Ouverture de l’année consacrée à la famille

Du 30 avril au 2 mai, le Doyenné de Lons prévoit  d’ accueillir les reliques des Saints Louis et Zélie MARTIN, parents de la « petite Thérèse » mais surtout premier couple canonisé français.

Notre doyenné souhaite ainsi répondre à l’invitation du Pape François, d’ouvrir une année consacrée à la famille.

Louis et Zélie MARTIN ont partagé un quotidien très semblable au nôtre : la vie de travail, la vie de couple, les enfants, les soucis matériels, la maladie, les deuils…mais aussi la joie de vivre en famille. Louis et Zélie MARTIN ont puisé leur Espérance en Dieu 1er servi et ont été des Évangélisateurs, non seulement en famille mais également dans leur vie sociale en vivant concrètement le message du Christ.

Nous avons besoin de l’aide de chacun pour contribuer à la réussite de ce temps fort en doyenné.

Nous vous proposons donc de nous réunir pour en finaliser la préparation le

samedi 27 mars à 14h30 à l’Espace Saint Dé.

Merci !

Notre Doyenné accueille Monseigneur Garin

Quel dimanche que celui du 28 février dernier ! Nous avons eu la joie de recevoir tout une journée notre nouvel évêque, monseigneur Jean-Luc Garin, dans notre doyenné. Durant cette journée nous aurons pu célébrer le mystère de la mort et de la résurrection du Seigneur et pour la première entendre sa prédication, nous invitant en ce temps de carême, et comme la voix du Père nous y invitait dans l’Evangile, à nous mettre à l’écoute du Seigneur Jésus.

Puis vint le temps des rencontres plus personnelles à la sortie de la messe

avant que de faire connaissance avec les membres des EAP de nos cinq paroisses. Un temps de prise de contact en toute simplicité qui s’est terminé par un apéritif « selon les normes sanitaires ».

Après le repas pris avec les prêtres en activité de la paroisse, ce fut le temps de la conférence de carême. Devant une assemblée aussi nombreuse que le matin et commentant l’évangile des disciples d’Emmaüs, Mgr Garin nous a introduit dans le thème de la conférence, à savoir « l’espérance ne déçoit pas » qui est aussi sa devise épiscopale.

La journée s’est terminée par la célébration des vêpres et le Salut au Saint Sacrement

.

homélie 2° dimanche de carême

Kristi forklaring – Wikipedia

Évangile de Jésus Christ selon saint Marc : En ce temps-là, Jésus prit avec lui Pierre, Jacques et Jean, et les emmena, eux seuls, à l’écart sur une haute montagne. Et il fut transfiguré devant eux. Ses vêtements devinrent resplendissants, d’une blancheur telle que personne sur terre ne peut obtenir une blancheur pareille. Élie leur apparut avec Moïse, et tous deux s’entretenaient avec Jésus. Pierre alors prend la parole et dit à Jésus : « Rabbi, il est bon que nous soyons ici ! Dressons donc trois tentes : une pour toi, une pour Moïse, et une pour Élie. » De fait, Pierre ne savait que dire, tant leur frayeur était grande. Survint une nuée qui les couvrit de son ombre, et de la nuée une voix se fit entendre : « Celui-ci est mon Fils bien-aimé : écoutez-le ! » Soudain, regardant tout autour, ils ne virent plus que Jésus seul avec eux. Ils descendirent de la montagne, et Jésus leur ordonna de ne raconter à personne ce qu’ils avaient vu, avant que le Fils de l’homme soit ressuscité d’entre les morts. Et ils restèrent fermement attachés à cette parole, tout en se demandant entre eux ce que voulait dire : « ressusciter d’entre les morts »

Quand il nous faut discerner une décision à prendre ou lorsque nous avons besoin de silence pour nous retrouver nous-même, nous sortons et nous allons marcher par monts et par vaux au milieu de la nature pour nous connecter à l’essentiel, au Seigneur. Cette démarche dans notre beau Jura prend vite la forme d’une ascension car monts et collines sont partout. Pourquoi. C’est que les monts et montagnes sont le lieu des expériences spirituelles et cela pour plusieurs raisons bien évidentes : leur hauteur rapproche de Dieu ; leur ascension est une préparation à la rencontre dont leur sommet est le lieu.

1/ leur hauteur rapproche de Dieu.

Celui qui désire toucher le ciel ou du moins s’en rapprocher grimpe sur une montagne car elle l’en rapproche concrètement. Vous aurez remarqué que dans toutes les religions le plus souvent les sanctuaires, temples et églises sont construits sur les hauteurs. Et d’ailleurs même symboliquement on conseille à celui qui est confronter à un dilemme de prendre de la hauteur. En effet, prendre les choses de haut, c’est les voir d’un autre point de vue, c’est adopter le regard de Dieu. Et pour incarner cette démarche on va gravir une colline proche voir partir en montagne.

Ai-je moi-même près de chez moi cette colline qui serai mon lieu pour accéder à Dieu, à ses conseils ? Autour de Lons les monts et collines ne manquent pas !

2/ leur ascension : une préparation à la rencontre. Avec l’âge ou la condition physique une ascension est un chemin long et difficile. Elle symbolise la volonté tenace dans le désir de l’homme d’aller à Dieu et sa persévérance et son endurance dans ses efforts pour y parvenir. Elle exige de partir avec l’unique nécessaire : Le feu et le bois pour Abraham gravissant le mont Moriah; la croix pour Jésus gravissant le Golgotha.

Et pour nous, quel est notre unique nécessaire, au-delà des bâtons de marche ! De quoi devons-nous nous dépouiller pour la rencontre afin de monter avec le moins possible pour là-haut recevoir le plus possible. Et en même temps qu’avons à prendre absolument que nous voudrions donner à Dieu ?

3/ leur sommet est le lieu de la rencontre. Arrivés au sommet, notre but est atteint la rencontre peut avoir lieu. Elle prend alors plusieurs formes :

– Celle d’une révélation : comme sur le mont Horeb quand Dieu se fit connaître à Moïse, ou dans l’évangile ce matin quand Jésus révèle sa divinité à Pierre, Jacques et Jean. Dieu se dévoile à nous, nous fait saisir sa grandeur et sa majesté. Nous le vivons parfois face à un paysage grandiose qui s’étend devant nous au sommet de notre ascension. Mais aussi, quand fermant nos yeux nous sentons le Seigneur se déployer en nous. J’ai vécu cela bien des fois dans le Haut-Jura ou encore à Bornay au monument de St P-F Néron.

– celle d’une Alliance : entre Dieu et ses serviteurs, comme Moïse recevant la Loi au mont Sinaï ou Jésus proclamant les béatitudes sur la montagne.

Et si pendant ce carême, je prenais ma Bible et j’allais en balade me poser sur les hauteurs de Lons pour y relire ces récits ou d’autres comme les chapitres 5 à 7 de Mathieu ?

– celle de l’offrande : offrande qu’Abraham consentit à faire en sacrifiant Isaac son fils ; offrande sur la croix consentie par le Père de son Fils Jésus au mont Golgotha.

Sommes-nous prêts comme Abraham et Jésus à offrir ce que nous avons de plus cher à Dieu ? D’autant que nous savons que Dieu pourvoit toujours, il dispose le bouc contre le sacrifice d’Isaac, il ressuscite son Fils offert par amour pour le salut du monde. Sommes-nous prêts à nous donner tout à Lui pour que tout de nous soit habité par Lui ?

Frères et sœurs, demeurer sur les hauteurs, saisis tout entier par le Seigneur à qui nous offrons notre vie est aussi un risque, une tentation à laquelle st Pierre succomba quand en pleine expérience de la transfiguration il s’écria : « il est bon que nous soyons ici ! Dressons donc trois tentes : une pour toi, une pour Moïse, et une pour Élie ». Tentation que j’eu moi-même car je reviens de retraite au carmel de Flavignerot : demeurer dans le silence imprégné de la prière des sœurs et à l’écoute du Seigneur. Tout à Lui certes, mais tout pour vous !

En effet, toujours il faudra à l’homme descendre de la montagne et revenir dans la réalité d’en bas afin de résoudre son problème, d’exécuter sa décision ou d’y témoigner aux autres de ce que Dieu a fait connaître de lui pour ce qu’il a transfiguré en nous. Oui, sur la montagne il a imprimé en nous sa lumineuse présence pour que nous le fassions connaître et aimer, même si les mots que nous dirons seront toujours en deçà de notre expérience. 

Pour désirer monter à nouveau au plus près du Seigneur Jésus et conserver en nous sa Présence, il a institué l’Eucharistie. Dans le Pain consacré nous Le contemplons transfiguré puis nous nous nourrissons de sa Vie. C’est là l’unique nécessaire pour préparer, au jour connu de lui seul, notre dernière Ascension vers la plénitude de la Vie dans la Jérusalem céleste. Comme l’affirme Paul aux Romains, avec Jésus, Dieu nous a tout donné, alors recevons-le humblement. Amen

les travaux à la grotte de Frontenay continuent

Après de gros travaux d’assainissement sur le site et autour de la grotte de Frontenay, vient le temps de la restauration de la grotte elle-même. Et c’est ce chantier qui a commencé ces derniers jours. Bientôt nous verrons ce site marial si cher à la paroisse des Coteaux de Seille et à notre doyenné dans toute sa splendeur retrouvée.

Nous l’aurons même amélioré d’abord en ôtant l’autel en ciment au-dessus de la grotte et en créant, dans la prairie au-dessous qui est aussi notre propriété, un lieu de célébration en y construisant un autel. Il permettra de mieux vivre les célébrations que nous y organiserons. Et de réserver les alentours directs de la grotte aux prières silencieuses.

Notre évêque Monseigneur Garin viendra réceptionner les travaux et bénir ce haut lieu de notre foi le dimanche 5 septembre 2021. Vous pouvez d’ores et déjà noter la date dans votre agenda !

Invitation à une halte spirituelle pour se préparer à accueillir la nouveauté de la Résurrection.

Quand ? Une demi-journée (matin ou après-midi) :

Le samedi 3 avril 2021 de 9h00 à 12h00

Ou

le samedi 3 avril 2021 de 14h00 à 17h00.

Où ? Espace St Désiré, rue des Tanneurs Lons le Saunier

Pourquoi ? Dans une ambiance recueillie, fraternelle, vivre l’expérience d’un temps spirituel.

Pour qui ? Ouvert à tout adulte désireux de mieux se préparer à accueillir la nouveauté de la Résurrection.

Comment ? Alternance de temps d’écoute de la Parole, de prière, de silence, de partage 

Renseignements et inscriptions : Geneviève Boyer : gb3983@gmail.com  ou 06 98 75 41 82

Projet de Carème de l’AED : Toutes les infos.

Cette année , la paroisse a choisi de soutenir un projet de carême de l’AED en Inde.

Ce projet sera présenté au cours des messes du 6 et 7 mars dans notre doyenné. Une collecte vous sera proposé à la sortie des églises.

De leur part merci d’avance pour votre participation à ce projet.

Vous pouvez retrouver la lettre de présentation en cliquant ici ainsi que toutes les informations sur le site de l’AED juste ici.

 » Prions pour nos frères chrétiens en Inde, et plus particulièrement pour les religieuses de la congrégation des Filles de la Croix. Prions pour que la solidarité chrétienne et l’exemple de service des sœurs, qui consacrent leur vie à porter leur aide aux plus démunis, ouvrent les cœurs fermés. Que le témoignage d’une vie donnée pour le Christ permette à ceux qui ne le connaissent pas de découvrir sa Lumière, sa Vérité et sa Vie. « 

homélie premier dimanche Carême

Saint Augustin - La tentation au Desert - YouTube

Évangile de Jésus Christ selon saint Marc : Jésus venait d’être baptisé. Aussitôt l’Esprit le pousse au désert et, dans le désert, il resta quarante jours, tenté par Satan. Il vivait parmi les bêtes sauvages, et les anges le servaient. Après l’arrestation de Jean, Jésus partit pour la Galilée proclamer l’Évangile de Dieu ; il disait : « Les temps sont accomplis : le règne de Dieu est tout proche. Convertissez-vous et croyez à l’Évangile.

On y est ! Depuis mercredi, nous sommes entrés en carême et ce dimanche déjà, sans ménagement, saint Marc nous jette dans le feu de l’action. Jésus à peine sorti baptisé des eaux du Jourdain pose les pieds sur le sable aride et brûlant du désert pour y être tenté par Satan. Il en est de même pour nous : à peine avons-nous quitté les eaux confortables voir pantouflardes d’une vie baptismale ordinaire pour entrer dans le carême, que déjà Satan s’attaque à nos résolutions ou nous détourne d’en prendre de sérieuses. C’est que le désert des remises en causes et des petits sacrifices est moins agréable à traverser que la grande avenue de la vie sociale ordinaire et de la vie spirituelle classique ! Oui ne rien changer est une option moins usante que d’affronter mes limites et de m’interroger sur ce que j’ai à convertir et à purifier dans ma vie spirituelle et sociale pour réaliser davantage la volonté de Dieu sur moi ?

Vivre le carême c’est choisir d’opérer des conversions dans notre vie et ce n’est pas simple. Il faut s’attendre à des secousses, à des résistances. En effet très souvent nous sommes invités à nous accepter tel que nous sommes, à accepter nos limites. Certes mais cela n’est que la première partie de la conversion : savoir d’où on part. ensuite il faut opérer les changements, en vue de grandir, de se bonifier, de s’améliorer, de « ressusciter » etc. et cela ne se fait pas sans livrer des combats, sans règles bien établies ni temps de repos pour refaire ses forces.

1/ combattre Satan.

Ce qui nous fait peur dans le carême c’est le combat. Car au désert, Jésus affronte Satan. Satan éprouve Jésus pour le mettre en difficulté. Avec nous il fera de même ! Quels sont les peurs, les doutes, les esclavages (matériels, idéologiques, spirituels, etc.) que je crains d’affronter ? Ces petits ou grands travers avec lesquels Satan sait pouvoir me contenir dans une vie d’une « saine » médiocrité, sans gros péchés ni grands actes de sainteté ! En somme, une vie soumise en partie à Dieu à condition que ça ne change ni ne perturbe trop ma vie sociale habituelle. Pourtant le but de notre vie, comme le rappelle st Pierre dans sa lettre est d’être introduit devant Dieu.

2/ mener le combat mais pas n’importe comment !

On combat pour l’emporter contre Satan. Pour cela mieux vaut d’abord se rappeler une chose importante : depuis son entrée dans le désert il y a 2000 ans, c’est encore Dieu qui par amour combat pour nous. Comme le rappel l’introduction de la liturgie des Laudes du carême « les yeux fixés sur Jésus-Christ entrons

dans le combat de Dieu ». C’est son combat pour notre salut, faisons-en mémoire avec les paroles du psaume : Rappelle-toi, Seigneur, ta tendresse, ton amour qui est de toujours. Dans ton amour, ne m’oublie pas, en raison de ta bonté, Seigneur.

Nous ne combattons pas seuls mais avec Lui à nos côtés. Il sait nous donner les bonnes armes, les bons conseils. Faisons le siège de son trône divin est avec les mots du psaume demandons lui : Seigneur, enseigne-moi tes voies, fais-moi connaître ta route. Dirige-moi par ta vérité, enseigne-moi. Ecoutons-le ! En lisant et méditant la Parole de Dieu : lire un évangile complet pendant ces 40 jours, s’unir à Jésus en méditant sa Passion lors du chemin de croix le vendredi. Ecoutons-le nous interpeler par la voix des plus faibles et donnons du temps pour des œuvres concrètes de charité comme l’opération « fleurir le désert » proposée par la pastorale des jeunes aux grands ados.

3/ savoir aussi prendre du repos pour refaire ses forces

Nous ne pouvons pas combattre H24 ! Il nous faut aussi prendre du repos et refaire nos forces. Car Dieu est d’abord le Dieu de l’Alliance qui se rappelait déjà à Noé par le signe de l’Arc en ciel. Il est l’époux de nos âmes qui veille sur nous et sur notre bien-être. En son Fils Jésus Il est le bon berger qui nous assure le repos et nous procure la nourriture nécessaire pour refaire nos forces : son propre corps et son sang dans chaque Eucharistie. La communion au corps du Christ est le plein de force nécessaire pour mener le combat de notre conversion. Priez frères et sœurs spécialement pour Inès et Enora qui font leur première communion ce matin. Qu’elles soient fidèles toute leur vie à ce sacrement vital pour grandir en sainteté et toujours servir Dieu et les autres joyeusement.

Il est aussi le médecin qui répare par sa miséricorde obtenue par le sacrement de la réconciliation l’armure spirituelle que nous revêtons pour le combat contre Satan.

Vous l’aurez compris le Carême est le chemin de libération que l’Eglise propose à ses enfants, celui de s’exposer, de se mettre à nu pour revêtir, à la nuit de Pâques, le Christ ressuscité ! Allons ! Ne nous leurrons pas, grandir et s’affermir dans la foi est un très long chemin et il nous faudra des dizaines de carêmes pour que peu à peu, le Seigneur nous libère de nos entraves, nous dépouille du vieil homme et nous revête de sa vie divine. Alors entrons avec détermination et joie au désert pour ressortir dans quarante jours, plus vivants et plus libres, affermis dans notre volonté d’être davantage fils et fille du Père. Amen

PÈLERINAGE DIOCÉSAIN à LOURDES 2021

Cher(e)s ami(e)s,

Bonjour,

Sachez que le pèlerinage diocésain à Lourdes aura bien lieu, en présence de notre Évêque Monseigneur Jean-Luc GARIN, qui se fait une joie d’accompagner ce pèlerinage et d’aller ainsi à la rencontre des diocésains qui souhaiteront l’accompagner pour ce premier pèlerinage en tant qu’Évêque.

Il aura lieu du 12 au 17 avril, pour un coût total de 382 € à 469 €, en fonction de l’hôtel choisi.

Le voyage se fera en car au départ de Lons le Saunier.

N’hésitez pas à rappeler le n° du service au 03 84 47 87 50, ou d’envoyer un mail à pelerinages@eglisejura.com

D’avance merci pour votre soutien et à bientôt j’espère.

Prenez soin de vous.

Bien fraternellement.

Robert

Propositions pour le vendredi 19 mars dans le doyenné et le diocèse.

1ère proposition : Récollection diocésaine proposée par notre évêque sur le thème :

« Car, lorsque je suis faible, c’est alors que je suis fort. » (2 Cor 12,10)

La pandémie actuelle ne permettant pas de se rassembler, la récollection
aura lieu sous forme de visioconférence, le vendredi 19 mars 2021 de 10h à 16h30.

Il est nécessaire de s’inscrire à la journée en envoyant dès que possible un mail à l’adresse
eveche@eglisejura.com. Vous recevrez ensuite le programme détaillé de la journée, ainsi qu’un
« lien » et les codes qui vous permettront de vous connecter facilement. Je vous ferai aussi parvenir
quelques explications pratiques qui vous seront utiles si vous n’êtes pas familiarisé avec les
procédures informatiques.

2ème proposition : Solennité de St Joseph dans le doyenné.

Au programme :

◊ 15 h 00 Chapelet saint Joseph

◊15 h 30 Présentation de la lettre apostolique du pape «Patris Corde»par le père Jean Villet.

◊16 h 30 Messe solennelle.

Plus d’informations à venir !