sa vie. Celui qui affirme qu’il a rencontré Dieu, qu’il s’est converti,  ça doit se voir à travers la vie nouvelle qu’il mène, une vie bonne tournée vers Dieu et vers l’amour des autres. Ainsi, les publicains et les prostituées qui ont entendu le message de Jean Baptiste ont changé de vie…. et nous, en écoutant le message de Jésus, changeons-nous aussi de vie ? La femme  de mon histoire  a elle aussi une occasion unique de se convertir et de penser aux autres en laissant les personnes qui s’accrochent à elle être remontées avec elle au paradis… mais son égoïsme l’empêche de poser un acte d’amour envers les autres. En les aimant elle aurait pu se sauver elle-même ! Ainsi Dieu nous donne toujours une dernière chance, mais nous ne savons pas la saisir….

Si nous savons que le péché conduit à la mort et que Jésus a toujours le désir de nous sauver, il nous faut faire une double prière à Dieu, comme le psaume le propose. D’abord, toujours implorer le pardon : Oublie les révoltes, les péchés de ma jeunesse. Ensuite demander à Dieu de nous guider : Dirige-moi par ta vérité, enseigne-moi, car tu es le Dieu qui me sauve.

Ainsi, vivant notre vie sous le regard de Dieu, nous pouvons de plus en plus prendre Jésus comme modèle et vivre dans ce monde en « personne sauvée » comme le décrit Paul dans la lettre aux Philippiens. Paul nous propose de se réconforter les uns les autres, de s’encourager avec amour, d’exercer la tendresse et de la compassion, de rechercher l’unité. Il nous exhorte également à ne jamais être intrigants ni vaniteux, à avoir assez d’humilité pour estimer les autres supérieurs à nous-mêmes, à penser aussi aux intérêts des autres (ce que la femme de mon histoire n’a pas fait !!).

Voilà un bon programme de réflexion pour se préparer au sacrement de la réconciliation que nous vivons tout à l’heure. Dieu nous aime, il nous demande aussi d’aimer. Et pour nous aider à vivre d’amour il va dès maintenant nous livrer sa vie, recevons-la avec joie et devenons serviteur avec lui, à sa suite! Amen

Retour sur la retraite des confirmands à Poligny et Châtel les 30 sept et 01 octobre.

Encore un week-end chargé pour le groupe de 11 jeunes qui seront confirmés, ainsi que deux adultes, le 15 octobre 2017 aux Cordeliers à 10h30. 

à 15 jours de la célébration de leur confirmation, il restait pas mal de choses à voir et à faire avec les jeunes : préparer leur lettre de demande à l’évêque, rendre visite et dialoguer avec notre évêque, Monseigneur Vincent Jordy, dans notre nouvelle maison diocésaine à Poligny.

 

20170930_185640

puis départ pour Châtel : repas, soirée présentation des différents investissements possibles après la confirmation, avant une soirée toute en liberté contenue! (Un groupe avec majoritairement des filles fait moins de bruit qu’un groupe avec beaucoup de garçons! mais ne se couche pas plus tôt!!)… surtout bravo aux filles qui ont assuré tôt le dimanche matin dès le petit déj!

une fois la messe célébrée dans la joie et la foi avec les soeurs de Châtel, ce fut le temps de préparer la célébration de la confirmation avec Sophie Taglionne  : chants, messe, prière universelle à rédiger, répartition des rôles : un grand moment d’apprentissage de la concorde et de la fraternité!

après un repas dans la joie et l’apprentissage de la recette de la pizza en musique et chorégraphie, nous avons terminé cette retraite par la célébration du sacrement de la réconciliation.

merci aux animateurs et aux jeunes pour ces moments de foi et d’amitié partagés!